Forum Nanarland.com

Le forum des mauvais films sympathiques
Nous sommes actuellement le 20 Mai 2018 15:04

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 27 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: Sergent Pepper's Lonely Hearts Club Band
MessagePublié: 19 Oct 2006 23:25 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 30 Sep 2003 13:19
Messages: 5375
Sgt Pepper's Lonely Hearts Club Band

Image

Et dire qu’ils y ont vraiment cru !

Rappelez-vous : 1978. Le rock et la pop étaient en perte de vitesse, la planète entière ne jurait plus que par un style musical : le disco. Plus qu’un genre musical d’ailleurs : un véritable mode de vie avec son langage, ses codes vestimentaires et son inoubliable style décoratif. La boule à facette était l’emblème de toute une génération et même le cinéma s’y était mis : Saturday Night Fever avec John Travolta avait réussi à capturer l’esprit disco comme personne avant lui. Et au milieu de tout ça, le disco avait ses dieux : les Bee-Gees. Déjà auteurs de la bande originale de Saturday Night, ils pulvérisaient alors tous les records de vente de disques établis par les Beatles. Après le succès du film, les majors de Hollywood et celles du disque n’avaient plus qu’une idée en tête : combiner leur pouvoir colossal pour créer des dizaines de comédies musicales et faire du disco l’alpha et l’oméga de la culture populaire du monde. Et pour cela, quoi de mieux que de faire un film mettant directement en vedette les Bee-Gees eux-mêmes ? Avec le guitariste Peter Frampton (qui à l’époque vendait à peu près autant de disques que les Bee-Gees) en jeune premier pour attirer les minettes et avec un scénario s’inspirant des chansons de l’un des albums les plus prestigieux des Beatles, chansons elles-mêmes reprises par les Bee-Gees pour le film, on ne pouvait qu’obtenir un succès proprement galactique, pas vrai ?

Pas vrai ?

Image
Le Sgt Pepper’s Lonely Heart Club Band original, avec Georges Burns devant qui fait la narration du film.

Image
La version moderne du groupe.


Inutile de prolonger un suspense frelaté, le fait que vous en lisiez la chronique sur Nanarland doit déjà vous avoir fait comprendre que Sgt Pepper’s Lonely Hearts Club Band a été une catastrophe de première bourre (et au passage un bide monumental), ce qui ne surprend d’ailleurs nullement le lecteur du XXIe siècle au vu de ses prémices. Mais à l’époque, je vous jure, ils y croyaient dur comme fer ! Au point d’ailleurs d’oublier en route des éléments aussi peu utiles à un film qu’un scénario, des acteurs ou même carrément des dialogues ! Comme la catégorie «Musical » du site le rappelle constamment, vendre des disques en quantité ne suffit pas à faire de quiconque un grand acteur, ni même un acteur passable et, à l’inverse, on peut être un bon acteur et chanter comme une casserole. Pourtant, Sgt Pepper refuse de se laisser enfermer dans de telles conventions et, avec une persévérance qui force le respect face à un foirage aussi systématique, s’efforce de faire jouer la comédie à des musiciens et de faire chanter des acteurs. Peter Frampton et les trois Bee-Gees (qui d’ailleurs ont l’air de ne pas pouvoir saquer le minet qu’on a imposé en vedette de « leur » film) sont aussi mauvais les uns que les autres, au point que le réalisateur a finalement décidé de supprimer tous les dialogues du film pour limiter la casse (et aussi pour masquer leurs accents britanniques et australiens à couper au couteau). Dans Sgt Pepper, il n’y a que des chansons ou de la narration. Dans l’autre camp, celui des acteurs qui chantent, la vedette incontestée est Donald Pleasence. Il n’a que quelques phrases à scander, mais ça suffit largement à se rendre compte que, premièrement, il ne sait vraiment pas chanter et, deuxièmement, qu’il n’en a strictement rien à foutre, et qu’il aimerait bien qu’on en finisse vite parce que la perruque qu’on lui a collé n’arrête pas de glisser.

Image
Donald Pleasence et sa perruque.


Le Sergent Pepper du titre est le héros local de la petite bourgade d’Heartland et a servi comme clairon dans l’armée américaine durant les deux Guerres mondiales. C’est d’ailleurs là l’un des constantes du film : afin de rattacher à toute force l’histoire à l’album "Sgt Pepper’s Lonely Hearts Club Band" des Beatles, les personnages et les lieux se retrouvent porter des noms qu’on retrouve dans les chansons du disque Le personnage de Peter Frampton est donc baptisé Billy et sa petite amie s’appelle Strawberry Fields.

Image
Ils ont un côté très « Charlots », vous ne trouvez pas ?

On ne pourrait assez souligner à quel point l’idée de bâtir un scénario à partir de chansons absolument sans rapport les unes avec les autres (et de surcroit pour la plupart écrites sous LSD) s’est révélée désastreuse. Il est toujours délicat de caser les scènes de danse et de chanson dans une comédie musicale mais ici c’est encore pire car il a fallu à toute force inclure toutes les chansons de l’album. Les chansons se calent donc parfois dans les moments les plus improbables, lorsque ni l’histoire ni l’état émotionnel des personnages ne viennent les justifier.

Image
Steve Martin est le Dr Maxwell. Comme vous le voyez, son gant gauche est à l’envers et ce n’est absolument pas fait exprès, mais c’est pas grave, elle est bonne, on la garde coco ! Il retira pendant des années ce film de sa filmographie officielle…


Un élément qu’il convient de souligner, et qui a peut-être contribué à l’échec du film, c’est l’idéologie très conservatrice qui se dégage de celui-ci et qui fait un peu tâche dans une époque encore marquée par l’héritage des années 60, la coke, et la libération sexuelle. Dans Sgt Pepper, les héros sont des garçons bien élevés qui jouent une musique de jeunes, mais de jeunes bien sages et bien proprets. Les valeurs de la small-town America sont mises en avant tandis que la grande ville est le lieu de tous les vices et de toutes les tentations, et que le hard-rock représente littéralement le mal.

Image
Le vilain Mr. Mustard est un atout nanar de poids.

Image
Image
Le stupre, la luxure et les jeux vidéo envahissent Heartland !


Concernant l’histoire elle-même, tout commence à Heartland. Le Sergent Pepper, aimé par tous de son vivant pour sa bonhomie et son talent, est devenu depuis son décès une figure locale adulée par tous et honorée à travers un musée, ainsi que par la girouette de la mairie qui a été refaite à son effigie. Nous suivons un groupe de jeunes musiciens (Peter Frampton et les Bee-Gees) qui cherchent à faire revivre l’esprit de sa musique tout en la modernisant. Repérés par le grand producteur B.D. Hoffler (Donald Pleasence), ils partent tenter leur chance à Los Angeles. En leur absence, Heartland est la cible d’un promoteur immobilier véreux, le visqueux Mr. Mustard, qui transforme la paisible bourgade en un lieu de perdition où les casinos ont remplacé les épiceries, où les prostituées parcourent les rues et où les jeunes passent leurs nuits à s’abrutir sur les jeux vidéo de la nouvelle salle d’arcades. Bref, un endroit où on ne se fait plus chier à en crever. Heureusement, les Bee-Gees vont revenir en force pour rétablir le bonheur universel et la bonne humeur totalitaire. Il est aussi question du vol des instruments du groupe original du Sergent Pepper, d’une secte dangereuse et d’un chirurgien esthétique à l’éthique douteuse. Alice Cooper, Earth, Wind and Fire et Aerosmith sortent d’on ne sait trop où pour venir se ridiculiser avec les autres et à la fin la girouette s’en va ressusciter les morts et transformer les méchants en bonnes sœurs.

Image
Image
Alice Cooper (dont tout le monde se demande ce qu’il fiche là), dans l’une des séquences les plus barrées du film.

Image
Image
Vu que Nanarland compte plusieurs amateurs de spectacle de rue, je ne pouvais pas manquer de souligner qu’une scène entière est consacrée à cet art.


Avec autant d’atouts dans sa manche, Michael Schultz, le réalisateur, ne pouvait que réussir un mauvais film d’une qualité exceptionnelle, mais Sgt Pepper est-il pour autant un bon nanar ? Hélas, force est d’admettre que non. Déjà, la bande-son est objectivement d’une qualité irréprochable. Le disco a mal vieilli et si vous êtes allergique au genre vous allez souffrir, mais les chanteurs et les musiciens réunis ici maîtrisent tous leur sujet (si on excepte bien sûr le court intermède Donald Pleasence). Le vrai défaut du film toutefois, c’est qu’il est plombé par un rythme très lent, guère arrangé par les nombreux intermèdes musicaux et l’absence de dialogues, qui entraîne logiquement l’absence de répliques nanardes pour lesquels le film avait pourtant un bon potentiel. Elle limite aussi les difficultés quant au jeu d’acteur des Bee-Gees, de Peter Frampton et des autres. Il y a pourtant pas mal d’éléments furieusement ringards dans le film (et pas seulement parce que le style disco a mal vieilli), mais la sauce ne prend jamais vraiment. Il faut attendre la toute fin du film et l’apparition hallucinée de Billy Preston pour qu’enfin ce film trop sage bascule dans la folie et provoque un bon gros fou-rire. Sgt Pepper reste donc un nanar assez décevant, daté et ringard mais trop rarement drôle. Il est plutôt à considérer, aux côtés de Can’t Stop The Music des Village People, comme le témoignage d’une période charnière, celle où le disco a soudain chuté de ses sommets pour se ramasser férocement la gueule, une chute dont il ne s’est jamais relevé depuis.

Heureusement.

Image
La performance de Billy Preston qui tire des rayons laser est la seule séquence hautement nanarde (et furieusement swing !) du film.

Image
Aerosmith (« Future Villain Band » dans le film) tente de se faire passer pour les Village People pour éviter la honte.


P.S : Une anecdote tirée de L’Encyclopédie du cinéma ringard de François Kahn : Juste avant la sortie du film, un des Bee Gees expliquait à la presse « Quand notre Sgt Pepper sortira, ce sera comme si celui des Beatles n’avait jamais existé ». Après son flop monumental, ce fut comme si les Bee-Gees n’avaient jamais existé.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sergent Pepper's Lonely Hearts Club Band
MessagePublié: 20 Oct 2006 7:56 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 12 Jan 2006 23:32
Messages: 1729
Localisation: quelque part dans les nuages, en train de chercher du sucre pour George Harrison
Barracuda a écrit:

Image
Donald Pleasence et sa perruque.

ça lui fait un côté Phil Collins de loin je trouve :-D

c'est bien je me demandais si ce film était nul, très nul, insoutenable ou à mourir de rire, j'ai la réponse maintenant^^

C

_________________
Au commencement, les denrées les plus utiles comme le minerai de beurre et de saucisse, les concentrés de casserole et de tire-bouchon étaient enfouies à des profondeurs considérables.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 20 Oct 2006 9:30 
Hors-ligne
Plante vivace ornementale
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 11 Jan 2004 0:17
Messages: 7805
Localisation: Ici...là, juste à droite
putain t'as fati une excellente chro Barracuda !

_________________
Citer:
Nanaralnd et une bon site (je connaisais pas) mais il abuse defois, mettre the punisher ou armaggedon il peuvent aller ce pendre.

Forumeur anonyme, quand tu nous tiens....


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sergent Pepper's Lonely Hearts Club Band
MessagePublié: 20 Oct 2006 9:38 
Hors-ligne
Nanardeur + que respectable
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 08 Juin 2006 22:15
Messages: 591
Localisation: Black Leather Lagoon
Barracuda a écrit:
Image
Alice Cooper (dont tout le monde se demande ce qu’il fiche là), dans l’une des séquences les plus barrées du film.

:shock: :shock: :shock: Whâââ! C'est vraiment Alice? il est méconnaissable, en moustachu!
Qu'est-ce qu'il a bien pu aller faire pour se fourrer dans cette galère? Quoique... à la réflexion, il est capable de tout.

Enfin, joli chro, Barracura. Le concept du film fait à partir d'un enchaînement forcé de chansons indépendantes est grandiose, et pourrait d'ailleurs s'avérer fort fécond pour de potentiels scénaristes nanars (vous imaginez, je ne sais pas, si on faisait subir le même traitement au triple album des Clash, "Sandinista"? au "Their Satanic majesties request" des Stones? à "Electric Ladyland"? à "Tommy"... mince, c'est déjà fait). On pourrait même envisager un top 5 des disques à adapter en nanars.

_________________
Whatever happened to the saturday night?
(Meat Loaf, in Rocky Horror P.S.)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sergent Pepper's Lonely Hearts Club Band
MessagePublié: 20 Oct 2006 9:41 
Hors-ligne
Détecteur de plans nichons
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Oct 2003 20:16
Messages: 13165
Localisation: A bord d'un Messerschmitt en flammes
Captain Beyond a écrit:
Barracuda a écrit:
Image
Alice Cooper (dont tout le monde se demande ce qu’il fiche là), dans l’une des séquences les plus barrées du film.

:shock: :shock: :shock: Whâââ! C'est vraiment Alice? il est méconnaissable, en moustachu!
Qu'est-ce qu'il a bien pu aller faire pour se fourrer dans cette galère? Quoique... à la réflexion, il est capable de tout.


Alice Cooper joue, grosso modo, le génie du mal, qui a pour sbire une bande de méchants hard-rockers joués par Aerosmith. Et il est déguisé en Frank Zappa.

_________________
Image
"Ach ! Dans mon pays, on appelle ça... LA SOUPE AUX SCHULTZ ! HAHA !" (La Guerre des espions)
ImageImage


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sergent Pepper's Lonely Hearts Club Band
MessagePublié: 20 Oct 2006 9:42 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 30 Sep 2003 13:19
Messages: 5375
Captain Beyond a écrit:
Barracuda a écrit:
Image
Alice Cooper (dont tout le monde se demande ce qu’il fiche là), dans l’une des séquences les plus barrées du film.

:shock: :shock: :shock: Whâââ! C'est vraiment Alice? il est méconnaissable, en moustachu!
Qu'est-ce qu'il a bien pu aller faire pour se fourrer dans cette galère? Quoique... à la réflexion, il est capable de tout.


Lors du visionnage, beaucoup autour de la télé (moi compris) l'ont confondu avec Franck Zappa dans un premier temps...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sergent Pepper's Lonely Hearts Club Band
MessagePublié: 20 Oct 2006 13:07 
Hors-ligne
Agrégé en nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 05 Oct 2003 22:36
Messages: 1458
Localisation: Lutetia XVII ou Brigantia
Barracuda a écrit:
Lors du visionnage, beaucoup autour de la télé (moi compris) l'ont confondu avec Franck Zappa dans un premier temps...


Je confirme et j'étais un d'entre eux :oops:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 20 Oct 2006 13:35 
Hors-ligne
Schtroumpf Grognon
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Nov 2003 7:19
Messages: 4057
Localisation: En train d'expérimenter la disco tamoule
Très bonne kro même le film ne tient toutes ses promesses, je ne regrette absolument pas de l'avoir vu.


Et puis bordel ça en jete à une soirée mondaine de dire qu'aprés les films des Village People, de Vanilla Ice, de Sheïla, de Sonny et Cher bah on a enfin vu celui des Bee Gees. :banana2: :iconcrazymeuh:

_________________
La femme est l'avenir de l'homme
Dit le poète quand il déconne
La femme est l'avenir de l'homme
Qu'on chante pour flatter la conne
Rien n'est l'avenir de personne
Sauf l'asticot qui consomme.

(le Professeur Choron)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 20 Oct 2006 18:19 
Hors-ligne
Nanardeur + que respectable
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Fév 2005 22:35
Messages: 519
Localisation: Shaolin-sous-bois
'achement bien écrite, la chro ! Et merci parce que ce film m'intriguait depuis longtemps. Mine de rien, ça a l'air d'être une production quand même un peu friquée pour l'époque, non ?

Et je voulais être sûr de comprendre. La bande son est uniquement composée de chansons des Beatles réinterprétées version disco, ou bien il y a des nouvelles compos ? Et est-ce qu'on sait les membres de Fab Four sont officiellement crédités dans le générique ?

_________________
« Something weird is going on... »
[url=http://elias-fares.blogspot.fr][b]Extrospection.[/b][/url]


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 20 Oct 2006 18:25 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 30 Sep 2003 13:19
Messages: 5375
Max Schreck a écrit:
'achement bien écrite, la chro ! Et merci parce que ce film m'intriguait depuis longtemps. Mine de rien, ça a l'air d'être une production quand même un peu friquée pour l'époque, non ?


Et même sans doute très friquée. Pensez que les majors du disque et du cinéma se sont associées sur ce coup là et qu'ensemble elles représentent un poids financier immense. Je ne sais pas combien ont touché Bee-Gees et Peter Frampton, mais ils étaient en position à l'époque de demander un cachet phénoménal : Ils n'avaient pas besoin du film pour vendre des disques et le film n'existait pas sans eux, sans compter l'énorme succès de Saturday Night Fever un peu auparavant qui reposait beaucoup sur eux. Sans parler non plus des multiples "guest-stars" invitées à grand frais sur le plateau et qui devaient coûter bonbon elles aussi.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 20 Oct 2006 19:14 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 21 Sep 2005 17:20
Messages: 1682
Un film qui m'était complètement inconnu ! :shock: On aurait dit que c'était pas vrai... et pourtant ! :lol:

_________________
Image

Chroniques du Léviathan : blog comics, mangas, jeux vidéo


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 21 Oct 2006 3:49 
Hors-ligne
Agrégé en nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Juil 2006 11:05
Messages: 1487
Localisation: Feu Cipango, now Montpellier
Jokari Joestar a écrit:
Un film qui m'était complètement inconnu ! :shock: On aurait dit que c'était pas vrai... et pourtant ! :lol:


Moi aussi j'en avais jamais entendu parler.Vu la réussite de la chose il a dut
être vite oublié par tous les gens impliqués dedans.

Super chro Barracuda :applause: :applause: :rock: :rock:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 21 Oct 2006 9:08 
Hors-ligne
Détecteur de plans nichons
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Oct 2003 20:16
Messages: 13165
Localisation: A bord d'un Messerschmitt en flammes
Francis avait naguère posté des scans de la BD promotionnelle (parue en France, ce qui indique que le film a dû avoir une exploitation chez nous) et que j'ai heureusement conservés :

Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image

_________________
Image
"Ach ! Dans mon pays, on appelle ça... LA SOUPE AUX SCHULTZ ! HAHA !" (La Guerre des espions)
ImageImage


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 21 Oct 2006 11:27 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 12 Jan 2006 23:32
Messages: 1729
Localisation: quelque part dans les nuages, en train de chercher du sucre pour George Harrison
Mouarf!!

Déja les dessins sont pas géniaux, mais des extraits des chansons des Beatles, traduits et mis dans des bulles, le moins que l'on puisse dire, c'est que ça fait crétin: "je répare un trou par où s'infiltre l'eau", comme ça dans la conversation, non mais franchement :-D :-D (c'est la chanson "Fixing a hole" de l'album Sgt Pepper pour ceux qui connaissent pas, une chanson qui évoque plus un trip à l'acide que de la plomberie...)

Y a une question qui me turlupine tout de même, en 78 les 4 Beatles étaient encore vivants, leurs chansons leur appartenaient (elles n'étaient pas encore à M. Jackson :) ) comment ont-ils pu accepter qu'on fasse un truc pareil...

C

_________________
Au commencement, les denrées les plus utiles comme le minerai de beurre et de saucisse, les concentrés de casserole et de tire-bouchon étaient enfouies à des profondeurs considérables.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 21 Oct 2006 12:59 
Hors-ligne
Nanardeur fou ?
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Mai 2005 19:55
Messages: 2419
Localisation: en train de sauver Hollywood
charlie le nain a écrit:
Mouarf!!

Déja les dessins sont pas géniaux, mais des extraits des chansons des Beatles, traduits et mis dans des bulles, le moins que l'on puisse dire, c'est que ça fait crétin: "je répare un trou par où s'infiltre l'eau", comme ça dans la conversation, non mais franchement :-D :-D (c'est la chanson "Fixing a hole" de l'album Sgt Pepper pour ceux qui connaissent pas, une chanson qui évoque plus un trip à l'acide que de la plomberie...)

Y a une question qui me turlupine tout de même, en 78 les 4 Beatles étaient encore vivants, leurs chansons leur appartenaient (elles n'étaient pas encore à M. Jackson :) ) comment ont-ils pu accepter qu'on fasse un truc pareil...

C


les pépètes!! :-D

_________________
Comme un aveugle dans une orgie, j'allais devoir y aller avec mes mains...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 21 Oct 2006 14:14 
Hors-ligne
Détecteur de plans nichons
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Oct 2003 20:16
Messages: 13165
Localisation: A bord d'un Messerschmitt en flammes
Pour la BD, le truc marrant, c'est que les dessins sont de George Pérez, qui est devenu par la suite l'un des meilleurs dessinateurs de comics (Marvel, DC...). Là, disons qu'il avait encore des progrès à faire. :) J'ai lu quelque part qu'il avait dessiné le truc rapidos suite à une commande de Marvel qui avait en charge la BD et qu'il n'avait ensuite même pas su si le truc avait été édité. Apparemment, la bande dessinée promotionnelle n'est sortie que dans certains pays (dont la France, donc) : c'est dire s'ils avaient confiance en leur produit... La BD a été éditée par "Aredit-Artima", championne toutes catégories des mauvaises traductions de comics.

_________________
Image
"Ach ! Dans mon pays, on appelle ça... LA SOUPE AUX SCHULTZ ! HAHA !" (La Guerre des espions)
ImageImage


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sergent Pepper's Lonely Hearts Club Band
MessagePublié: 22 Oct 2006 10:09 
Hors-ligne
Maîtres es Nanar
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 13 Nov 2004 0:05
Messages: 1046
Localisation: sur le dos d'un Ptérodactyle Pyrogène du Crépuscule
Barracuda a écrit:
(le visqueux Mr. Mustard) transforme la paisible bourgade en un lieu de perdition où les casinos ont remplacé les épiceries, où les prostituées parcourent les rues et où les jeunes passent leurs nuits à s’abrutir sur les jeux vidéo de la nouvelle salle d’arcades. Bref, un endroit où on ne se fait plus chier à en crever.


j'ai cassé mon clavier avec ma machoire, c'est malin !!!

super chro !

_________________
-“Vous avez flingué un hélicoptère… avec une bagnole !…
-“J'avais plus de balle.
John McLane - Die hard 4.0

http://simpson-tv.fr/


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 22 Oct 2006 13:25 
Hors-ligne
Nanardeur Novice
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 22 Août 2006 17:24
Messages: 185
Excellente chro. Il manque juste la cote de rareté (j'imagine que c'est dans les "exotique" ou "introuvable")...

EDIT : ah pardon, j'avais pas vu que c'était précisé dans la version du site.

JW


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 24 Oct 2006 14:42 
Hors-ligne
Le Magic Tchernia du nanar
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Sep 2003 23:11
Messages: 3076
Localisation: Grenoble compatible
Image
Image

La mention de la BD a été rajoutée à la cote

Belle chronique en tout cas d'un film qui prouve les ravages de la drogues dans les bureaux des producteurs à la fin des années 80...

_________________
Monsieur le Chien: un blog BD indispensable :
http://www.monsieur-le-chien.fr/

"Mon pied trouvera ton cul même dans l’au-delà."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 13 Nov 2006 22:20 
Hors-ligne
Apprenti Nanardeur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Nov 2006 13:21
Messages: 2
bonjour à tous,

Je m'appelle rené, et j'avais 22 ans dans les années 75-76. je travaillais à "bonne nouvelle", juste en face du grand rex. un mercredi soir, ma petite népouze est venue me chercher à la sortie du boulot. nous ne sommes PAS allés au rex, mais dans une autre salle. ET LÀ, NOUS AVONS VU sgt peppers. arrivés tard, on était plutot devant, et l'image était un peu floue, mais ce film m'avait plu d'un bout à l'autre, j'étais moins critique à cette époque. je peux donc jurer que ce film est bien sorti en France, et je me rappelle aussi avoir lu une critique plutôt neutre dans la rubrique ciné d'un journal.

ça sert aussi à ça les papies

@+

_________________
René
Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 27 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivant

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Google [Bot] et 3 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr