Forum Nanarland.com

Le forum des mauvais films sympathiques
Nous sommes actuellement le 21 Sep 2018 14:23

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 273 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 9, 10, 11, 12, 13, 14  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: Re: GLOSSAIRE NANAR
MessagePublié: 29 Avr 2014 23:03 
Hors-ligne
Nanardeur + que respectable
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 14 Nov 2008 17:39
Messages: 513
tout ça commence très bien, et je suis assez impatient de regarder ce que tu vas trouver comme jaquettes diverses et volantes entre les rambo turcs, indonésiens, et russes. Sinon, quelques pistes si tu as envie de creuser la recherche, même si tu sembles déjà bien armé, le sujet a été bien exploré. J'avais dû faire un peu de recherche dessus, voilà les références sur lesquelles j'étais tombé :
Boggs, Carl, et Tom Pollard. "The imperial warrior in Hollywood: Rambo and beyond." New Political Science 30.4 (2008): 565-578,
Gimello-Mesplomb Frédéric, dir., Le cinéma des années Reagan. Un modèle hollywoodien? Éd. du Nouveau monde, 2007
Jeffords, Susan. Hard bodies: Hollywood masculinity in the Reagan era. Rutgers university Press, 1994
Koppes, Clayton R. "The Power, the Glitter, the Muscles: Movie Masculinities in the Age of Reagan." Reviews in American History 23.3 (1995): 528-534
Valantin, Jean-Michel : Hollywood, le Pentagone et Washington, les trois acteurs d’une stratégie globale, Autrement Frontières 2003


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: GLOSSAIRE NANAR
MessagePublié: 30 Avr 2014 0:23 
Hors-ligne
Nanardeur + que respectable
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 14 Déc 2005 21:18
Messages: 784
Localisation: Là où sont les missiles dans Rambo III
skunkhead a écrit:
Gimello-Mesplomb Frédéric, dir., Le cinéma des années Reagan. Un modèle hollywoodien? Éd. du Nouveau monde, 2007


Ah oui, les vétérans du forum s'en souviennent de celui-là :-D

ok, je :arrow:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: GLOSSAIRE NANAR
MessagePublié: 30 Avr 2014 20:22 
Hors-ligne
Nanardeur + que respectable
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 14 Nov 2008 17:39
Messages: 513
ah oui, c'est vrai, j'avais pas tiqué sur le moment. Comme quoi, en dépit de tout le forum continue à vivre sa vie malgré tout. Désolé....


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: GLOSSAIRE NANAR
MessagePublié: 30 Avr 2014 23:21 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 12 Jan 2006 23:32
Messages: 1729
Localisation: quelque part dans les nuages, en train de chercher du sucre pour George Harrison
ant28 a écrit:
skunkhead a écrit:
Gimello-Mesplomb Frédéric, dir., Le cinéma des années Reagan. Un modèle hollywoodien? Éd. du Nouveau monde, 2007


Ah oui, les vétérans du forum s'en souviennent de celui-là :-D

ok, je :arrow:


C'était le bon temps... :-D

_________________
Au commencement, les denrées les plus utiles comme le minerai de beurre et de saucisse, les concentrés de casserole et de tire-bouchon étaient enfouies à des profondeurs considérables.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: GLOSSAIRE NANAR
MessagePublié: 04 Mai 2014 21:48 
Hors-ligne
Maîtres es Nanar
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Déc 2011 20:36
Messages: 1241
Localisation: Quelque part entre les bornes et les limites
Merci pour tes encouragements et tes suggestions skunkhead :wink: (un livre coécrit par madd, pour moi qui n'ait pas connu ça doit apprendre à cerner le personnage :-D , peut-être nous dit-il aussi que Rambo II n'a rendu personne anti-communiste, par contre beaucoup de gens sont partis délivrer les portés disparus au Vietnam grâce à ce film ?)

_________________
Image Image Image

Aux frontières du sexe et de la démence Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: GLOSSAIRE NANAR
MessagePublié: 05 Mai 2014 1:11 
Hors-ligne
Nanardeur + que respectable
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 14 Nov 2008 17:39
Messages: 513
en même temps, moi non plus, je n'étais pas encore là quand madd faisait son cirque, donc autant laisser ça dans l'oubli. Ca fait ma loose de la semaine :-D .En revanche, le travail de valantin est vraiment pas mal, et pas que pour rambo, sur une thématique assez casse-gueule, il fait un travail vraiment pas mal.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: GLOSSAIRE NANAR
MessagePublié: 17 Juil 2014 20:29 
Hors-ligne
Apprenti Nanardeur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 23 Juil 2008 21:58
Messages: 50
Localisation: Là où sont localisés les missiles de Rambo 3
Travestissement

Citer:
Un mot enfin sur les grandes absentes de cet article : les femmes travesties en hommes ! Un mot rapide pour signaler ce paradoxe troublant sur lequel devront se pencher les générations futures : si les hommes travestis en femmes font rire, les femmes travesties en hommes, elles, appartiennent essentiellement au registre dramatique (de même que les homosexuels nanars pullulent dans le cinéma comique, alors que les homosexuelles… beaucoup moins).

On s'éloigne ainsi du registre de Nanarland en évoquant des rôles "oscarisables" comme ceux de Barbra Streisand dans "Yentl" (1983), de Tilda Swinton dans "Orlando" (1992), de Gwyneth Paltrow dans "Shakespeare in Love" (1998), de Cate Blanchett en incarnation de Bob Dylan dans "I'm not there" (2007), ou encore de Glenn Close dans "Albert Nobbs" (2011). Petite exception notable avec Julie Andrews dans "Victor/Victoria" (1982), et plus récemment avec "She's the Man" (2006), où le travestissement d'Amanda Bynes en homme est bel et bien exploité de façon comique, mais dans le domaine du nanar pur jus on reste encore à des galaxies de la parité.

Pour compléter votre définition et vos remarques sur les femmes travesties en hommes au cinéma (notamment dans le cinéma non nanar), on pourrait évoquer le cas très particulier de l'actrice naine Linda Hunt, qui a interprété un personnage masculin dans le film L'Année de tous les dangers, de Peter Weir. Sa prestation lui a valu l'Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle. Si je ne m'abuse, elle reste à ce jour la seule femme a avoir été récompensée aux Oscars pour un rôle d'homme...

_________________
Il avait la parole facile et banale, du charme dans la voix, beaucoup de grâce dans le regard et une séduction irrésistible dans la moustache.
Guy de Maupassant, Bel-Ami


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: GLOSSAIRE NANAR
MessagePublié: 20 Juil 2014 11:39 
Hors-ligne
Nanardeur en progrès
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 23 Oct 2011 20:03
Messages: 441
Localisation: Devant ton nez
Téléportation

Sens courant:Technique visant à se déplacer d'un point à un autre sans position intermédiaire.

Sens nanar: 1.Technique visant à profiter d'un montage hasardeux/trou scénaristique pour se trouver toujours au bon endroit au bon moment sans avoir à se déplacer (Chuck Norris dans "Invasion USA", Francis Huster dans "Le faucon", le Commissaire Jason dans "Brigade Anti-sex") où faciliter un voyage à priori périlleux (La cargaison de Robert Ginty dans "La mission").
2.Technique utilisée par les ninjas afin de permettre au réalisateur de faire des combats "spectaculaires" sans dépenser trop d'argent sur les effets spéciaux.

_________________
à bas la nanarploitation !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: GLOSSAIRE NANAR
MessagePublié: 16 Jan 2015 22:44 
Hors-ligne
Grand Nanardeur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Août 2011 12:14
Messages: 849
Localisation: Un cachot humide
C'est un truc qui traîne sur mon ordi depuis pas mal de temps. Au départ, j'avais pour idée de faire des définitions de "décor". De montrer comment un décor peut aider un film à avoir un certain cachet et comment, ce même décor, s'il est mal maîtrisé, ceci peut rendre un film ringard ou mieux... nanar.

J'avais pris le terme "forêt" pour commencer. Et je pensais faire un truc similaire pour "désert" ou "montagne".
Mais en rédigeant cette première notule, je me suis dis que c'était sûrement une fausse bonne idée. Je n'ai pas trouvé ça aussi bon que je ne le pensais.

Je balance quand même celle que j'ai rédigé car tout travail mérite lynchage. Pour ce qui est des décors suivants...

Forêt (ou bois) :
Dans le paysage cinématographique, la forêt a souvent été utilisée comme guise de décors. Dans certains films, elle est tellement omniprésente que l’on peut presque la considérer comme un personnage à part entière du métrage.

Si l’on pense aux bois dans le cinéma, on pensera sûrement à ces nombreux films de traque où ce terrain particulier devient, pour la proie, un ennemi tout aussi dangereux que ses chasseurs. S’enfuir quand la boue vous ralentit et que des obstacles infinis se dressent sur votre route, ce n’est pas la chose la plus aisée. De Delivrance à Modus Anomali en passant par La Traque, la forêt s’est imposée comme LE décor à part entière de ce genre comme le désert pourrait être associé au western spaghetti.

Image Image
En Asie ou aux Etats-Unis, la chasse à l’homme se joue en forêt.

Ce genre peut même se décliner et varier les saveurs. Ainsi, le premier Rambo s’orientera vers un côté un peu plus action où la proie sera le plus grand des dangers là où un Predator jouera sur le côté science-fiction/fantastique avec un chasseur d’un autre monde à la technologie sur-avancée.

Mais le film de traque n’est pas le seul à utiliser la forêt comme décor. Le genre horrifique aime aussi se balader de temps à autre dans les bois. Vous êtes vous déjà promenés en forêt la nuit tombée ? Avec cette obscurité angoissante, ces bruits difficilement identifiables et cette ambiance glauque à souhait, il n’est pas étonnant que quelques films d’épouvante se passent en ce lieu. Les exemples sont légions mais, pour ne citer qu’eux, on évoquera le Evil Dead de Sam Raimi qui pose les bases du style la cabane au fond des bois ou Le Projet Blair Witch qui a lancé la mode du found-footage.

Image
Cabin in the woods, en 2012, tente de reprendre tous les éléments de ce sous-genre pour les réunir en un seul film.

Image
Là, comme ça, il n’est pas évident de croire que cette forêt a provoqué des cauchemars chez certains

En outre, on rappellera que si Jason Voorhees habite dans un camp de vacance, il n’hésite pas à trucider de l’adolescent dans la forêt avoisinante en se contentant de marcher là où ses victimes courent pourtant comme des dératés et que le genre slasher aime utiliser ce décor pour provoquer l’angoisse chez le spectateur.

Image
Détour Mortel (Wrong Turn), 2003, a pose ses bases en forêt lors des premiers opus

Cependant, la forêt n’est pas toujours un ennemi. C’est tout de même le lieu où habite pleins d’animaux super sympa et que, les arbres, ça peut être super jolis. Le lieu peut devenir alors féérique et devenir alors vachement plus rassurant pour nos chers petites têtes blondes.

Image
C’est quand même déjà vachement moins flippant.

Image
Qui n’aurait pas envie de se balader dans la Forêt de Fangorn et de s’acoquiner avec les Ents ?

Si nous avons tenté de démontrer ici que, dans certains films, la forêt peut prendre une place primordiale et ajouter un certain cachet au film, il n’est néanmoins pas évident pour le réalisateur de la dompter.
Diriger des acteurs dans un endroit où il est difficile de se mouvoir, éviter que du branchage vienne ternir le cadre, bien utiliser la lumière,… voilà tout autant d’obstacles qu’une équipe de film se doit de contourner pour ne pas tomber dans le ridicule.

Et c’est en cela que la forêt peut vite devenir nanarde.

Plus d’un réalisateur nanar s’est essayé à l’exercice délicat du film en forêt. Et là encore, la mauvaise maitrise de cet élément hostile apporte à son tour son cachet cinématographique. Mais cette fois ci, au lieu d’embellir l’œuvre, elle la rend encore vachement plus nanar.

Image
Coup de bol, aucun arbre ne s’est glissé dans le cadre de cette scène de Dragon Kickboxers

Image
Par contre, ils ont un poil déliré pour ce qui est de la construction du fort infranchissable.

Godfrey Ho avec beaucoup de films de ninja, Bruno Mattei et Robowar, Fred Olen Ray avec The Alien Dead, ils sembleraient que beaucoup de réalisateurs nanars aient leur petit film ou quelques petites scènes qui se déroulent en forêt… pour des résultats des plus aléatoires.

Image
Godfrey Ho semble avoir un peu plus de mal à dompter la nature hostiles.

Image
Bruno Mattei a débroussaillé les alentours pour que son équipe de choc de Robowar puissa apparaître à l’écran.

Image
On n’est pas trop loin de la magie de Disney là quand même

Image
Que serait Jamaix Plus Encore sans son bûcheron ?

Image
Image
Ultime Combat serait quant à lui une véritable ode du nanar en forêt

La mauvaise maîtrise de la caméra dans un environnement compliqué n’est pas le seul argument que pourrait faire que la forêt nanardise un film.

Predator est un film qui met en scène une forêt en plein cœur du Vietnam.
King Kong a été trouvé dans un paysage des plus exotiques.

Certains films font appel à des écosystèmes uniques et éloignés de nos contrées. Sauf que quand on n’a pas un rond, on fait avec ce qu’on peut quitte à prendre nos vessies pour des lanternes. Forêt communal, petit bois de derrière la maison, trois arbustes alignées… toute étendue comportant quelques arbres est suffisante pour devenir des Amazonie en puissance.

Image
Le terrible combat entre Gorga et le dinosaure au bois de Boulogne de Bornéo.

Image
Les profondeurs du bayou floridien selon Steve Latshaw dans Dark Universe

Image
L’univers ultra-hostile où a dû grandir la Tarzeena de Fred Olen Ray

Image
In a gadda da vida !

Image
Et n'oublions pas la terrifiante Suisse

La forêt, en elle-même, n’est certainement pas ce qui constitue l’argument nanar principal d’un film. Il en faut bien plus pour réussir à nous faire rire aux éclats. Néanmoins, elle peut ajouter une certaine touche qui provoqueront des réflexions du style : « Tiens, c’est marrant, je ne la voyais pas comme ça l’Amazonie » ou encore « Tu te serai quand même moins fait chier si t’avais tourné ça à la plage. ». Mais finalement, même si tout ceci tiens de l’ordre du détail, que serait Ultime Combat sans son meurtre à la brindille ? Que serait Full Metal Ninja sans son Pierre Kirby se reposant la tête contre un arbre ? Que serait le Mad Mutilator sans les bois du Loiret ? Que serait Humains sans ses aventures boisées préhistorico-suisses ? Que serait le Forrest Warrior sans sa Forrest ?

Tant de questions qui nous laissent pensez que la forêt mérite bel et bien sa place dans le panthéon des nanars.

Image
Lui, ses pieds, il les met où il veut. Et c’est souvent en forêt !

_________________
ImageImage


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: GLOSSAIRE NANAR
MessagePublié: 27 Jan 2015 16:30 
Hors-ligne
Maîtres es Nanar
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Déc 2011 20:36
Messages: 1241
Localisation: Quelque part entre les bornes et les limites
Excellentes les définitions de "téléportation" et de "foret" ! :D :wink:

Rire sardonique :

Définition du Petit Larousse : sardonique, adjectif venant du latin sardonia herba, herbe de Sardaigne, qui provoquait un rire de fou. Qui exprime une moquerie méchante.

Rire que pousse le méchant lorsqu'il s'autosatisfait de sa propre méchanceté. Le méchant exprime par le rire sardonique sa joie de commettre des actes vils. On distinguera deux types de rires sardoniques, la façon de rire des méchants étant souvent différente selon le rang qu'ils occupent dans la hiérarchie des serviteurs du mal.

Rire numéro 1 : MOUAHAHAHAHA !!!

Le "Mouahaha !" est le rire du chef des méchants lorsqu'il exulte à la perspective de devenir le maitre du monde et lorsqu'il se flatte d'avoir mis au point un plan machiavélique pour y parvenir. Le "Mouahaha !" suppose un certain raffinement dans l'attitude et la psychologie du méchant et souligne sa mégalomanie (Moi-hahaha !). Exemple :

"Une fois que je t'aurai éliminé, il n'y aura plus personne pour connaitre mon secret et j'pourrai recommencer autant d'fois que j'le veux ! Mouhahaha !" Pierre Tremblay dans "Flic ou ninja".

Le verbe "mouhahahiser" ou encore l'adjectif "mouhahahisant" sont des néologismes dérivés du rire sardonique nanar.

Exemples : Vic Morrow mouhahahise à l'excès dans "Les guerriers du Bronx". Le cabotinage mouhahahisant de la part des méchants est une constante dans les films de Cüneyt Arkin.

Image
Image
Image
Image


Rire numéro 2 : BWAHAHAHAHA !!!

Rire gras et baveux que poussent les sbires du méchant quand ils s'adonnent au viol collectif, au pillage et au meurtre avec la bénédiction du bad guy en chef. Le "Bwahaha !" illustre la bêtise crasse de gros soudards mal rasés et imbibés de bière se complaisant dans la débauche et la violence gratuite la plus glauque. Comme ils sont incapables d'élaborer des plans astucieux, contrairement au génie du mal qui les commande, un rien les amuse : violer des enfants, tabasser des handicapés, bruler vifs des vieillards,... le tout avec une bonne humeur communicative. Exemple :

"Ouééé ! Arrache-lui sa culotte ! Bwahaha ! Ouééé ! Passe-la moi ! Bwahaha ! Ouééé ! A mon tour !" Deux brutes épaisses supposés violer une prisonnière mais préférant rigoler comme des débiles en se passant et repassant la victime comme un ballon de volley dans "Pénitencier de femmes" de Bruno Mattei.

Contre-exemple : Jacoda dans "Strike Commando" est un grand méchant tellement bête et bourrin que le gras et vulgaire "BWAHAHAHA !" lui sied davantage que le subtil et machiavélique "Mouahahaha !" des habituels génies du mal. On trouve ainsi des cas assez nombreux de big vilains dont on se demande comment ils sont parvenus à rassembler une armée de sbires à leurs ordres et à menacer la sécurité du monde libre et l'avenir de l'humanité en étant aussi stupides et en riant avec aussi peu de classe.

Image
Un méchant barbare dans "2020 Texas Gladiators".

Image
Image
Image
Image
Deux magnifiques spécimens de gros lourds rigolards dans l'épisode pilote de la série "L'Agence Tous Risques".

_________________
Image Image Image

Aux frontières du sexe et de la démence Image Image


Dernière édition par JACK TILLMAN le 12 Mai 2018 11:17, édité 6 fois au total.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: GLOSSAIRE NANAR
MessagePublié: 04 Fév 2015 15:09 
Hors-ligne
Le Magic Tchernia du nanar
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Sep 2003 23:11
Messages: 3098
Localisation: Grenoble compatible
Vos notules sont épatantes et rentrent tranquillement sur le site.

En prélude à la prochaine chronique incluant un fort beau spécimen au casting, la définition du dinosaure nanar de Plissken vient d'être ajouté au site !

_________________
Monsieur le Chien: un blog BD indispensable :
http://www.monsieur-le-chien.fr/

"Mon pied trouvera ton cul même dans l’au-delà."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: GLOSSAIRE NANAR
MessagePublié: 25 Fév 2015 22:57 
Hors-ligne
Maîtres es Nanar
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Déc 2011 20:36
Messages: 1241
Localisation: Quelque part entre les bornes et les limites
RAMBOPLOITATION PART 2

LE CONTINENT AMÉRICAIN :

Commençons notre tour du monde des rip-off's de Rambo par sa chère Amérique dont il voudrait tant qu'elle l'aime autant qu'il l'aime, et par un cas un peu particulier, celui de "Ruckus" de Max Kleven (sorti discrètement chez nous sous les très sobres titres "Destructor" et "Le dévastateur") que l'on aurait tendance à prendre pour un plagiat de "First Blood" s'il n'avait été tourné... en 1980, soit deux ans avant la sortie du film de Ted Kotcheff.

Image


Dirk Benedict (Futé dans L'Agence Tous Risques) y incarne Kyle Hanson, un vétéran du Vietnam traumatisé, évadé d'un hôpital psychiatrique et vagabondant sur les routes. Arrivé dans un village bien redneck, il est agressé par les bouseux locaux et pète les plombs, ce qui lui vaut d'être traqué par le shérif (Richard Farnsworth). Il s'échappe sur une moto, s'enfuit dans les bois, met en pratique les techniques de combat apprises dans les forces spéciales, fabrique un arc et des flèches, bricole quelques pièges à cons, se couvre de boue,... Les similitudes sont nombreuses et pour le moins troublantes.

Image

Image


Le ton est assez déroutant, passant du grave au léger voire au grand-guignol, le film oscille entre drame, action et comédie burlesque. Notre héros a une amourette avec la belle fille (Linda Blair) d'un notable de la ville (Ben Johnson), dont le mari est porté disparu au Vietnam. Leur bluette donne lieu à une kitschissime chevauchée "romantique" à moto au ralenti, les scènes avec les péquenots sont rythmées par une musique country bien lourdingue et le thème de la réintégration sociale des anciens soldats est à peine développé au profit des séquences de courses-poursuites. L'interprétation mutique de Dirk Benedict, dont l'héroïsme et l'invincibilité sont très appuyés, préfigure curieusement celle de Sylvester Stallone et le spectacle, très gentillet, demeure une curiosité.

Image

Image
Ce visuel danois tente de faire passer le film de guerre philippin "Ultimax Force" de Willie Milan (1986) pour une pseudo-suite de la guéguerre de Dirk Benedict. Un film où des ninjas partent délivrer les soldats portés disparus au Vietnam. Tout un programme...


Comme tous les gros succès, Rambo engendra toute une kyrielle d'ersatz. Mais "First Blood" marqua surtout la naissance, ou plutôt la renaissance d'un genre, celui du film d'action commando. Toutes les vedettes (ou futures vedettes) du cinéma musclé firent alors leurs propres hits du genre, et le phénomène de mode devint une compétition de celui qui ferait le film le plus revanchard et testostéroné. Des films qui, en bons blockbusters, engendrèrent à leur tour leurs propres rip-off. Intéressons-nous d'abord aux grosses productions qui formèrent les piliers de la Ramboploitation, avant d'en examiner tous les gravas à petits budgets.


Image

En 1983, sortit "Retour vers l'enfer" (Uncommon Valor), réalisé par Ted Kotcheff, le talentueux metteur en scène de "First Blood", et qui fait partie des représentants les plus nobles des films produits à la suite de l'original. Le film pose les bases de la "namploitation" et son postulat librement tiré de faits réels inspirera bon nombre d’œuvres (dont "Rambo 2"). On y suit les efforts accomplis par le colonel Carl Rhodes (Gene Hackman) pour retrouver son fils porté disparu au Vietnam. Après avoir localisé un camp où des soldats américains seraient détenus par les Vietnamiens, Rhodes recrute d'anciens compagnons d'armes de son fils (parmi lesquels nous avons la joie de retrouver Reb Brown) pour former un commando qui partira délivrer les prisonniers. Doté d'une interprétation solide et d'une mise en scène carrée, "Retour vers l'enfer" est le premier des nombreux films qui posèrent la question des GI qui seraient toujours retenus en otages en Asie du sud-est et aborde dans sa première partie le thème du retour difficile des vétérans dans leur patrie. Un bon divertissement.


Image

Sur le même thème, mais de façon ultra-manichéenne, la Cannon lança son Monsieur Muscles, le karatéka Chuck Norris, à l'assaut des Viêts dans "Portés disparus" (Missing in Action) de Joseph Zito, film qui lança la carrière de notre Chuck vénéré en 1984, lui qui était jusque là cantonné aux séries B d'arts martiaux. Chuck y incarnait pour la première fois le colonel James Braddock, vétéran du Nam portant testicules hypertrophiés en guise de médailles, retournant au pays des niaks pour sauver ses frères d'armes détenus dans la jungle. Il profite donc d'une rencontre diplomatique entre les gouvernements américain et vietnamien pour aller exploser du coco et regagner la guerre à lui seul. Plutôt bien réalisé, le film contient sa dose de bourrinage, une musique entrainante, un ton pessimiste, et malgré quelques longueurs, l'histoire se suit avec plaisir, surtout grâce à Chuck, qui affirmait là son style décomplexé (entendre Chuck beugler "Prenez ça dans la gueule, enfoirés d'bridés !" pour ponctuer une rafale offre un sentiment de bien-être et de jubilation inégalable).


Image

"Portés Disparus 2 : Pourquoi ?" (Missing in Action II) de Lance Hool, s'apparente à une version trash du "Pont de la rivière Kwaï". Ce deuxième opus devait au départ être le premier et fut tourné en même temps que le film de Joseph Zito, mais les producteurs le jugèrent moins réussi et décidèrent de ne le sortir qu'après sous forme de préquelle, afin, selon eux, de ne pas compromettre le lancement de la franchise. Pourtant, quand on voit le film, on constate que cette "suite" est plus rythmée que le précédent, racontant de manière brutale et intense la captivité de Braddock et ses compagnons aux mains des Nord-Vietnamiens et leur évasion/règlement de comptes. Opposant au maximum le sadisme et la fourberie des Viets à l'héroïsme américain, le film aligne les scènes de tortures et de mises à morts un poil outrancières (les Viets crament un prisonnier évadé au lance-flammes lorsque celui-ci tente de s'enfuir en traversant le seul pont reliant le camp au monde extérieur, au risque de mettre le feu à leur propre pont) jusqu'à la vengeance explosive de Chuck/Braddock et son combat de karaté bien vicelard contre le chef du camp, que le doubleur français affuble d'un impayable accent asiatique à la Michel Leeb. Un déchainement de violence crétine et d'exaltation patriotique (ne manquez pas le passage du "président très ému") qui font de cet opus à la fois un captivant récit de survie et une bisserie réjouissante de bourrinage.


Image

Image
Une affiche turque magique.

En 1987, Braddock/Chuck Norris met les pieds où il veut pour la dernière fois au Vietnam dans "Braddock : Portés Disparus 3" (Braddock : Missing in Action III) sous la houlette de son frangin Aaron Norris. Pour ce troisième opus de la "saga", notre héros barbu à bandana part chercher le fils qu'il a eu avec une Vietnamienne qu'il croyait morte depuis la chute de Saïgon. Par la même occasion, Chuck se la joue "humanitaire", en sauvant tous les orphelins d'une mission catholique et en liquidant avec son monolithisme vengeur des légions entières de Viêts communistes et violeurs d'enfants (pléonasme). Un spectacle poétique et raffiné comme Chuck en a le secret.


Image

Avec son coté "Amérique revancharde", "vétéran revenu de tout" et "armée à lui tout seul", le personnage que Chuck Norris s'est forgé et qu'il rejoue à l'identique d'un film à l'autre entretient une filiation évidente avec Rambo et il est clair que le personnage de Stallone a eu une forte influence sur la carrière de notre Chuck vénéré. Évoquons brièvement les quatre autres chefs-d’œuvre les plus ramboesques de sa carrière, à savoir "Œil pour œil" (Lone Wolf McQuade, 1983) de Steve Carver, bonne série B burnée dans laquelle l'invincible Texas Ranger J. J. McQuade s'en va délivrer sa fille otage d'un cartel de la drogue au Mexique...


Image

... "Invasion USA" (1985) de Joseph Zito, dans lequel l'agent Matt Hunter est tiré de sa retraite au bayou pour stopper une invasion de terroristes communistes sur le sol américain,...


Image

... "Delta Force" (1986) de Menahem Golan, où le Major Scott McCoy est tiré de sa retraite au ranch pour stopper une prise d'otages de terroristes islamistes sur le sol iranien...


Image

... et "Delta Force 2" (1990) d'Aaron Norris, où cette fois le Major Scott McCoy reprend du service pour venger un de ses compagnons d'armes et délivrer des GI's américain otages d'un cartel de la drogue dans la jungle colombienne. Des classiques du bourrinage en mode "God bless America" qui ne craignent pas d'user de ficelles déjà bien effilochées et sur lesquels on ne s'étendra pas vu qu'ils ont déjà été abondamment traités sur le site.


Image

Image

En 1985, "Commando" de Mark L. Lester plaça Arnold Schwarzenegger comme concurrent numéro un de Sylvester Stallone pour le titre d'action star la plus iconique de la décennie. Sorti en même temps que "Rambo 2", le film présentait plusieurs similitudes avec la franchise de Sly : un héros bête de guerre invincible, un ersatz du Colonel Trautman, un assaut final/vengeance précédé d'un montage viril montrant le héros enfiler son accoutrement commando avant de passer à l'attaque (on remplace le bandeau par le maquillage/camouflage)... Mais le film s'affranchit sans peine de ces quelques points communs par une volonté de dépasser tout ce qui avait été fait dans le domaine de l'action testostéronée, avec un ton nettement plus déconneur que dans "Rambo II". Un film réjouissant qui créa le Schwarzy-style (violence un poil sadique, vannes décontractées et action qui va toujours plus loin dans l'exagération) et qui sera lui aussi beaucoup copié par de nombreuses séries B sans le sou ni imagination.


Image
Quelques films que l'on ne peut pas vraiment classer comme "ramboploitation" pur jus mais dont les succès ont grandement contribué à prolonger le genre dans les années 80/90.


Attaquons-nous maintenant aux rejetons plus méconnus et désargentés de la ramboploitation, en commençant par "Soldier's Revenge" signé en 1984 par un David Worth qu'on n'a jamais connu aussi inspiré. John Savage y joue un vétéran du Vietnam, ancien aviateur incarcéré après avoir divulgué à la presse les crimes de guerre commis par l'armée américaine. Libéré, il retourne dans son village natal où il est confronté à l'hostilité de ses concitoyens qui l'accusent de trahison. Pour échapper au shérif et à sa milice de ploucs qui lui ont lancé la chasse, notre héros accepte de transporter des armes destinées aux rebelles d'un pays d'Amérique latine en pleine guerre civile. Si le manque de budget est flagrant, ce petit film d'action n'en est pas moins une réussite, mettant en scène des poursuites rythmées et bien troussées sur une musique dynamique, des personnages à la psychologie un tant soit peu développée, et possédant un ton à la fois désabusé et empreint de pacifisme. Le métrage refuse tout bellicisme et tranche radicalement avec l'esprit reaganien va-t-en guerre alors en vogue.

Image


Cette année-là, sortait également "Sloane" de Daniel A. Rosenthal. Un film d'action mollasson mais curieux à plusieurs niveaux. On y suit dans un premier temps l'enquête du héros, Sloane, pour retrouver son ex-petite amie kidnappée par la mafia à Manille. Censément à la gloire de l'acteur principal Robert Resnik, "Sloane" est hallucinant pour la simple raison que les auteurs sont parvenus à créer le héros le plus antipathique de tous les temps, de façon semble-t-il totalement involontaire. Sloane est un sombre connard qu'on tente de nous faire passer pour un héros valeureux, et le pauvre Robert Resnik ne semble pas s'apercevoir du caractère insupportable de son branleur de personnage. En dehors de cet aspect plutôt cocasse (mais assez pathétique), la dernière demi-heure verse dans un total n'importe quoi quand arrive la partie Rambo du métrage : après avoir glandé pendant la première heure, Sloane, en tenue commando, part délivrer des otages emprisonnés dans une grotte aux airs de laboratoire de savant fou (avec des voyants multicolores qui clignotent et font "bip bip !"), tire sur tout ce qui bouge à la mitrailleuse (y compris sur de potentiels innocents), avant d'être attaqué par une tribu de nains cannibales ! Tourné aux Philippines dans des conditions catastrophiques et presque plus épiques que le film lui-même, "Sloane" est une œuvre fascinante par le gouffre qui sépare ses intentions (idéaliser son héros et faire de son acteur la nouvelle star du cinéma d'action) du résultat (un héros odieux, misogyne et con comme ses pieds), mais son visionnage demeure assez hardcore.

Image


En 1985, David A. Prior réalise une version métaphysique des deux premiers Rambo avec "Kill Zone", et le résultat se révèle étonnamment réussi. Prior y fait preuve d'un talent insoupçonné dans le domaine expérimental, nous faisant vivre son histoire du point de vue d'un traumatisé de guerre se croyant encore au Vietnam et opérant un retour difficile à la réalité. Le héros, interprété par Fritz Matthews, est en fait un soldat d'élite effectuant une mise à l'épreuve dans un camp d'entrainement secret reconstituant un camp de prisonniers vietnamien, afin de tester la résistance des soldats en cas de capture. Mais le chef du camp fait montre d'un zèle si excessif dans le sadisme que notre héros n'a plus conscience que la guerre est finie et a recours au meurtre pour s'échapper du camp. Traqué dans la foret par des mercenaires, il tuera ses poursuivants les uns après les autres pour survivre. Il peut heureusement compter sur l'aide de son ami Ted Prior, qui le fera revenir au monde réel au cours d'une scène poignante. Présentant de nombreuses similitudes avec son futur "Ultime Combat", le deuxième film de David A. Prior comme réalisateur est sans doute son plus abouti. Bien que tourné directement en vidéo avec de très petits moyens et contenant quelques craquages nanars, le film possède une ambiance pessimiste, des personnages attachants et de belles prestations d'acteurs de Fritz Matthews, Ted Prior et David Campbell, qui joue le commandant du camp.

Image


Pour son deuxième et dernier film comme réalisateur, Edward D. Murphy (dont les spectateurs de la Dixième Nuit Excentrique ont pu apprécier le farfelu "Special Force") met en scène "Heated Vengeance" (1985) aux Philippines. Richard Hatch y incarne Hoffman, un vétéran qui retourne au Nam pour rechercher sa petite amie, mais en arrivant sur place, il est kidnappé par la bande à Bingo, un déserteur devenu trafiquant de drogue, qui souhaite se venger de Hoffman depuis que notre héros l'a fait arrêter pour le viol d'une villageoise. Réussissant à s'échapper, Richard Hatch fait l'objet d'une chasse à l'homme à la "First Blood". A noter la présence de Bruce Baron au casting.

Image


"Dog Tags" (diffusé à la télévision française sous le titre "L'or des Viêts"), également tourné aux Philippines en 1985 par Romano Scavolini, est un film assez trash et plutôt bizarre filmé dans un style expérimental amateur, abordant le genre avec une rare noirceur. Contrairement à ce que l'origine de son réalisateur laisserait penser, il ne s'agit pas d'un bis italien mais d'un bis américain, inspiré de l'expérience de photographe de guerre au Vietnam de Scavolini lui-même. On y retrouve des têtes bien connues et appréciées ici comme Jim Gaines, Mike Monty, Romano Kristoff et Nick Nicholson. L'histoire tourne autour d'un groupe de prisonniers de guerre délivrés des geôles en bambous viêt-congs par un ersatz de Chuck Norris. Les prisonniers se voient confier par leur libérateur la mission de retrouver des documents secrets perdus au cours d'un crash d'hélicoptère. Les documents s'avèrent être des lingots d'or et les héros décident de s'approprier le butin...

Image


Toujours en 1985, Roger Corman produit le sympathique "Cocaïne Wars", filmé en Argentine par le réalisateur local Héctor Olivera. John Schneider y incarne un agent de la DEA infiltrant un narco-cartel sud-américain. Avec une journaliste frondeuse, il se range du côté d'un leader révolutionnaire socialiste pour combattre la dictature corrompue régnant sur le pays. Poursuites, tortures à coups d'électrochocs, assaut final ramboesque, le metteur en scène livre un honnête spectacle bourrin, dans la plus pure tradition du cinéma d'action d'alors.

Image

Image


Arborant une flamboyante paire de moustaches qui lui donne un faux air de Nick Nicholson, John Schneider se montre très convaincant et charismatique en héros cool et blagueur et aurait mérité de faire une honorable carrière d'action star. Mais "Cocaïne Wars", bien que divertissant, se montre un peu trop prévisible dans son déroulement pour marquer durablement l'Histoire du genre. Reste que cette petite série B remplie son contrat et le spectateur pourra savourer la vengeance du héros américain, qui étouffera le vilain trafiquant de drogue dans sa propre cocaïne après avoir mis fin à lui tout seul à la guerre civile.

Image


En 1985 encore, les dirigeants de la Cannon produisent "American Ninja" alias "Nine Deaths of the Ninja", réjouissant fourre-tout nanar mis en boite par Emmett Alston. A l'image de son générique ringardissime, ce film est un hymne vibrant aux 80's reaganiennes. Le scénario est à la fois hyper-simpliste et joyeusement confus : un car transportant des touristes est pris en otage par des narcotrafiquants aux Philippines. Leur chef exige la libération d'un fanatique musulman en échange de la vie des otages. L'oncle Sam envoie alors une équipe de super agents de la lutte anti-terroriste sur les lieux.

Image


Tout cela n'est qu'un prétexte pour enchainer les scènes nanardes comme des perles : molestage de nains, découpage de pastèques, piétinage de mannequin en mousse, cabotinage de comédiens en roue libre... jusqu'à l'assaut final contre le camp des méchants dans la jungle, dans la grande tradition du nanar guerrier. Tandis que Sho Kosugi nous régale de pirouettes ninjas, Brent Huff assure quant à lui le rôle du Rambo de service. Bandeau dans les cheveux et méga-mitrailleuse entre les mains, il aligne les terroristes par paquets de douze avec un monolithisme parfait, apportant l'indispensable touche de bourrinage décomplexé à une œuvre qui excelle dans tous les registres.

Image


Désirant apporter sa contribution personnelle au cinéma d'action ramboïde, David Winters part au Mexique tourner "La Mission" (Mission Kill, 1985), qui triomphe sur le marché de la vidéo et permet à Winters de fonder sa propre société de production, Action International Pictures (AIP) avec ses acolytes David A. Prior et Peter Yuval. Pour venger la mort de son frère d'armes Cameron Mitchell, le mercenaire Robert Ginty se joint aux rebelles d'une dictature d'Amérique du sud. Au programme : explosions de maquettes, stock-shots, approximations scénaristiques, trafiquants d'armes humanitaires, communistes très très méchants qui tuent des enfants pour rigoler et font fusiller des prisonniers politiques pour leur petit déjeuner, le tout saupoudré d'une ambiance désabusée et agréablement 80's.

Image


On passe à l'année 1986, Ronald Reagan est toujours président et le cinéma et la télévision exaltent toujours les valeurs de l'impérialisme américain. En plein succès de la série "Dallas", le réalisateur Dwight H. Little tente une synthèse entre le célèbre soap télévisé et la ramboploitation avec "Hostage Dallas" (Getting Even, 1986). Dans ce modeste actioner au postulat délirant, le moustachu Edward Albert incarne Taggar, un PDG texan milliardaire qui est aussi un mercenaire d'élite, employé par la CIA pour dérober un gaz toxique dans une base soviétique d'Afghanistan. L'opération est menée avec succès par Taggar et son commando (composé de ses analystes financiers !), mais de retour aux États-Unis, un autre grand patron texan, concurrent de Taggar, parvient à s'emparer du gaz et menace de le répandre sur la ville de Dallas. La catastrophe pouvant s'étendre à l'échelle planétaire, Taggar a encore du pain sur la planche.

Image


Avec un pitch pareil, "Hostage Dallas" avait de grandes chances de verser dans le gros nanar qui tâche, mais la compétence de son réalisateur et un budget relativement conséquent l'empêchent de sombrer dans la médiocrité, et le film s'avère au final un bon divertissement, oscillant entre téléfilm tout public et séquences gores typiquement marquées cinéma d'exploitation pour illustrer les ravages du gaz mortel. On se délectera tout de même d'une idéologie texane fortement prononcée, avec des punchlines bien bourrines du genre "Rappelez-vous du Texas !" quand le héros fait sauter la base des Russes au début, ou plus tard lorsqu'il beugle avec rage le nom du méchant en faisant exploser l'avion de ce dernier au lance-grenades. Dans ce rôle de héros norrissien (avec le doubleur de Chuck Norris en VF), ce bon Edward Albert offre une prestation attachante et décontractée, au côté de Audrey Landers (qui jouait dans "Dallas") et du bad guy Joe Don Baker.

Image


En 1986, Stuart Rosenberg signe sous le pseudo Alan Smithee "Six hommes pour sauver Harry" (Let's Get Harry) dans lequel une bande de plombiers engage un mercenaire (Robert Duvall) pour libérer un de leurs amis (Mark Harmon) otage d'un cartel de drogue en Colombie. Mais le mercenaire se fait tuer et les amis doivent se débrouiller par eux-mêmes. Malgré la "timidité" de son réalisateur, ce film n'a rien de déshonorant et assure un spectacle honnête, montrant les différentes réactions de chaque protagoniste face à la violence.

Image


Coproduction americano-philippine à la gloire de l'acteur/producteur/scénariste/karatéka Ron Marchini, "U.S Warrior" (The Forgotten Warrior, 1986) des Philippins Charlie Ordonez et Nick Cacas est le premier opus d'une série de cinq films. Une série très particulière, comme nous allons le voir avec les épisodes suivants, qui débute par la lutte de Steve Parrish, un béret vert oublié dans la jungle vietnamienne, pour venger le massacre des villageois qui l'ont recueilli. Son bourrinage caricatural, son budget minuscule et la combo tee-shirt jaune poussin/oreilles décollées de Ron Marchini et en même temps sa belle musique orchestrale et ses accents tragiques le situent à la frontière du nanar et de la bonne série B.

Image


La même année, Ron Marchini reprend le rôle de l'invincible Steve Parrish dans "Terrorist Commando" aka "Jungle Wolf" (toujours du duo Charlie Ordonez-Nick Cacas), deuxième volet de la série des Steve Parrish donc, mais aussi premier opus de la série des Jungle Wolf. Si ça vous semble un peu tiré par les cheveux, sachez que ça se complique encore davantage avec les prochains épisodes. Pour l'heure, nous retrouvons Steve Parrish, rentré au États-Unis avec le fils qu'il a eu de sa défunte épouse vietnamienne, et à qui la CIA demande d'aller en Amérique centrale secourir un ambassadeur qui a été kidnappé par un groupe de guérilleros. Ceux-ci exigent la libération de leur leader emprisonné. Steve Parrish le fait donc évader puis entre en contact avec une belle révolutionnaire qui doit le mener à l'endroit où l'ambassadeur est détenu. Mais la trahison attend notre héros de tous les bords...

Image


"Terrorist Commando" enchaine généreusement courses-poursuites, bagarres, chassés-croisés et fusillades cheaps à la grande satisfaction d'un public peu regardant sur la qualité. Coté look, Ron Marchini est sobrement vêtu d'un treillis noir durant la majorité du film (il dispose en contrepartie de toute une panoplie d'accessoires ninjas), avant de ressortir de nulle part son tee-shirt jaune citron de "U.S Warrior" pour l'assaut final bourrin contre le camp terroriste.

Image


La Cannon, répondant toujours présente à l'appel dès qu'il s'agit de mettre des gros sous dans de la bourrinade patriotique et militariste, produit "Dans les bras de l'enfer" (P.O.W. : The Escape/Behind Enemy Lines, 1986), réalisé par Gideon Amir. David Carradine y campe un baroudeur pur et dur chargé de libérer des prisonniers de guerre américains au Vietnam. Mais il tombe dans un piège et se retrouve à son tour aux mains des Viêts, ce alors que la guerre touche à sa fin. Certes, le film est manichéen, le scénario est loin de faire dans la dentelle et David Carradine a autant l'air de bailler en attendant son chèque que d'un héros de guerre désabusé, mais "Dans les bras de l'enfer" n'est pas un nanar pour autant. Loin d'être aussi fun qu'un "Portés disparus 3", cette série B trop sérieuse est globalement assez ennuyeuse, même si certaines scènes sont plutôt bien amenées, telle que la prise de conscience du traitre de service lorsqu'il se regarde dans un miroir.

Image


Toujours sous les hospices des généreux Menahem Golan et Yoram Globus, citons "Freedom Force" (Mercenary Fighters, 1986), une resucée des "Oies Sauvages" tournée en Afrique du sud par Riki Shelach avec pour héros couillu le fabuleux Reb Brown. Reb joue le membre d'un commando de mercenaires engagés par un dictateur africain pour mater une révolte. Il réalise qu'il combat du mauvais coté. La première heure tient plus de la bonne série B, en dehors de Reb Brown qui nanardise tous les plans dans lesquels il apparait avec ses airs de ravi de la crèche au sourire béat (méga respect, ce mec est un génie de l'acting nanar !). Puis, le dernier tiers donne dans le nanar guerrier le plus crétin. On voit notamment Reb devenir le leader des rebelles qu'il massacrait en beuglant à peine cinq minutes plus tôt. Les autres mercenaires sont joués par Peter Fonda (la jaquette se sent obligée de préciser "fils d'Henry Fonda") et James Mitchum (la jaquette précise "fils de Robert MITCHUM").

Image


Dans un esprit très "Cannon approved", l'ultra-militariste "Ripposte Immédiate" (Death Before Dishonor, 1986) de Terry J. Leonard exalte l'héroïsme du bourrin sergent Jack Burns (Fred Dryer) secourant son colonel kidnappé par des fanatiques musulmans en Palestine et vengeant ses hommes vilement massacrés par les terroristes. Film d'action relativement bien ficelé, "Ripposte Immédiate" n'en est pas moins l'un des films les plus bellicistes de l'ère Reagan et ne manque pas de faire la joie des nanardeurs par son ambiance militaire bien basse de plafond.

Image


Pour son unique film, William H. Humphrey livre une bien pâle copie de "First Blood" avec "Day of the Survivalist", sorti en Allemagne sous le titre "Master Blaster 2" afin de profiter du succès rencontré cette même année 1986 par "MasterBlaster l'exterminateur", un petit slasher à base de chasse à l'homme dans les bois n'ayant aucun lien avec cette prétendue suite. Soit disant inspiré d'une histoire vraie, ce survival ultra-mou s'avère être une pénible purge filmée sans la moindre énergie avec des acteurs amateurs totalement dépourvus de charisme. On y voit un vétéran du Vietnam traqué à travers la montagne par un commando de survivalistes para-militaires persuadés de l'imminence d'un holocauste nucléaire. Le visionnage de ce sinistre navet à la photographie triste étant aussi captivant que de regarder pousser l'herbe, on ne saurait trop vous conseiller de l'éviter.

Image


L'année 1987 est inaugurée par l'assez piètre "Tiger Shark", énième sous-Rambo routinier tourné aux Philippines par un Emmett Alston moyennement inspiré. Des top-modèles sont kidnappées par le dictateur d'un pays fictif d'Asie du sud-est (la Soulanésie), qui compte les vendre à un diplomate soviétique en échange d'une cargaison d'armes. Le fiancé de l'une des mannequins, un ex du Vietnam dur à cuire devenu gérant d'une école d'arts martiaux à Hawaï, part dans la jungle avec ses deux sidekicks pour les délivrer. Filmé comme un épisode de mauvaise série télé, ce commando-flick sans originalité a pour héros le karatéka Mike Stone, qui avait perdu le rôle principal de "L'implacable ninja" de Menahem Golan car il jouait trop mal (c'est dire si son charisme crève l'écran). Très dispensable.

Image


Resucée de "Delta Force" au discours anti-arabe très appuyé, "Hostage" (1987) de Hanro Mohr et Percival Rubens décrit d'abord le calvaire des passagers d'un avion détourné en Ouganda par des terroristes qui exigent la libération de leur leader et 25 millions de dollars en lingots d'or, puis la mission de sauvetage organisée par le fiancé d'une des otages, un béret vert joué par Wings Hauser. Ce film assez poussif met du temps à démarrer et n'offre au final rien de bien folichon. Sans parler de son aspect fantastico-mystique dont on peine à saisir le sens.

Image


Martin Kove, que le grand public a pu voir dans "Rambo 2", a accompli une belle petite carrière comme vedette de DTV. En 1987, le réalisateur Robert Boris lui offre son "Commando" à lui avec "Steele Justice". Dans cet actioner bourrin au sympathique casting de seconds couteaux, Martin joue, avec son habituelle goguenardise, le vétéran du Vietnam John Steele, ex-flic tombé dans l'alcoolisme qui entre en guerre contre la mafia vietnamienne lorsque celle-ci assassine son meilleur ami et sa famille. Arrêté, notre justicier s'évade et met à sac un arsenal militaire pour aller régler son compte au chef mafieux, un général Viêt qui l'avait trahi durant la guerre, avec la bénédiction du chef de la police, ravi d'avoir une bête de guerre pour faire le boulot à la place des flics ("On ne recrute pas John Steele... On le lâche, tout simplement !" annonce sobrement la jaquette).

Image

Image Image
L'affiche de droite se passe de commentaires...


"Night Force" (1987) de Lawrence D. Foldes réunit un beau casting pour une invraisemblable histoire où la fille d'un sénateur (Cameron Mitchell) est enlevée par des guérilleros anarchistes d'Amérique centrale. Face à l'inaction des autorités, ses camarades de fac (parmi lesquels Linda Blair et Chad McQueen) partent la sauver et croisent la route d'un vétéran du Vietnam (Richard Lynch, pour une fois en héros) qui va les aider. Farcie de plans nichons et d'incohérences, cette série Z réserve son lot d'inepties : l'otage est enfermée nue dans une cage gardée par un nain, les anarchistes sont très hiérarchisés, leur chef est un gros barbu qui ne s'exprime qu'en riant grassement et les jeunes étudiants se changent en commando invincible contre toute crédibilité.

Image


Réunissant les baraqués Brian Thompson et William Smith ainsi que ses fidèles Sid Haig, Ross Hagen, Robert Quarry, Dawn Wildsmith et Russ Tamblyn dans son désert californien favori, Fred Olen Ray se fait plaisir en réalisant le bourrin "Commando Squad" (1987). Un agent de la DEA est capturé au Mexique par des trafiquants de drogue. Sa petite amie et coéquipière se rend alors sur place pour le sauver. Cette bonne tête de Brian Thompson est le héros couillu et musclé de cette série B fauchée qui enchainent tous les poncifs de l'actioner : explosion d'hélicoptère, traque en foret, tortures, assaut final, baston à mains nues contre le bad guy...

Image


Guère plus fortuné, "Rage to Kill" (aka Guerilla Force, 1987) de David Winters nous conte les aventures d'un mercenaire qui s'en va délivrer son frère étudiant en fission nucléaire, retenu en otage par de méchants militaires renégats souhaitant mettre la main sur un missile, à la suite d'un coup d'état sur une île des Caraïbes. Le film est tourné en Afrique du sud et le rôle du mercenaire invincible est tenu par ce cher James Ryan, tandis que Cameron Mitchell joue un espion de la CIA et que le rôle du vilain dictateur échoit à ce cabotin d'Oliver Reed, qui passe davantage de temps à baiser dans un jacuzzi qu'à diriger ses troupes alors que l'armée rebelle est sur le point de renverser son régime. James Ryan, qui s'est joint aux révolutionnaires, a en effet mis au point un plan génial qui consiste à faire exploser la centrale atomique pour obliger l'ennemi à déposer les armes. Une stratégie qui nanardise beaucoup le final de cet actioner crétin auquel on peut quand même reprocher quelques longueurs.

Image

Image


En manque de matière grise est également le "Angel of Vengeance" (War Cat, 1987) de Ted V. Mikels. Réjouissant de crétinerie, ce film a pour héroïne invincible la farouche Tina, écrivaine partie à la campagne rédiger la biographie de son béret vert de paternel et qui se retrouve kidnappée et violée par une bande de militaires survivalistes commandés par un paranoïaque persuadé qu'il faut se préparer pour la Troisième Guerre mondiale, même s'il ne sait ni où ni quand elle doit avoir lieu. Tina est ensuite "traquée comme une bête" dans la montagne par les survivalistes, mais bien décidée à en découdre, "elle défendra sa vie avec la férocité d'un animal sauvage".

Image


Tina est ainsi une experte ès survie qui tue ses poursuivants un à un en utilisant une technique différente à chaque fois : fusil mitrailleur, pistolet, bazooka, grenade, couteau, pièges à con et même brindille seront des armes mortelles qui auront raison des chasseurs d'homme (pardon, de femme) les plus nuls du monde dans une débauche d'explosions de pixels (la Ted V. Mikels' touch), d'effets gores artisanaux et de bourrinage régressif. Ce sympathique nanar est peuplé de protagonistes tous plus cons les uns que les autres, et outre les survivalistes battant des records de crétinerie, on a également droit à un gang de bikers débiles et à deux serial-killers psychopathes aux looks ridicules qui n'ont pas la moindre utilité ni justification scénaristique, hormis augmenter le taux de meurtres gratuits de cette couillonnade hyper-fauchée et jubilatoire.

Image


Sur un postulat très similaire et avec une connerie aussi jusqu'au-boutiste, David A. Prior nous offre le magnifique "Ultime Combat" (Deadly Prey, 1988). Avec son Mike "le meilleur" Danton au torse badigeonné d'huile, machine de guerre insurpassable, jouant à cache-cache dans un sous-bois avec une armée de mercenaires bras-cassés, ce monument de l'action décérébrée plagie ouvertement "First Blood", mixé avec "Les chasses du comte Zaroff". Ce nanar mythique se signale comme le représentant le plus bourrin de la ramboploitation.

Image
Une sublime affiche ghanéenne qu'on rêve tous d'avoir au dessus de son lit.

Image
La vidéo portugaise.


Reprenant un scénario rigoureusement identique, l'alléchant "The Game" (1988) de Cole S. McKay raconte la vengeance d'un homme dont la famille a été massacrée par un syndicat du crime kidnappant d'innocents citoyens (en l’occurrence des SDF) pour en faire les proies de leurs parties de chasse à l'homme. Le héros, joué par le sous-Stallone Craig Alan, infiltre l'organisation, mais une fois découvert, il doit affronter les mercenaires et les ninjas obéissant aux leaders de la milice (un émirat arabe, un mafioso, un nazi habillé en SS, un samouraï japonais et un banquier juif). Inutile de dire que ce film rarissime fait l'objet de recherches assidues de notre part.

Image


Cette année-là, David A. Prior aborde le genre de façon originale avec "Night Wars", improbable crossover entre "Retour vers l'enfer" et "Les griffes de la nuit". Deux vétérans hantés dans leur sommeil par les tortures endurées dans un camp Viêt-cong se réveillent avec des blessures sur le corps. Ayant réussi à s'évader mais en abandonnant l'un des leurs, ils reçoivent dans leurs songes l'appel au secours de leur frère d'arme toujours porté disparu. Ils décident d'aller au Vietnam le délivrer... dans leur rêve et vont se coucher armés jusqu'aux dents afin d'affronter leur ancien tortionnaire, le Freddy Krueger de service. Un film étrange, porté par une approche expérimentale intéressante, malgré une conclusion un peu discutable.

Image


1988 marque aussi le retour de Ron Marchini dans le troisième volet des aventures de Steve Parrish, "A feu battant" (Jungle Wolf II: Return Fire) de Neil Callaghan. Après sa mission suicide en Amérique centrale où nous l'avions quitté abandonné par la CIA et cerné par une armée de cocos, Steve Parrish rentre aux États-Unis pour retrouver son fils. Mais le petit Parrish Junior (qui porte un tricot jaune poussin comme papa) est kidnappé par des mafieux en cheville avec la CIA qui tuent le meilleur ami de Steve au passage. Après avoir enterré son pote dans son jardin comme un lapin domestique, notre héros, aidé d'une belle blonde, s'en va tout faire péter dans le hangar où habitent les méchants. Un opus aussi bourrin que les précédents avec Adam West en traitre du Pentagone.

Image


Grâce à la relative notoriété que lui a apporté son rôle de méchant dans "L'Arme Fatale", Gary Busey est devenu une vedette de la série B et du direct-to-video. Avec "L'Ultime Recours/A l'épreuve des balles" (Bulletproof, 1988), le réalisateur Steve Carver tente justement un mélange entre "L'Arme Fatale", "Invasion USA" et "Rambo 2". Gary Busey y incarne un ex-agent de la CIA devenu un super-flic casse-cou faisant régner la justice avec son sidekick noir à Los Angeles. Mais comme la CIA est incapable de gérer le vol d'un super-tank révolutionnaire en carton, l'enlèvement de militaires américains et la menace d'une invasion communiste sans l'aide de Gary, notre héros est rappelé par ses supérieurs pour aller au Mexique mettre une branlée aux ennemis de l'Amérique. Les avis sont partagés au sujet du film entre ceux qui n'y voient qu'un actioner lambda et ceux qui voient en lui un beau nanar bas du front, mais reconnaissons que la nanardise du jeu de Gary Busey, les grimaces de Henry Silva en méchant Lybien (!) et la présence de William Smith en officier soviétique caricatural, additionnés à un scénario profondément crétin, font de ce film un divertissement idéal pour qui souhaite se détendre le bulbe en ricanant devant son écran.

Image


L'americano-yougoslave "Opération Paratrooper" (Private War, 1988) de Frank DePalma ressemble à première vue à un banal sous-Rambo, mais, s'il s'agit bien d'une pure resucée de "First Blood" (avec un peu de "Full Metal Jacket"), elle est plutôt inhabituelle et même assez déroutante. C'est une œuvre très bizarre, un film d'action expérimental bannissant (volontairement ? ça reste douteux) toute cohérence et le spectateur aura peu de chances de comprendre quelque chose à ce qu'il s'y passe. Joe Dallesandro, icône gai d'Andy Warhol, se voit curieusement confier le rôle d'un baroudeur d'élite des forces spéciales, traumatisé par le Vietnam, recyclé en sergent-instructeur sadique menant la vie dure à de jeunes recrues dans un camp d'entrainement en Italie. A la suite d'un incident avec l'une des recrues, Joe Dallesandro est écroué par la police militaire, puis, réussissant à s'évader, notre baroudeur, un peu psychopathe sur les bords, entame une violente vendetta qui le pousse à traquer des trafiquants d'armes à coups de pièges à cons bricolés dans la foret. Mais tout ça n'est pas très clair. "Opération Paratrooper" est sans doute l'un des avatars les plus étranges de la ramboploitation, que l'on pourrait qualifier de sous-Rambo ésotérique joliment foireux. Tentative d'expérimentation abstraite sur un genre popcorn ou résultat de l'incompétence du réalisateur ? Mystère.

Image


Atypique, le premier quart d'heure de "Phantom Soldier" (White Ghost, 1988) de B.J. Davis l'est également. On y découvre un William Katt à l'air ahuri, coiffé d'une improbable mulette frisée sur le dessus et lisse sur la nuque, évoluant en pagne dans la jungle Vietnamienne (c'est tout juste s'il ne pousse pas le cri de Tarzan en rencontrant des Viêt-congs). Passé ce démarrage de folie, le film se calme et vire hélas au sous-Rambo sympa mais classique, où William Katt, qui s'est rhabillé et à coupé sa mulette, se retrouve traqué par des mercenaires, lesquels sont commandés par un vieil ennemi revenu au Vietnam pour supprimer notre héros. Le film propose alors les clichés habituels : pièges de jungle, fusillades, tortures, assaut d'un camp de prisonniers... Seule la présence de Reb Brown nous offrant un one man show cocasse en agent de la CIA, dont les apparitions s'imbriquent très artificiellement dans le récit, apporte quelques instants d'hilarité ravie au milieu de ces péripéties routinières, qui ne manquent toutefois pas d'un certain charme.

Image


En 1988 encore, la toute jeune compagnie PM Entertainment fondée par Joseph Mehri et Richard Pepin produisit son avatar de la ramboploitation avec le très fauché "Payback" aka "Revenge". Mis en boite par Addison Randall, ce "Z picture" nous sert le postulat suivant : un groupe terroriste, la Strike Force, souhaite s'emparer d'armes révolutionnaires mises au point par la CIA. Le Pentagone engage alors un vétéran du Vietnam pour contrer leurs plans. Ce film d'action a un gros problème : il n'y a strictement aucune scène d'action durant toute la première heure (pas étonnant, le héros passe son temps à glander au lieu d'agir). Heureusement, il dispose de certains arguments qui lui garantissent un petit taux de nanardise, en premier lieu son casting somptueux. Tandis que Deron McBee et Blake Bahner cabotinent en terroristes, l'interprète principal a tout pour nous réjouir. Il s'agit d'un sozie de Sylvester Stallone nommé Roger Rodd, lequel joue fantastiquement mal. Outre cette révélation masculine, on saluera le choix des actrices recrutées pour jouer les bimbos, qui rivalisent toutes de laideur, à commencer par la "jeune première" la plus repoussante et décatie de l'Histoire du cinéma. Quant à l'assaut final, c'est un modèle de cheap. Au final, un film bavard, souvent ennuyeux, mais assez fascinant.

Image

Image
Image
Cadeau : un petit échantillon du panel de jeu de Roger Rodd, sous-Sly à la filmo hélas minuscule.


"Le Scorpion Rouge" (Red Scorpion, 1988) de Joseph Zito est une œuvre qui a parfaitement assimilé le message de "Rambo 2" (les Rouges c'est le MAL) et en livre une version particulièrement exacerbée. Dolph Lundgren y incarne l'élite des spetsnaz que Moscou envoie en Afrique éliminer le leader de rebelles anti-communistes. Sur place, le héros soviétique réalise à quel point les communistes sont méchants et découvre les bienfaits de l'impérialisme occidental (Dieu, le rock'n'roll, le chewing-gum, la bière et le cheeseburger). En dehors de sa dimension anti-coco caricaturale, "Le Scorpion Rouge" est une série B correcte avec un Dolph Lundgren plutôt crédible en héros monolithique.

Image


En 1989, le sous-Nick Nolte Asher Brauner, héros du "Trésor de la Déesse Lune", écrit et interprète un diptyque à sa gloire tourné en Afrique du Sud. Le premier opus, "Merchants of War" de Peter M. Mckenzie, met en scène une mission commando poussive et routinière. Le mercenaire Asher Brauner retourne en Angola délivrer un de ses frères d'armes capturé par des terroristes islamistes. Le film, terne, mal filmé et monté n'importe comment, avance mollement jusqu'à un final méga-bourrin où le héros américain fait exploser la tribune d'une conférence internationale des nations musulmanes au lance-roquettes.

Image


Sortie la même année, sa suite (enfin pseudo-suite, vu que les personnages ne sont pas les mêmes) "American Eagle" de Robert J. Smawley, est du même acabit. La femme d'Asher Brauner est enlevée par un de ses anciens compagnons d'armes du Vietnam devenu trafiquant en Côte d'Ivoire. Pendant que le héros seul contre tous affronte une armée pour sauver sa dulcinée, le spectateur s'ennuie poliment devant ce scénario mille fois vu. La seule distraction nanarde vient du cabotinage, certes attendu mais néanmoins salutaire, de ce cher Vernon Wells en méchant, contrastant avec l'inexpressivité Mark-Gregorienne d'Asher Brauner.

Image


Coproduction americano-hong-kongaise totalement déjantée, "Karate Tiger 2" (No Retreat No Surrender 2 : Raging Thunder, 1989) est un réjouissant cocktail nanar certifié "0% de matières grises". Sans lien avec le premier "Karate Tiger", ce film d'action mis en scène par l'énergique Corey Yuen nous conte les aventures d'un jeune artiste martial américain (Loren Avedon) dont la fiancée est enlevée en Thaïlande par de très vilains communistes. Notre héros part donc dans la jungle du Vietnam accompagné d'un pote baroudeur (le génialissime Max Thayer) et d'une pilote d'hélicoptère (Cynthia Rothrock) pour délivrer sa copine des mains de l'infâme colonel soviétique Youri (le roi du cabotinage Matthias Hues). Indispensable.

Image


S'inspirant à la fois d'Indiana Jones et de "Rambo 2", David Winters dirige l'immense Robert Ginty dans le sympathique "Code Name Vengeance" (1989). Robert y joue un mercenaire sorti de prison par un technocrate véreux pour aller en Afrique secourir la famille d'un chef d'état kidnappée par des terroristes musulmans menés par James Ryan. Un aventurier rigolard (Cameron Mitchell) et une bimbo de la CIA (Shannon Tweed) l'accompagnent dans sa mission.

Image


Ayant délocalisé son lieu de tournage habituel, David A. Prior passe des sous-bois californiens aux sous-bois d'Alabama pour reconstituer les jungles vietnamienne et amazonienne dans "Patrouille dans la jungle" (Jungle Assault, 1989). Inutile de dire qu'essayer de faire passer un jardin public aux pins clairsemés (visiblement filmé en plein automne en plus) pour la jungle tropicale a de quoi faire sourire. D'autant que le scénario est un catalogue de clichés : un général à la retraite de l'U.S. Army (William Smith, en plein cachetonnage) demande à deux de ses anciens soldats (Ted Prior et William Zipp) de sauver sa fille embrigadée dans une organisation terroriste en Amérique du Sud. Tombant dans un piège, l'un des mercenaires est fait prisonnier tandis que l'autre est traqué dans la "jungle" par les terroristes pour l'éternel remake de "First Blood". D'une misère effarante (il faut voir la gueule du camp terroriste !), rythmé par une musique complètement à coté de la plaque, ce commando-flick patriotique offre une galerie de personnages bas du front, des figurants aux tronches pas possibles et des scènes d'action risibles, dont la plus belle est sans doute celle qui voit William Zipp attraper en sautant un hélicoptère volant au moins à dix mètres au dessus de lui et le méchant vider deux chargeurs à trente centimètres de son front sans l'atteindre. Comme la plupart des œuvres de David A. Prior, "Patrouille dans la Jungle" fait polémique au sein de la communauté des nanardeurs entre ceux qui le classent sans hésiter dans la catégorie des navets chiants et ceux qui estiment qu'il a parfaitement sa place parmi les nanars cheapo-bourrins bidonnants.

Image


La même année, David A. Prior, décidément abonné aux Rambo du pauvre, embauche Michael Wayne, l'un des fils de John Wayne, pour lui faire jouer le méchant de "Rapid Fire", direct-to-video crétinoide. Dans cette resucée ultra-fauchée de "Invasion USA", Michael incarne, avec force cabotinage et grimaces de constipé, un vilain mercenaire faisant évader un terroriste islamiste grâce à un méga-fusil d'assaut futuriste. Le chef magouilleur de la CIA (Joe Spinell, dans son dernier rôle) oblige alors un ancien commando à reprendre du service pour aller tout faire péter chez les terroristes et par la même occasion, régler un vieux compte avec le méchant mercenaire... Encore une "priorerie" qui est loin de faire l'unanimité au sein de la communauté nanarlandaise. Un seul élément est susceptible de plaire à tout le monde, c'est le réjouissant sidekick du héros, un sosie de ZZ Top appelé Pappy, érotomane super-cool passant son temps à picoler des bières en compagnie d'une bande de playmates dans une piscine en forme de phallus et qui meublera le générique de fin en affrontant sans raison un ours dans un bar à routiers une fois la mission accomplie.

Image


Produit, écrit, interprété par et à la gloire de William Zipp (mais si, souvenez-vous, le sidekick qui meurt dans les bras de Mike Danton dans "Ultime Combat" !), "La Légion de l'Aigle" (Order of the Eagle, 1989) de Thomas Baldwyn est une petite resucée poussive de Rambo dont la jaquette aura fait saliver bon nombre d'amateurs de nanars en le faisant passer pour un plagiat de "Cobra" avec en vedette le frère de Sylvester Stallone, Frank. Sauf que Frank n'apparait en réalité que cinq minutes en méchant technocrate dans un bureau. Le véritable héros est William Zipp, qui incarne un vétéran du Vietnam moustachu tiré de sa retraite par de méchants terroristes à la recherche d'une disquette top-secrète disparue au cours d'un crash d'avion dans la foret. Accompagné d'une musique plagiant le style de Bernard Hermann, cette production AIP semble vouloir viser un public familial mais échoue à livrer un spectacle un tant soit peu palpitant, la faute à un scénario archi-prévisible et à une réalisation sans âme.

Image


Tant qu'on parle des productions AIP, mentionnons également "Enemy Unseen" (1989) de Elmo Dewitt, DTV assez inintéressant dans lequel une zoologiste en voyage en Afrique est enlevée par une tribu de natifs un peu attardés qui veulent la sacrifier à leur dieu crocodile. Le père de la jeune femme engage alors un commando de baroudeurs la sauver. Seul point à noter : le chef des mercenaires n'est autre que Vernon Wells, dans l'un de ses rares rôles de héros.

Image


Produit par Roger Corman, "Heroes stand alone" (1989) de Mark Griffiths semble plagier la première partie de "Predator" : un avion de la CIA s'écrase dans la jungle d'un pays d'Amérique centrale au nom à coucher dehors, le San Pedro. L'Oncle Sam envoie alors un commando de mercenaires d'élite récupérer la petite boite noire de l'appareil. Mais des Soviétiques et des guérilleros cubains sont également à la recherche du lieu du crash. Bourrinage pyrotechnique en perspective...

Image


Plagiat désargenté de "L'Homme de Prague" de Charles Jarrott, "Vengeances" (Ministry of Vengeance, 1989) de Peter Maris met en scène John Schneider dans le rôle d'un pasteur ancien du Vietnam parti au Liban venger sa famille tuée par des terroristes. Le film ne va pas au bout de son concept car on ne verra pas le héros casser du taliban habillé en prêtre. On se console avec un beau casting : George Kennedy en révérend, Yaphet Kotto en traitre de la CIA, James Tolkan en ex-supérieur du héros devenu sergent-instructeur d'une section d'élite nous régalant de répliques comme "Tu t'es gouré d'cible, du con !" ou "J'ai connu un escargot qui grimpait plus vite que ça !" à l'adresse de ses recrues...

Image


Toujours en 1989, John Garwood réalise un "Violent Zone" dont l'intrigue est particulièrement obscure. L'intro raconte une vengeance entre un soldat américain et un soldat japonais sur une île des Philippines durant la Seconde Guerre mondiale. Quarante ans plus tard, un milliardaire dont le fils est porté disparu au Vietnam recrute une équipe de mercenaires pour se rendre sur l’atoll philippin pour le retrouver, sans qu'on voit trop le rapport entre le Vietnam et les Philippines. Sur l'île, les mercenaires, dont l'objectif restera flou jusqu'à la fin, sont la cible d'un ennemi invisible...

Image


Dans la catégorie des nanars de type "shoot'em up interminable", "Rescue Force" (1989) du belge Charles Louis Nizet se pose en champion de la pyrotechnie bordélique. Série Z bourrée de faux raccords et autres scories techniques, abusant du remplissage à un point indécent, le film se résume essentiellement à une démentielle bataille rangée explosive entre un commando de bimbos sexys et de baroudeurs grassouillets et décatis et une organisation de terroristes palestiniens ayant kidnappé un ambassadeur américain et sa fille dans l'espoir de mettre la main sur des missiles atomiques. Tourné dans le désert du Nevada, ce chef-d'œuvre de bourrinage bénéficie de la participation du colonel Bo Gritz (qui a inspiré les personnages de Rambo et de Hannibal Smith dans "L'Agence Tous Risques" !) et du majestueux Richard Harrison en bête de guerre à bandana.

Image

La suite à suivre (désolé pour cette coupure abrupte, mais sinon, je dépassais les 60000 caractères autorisés).

_________________
Image Image Image

Aux frontières du sexe et de la démence Image Image


Dernière édition par JACK TILLMAN le 10 Août 2018 4:08, édité 86 fois au total.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: GLOSSAIRE NANAR
MessagePublié: 25 Mars 2015 7:19 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 30 Oct 2012 23:19
Messages: 1738
Dense autant que merveilleux, complet autant que palpitant. Monsieur Tillmann, vous êtes un artiste. Vivement la suite!

Et tant qu'à faire, je rajoute mon grain de sel pour dire qu'à mes yeux, "L'ultime recours" est une série B relativement correcte et très divertissante avec quelques éléments nanars (c'est marrant, mais William Smith ne m'a pas fait une forte impression, il m'avait l'air plutôt sobre et sérieux dans ce film, faudrait que je le revois).

_________________
Tu aimes les omelettes, je te casse les œufs!

Pour qui sonne la glace, celui-là, je l'ai refroidi!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: GLOSSAIRE NANAR
MessagePublié: 25 Mars 2015 21:26 
Hors-ligne
Maîtres es Nanar
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Déc 2011 20:36
Messages: 1241
Localisation: Quelque part entre les bornes et les limites
Merci pour ces encouragements, Paul ! Tous ces compliments me font rougir. :oops: :oops: :oops:

Je remercie au passage John Nada pour toutes les jaquettes qu'il m'a gentiment fait partager pour cette définition ainsi que Kobal pour la jaquette de "African Force". :wink:

Pour William Smith, en fait, c'est surtout son look que je trouve nanar dans "L'ultime recours" : son gros manteau et sa marmotte de vilain soviet sur la tête en pleine sierra mexicaine par 50° sous le cagna, le pauvre il a du en chier sur le tournage ! ryback avait souligné à juste titre cet élément dans sa chro. Et évidemment, il affronte comme il se doit le héros dans un énorme hélicoptère. Et vu qu'il est le seul méchant que le doublage ait affublé d'un accent bien typé (alors que les Mexicains et les Libyens s'expriment dans un français parfait, quel dommage !), je l'ai trouvé suffisamment stéréotypé pour susciter quelques sourires. :wink:
Après, on peut effectivement considérer le film comme un bis sympa et rythmé, c'est pas non plus le top délire et le spectacle se tient à peu près, Steve Carver connait bien son job. En tous cas, nanar ou bon film, j'adore ce film. Gary Busey y est GRAND !

_________________
Image Image Image

Aux frontières du sexe et de la démence Image Image


Dernière édition par JACK TILLMAN le 06 Sep 2015 0:22, édité 2 fois au total.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: GLOSSAIRE NANAR
MessagePublié: 09 Avr 2015 20:54 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 30 Oct 2012 23:19
Messages: 1738
En effet, je plussoie!

Par contre, je viens de m'en rendre compte, tu n'as même pas renvoyé au compte-rendu que j'ai fait de "L'œil du tigre", snif! :cry:

_________________
Tu aimes les omelettes, je te casse les œufs!

Pour qui sonne la glace, celui-là, je l'ai refroidi!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: GLOSSAIRE NANAR
MessagePublié: 10 Avr 2015 12:11 
Hors-ligne
Maîtres es Nanar
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Déc 2011 20:36
Messages: 1241
Localisation: Quelque part entre les bornes et les limites
Aarghl ! Mille excuses. Je corrige immédiatement cet oubli impardonnable. :oops:

_________________
Image Image Image

Aux frontières du sexe et de la démence Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: GLOSSAIRE NANAR
MessagePublié: 10 Avr 2015 22:05 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 30 Oct 2012 23:19
Messages: 1738
Pas grave, j'ai exagéré pour avoir mon instant de gloire sur le forum. :wink:

Sinon, histoire de participer un peu:

Je sais que la notion de cross-over existe déjà dans le glossaire, mais je me permets de vous en proposer une un peu plus étoffée et surtout plus fournie en matière d'exemples de cross-overs vraiment nanars. Voici donc:

Cross-over

Littéralement « transition », « croisement », ou « mélange » en anglais.
Principe de confronter deux personnages/univers/séries différents dans une même œuvre, roman, bande dessinée, film ou série télévisée.
On distingue différents types de cross-over : l’épisode partagé (quelques épisodes sont consacrés dans les deux séries), le cross-over évènementiel (on créé un univers majeur à part dont les éléments sont répartis dans les deux franchises) et le cross-over inter-éditeur (épisode indépendant), plus rare. Dans le domaine de la bande dessinée, l’exemple typique est celui de Marvel et DC Comics qui mélangent allègrement leurs personnages et univers respectifs, principe repris au cinéma (The avengers), mais le cas se produit aussi dans les BD européennes (Gaston Lagaffe et Spirou et Fantasio).

Image

Image

Au cinéma, le cross-over est un peu un genre à part. Le principe est très ancien et a donné lieu à bien des tentatives, allant de la franche réussite au ratage lamentable. Parmi les bons cross-over, on peut compter Zatoichi contre le sabreur mancho, Zatoichi contre Yojimbo, certains Godzilla (surtout les années 1950-60) et c’est à peu près tout, la liste est bien courte. Un cran au-dessous, on trouve des blockbusters formatés comme Freddy Vs Jason, les deux Alien Vs Predator, La ligue des gentlemen extraordinaires de Stephen Norrington ou le Van Helsing de Stephen Sommers. C’est du calibré, du précis, du riche en budget et c’est rarement mémorable, mais ça reste assez bien fait et le divertissement est assuré. Ca, c’est quand on est en présence d’équipes raisonnables, faisant coincider des éléments à peu près compatibles et ce de manière crédible. Maintenant, si on descend encore en-dessous, on va vite trouver des kistcheries bien croquignolettes : Maciste contre Zorro, King Kong contre Godzilla, Jesse James contre Dracula. Ca commence déjà sérieusement à partir en vrille côté histoire et on n’a plus que le minimum syndical pour le spectacle. Mais il y a un certain charme naif. Et puis, encore plus bas, en cherchant parmi les décombres du mauvais cinéma d’arrière-cour, on découvre les concepts les plus improbables, les scénarios les plus débiles, les franchises les plus obscures, les réalisations les plus médiocres. Nous avons ainsi Megashark vs Giant octopus, Megapyton vs Gatoroid, Demonic toys vs Puppet masters, Gingerdead man vs Evil Bong. Vous noterez que la totalité des titres évoqués regroupent des face-off animaliers, dus à notre chère firme The asylum, ou des règlements de compte horrifiques, qui proviennent eux de Full Moon de ce cher Charles Band.

Image
Image
Beaux exemples de cross-overs kistchs comme on n'en fait plus!

Image
Image
Et d'autres plus récents et mainstreams.

Le plus souvent, l’objectif de ce type de cross-over est purement commercial et vise avant tout à exploiter intensément une franchise, voire à la ressusciter (Freddy vs Jason). Aussi, au vu des exemples cités, il est plutôt rare que la qualité artistique soit au rendez-vous. Le cross-over nanar se distingue par quelques principes :

-Les franchises en question sont obscures et fort peu connues du grand public. Si les Puppet Masters ont une (très) relative notoriété parmi les amateurs d’horreur, qui a jamais entendu parler des Demonic Toys ou du Gingerdead man ? Souvent, ce n’est même pas une franchise, mais simplement un film unitaire qui est prolongé spécialement à l’occasion. Les cross-over animalier de The asylum et de Roger Corman (Mega Shark vs Giant Octopus, Sharktopus vs Pteracuda) en est la parfaite illustration.

Image
The asylum, un gage de qualité!

-Les univers de ces franchises sont souvent dénaturées, pour des raisons diverses d’ailleurs. L’exemple parfait en est Puppet Masters vs Demonic Toys, qui transforme deux univers de purs films d’horreur en conte pour enfant sucré et ultra-aseptisé (pas une goutte de sang !). Il est vrai que Charles Band n’était plus en charge de la chose.

Image
Film chroniqué par votre serviteur (et zou, auto-promo!).

Image
Une rencontre au sommet!

-Les synopsis de départ sont d’une indigence proverbiale, voire même complètement débile. Entre le Pteracuda créé génétiquement par un fonctionnaire fédéral aidé de deux assistants dans un hangar isolé tenant lieu de laboratoire sophistiqué et les demonic toys qui aident un démon à se procurer du sang de vierge, ne vous attendez pas à de l’intelligence en barre dans le scénario. Ajoutons à cela les concepts les plus improbables et les plus délirants : Alien vs Ninja, Zorro contre les trois mousquetaires. Bref, plus c’est dingue, mieux c’est !

Image
Celui-là, je ne l'ai pas vu, mais rien que pour le titre et le concept, il fallait le signaler!

-La réalisation demeure minimaliste et le budget dérisoire, ce qui est souvent le lot des nanars me direz-vous, mais qui pose quand même problème quand il s’agit mettre en scène une confrontation censée être spectaculaire. Du coup, les scènes d’action sont souvent cadrées de très près pour renforcer à peu de frais l’impression de spectaculaire. Pour les scènes à effet spécieux, des CGI moches feront l’affaire (The asylum en est grande consommatrice). Et pour le casting, des habitués du genre et des never-been reviennent régulièrement à l’affiche, avec quelques petits rôles de has been ou de vedettes invitées (Corey Feldman, Gary Busey, Michael Paré, Lorenzo Lamas, Conan O’Brian).

Image
Corey Feldman mange son pain noir dans Puppet Masters vs demonic toys en repensant aux jours glorieux des Goonies et Stand by me...

Image
Tandis que Conan O'Brian se fait plaisir lors d'un caméo dans Sharktopus vs Pteracuda (il est vrai que lui a fait ça pour rire et est une vedette invitée, non un has been réduit à jouer dans des nanars).

A noter que certains films n’assument même pas leur concept jusqu’au bout, ne réservant que les cinq ou dix dernières minutes au famuex combat annoncé (Komodo vs Cobra), voire n’en montre strictement rien (Mega Python vs Gatoroid), ajoutant la plus profonde malhonnêteté à l’opportunisme proverbial.

Image
Elle vous fait fantasmer la belle affiche hein? Ben profitez-en bien car vous ne verrez pas le début de la plus petite empoignade entre les deux espèces de monstre!

Image
Autre exemple de cross-over récent ave des figures très classiques du cinéma fantastique. ce film tient ses promesses, mais pas la longueur.

Image
Encore à l'état de projet, et avec Robert "Freddy Kruger" Englund s'il vous plait. Ca fait rêver, non? Non, vraiment?

_________________
Tu aimes les omelettes, je te casse les œufs!

Pour qui sonne la glace, celui-là, je l'ai refroidi!


Dernière édition par Paul Kersey le 12 Mai 2015 21:24, édité 2 fois au total.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: GLOSSAIRE NANAR
MessagePublié: 12 Avr 2015 5:44 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 30 Oct 2012 23:19
Messages: 1738
Histoire
Du grec ancien historia qui signifie enquête ou connaissance acquise par l’enquête.
Science de l’étude des faits et évènements du passé des hommes.

Le cinéma s’est très tôt intéressé à l’histoire, en fait depuis les origines avec les films de l’italien Carmine gallone qui illustrèrent l’antiquité romaine. Très vite, le cinéma historique devint un genre à part, relevant presque exclusivement du cinéma de prestige aux moyens conséquents et illustré par des cinéastes comme Cecil B De Mille, King Vidor, Stanley Kubrick ou Bertrand Tavernier. Le genre se veut également édifiant et exige une reconstitution minutieuse pour demeurer crédible. De ce fait, les films historiques nanars demeurent fort rares, les échecs étant surtout des navets à gros budgets, malgré quelques brillantes exceptions : Lady Oscar de Jacques Demy, L’homme au masque de fer de Randal Wallace, Vercingétorix de Jacques Dorfman. Reconstituer la cour de Louis XIV ou les croisades est autre chose que filmer deux ou trois gugusses en tenu de ninja ou de punks post-apos se mettant dessus.

Image
Image
Deux exemples des rares nanars historiques

En revanche, nombre de nanars ont un contenu historique ou approchant qui contribue à leur statut. Il s’agit généralement de genres bien précis, mais pas forcément. Plusieurs catégories peuvent être distinguées :

-Les péplums de série italiens, produits à la pelle dans les années 1950. N’ayant pas les moyens de Cecil B De Mille, les studios Cinecitta ont souvent du mal à rendre crédible les fastes de la cours impériale romaine, avec ses décors en carton pâte, ses figurants aussi rares que les ambitions de Cine Excel, ses vêtements approximatifs, ses choix de casting hasardeux. Plusieurs de ces fims traitant de thèmes mythologiques (romains et grecs) et de légendes, une certaine indulgence peut cependant leur être trouvée.

Image
Image

-Les films de guerre se déroulant dans une époque récente précise. La Seconde Guerre mondiale et la Guerre du Vietnam sont les plus évoqués. L’Italie et les Philippines sont ici les principaux fournisseurs. Dans cette catégorie, le réalisme historique est plus facile à atteindre, la période étant plus récente que pour les péplums et le matériel utilisé alors existant encore, ce qui n’empêche nullement les anachronismes, mais ces derniers demeurentmoins frappants. La nanardise va se trouver ailleurs, notamment dans les moyens dérisoires (un jardin public et cinq ou six figurants pour figurer la campagne de France ou le conflit vietnamien, c’est peu) ou la présentation d’acteurs et de figurants particulièrement peu crédibles (les trois pochtrons de Phantom Raiders ou les soldats nazis de Holocauste : armes secrètes du IIIe Reich sont assez édifiants). Ajoutons à cela un propos outrancier et manichéen, tranchant avec les réalités du conflit concerné (Porté disparu 3 ou La bataille de Berlin viennent spontanément à l’esprit). A noter que le film de commando se situant à une époque contemporaine (notamment les prods Nu Image post-11 septembre) se situent aux limites de deux genres, film de guerre et film de commando de type Rambo, voire Ramboploitation. Certains films s’inspirant des faits contemporains à l’époque sont devenu aujourd’hui des films historiques, et ont de ce fait souvent mal vieilli (Delta force de Menahem Golan). Un cas rare est le croisement du nanar de guerre et du nanar horrifique avec le culte Le lac des morts-vivants de Jean Rollin. Notons enfin que la limite séparant nanar de bon film (bis sympa ou série B honnête) est souvent ténue, plusieurs des films concernés faisant débat (Rambo 2 et 3).

Image
L'archétype et plus célèbre représentant du nanar de guerre historique
Image
Image
Il est bien connu des historiens que les nazis ont utilisé des hommes-singes violeurs comme armes secrètes durant la guerre!
Image
Miles O'Keefe en baroudeur de la Guerre du Vietnam qui n'en fichera pas une durant toute sa mission. Ca expliquerait que les américains aient perdu ce conflit.

-Les films d’époque d’origine exotique. Les films turcs viennent tout de suite à l’esprit, notamment ceux se déroulant dans une époque médiévale ou antique : Lion Man avec ce cher Cuneyt Arkin, Tarkan contre les vikings, la série des Battal Gazins. On franchit encore un palier par rapport aux péplums et aux ramboteries italiens. Rien ne nous est épargné : acteurs grimés comme Astérix, épée en carton, sauts en trampoline et autres cascades improbables, méchants (généralement chrétiens ou arabes renégats) fourbes et grimaçants, décords ultra-kistch et n’ayant qu’un rapport très approximatif avec l’époque concerné, on est clairement dans une autre dimension. Parfois, les sujets historiques sont plus contemporains comme dans le cas de Once Vatan, avec Cuneyt, illustrant l’intervention turque à Chypre en 1974 et qui montre, comme il se doit des soldats grecs et onusiens ignobles et veules ! Quelques exemplaires plus rares nous proviennent également d’Indonésie qui nous permettent d’aborder des thématiques historiques peu illustrées au cinéma comme la période coloniale hollandaise (La revanche de Sanson) ou la guerre d’indépendance de 1949 (Hell Raiders).

Image
Un viking moustachu fort crédible de "Tarkan contre les vikings"

Image
Kara Murat, tours avec Arkin, autre film historique nanar turc!

Image

-Certaines comédies se déroulant dans un contexte historique précis. Encore une fois, la Seconde Guerre mondiale est à l’honneur avec notamment Le fuhrer en folie de Philippe Clair, Deux bidasses et le général de Luigi Scattini ou Comment se faire virer de l’hosto de Georges Cachoux. Le principe de la comédie étant de ne pas être sérieux, on peut juger limite cette catégorie, mais après tout, il s’agit toujours de nanar et d’histoire. Un des (innombrables) aspects nanars du Fuhrer en folie tient précisément dans le fait que la période historique est impossible à dater : on nous annonce au début que l’on est en 1936, mais peu après le film montre la France et l’Allemagne en guerre, donc au moins en 1939. Puis, pour le fameux match de football final, on a l’impression de revenir en 1936. Bref, dans les comédies comme dans les films sérieux, l’histoire est sérieusement maltraitée dans le monde du nanar.

Image
Image
Image
Euh bon, là, comment dire...?

_________________
Tu aimes les omelettes, je te casse les œufs!

Pour qui sonne la glace, celui-là, je l'ai refroidi!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: GLOSSAIRE NANAR
MessagePublié: 13 Mai 2015 19:45 
Hors-ligne
Nanardeur en progrès
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 23 Oct 2011 20:03
Messages: 441
Localisation: Devant ton nez
DVD (ses rapports avec les nanars)

Digital versatile disc, support numérique succédant à la VHS lancé en 1995. Contrairement à une idée répandue, le support DVD ne nuit pas à la nanardisation de films. En effet, sous réserve d'être suffisament mal rippés et/ou mal pressés, il peuvent présenter une absence de qualité suffisante pour les nanardeurs qui l'apprécient. Ainsi, à titre d'exemple, les DVD rippés par Prism video, bien connus pour leurs jacquettes volantes, ne font l'objet d'aucun nettoyage du son ni de l'image, ce qui donne des DVD avec une image baveuse et un souffle audio. Ils possèdent en outre quelques détails appréciables: chapitres placés n'importe comment, fôtes dans le menu, recadrage à l'arrache, etc...

Image
Dans cette édition qui n'a de prestigieux que le nom, ni l'image ni le son n'ont subi le moindre traitement.

Le DVD a en outre un atout non négligeable: permettre la ressortie de nanars dont la plupart des VHS se sont perdues. On a pu ainsi voir de nombreux éditeurs, tels Mondo Macabro, Sheep Tapes (le label de Nanarland), Something Weird où Bach film se spécialiser dans les comédies involontaires en misant sur la nanardise des films qu'ils éditent. Et pour peu que les capacités du DVD soient bien exploités, on peut trouver, sur les meilleurs éditions, des bonus nous en apprenant plus sur ces films.

Image

_________________
à bas la nanarploitation !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: GLOSSAIRE NANAR
MessagePublié: 22 Juin 2015 21:10 
Hors-ligne
Nanardeur en progrès
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 23 Oct 2011 20:03
Messages: 441
Localisation: Devant ton nez
Mystery Science Theater 3000

Souvent abrégé MST3K.

Série télévisée américaine ayant pour cadre un vaisseau spatial où Joel Robinson, ainsi que ses deux robots, Crow et Tom Servo sont contraint par un méchant scientifique de regarder les pires séries B de tous les temps. Chaque épisode est constitué d'un mauvais film, souvent nanar, diffusé dans son intégralité avec les ombres des personnages précités qui font des commentaires et des blagues sur le film.

Bien que cette série ait eu le mérite de permettre des rééditions de nanars en DVD, le visionnage de ces derniers est généralement déconseillé, non seulement parce que les interventions gênent le visionnage, mais surtout parce qu'un bon nanar se suffit à lui-même.

Toutefois, certaines éditions proposent des DVD double face permettant de voir les films sans être parasité par les personnages de la série.

_________________
à bas la nanarploitation !


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 273 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 9, 10, 11, 12, 13, 14  Suivant

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr