Forum Nanarland.com

Le forum des mauvais films sympathiques
Nous sommes actuellement le 13 Déc 2018 15:11

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 84 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: The Amazing Bulk - Lewis Schoenbrun (2010)
MessagePublié: 30 Sep 2012 12:51 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 11 Oct 2003 15:07
Messages: 10704
Localisation: Dans une bulle de confinement psychédélique
Amateurs du freakshow nanarlandais, bienvenue à vous. Vous qui venez vous repaitre des chairs difformes de nos atrocités filmiques, allez être bien servis aujourd'hui. Préparez-vous à être gavés d'horreur jusqu'à la régurgitation. Oui, nul besoin d'introduction inutile qui viserait à vouloir noyer le poisson, allons droit au au but : "The Amazing Bulk", c'est du gros nanar qui tâche que même un mélange K2R/Cilit Bang/Destop ne pourra rien faire pour vous et votre âme, souillés pour l'éternité.
En fait, la situation est plutôt simple : "The Amazing Bulk" est tout bonnement une révolution cinématographique qui amène le 7ème art vers une nouvelle étape de son existence. Il y eut le son, la couleur, la 3D et maintenant, il y a... ça.

Image

Allons bon, même une jaquette aussi rentre-dedans ne dispense pas d'une mince trame scénaristique. En l'occurrence, nous nous intéressons au cas de Hank, un scientifique aussi malheureux dans ses expériences que dans ses amours. Passant ses nuits à injecter en vain des sérums colorés à des rats (ou à des plantes quand le budget animalerie est épuisé) pour le compte de l'armée, il se retrouve bien en peine d'obtenir la main de sa bien-aimée auprès du papa qui s'avère être le général à la tête du programme de recherche. Bref, Hank connait les affres de la confusion entre vie professionnelle et vie privée, ce qui entraine la complication inhérente à ce genre de situation : l'auto-expérimentation à la sauvage de substances inconnues qui vous transforment à l'insu de votre plein gré en bibendum violet, chauve et déficient mental nommé... Bulk. Enfin, selon le titre du film, parce jamais personne ne prononcera ce nom de tout le métrage. Il faudra se contenter d'un "what the hell is that ?", ce qui est finalement plutôt honnête comme qualification.

Image
Des locaux qui témoignent de l'importante manne financière dont dispose l'armée en matière de recherche scientifique. Même les rats sont à la diète, nourris avec des os !

Image
Un espéré futur beau-père peu accommodant malgré sa belle cave à vins.

ImageImage
Je pressens que le plan de pharmacovigilance va être mis à rude épreuve.

Image
Combien de hausse d'impôt pour financer ça ?

Mais pendant que Hank découvre avec horreur son nouvel alter ego, un autre obèse se morfond dans son château. En effet, le baron Von Kantlove, un méchant Allemand (pléonasme) à monocle, cherche à compenser son impuissance sexuelle en offrant à sa blonde et gourde amante un substitut orgasmique original : la destruction de monuments historiques de part le monde. Ah ça, c'est de l'amour. Ça doit d'ailleurs être pour cela que personne ne semble réagir à cette éradication culturelle. Il faudra attendre la fin du film et la décision de Von Kantlove de décrocher la lune à coups de missile pour les histoires se recoupent.

Image
"On dirait Guy Carlier qui tenterait de refaire le Baron Harkonnen du Dune de David Lynch pour une fête de fin d'année d'école primaire...

Image
...accompagné par Isabelle Alonso qui reprendrait le rôle d'Alice Sapricht dans le "Führer en Folie" " nous commente notre forumeuse Hermaniwy.

Image
La destruction de tous les scientifiques allemands qui ont eu le malheur de moquer le génie de Von Kantlove (régulièrement ridiculisé par ses hommes de main qui le surnomment Kuntlove, mouarf, mouarf !).

Alors j'entends déjà les plus perspicaces d'entre vous s'interroger quant à un possible hommage de Bulk pour Hulk. C'est vrai que sur mon clavier, le B et le H sont assez proches, et sans cette faute de frappe, bien malin qui aurait pu, à l'écran, distinguer ces deux caractériels. Il faut dire qu'on ressent très fort l'envie de TomCat, la boite de production, de se positionner sur la niche marketing très sélect du mockbuster, division (36ème de)sous-Asylum. C'est dire l'ambition artistique.

Image
Une ambition dont témoignent les étonnants placements produits du métro. De là à imaginer que les producteurs ont tenté d'escroquer les marques concernées en leur réclamant de l'argent sous peine de leur faire de la pub sauvage. De l'anti-sponsoring, quoi.

Et pourtant, j'osais dès le début de cette chronique attribuer à "The Amazing Bulk" le rôle de portier du nouvel âge d'or du cinéma. Le film a en effet déniché la pierre philosophale capable de transformer tout ce qu'elle touche en nanar de très haute volée, incarnée dans cette simple mais puissante idée : n'avoir aucun décor réel et tout miser sur des fonds bleus et des CGI. Mais attention, un certain niveau graphique est requis. Il importe qu'il soit d'une ignominie tout bonnement inimaginable, capable de s'auto-réenchanter de manière perpétuelle afin que le spectateur ne s'habitue jamais au carnage infographique qui l'éclabousse en permanence, il faut que cette laideur absolue fraie dans des abysses jamais atteintes où la lassitude ne peut en rien entamer les traumatismes visuels incessants qui balaient toute humanité chez sa victime impuissante. Les acteurs doivent donc évoluer dans un univers extra-dimensionnel qui subisse la domination tyrannique de Paint, ambiance économiseurs d'écran amateurs pour Windows 95 à même de choquer le Georges Lucas de la nouvelle trilogie. C'est bien simple, le film aurait dû pouvoir être chroniqué par Jean-Michel Blottière dans l'émission Micro Kid's.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image
Mise en abime du film : un grand 8. Commentaire de l'actrice : "I'm so scary". Et nous donc !

Tout chroniqueur qui se confronte au défi de coucher sur papier l'enfer bulkien se heurte bien vite aux limites de son champs lexical, ce qui l'empêche de pleinement partager son expérience. Comment réussir à dire quelque chose de ce vécu très intime qu'est l'effroi cinématographique ? Et pourtant, il faut s'accrocher, témoigner, ne pas avoir quasi-perdu la vue pour rien. La mise en concurrence simultanée et anarchique de plusieurs équipes de graphistes (13 selon le générique) permet en effet d'exploser toute prétention à une direction artistique unifiée, histoire de varier les plaisirs. Si certains décors numériques ne dépareilleraient pas trop sur une PS1 (avec une tolérance d'acier pour les mauvaises incrustations), d'autres sont indignes d'un enfant phocomèle de 4 ans armé d'une tablette tactile bon marché. Le summum est atteint avec cette voiture de policier dont les couleurs semblent être du 8 bits, avec son étoile de traviole et son gyrophare flottant dans les airs. Par ailleurs, certains designers ont l'air de s'être contentés de piquer un logiciel d'ameublement chez Ikea pour réaliser des pièces désespérément vides (ce qui en fait d'autant plus ressortir les détails les plus effarants),

Image
Top crédibilité : les véhicules sont tous équipés de banquettes, avec parfois des accoudoirs qui débordent sur la largeur.

Image
Et le plus fort, c'est qu'elles semblent avoir été ajoutées numériquement car elle disparaissent d'un plan à l'autre !

ImageImage
Magie du recyclage, le gyrophare est rouge, vu de gauche comme de droite.

Image
Seule séquence non-numérique : l'utilisation de stock-shot de fête foraine. Mais rassurez-vous, c'est aussi mal intégré que le reste.

Les décors deviennent donc des acteurs à part entière, volant même la vedette au casting humain en amenant les spectateurs à longuement disserter sur les éléments qui les composent. C'est en effet la première fois de ma vie de cinéphage que je débats avec une ardeur digne du schisme Con/tiste sur la nature d'une commode (effet numérique ou incrustation de photo, la question reste ouverte). Et que dire du mélange non-sensique de ces combinaisons d'environnement, avec des champs/contre-champs qui se paient le luxe de sembler tout droit sortir d'un ninja-flick du père Godfrey Ho, tant rien ne les unit. C'est ainsi qu'une belle chambre à coucher peut faire face à un donjon avec des gladiateurs ! Sans parler des plans de transition d'un décor à l'autre qui n'hésitent pas à s'enchainer via un zoom dans un microscope, un dégueulis de sang rouge vif ou à un départ d'ambulance d'autant plus soudain qu'elle surgit de nulle part (oscar du souffle coupé pour cette dernière).

Image
C'est la commode du fond. Si vous aussi avez un avis sur la question, envoyez-le à Nanarland, puis prenez d'assaut votre plus proche fournisseur de meubles pour protester.

Image
Ketchup numérique powa !

ImageImage
Oui, ces gens se font face dans la même pièce.

ImageImage
On dirait le gag de Lancelot à l'assaut de Camelot dans "Sacré Graal".

Tous les bons marabouts du cinéma vous le diront : rien de tel que du mouvement dans un coin pour donner un peu de vie à un décor. Alors là, il y a plusieurs écoles et "The Amazing Bulk" les rassemble toutes. D'un côté, les adeptes du bon vieux gif des familles, celui qui se contente de 4 images pour tourner en boucle. De l'autre, les modernistes réformateurs qui n'hésitent pas bousculer les codes en casant des animations Clipart un peu partout, sans en parler à personne, et surtout pas aux acteurs... ce qui expliquerait peut-être pourquoi aucun personnage ne réagit à la présence d'un chimpanzé jouant avec une roquette dans un coin de la pièce. Et puis certaines innovations touchent soudain la grâce : il suffit de jouir béat de la beauté d'une fontaine d'eau, au rendu probablement inédit à ce jour. Faut dire que même à l'époque des prémices du numérique, on préférait sans doute ne rien faire plutôt que de tenter un tel résultat.

Image
Selon Spinoza, toute l'idée de la fontaine est dans une goutte d'eau et cela peut se constater de visu.

ImageImage
Des animaux de compagnie aux comportements totalement prévisibles.

ImageImage
On se peut pas se lasser des voitures de "The Amazing Bulk", même en mouvement.

Mais bien entendu, l'autre grande star de l'animation à crédit reste le Bulk en titre. Un troll en caoutchouc violacé affublé de moonboots à la place des jambes, qui se déforme de manière obscène à chaque mouvement, et qui, cerise sur le gâteau, est le premier super-monstre à méchamment dandiner du cul dès qu'il court (ce qu'il fait durant 90 % de ses apparitions à l'écran). Il parvient même à cabotiner numériquement en grimaçant de manière ininterrompue, son visage s'approchant à quelques reprises de celui du Steven Seagal heureux. La classe. Ses mouvements sont tellement stéréotypés (cela se résume à être débout, à se pencher en avant en s'écrasant le ventre de manière incompréhensible, à avoir l'air malade ou triste, et bien sûr à se secouer le joufflu) qu'une scène d'attaque d'hélicoptère a nécessité l'emploi d'une doublure humaine peinte en violet, renforçant encore plus l'aspect nanar déjà terminal de la créature. On en viendrait presque à ressentir de la pitié pour un monstre aussi mal foutu si on n'était pas déjà plié en deux de rire.

Image

Image
Parle à mon cul.

ImageImage
La bedaine à la physionomie atypique du Bulk.

Image
Le Bulk triste se reconnait à ses bugs de collision, quand sa main lui rentre dans le ventre.

Image
Je soupçonne fortement Jed Rowen, qui interprète déjà un détective, de s'être prêté au sadisme du maquilleur.

Je pense que vous l'aurez compris, les décors sont fauchés, figés, bref minables. Mais attention car cela ne veut pas dire que le réalisateur n'a pas eu l'envie de tenter d'y introduire à coups de clé à molettes un peu d'action qui décoiffe. Et là, on entre encore une fois dans une nouvelle dimension du nanar... Si, si, c'est possible. Imaginez bien que la caméra étant fixe, c'est aux acteurs de mimer le mouvement tout en restant sur place, tandis que le fond bleu s'anime, pas toujours à la même vitesse qu'eux ni dans la même direction. Résultat spectaculaire garanti car on a droit à tous les effets sidérants possibles, des excès d'agitation ridicule d'une simple marche aux sautillages histrioniques d'une course supposée effrénée, en passant par l'immobilisme hypnotique qui donne l'impression que tout le monde se déplace sur un tapis roulant. Là encore, "The Amazing Bulk" plonge dans ses propres bas-fonds en renouvelant sans cesse le ridicule de cet effet, provoquant l'irrépressible hilarité de l'audience. Je pourrais regarder ça pendant des heures avec toujours le même ravissement. D'ailleurs, je suis sûr qu'on pourrait en faire des chorégraphies de Zumba (ou des cours d'aérobic en VHS, selon son âge).

Image

Image

Image

Mais si l'on ne devait retenir qu'une scène du film, ce serait la séquence de la traque de Bulk par la police. Elle se permet en effet de rassembler en un seul segment de pur bonheur déviant l'ensemble des scories visuels décrits jusqu'à présent. Il faut voir notre géant violet courir sur les 3 mêmes avenues qu'il traverse en tout sens, un coup à gauche, un coup à droit, un coup dans le fond, dandinant son postérieur comme une lap danseuse en plein rut, croisant sans cesse les mêmes voitures, feux tricolores et cabines téléphoniques anglaises qu'il va, selon l'envie du moment, traverser, renverser, exploser en petits pixels, tandis que les deux policiers s'agitent sur place en tirant dans n'importe quelle direction et sur n'importe quel arrière-plan et qu'un duo de journaliste surjoue comme des damnés leur survol de la scène en hélicoptère. On se croirait par moment dans une bande-annonce ougandaise d'un remake de Scoobidoo ! Bref, voilà 5 minutes de must-see appelé à devenir un petit classique de la nanarophilie.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Pour réussir à surmonter l'épreuve de ce visionnage, il ne reste plus qu'à tenter de comprendre. Comprendre les raisons de cette insulte cinématographique crachée à la face du monde avec une violence jamais vue encore, comprendre pour mettre du sens sur un chaos inacceptable, comprendre pourquoi. Est-ce une équipe d'ILM qui a eu l'envie de décompresser un bon coup (encore que là, on parlerait plutôt de dégazage sauvage en haute mer) ? Est-ce TomCat qui a cherché à rendre hommage à Nanarland ? D'aucuns ont repéré de multiples références à Kubrick ("2001", "Dr Folamour"...), s'agissait-il d'entrainer le Maître dans la fange, de faire un doigt d'honneur au 7ème art ? Ou bien TomCat avait en tête de se lancer dans la parodie ? Mais alors quel type de parodie exactement ? De mockbuster ? Non parce que là, le second degré potentiel du film s'effondre littéralement sur lui-même, victime de sa propre incompétence tant ce n'est absolument pas lisible.

ImageImage
Quand hommage devient un gros mot. Pour donner le ton, il faut préciser que la première référence précède une très longue séquence de métaphore coïtale spatiale avec des va-et-vient d'arrimage de stations orbitales.

Image
Je parie qu'ils ont pris le véritable permis de conduire de l'acteur, ce qui expliquerait le doigt qui s'évertue à masquer le nom.

Certes, il suffit de voir la conclusion du film avec son Bulk poursuivie par une armée de cliparts éparses se présentant n'importe comment à l'écran pour comprendre que pas un être cortiqué ne peut pondre ça sans ricaner doucement (ou alors les concepteurs ont réellement cherché à rentabiliser l'achat de leur CD-Rom 1000 animations pour 150 francs). Sans parler des faux génériques d'introduction qui moquent les plus grands studios d'Hollywood. Mais pour autant, le reste du film ne se présente pas comme une grosse farce à la Scary Movie. Il n'y a pas vraiment de gag, pas de tentative d'humour manifeste. La majorité des acteurs se contentent de cabotiner de manière raisonnable pour un tel naufrage. L'acteur principal, Jordan Jawson, interprète même plutôt sérieusement son personnage meurtri, tandis que sa compagne Shevaun Kastl en fait de même. Il faut dire que ces deux-là sont blindés niveau carrière dans le Z. Le seul qui en fait des tonnes, c'est Randal Malone, un habitué des productions Jeff Leroy, un mec capable de revenir de tout, donc. Faut dire que son personnage de german villain est une porte ouverte à tous les excès.

ImageImage
ImageImage
Randal Malone est toujours généreux en acting.

ImageImage
ImageImage
ImageImage
Un indescriptible déferlement diarrhéique d'animations de tout genre.

TomCat paraissent donc œuvrer en petits malins sûrs d'eux-mêmes et de leur méfait, assumant pleinement racler les fond de tiroir du budget en pompant musiques et stock-shots dans des bases de données citées au générique. Il est vrai qu'à la vue de la jaquette d'un autre de leur film (PanMan, un tueur avec un seau sur la tête), on peut douter du sérieux de leur entreprise. Pourtant, leurs dernières productions paraissent bénéficier d'un soin plus poussé, avec une volonté probable de se rapprocher de leur idole Asylum (il suffit de voir les titres "Avatars", "Avenging Force", "Alien VS Titanic"). C'est un peu le phénomène Nu Image à l'échelle microscopique : commencer par des séries B (du Z foutage de gueule dans notre cas) pour ensuite s'essayer à du plus grand standing (du Z pro, chez eux). Enfin bon, je reste toujours étonné qu'on puisse générer de l'argent avec un tel magma informe dont aucune chaine du câble, même la plus miteuse, ne voudra jamais. Ou alors il s'agit de gonfler virtuellement le catalogue de vente et de négocier ainsi aux acheteurs des packages de plusieurs films.

Image
Le stock-shot ultime que même Mattéi n'avait jamais osé : un doigt qui appuie sur un bouton !! Non mais personne n'était capable de tourner ça sur le plateau ??

Image
Qui accepterait en effet d'acheter en toute connaissance de cause de la branlette de Bulk ?

Enfin bon, tout cela reste un maigre espoir d'intellectualisation d'un concept filmique qui échappe à toute rationalisation. Pas besoin d'y aller par quatre chemin pour résumer le bousin : "The Amazing Bulk", c'est du lourd, du très très lourd, du tellement lourd qu'on en ressort vieilli de quelques années. A ne consommer qu'avec la plus grande prudence, donc.




Titre original : The Amazing Bulk
Pays : USA
Année : 2010
Durée : 1h15
Catégorie : Super-Héros
Genre : Vomi visuel
Réalisateur : Lewis Schoenbrun
Acteurs : Jordan Lawson, Shevaun Kastl, Terence Lording, Randal Malone, Jed Rowen, Mike Toto...

Note : 4.5/5


Cote de rareté : 4/Exotique


"The Amazing Bulk" est disponible à la vente en DVD sur le continent américain. Comptez tout de même 20 $. Et pour ce prix, n'attendez aucun sous-titre français.

_________________
Image

"On était si pauvres, que quand un cambrioleur s'est introduit chez nous, on l'a dévalisé."

"T'as vu, les œufs sont cuits à l'envers..."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: The Amazing Bulk - Lewis Schoenbrun (2010)
MessagePublié: 30 Sep 2012 12:52 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 11 Oct 2003 15:07
Messages: 10704
Localisation: Dans une bulle de confinement psychédélique
Bon, je ne sais pas ce que vaut ma chro, je suis trop englué dedans depuis des plombes pour avoir encore le recul suffisant. J'aurais bien aimé mettre des gifs des séquences de marche/course, mais faudrait que je trouve le programme adéquat.

_________________
Image

"On était si pauvres, que quand un cambrioleur s'est introduit chez nous, on l'a dévalisé."

"T'as vu, les œufs sont cuits à l'envers..."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: The Amazing Bulk - Lewis Schoenbrun (2010)
MessagePublié: 30 Sep 2012 13:21 
Hors-ligne
Nanardeur fou ?
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 16 Jan 2004 16:39
Messages: 2320
Localisation: 13ème pillier du pont de l'Alma
Je lirai ça ce soir au calme, mais j'ai un peu survolé, et ça à l'air encore pire que ce que les extraits glanés sur le net laissent imaginer! :shock:

_________________
ImageImageImage


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: The Amazing Bulk - Lewis Schoenbrun (2010)
MessagePublié: 30 Sep 2012 13:24 
Hors-ligne
Nanardeur + que respectable
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 14 Déc 2005 21:18
Messages: 785
Localisation: Là où sont les missiles dans Rambo III
En tout cas, ça faisait longtemps que je ne m'étais pas autant éclaté sur une chronique, bravo :lol:

Effectivement, ça a l'air encore pire que les extraits qu'on a pu voir sur l'autre topic !

Même le prix est du foutage de gueule :lol:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: The Amazing Bulk - Lewis Schoenbrun (2010)
MessagePublié: 30 Sep 2012 13:52 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Juil 2005 10:55
Messages: 1637
Localisation: Secteur 326, zone 2, porte 4.
Image

Ce troll vert ressemble à François Bayrou. Ca me gène.

Sinon, jolie chronique, même si personnellement j'aurais un peu plus insisté sur le climax-imum power que constitue dernier quart d'heure. Et merci pour la citation ! Les recherches sur les acteurs sont bien sympa et le coup de l'acteur peint en violet, je l'avais laissé passer.

_________________
Stuart me up !

"-Pas celui-là, abruti ! C'est une maison, pas un jeton !
- La couleur est pareille.
- Qu'est-ce-que cette petite maison fabrique sur la Compagnie d'Electricité ?
- C'est une centrale."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: The Amazing Bulk - Lewis Schoenbrun (2010)
MessagePublié: 30 Sep 2012 14:02 
Hors-ligne
Agrégé en nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Déc 2011 20:36
Messages: 1272
Localisation: Quelque part entre les bornes et les limites
:worship: :worship: :worship: :applause: :drink: :smiley3: :electro: :shock: :nawak: :wahooo:
G-E-N-I-A-L! Une super chro qui me donne envie de faire du Bulk avec mes émoticones :
:puma: :rabbit: :axe: :decap: :pingouin: :monster: :robot: :kodoma: :gifstarwars: :smiley21: :monsteredmond3w: :gifescrime: :steven: :2116: :icon_ftr:

_________________
Image Image Image
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: The Amazing Bulk - Lewis Schoenbrun (2010)
MessagePublié: 30 Sep 2012 14:12 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 11 Oct 2003 15:07
Messages: 10704
Localisation: Dans une bulle de confinement psychédélique
hermanniwy a écrit:
Image

Ce troll vert ressemble à François Bayrou. Ca me gène.

Perso, je trouve qu'il ressemble vaguement à Sarkozy.

C'est sûr que la fin est vraiment totalement déjantée, mais il était difficile de tout aborder. Y'a encore tellement de trucs dont j'ai pas pu causer (des faux-raccords, la sous-intrigue de la bague de fiançailles, les manipulations de l'armée, etc.), sans compter les caps que l'on pourrait faire à l'infini.

Par contre, ce qui me tue, c'est que je trouve que les caps ne rendent pas vraiment hommage au film car elles l'embellissent carrément. Ça passe bien mieux en image qu'en action sur la télé !

_________________
Image

"On était si pauvres, que quand un cambrioleur s'est introduit chez nous, on l'a dévalisé."

"T'as vu, les œufs sont cuits à l'envers..."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: The Amazing Bulk - Lewis Schoenbrun (2010)
MessagePublié: 30 Sep 2012 14:17 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 08 Avr 2004 8:30
Messages: 6138
Localisation: au fond de l'univers, à gauche
on suit l'actualité du nanar depuis une dizaine d'année. on se dit que tout a déjà été inventé, que rien ne saura nous surprendre. et là...

_________________
mon petit groupe musical : mondegreen


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: The Amazing Bulk - Lewis Schoenbrun (2010)
MessagePublié: 30 Sep 2012 14:25 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 09 Jan 2007 14:39
Messages: 1737
Localisation: Derrière toi, un couteau nanar en plastique à la main...
Très bonne chro, même si on pourrait en dire encore beaucoup sur ce film tellement il défie la raison. Dommage qu'on ne remarque pas forcément que lors du seul et unique passage où il est incarné par un vrai acteur, Bulk semble avoir soudainement changé d'échelle pour pouvoir attraper l'hélicoptère...

En tout cas tu poses LA question qui vient à chacun: mais qui sont ces gens de chez TomCat? Sont-ils juste inconscients, je-m'en-foutistes ou ont-ils juré de détruire la santé mentale de l'humanité entière? Étaient-ils en train de pouffer comme des gosses quand ils ont décidé d'ajouter tous ces cliparts, ou est-ce une vaine tentative de justifier une étiquette mockbuster ajoutée à la hâte au moment où ils ont pris conscience de l'incroyable nullité de leur création?

_________________
Sbel a écrit:
le Mengeance est un film qui se voit froid (moi je l'ai vu cuit, parce que j'avais un peu bu)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: The Amazing Bulk - Lewis Schoenbrun (2010)
MessagePublié: 30 Sep 2012 14:36 
Hors-ligne
Nanardeur Novice
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 09 Juin 2004 12:39
Messages: 179
Bon, je n'ai pas vu le film, mais après avoir lu la chronique et en avoir vu quelques extraits, il me parait quand même fort probable que nous soyons en présence d'un nanar volontaire.

Ca ressemble à une parodie de nanar, ou plus précisément une parodie de ce qu'aurait pu etre une version nanarde de Hulk. Et s'il n'y a pas de gags comme dans une parodie classique (genre ZAZ), c'est peut-être parce que l'humour repose sur la seule médiocrité volontaire du film.
De la meme manière, si certains acteurs et certaines situations peuvent parfois donner l'impression de vouloir etre crédibles, et de ne pas basculer trop franchement dans la parodie, c'est peut-etre justement parce qu'on essaie de reproduire un "vrai mauvais film", drole car consternant, et pas de faire un "bon film que se moque des mauvais".
Pour moi, c'est une nuance qui existe entre le nanar volontaire et la parodie.

Enfin bon, c'est comme ca que je vois les choses, mais je pense que tu es mieux placé que moi pour en juger.

_________________
Je suis de retour, et vous ne m'aviez même pas vu partir!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: The Amazing Bulk - Lewis Schoenbrun (2010)
MessagePublié: 30 Sep 2012 15:47 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 26 Sep 2004 23:45
Messages: 6645
Localisation: planète zorglub 3 ; dans la galaxie du bluk-bluk zogotounga
oui a écrit:
Bon, je n'ai pas vu le film, mais après avoir lu la chronique et en avoir vu quelques extraits, il me parait quand même fort probable que nous soyons en présence d'un nanar volontaire.


Déjà pour ma part je conchie ce terme de "nanar volontaire", qui n'a aucun sens, et en plus Bulk n'a vraiment rien de parodique. Le 2nd degré y est quasiment absent, et c'est ça qui pose problème sur l'intention du réalisateur. Soi c'est un film expérimentale, soir c'est un film jmenfoutiste, ou alors tout simplement un film fait par un gars qui manque totalement de goût et de talent.


En tout cas bravo pour cette chro, pas évidente en effet vu le morceau et tout ce qu'on pourrait en dire. Et justement, tu en dit suffisamment pour faire envie tout en laissant au futur spectateur le choc de la découverte.
Sinon, moi j'attendais une explication (ou au moins une hypothèse) pour la poursuite finale aux 1000 cliparts, mais je vois que ton esprit, pourtant brillant, n'a pas été capable de percer ce mystère. Peut-être dans 100 ans on connaitra la réponse.


Image
Le fameux scientifique qui fait un reportage sur ses pieds :-D

_________________
http://www.rotorfrance.com/
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: The Amazing Bulk - Lewis Schoenbrun (2010)
MessagePublié: 30 Sep 2012 15:53 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Juil 2005 10:55
Messages: 1637
Localisation: Secteur 326, zone 2, porte 4.
oui a écrit:
Bon, je n'ai pas vu le film, mais après avoir lu la chronique et en avoir vu quelques extraits, il me parait quand même fort probable que nous soyons en présence d'un nanar volontaire.

Ca ressemble à une parodie de nanar, ou plus précisément une parodie de ce qu'aurait pu etre une version nanarde de Hulk. Et s'il n'y a pas de gags comme dans une parodie classique (genre ZAZ), c'est peut-être parce que l'humour repose sur la seule médiocrité volontaire du film.
De la meme manière, si certains acteurs et certaines situations peuvent parfois donner l'impression de vouloir etre crédibles, et de ne pas basculer trop franchement dans la parodie, c'est peut-etre justement parce qu'on essaie de reproduire un "vrai mauvais film", drole car consternant, et pas de faire un "bon film que se moque des mauvais".
Pour moi, c'est une nuance qui existe entre le nanar volontaire et la parodie.

Enfin bon, c'est comme ca que je vois les choses, mais je pense que tu es mieux placé que moi pour en juger.


C'est ce qu'on s'est dit aussi en voyant le film. Mais là où Bulk est TRES fort, c'est que même si on accepte l'idée que les fous dangereux de TomCat ont fait ça pour rigoler, ça reste stupéfiant. Ils réussissent à louper le coup de la médiocrité volontaire. Si.

Disons que c'est un effort énorme pour si peu de choses. Bulk essaie très fort de se faire rire, de paraître décalé, nul, de hurler "oui on sait ce qu'on fait, mais c'est pour rire", mais au final le film se retrouve juste à piquer une crise, perdu dans son délire, alors que tout le monde se pose la question qui tue : Est-ce qu'on engage 13 "studios d'animation" et une poignée d'acteurs là dedans juste pour une blague ? Mais QUI s'amuserait des semaines à créer un truc pareil, même pour rire ? Est-ce qu'ils riaient en incrustant le singe qui agite sa fusée ? Est-ce que chaque meuble a été modélisé pour rire, par des gens qui autrement avaient une vraie vie ? Est-ce qu'ils espéraient qu'on les suive sincèrement dans leur monde ? La Croi-Rouge organisera-t-elle un lâcher de caisses de neuroleptiques au dessus des 13 (!) studios d'animation ?

Dire que Bulk est juste une grosse blague, c'est comme si un gamin essayait de faire une farce à une copine pour l'effrayer, mais décide de construire une machine infernale boiteuse pendant huit semaines, au prix de tout son argent de poche, d'un poignet cassé, de 500 lignes à copier et de moqueries de toute son école jusqu'à la fin de l'année, alors qu'en lui montant une grenouille par surprise il aurait produit le même effet.

C'est juste...non, ils essaient trop fort et avec trop de coeur pour que ce soit du cynisme. Ou alors ce n'est plus du cynisme, c'est une perversion mentale collective.

_________________
Stuart me up !

"-Pas celui-là, abruti ! C'est une maison, pas un jeton !
- La couleur est pareille.
- Qu'est-ce-que cette petite maison fabrique sur la Compagnie d'Electricité ?
- C'est une centrale."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: The Amazing Bulk - Lewis Schoenbrun (2010)
MessagePublié: 30 Sep 2012 15:54 
Hors-ligne
Nanardeur Novice
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 09 Juin 2004 12:39
Messages: 179
ROTOR a écrit:
oui a écrit:
Bon, je n'ai pas vu le film, mais après avoir lu la chronique et en avoir vu quelques extraits, il me parait quand même fort probable que nous soyons en présence d'un nanar volontaire.


Déjà pour ma part je conchie ce terme de "nanar volontaire", qui n'a aucun sens, et en plus Bulk n'a vraiment rien de parodique. Le 2nd degré y est quasiment absent, et c'est ça qui pose problème sur l'intention du réalisateur. Soi c'est un film expérimentale, soir c'est un film jmenfoutiste, ou alors tout simplement un film fait par un gars qui manque totalement de goût et de talent.



Ah bon. En voyant les extraits et en lisant la chronique, j'avais plutot l'impression d'un film fait par des gars qui avaient envie de faire le truc le plus nul possible, en se marrant bien, tout en espérant que les spectateurs en fassent de meme. Mais bon, comme je n'ai pas vu le film dans sa totalité...
Par contre, il faudrait que tu m'expliques ce qui te gene dans l'expression "nanar volontaire".

_________________
Je suis de retour, et vous ne m'aviez même pas vu partir!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: The Amazing Bulk - Lewis Schoenbrun (2010)
MessagePublié: 30 Sep 2012 15:58 
Hors-ligne
Nanardeur Novice
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 09 Juin 2004 12:39
Messages: 179
hermanniwy a écrit:
oui a écrit:
Bon, je n'ai pas vu le film, mais après avoir lu la chronique et en avoir vu quelques extraits, il me parait quand même fort probable que nous soyons en présence d'un nanar volontaire.

Ca ressemble à une parodie de nanar, ou plus précisément une parodie de ce qu'aurait pu etre une version nanarde de Hulk. Et s'il n'y a pas de gags comme dans une parodie classique (genre ZAZ), c'est peut-être parce que l'humour repose sur la seule médiocrité volontaire du film.
De la meme manière, si certains acteurs et certaines situations peuvent parfois donner l'impression de vouloir etre crédibles, et de ne pas basculer trop franchement dans la parodie, c'est peut-etre justement parce qu'on essaie de reproduire un "vrai mauvais film", drole car consternant, et pas de faire un "bon film que se moque des mauvais".
Pour moi, c'est une nuance qui existe entre le nanar volontaire et la parodie.

Enfin bon, c'est comme ca que je vois les choses, mais je pense que tu es mieux placé que moi pour en juger.


C'est ce qu'on s'est dit aussi en voyant le film. Mais là où Bulk est TRES fort, c'est que même si on accepte l'idée que les fous dangereux de TomCat ont fait ça pour rigoler, ça reste stupéfiant. Ils réussissent à louper le coup de la médiocrité volontaire. Si.

Disons que c'est un effort énorme pour si peu de choses. Bulk essaie très fort de se faire rire, de paraître décalé, nul, de hurler "oui on sait ce qu'on fait, mais c'est pour rire", mais au final le film se retrouve juste à piquer une crise, perdu dans son délire, alors que tout le monde se pose la question qui tue : Est-ce qu'on engage 13 "studios d'animation" et une poignée d'acteurs là dedans juste pour une blague ? Mais QUI s'amuserait des semaines à créer un truc pareil, même pour rire ? Est-ce qu'ils riaient en incrustant le singe qui agite sa fusée ? Est-ce que chaque meuble a été modélisé pour rire, par des gens qui autrement avaient une vraie vie ? Est-ce qu'ils espéraient qu'on les suive sincèrement dans leur monde ? La Croi-Rouge organisera-t-elle un lâcher de caisses de neuroleptiques au dessus des 13 (!) studios d'animation ?

Dire que Bulk est juste une grosse blague, c'est comme si un gamin essayait de faire une farce à une copine pour l'effrayer, mais décide de construire une machine infernale boiteuse pendant huit semaines, au prix de tout son argent de poche, d'un poignet cassé, de 500 lignes à copier et de moqueries de toute son école jusqu'à la fin de l'année, alors qu'en lui montant une grenouille par surprise il aurait produit le même effet.

C'est juste...non, ils essaient trop fort et avec trop de coeur pour que ce soit du cynisme. Ou alors ce n'est plus du cynisme, c'est une perversion mentale collective.


Ben oui, je le crois.
T'as déja vu un film des Charlots ? C'est un peu le meme esprit en fait. On fait n'importe quoi, mais on s'en fout, ca fait marrer. C'est très régressif, ca ne demande pas beaucoup de travail, mais les gens achètent quand meme...
Edit: je pense que tu exagères quand meme les moyens consacrés à la production du film. Ca a plutot l'air d'avoir été tourné vite-fait.

_________________
Je suis de retour, et vous ne m'aviez même pas vu partir!


Dernière édition par oui le 30 Sep 2012 16:04, édité 2 fois au total.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: The Amazing Bulk - Lewis Schoenbrun (2010)
MessagePublié: 30 Sep 2012 16:02 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Sep 2003 16:09
Messages: 4809
Localisation: Ploumizolin
Notez quand même que cet usage avant-gardiste de la technologie avait été prophétisé dans l'escale à Nanarland consacrée au Colosse de Hong Kong !

Image

_________________
"Heureusement pour l'harmonie du post-apo international, le casting termine dans une carrière abandonnée."
©Kobal


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: The Amazing Bulk - Lewis Schoenbrun (2010)
MessagePublié: 30 Sep 2012 16:10 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 26 Sep 2004 23:45
Messages: 6645
Localisation: planète zorglub 3 ; dans la galaxie du bluk-bluk zogotounga
oui a écrit:
Par contre, il faudrait que tu m'expliques ce qui te gene dans l'expression "nanar volontaire".


Parce que si c'est drôle et que c'est fait volontairement, alors pour moi c'est un bon film. Pour ma part, le "nanar" ça ne désigne pas un genre en soi, avec ses codes ou autres (dans ce cas, un film avec des ninjas serait forcément un nanar ?), qu'on pourrait copier volontairement pour un faire un "nanar volontaire".
Nanar c'est juste une impression subjective, un état d'esprit, quand on aborde un film. Par exemple un film peut être chiant à voir tout seul alors qu'on peut l'apprécier et bien rigoler en le voyant en groupe, ou alors un film qu'une personne va trouver nanar, l'autre va le trouver navet ou bon.

Bref, pour ma part, "nanar volontaire" c'est un contre-sens.

_________________
http://www.rotorfrance.com/
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: The Amazing Bulk - Lewis Schoenbrun (2010)
MessagePublié: 30 Sep 2012 16:11 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Juil 2005 10:55
Messages: 1637
Localisation: Secteur 326, zone 2, porte 4.
oui a écrit:
Ben oui, je le crois.
T'as déja vu un film des Charlots ? C'est un peu le meme esprit en fait. On fait n'importe quoi, mais on s'en fout, ca fait marrer. C'est très régressif, ca ne demande pas beaucoup de travail, mais les gens achètent quand meme...


J'ai vu un film des charlots, et ils arrivaient à un résultat bien meilleur, avec plus de moyens et sans doute plus de travail et de talent qu'on se l'imagine.

Bulk... n'arrive à rien.

Les Charlots avaient une machine assez barge, mais qui au bout du compte donnait un résultat final. Une succession de blagues, ok, un délire permanent, ok, mais au final le film était diffusé en salles et ressemblait à quelque chose. Un délire, mais communicatif et que le spectateur, avec beaucoup d'indulgence, pouvait intégrer. Résultat final : "ah, les cons ! ils me font marrer avec leurs blagues !"

Regarder Bulk, c'est voir des mecs louper ce que les Charlots réussissaient, soit louper un délire et rester définitivement autre. Comme les schizos qui tentent de t'halpaguer en te racontant que Ben Laden a été tué par ondes magnétiques sur ordre des aliens. Tu fais "oh oui", tu penses "oh putain", et tu retournes fissa dans la normalité en priant pour ne pas devenir pareil. Résultat final : "mais ces gars sont malades ou quoi ?"

_________________
Stuart me up !

"-Pas celui-là, abruti ! C'est une maison, pas un jeton !
- La couleur est pareille.
- Qu'est-ce-que cette petite maison fabrique sur la Compagnie d'Electricité ?
- C'est une centrale."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: The Amazing Bulk - Lewis Schoenbrun (2010)
MessagePublié: 30 Sep 2012 16:31 
Hors-ligne
Nanardeur + que respectable
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 14 Déc 2005 21:18
Messages: 785
Localisation: Là où sont les missiles dans Rambo III
La Broche a écrit:
Notez quand même que cet usage avant-gardiste de la technologie avait été prophétisé dans l'escale à Nanarland consacrée au Colosse de Hong Kong !

Image



Même ça, c'est plus joli et mieux fait que les voitures dans Bulk :lol: :wink:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: The Amazing Bulk - Lewis Schoenbrun (2010)
MessagePublié: 30 Sep 2012 16:39 
Hors-ligne
Nanardeur Novice
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 09 Juin 2004 12:39
Messages: 179
hermanniwy a écrit:
oui a écrit:
Ben oui, je le crois.
T'as déja vu un film des Charlots ? C'est un peu le meme esprit en fait. On fait n'importe quoi, mais on s'en fout, ca fait marrer. C'est très régressif, ca ne demande pas beaucoup de travail, mais les gens achètent quand meme...


J'ai vu un film des charlots, et ils arrivaient à un résultat bien meilleur, avec plus de moyens et sans doute plus de travail et de talent qu'on se l'imagine.

Bulk... n'arrive à rien.

Les Charlots avaient une machine assez barge, mais qui au bout du compte donnait un résultat final. Une succession de blagues, ok, un délire permanent, ok, mais au final le film était diffusé en salles et ressemblait à quelque chose. Un délire, mais communicatif et que le spectateur, avec beaucoup d'indulgence, pouvait intégrer. Résultat final : "ah, les cons ! ils me font marrer avec leurs blagues !"

Regarder Bulk, c'est voir des mecs louper ce que les Charlots réussissaient, soit louper un délire et rester définitivement autre. Comme les schizos qui tentent de t'halpaguer en te racontant que Ben Laden a été tué par ondes magnétiques sur ordre des aliens. Tu fais "oh oui", tu penses "oh putain", et tu retournes fissa dans la normalité en priant pour ne pas devenir pareil. Résultat final : "mais ces gars sont malades ou quoi ?"



Bon, ben faudrait que j'essaie de voir le film pour me faire un avis.
Personnellement, en voyant les captures et les extraits, j'ai eu l'impression de retrouver l'esprit des petits films d'ados faits entre potes, ou on rigole bien en faisant le plus de conneries possibles.
Tu dis que cet état d'esprit ne correspond pas à celui qu'exigerait une production un minimum structurée, comme celle de Bulk. Mais je ne suis pas de cet avis.
Les producteurs savent très bien qu'en faisant ce genre de film, ils vont toucher à la fois un public amateur de parodies, mais aussi (et surtout) les amateurs de nanars. Or du moment que ca se vend, et qu'ils vont donc largement rentrer dans leurs frais (et dégager pas mal de bénéfices), je ne vois pas pourquoi ils ne pourraient pas donner des moyens à leurs délires.

Pour moi, Amazing Bulk est un exemple de "nanarsploitation". On offre au public amateur de nanars ce qu'il a envie de voir, en évitant donc de trop insister sur l'aspect parodique, et en cherchant a paraitre le plus naze possible.
C'est sur que c'est pas bon pour la crédibilité artistique, mais à mon avis, ca leur passe largement au dessus de la tete.

_________________
Je suis de retour, et vous ne m'aviez même pas vu partir!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: The Amazing Bulk - Lewis Schoenbrun (2010)
MessagePublié: 30 Sep 2012 16:46 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 11 Oct 2003 15:07
Messages: 10704
Localisation: Dans une bulle de confinement psychédélique
ant28 a écrit:
La Broche a écrit:
Notez quand même que cet usage avant-gardiste de la technologie avait été prophétisé dans l'escale à Nanarland consacrée au Colosse de Hong Kong !

Image



Même ça, c'est plus joli et mieux fait que les voitures dans Bulk :lol: :wink:

C'est clair que c'est carrément mieux fait que dans Bulk. Là au moins, y'a un volant ! :-D

Sinon, je n'ai pas grand chose à ajouter aux arguments de Hermanniwy et ROTOR, si ce n'est qu'avec ce film, je ne suis sûr de rien. On a beau retourner le problème dans tous les sens, on en revient toujours au même : c'est abominable, quel que soit l'objectif initial. Cela dit, si les mecs de TomCat sont dans un tel délire qu'ils sont prêts à financer en toute connaissance de cause ce truc, alors je dis respect éternel. Après, que parmi l'équipe et les multiples intervenants, y'ait des gars qui aient volontairement pondu de la merde pour rigoler, c'est pas exclu.

Une des hypothèse envisageable, c'est la théorie Bactron 317. On part pour faire un film sérieusement, et devant le résultat, on tente de récupérer le tout en rajoutant du nawak pour faire croire que tout est volontairement foiré depuis le début.

Faudrait réussir à chopper d'autres films de TomCat pour voir, sachant que Bulk est un de leur premier produit (qui n'est d'ailleurs arrivé sur le marché qu'il y a quelques mois, soit 2 ans après sa date officielle de réalisation).

Edit : je suis vraiment pas persuadé qu'on pisse générer du pognon avec Bulk, même en visant le public des amateurs de parodie ou de nanars. Sérieusement, qui va payer 20 $ pour acheter ça ?

_________________
Image

"On était si pauvres, que quand un cambrioleur s'est introduit chez nous, on l'a dévalisé."

"T'as vu, les œufs sont cuits à l'envers..."


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 84 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr