Forum Nanarland.com

Le forum des mauvais films sympathiques
Nous sommes actuellement le 22 Nov 2017 2:46

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 40 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: Bio réalisateur : Jean-Marie Pallardy
MessagePublié: 28 Nov 2004 12:16 
Hors-ligne
Détecteur de plans nichons
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Oct 2003 20:16
Messages: 13165
Localisation: A bord d'un Messerschmitt en flammes
Jean-Marie Pallardy

http://www.nanarland.com/acteurs/Main.p ... iepallardy

Image

Jean-Marie Pallardy dans "Le Ricain" (1977)

Jean-Marie Pallardy est un cinéaste particulièrement cher au cœur de Nanarland : son œuvre est en effet partiellement à l’origine du site, tant la découverte de son célèbre «White fire » a été pour l’équipe de départ un choc filmique générateur de vocation. Réalisateur emblématique d’une certaine époque du cinéma populaire français, Pallardy est injustement méconnu dans nos contrées. Il est pourtant la preuve ultime que les français n’ont rien à apprendre des italiens, philippins et autre rastaquouères dans l’art délicat du cinéma ringard.

Jean-Marie Pallardy est né en Auvergne, le 16 janvier 1940. Un savant calcul nous permet d’affirmer qu’il a fêté ses 30 ans au tout début de l’année 1970. Il est d’ailleurs amusant de constater combien la date de naissance peut avoir une influence sur la personnalité.
Quelqu’un qui est né le premier mois de la première année d’une nouvelle décennie ne peut, en effet, qu’avoir un tempérament de «découvreur» (passé la frustration d’avoir moins de cadeaux que les autres à son anniversaire, parce qu’il y a Noël juste avant).

Il quitte au début des années 60 la ferme familiale et gagne la capitale, où il commence à travailler comme mannequin. «J'étais un des premiers mannequins en France... surtout pour des photos sportives et autres, pour de grands catalogues...», raconte-t-il «et puis, j'en ai eu marre. Je gagnais du fric, mais je m'ennuyais. Je roulais en Ferrari, on sortait avec des filles tous les soirs, etc. Et puis j'ai eu envie de construire quelque chose, alors je me suis dit qu'après le "système mannequin", le seul qui pouvait m'aider à faire quelque chose de bien c'était ou la peinture, mais j'y connaissais rien, ou la musique, mais je suis ignare... alors ce fut le cinéma. » (Interview parue dans la revue "Sex Star System", 1975, et reprise sur le site Erotico 70) Pallardy tâte très brièvement (une semaine !) de l’assistanat, dont son tempérament indépendant ne s’accommode guère, puis réalise une bonne opération avec son premier court-métrage. « Après l'avoir monté et mis dessus de la musique western, je l'ai vendu et j'ai gagné de l'argent avec! Alors là, j'y ai pris goût définitivement en bon auvergnat que je suis! » (ibid). Abandonnant le confort financier de sa carrière de mannequin, notre ami découvre les joies et les incertitudes de la vie de réalisateur-producteur indépendant.

Après quelques courts, Jean-Marie décide d’aborder le cinéma à une plus grande échelle : « Le mot court-métrage signifie trop : peu de rendement et beaucoup de soucis... Alors j'ai pensé qu'avec quatre court-métrages bout à bout, on avait un long-métrage. Alors, autant avoir un scénario complet et puis faire un long-métrage. Alors, j'ai fait "L'Insatisfaite". » (Sex Star System, op. cit.)

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Avoir eu 30 ans en 1970 est aussi un détail qui a son importance. En effet, cette date sonnait la révolution sexuelle et la libération de la femme. A l’époque le X n’existait pas, et les cinémas parisiens diffusaient allégrement des films éroticos-pornos. Ce qui est sûr, à la vue de la filmographie du monsieur, c’est que son cinéma érotique sent bon les seventies. Des titres comme « Règlement de femme à OQ corral » ou «L’amour chez les poids lourds » nous rappelant qu’il fut un temps où le porno s’acoquinait plus volontiers avec un humour bon enfant qu’avec une précision quasi chirurgicale. "J’en avais rien à foutre d’être catalogué, on s’amusait, on était entourés de belles filles, on roulait en Ferrari ou en Range Rover... Les clients français demandaient ça à l’époque, des histoires simples, marrantes, tout le monde s’y retrouvait". (Interview parue dans "Le Petit Bulletin Grenoblois")

Image

Image

Après plusieurs films ciblant la niche de l’érotisme à la française, Pallardy signe ce qui sera son plus grand succès, et le titre le plus notoire de sa filmographie : "L'Arrière-train sifflera trois fois", parodie érotique de western dont le titre demeure dans la mémoire collective. « Quand j'ai vu que "L'Amour aux Trousses" (un thriller érotique avec Michel Lemoine, NDLR) plaisait, et que c'était un film à peu près professionnel, j'ai décidé de faire ce que j'aimais. Et, avec mon bon esprit rabelaisien toujours en évidence j'ai fait "Règlement de Femmes à O.Q. Corral" et "L'arrière-Train Sifflera Trois Fois". » (Sex Star System, op. cit.) L’héroïne en est l’actrice hollandaise Willeke van Ammelrooy, qui sera son égérie le temps de plusieurs films. Détail amusant : pour le polar érotique "La Donneuse", co-production franco-belge tournée en partie au Pays-Bas, il aurait réussi à obtenir une apparition d'un jeune premier hollandais en vogue nommé Rutger Hauer...en le filmant à son insu!

Image

Image

Jean Marie Pallardy a durant toute sa carrière, zigzagué entre pornos, pornos soft/ érotique et films classiques et c’est évidemment cette dernière catégorie qui nous intéresse. C’est en 1977 qu’il s’éloigne quelque peu de l’érotisme pour signer sa première série B authentique, «Le Ricain », une co-production franco-turque avec l’ineffable américain de France Jess Hahn.

Ce film dnous donne l'occasion de noter un élément dans la filmographie Pallardyesque est l’aspect «bande de copains » de son cinéma, qu’il s’agisse de l’équipe technique ou des comédiens engagés par Jean-Marie.
Jess Hahn, et Gordon Mitchell sont en effet des acteurs que l’on retrouve au fil des années, dans les créations de Jean-Marie Pallardy, et ce même si de longues périodes les séparent. Ce qui est la preuve semble-t-il d’une réelle amitié ( ou d’une dette de jeu )…

Image
Gordon Mitchell dans "Overdose".
Image
Jess Hahn dans "Le Ricain".

On citera également Pierre Pelot, écrivain aujourd’hui célèbre que Pallardy a souvent employé comme scénariste.

Image

Tel un Truffaut ou un Chabrol du cinéma déviant, notre ami Jean-Marie aime à bien s'entourer!
Il a ainsi collaboré, pour les musiques de ses films, avec des figures telles que Ennio Morricone ( le Ricain) et John Lord ( White Fire et Overdose).

Image
Une apparition du maître dans "White fire".

A un niveau plus « analytique », nous avons pu remarquer une certaine constance dans les thèmes du cinéma de Pallardy : Ceux de la famille et de l’enfance.

Pallardy décrit, en effet, souvent des familles décomposées, puis recomposées autour de la figure d’un père adoptif. Ce dernier, rassurant et stable prend sous son aile protectrice les enfants qui font eux, figures de victimes. « Les enfants n’ont pas demandé à venir au monde… » concluera Pallardy à la fin du Ricain…

Image
Scène finale du "Ricain".

Ainsi dans White Fire, Mike (après que ses parents se sont fait assassiner), est recueilli et élevé par Sam ( Jess Hahn). Dans le Ricain, Olivier, est un jeune garçon délaissé par son père, encore une fois protégé par « l’américain » (Jess Hahn aussi). Dans Overdose, enfin, c’est une jeune fille qui trouvera refuge dans une famille, dont Jess Hahn est encore une fois le patriarche.

Image
Jess Hahn dans "Overdose".

Il peut être intéressant de noter que Gordon Mitchell écope constamment du rôle de méchant qui cherche à détourner l’enfant au cœur pur de son chemin, tandis que Jess Hahn fait figure du père adoptif parfait, parfois même meilleur que le père biologique (Le Ricain)
Pallardy, quand à lui, incarne tantôt le père aimant (White Fire), aimant mais trop pris par son business (Le Ricain), tantôt un sbire de Gordon Mitchell (Overdose).

Image
Pallardy en sbire sadique dans "Overdose".

D’un point de vue plus formel, on peut noter que Jean-Marie Pallardy est plus qu’un réalisateur. En effet il s’octroie un rôle dans quasiment tous ses films, allant même jusqu’à interpréter de temps en temps le héros (il interprète par exemple Ulysse dans « Amour chez les poids lourds », un porno soft qui transpose assez librement le mythe de l'Odyssée chez les camionneurs…, ou Serva dans le Ricain).

Avec les années 80, la demande du public évoluant, Pallardy tâte sans conviction de la réalisation de films porno hard, sous les pseudonymes de Boris Pradley ou Boris Pradlay. Mais Jean-Marie ne s’en accommode pas et vise un cinéma plus classique et ambitieux. " Je ne voulais pas rentrer dans ce système qui disait que pour tourner de l’érotique en 35mm il fallait absolument insérer des plans hard. J’ai déchiré mon contrat au bout de cinq films et je suis parti aux Etats-Unis faire des séries B". (Le Petit Bulletin Grenoblois, op. cit.)


Jean-Marie Pallardy sort donc du carcan franco-français, et vise immédiatement une dimension internationale. Via sa société, «Les Films J.M.P. », il est co-producteur du mémorable «Bruce contre-attaque », avec l’éternel imitateur Bruce Le, improbable film d'arts martiaux franco-italo-chinois dont il réalise quelques scènes et où il tient également un petit rôle.

Image

Finalement, en 1984, grâce à l’accord de principe de l'acteur américain Robert Ginty, alors vedette de la série B, Jean-Marie parvient à convaincre des producteurs anglais et turcs d’investir dans «White Fire», alias « Vivre pour survivre», alias «Le Diamant», son projet le plus ambitieux à ce jour.

Image Image
On retrouve dans ce film mémorable Fred Williamson( quand même 15 avant que Tarantino et Rodriguez ne le récupèrent pour « Une Nuit en enfer »…sans doute une référence !). Apparemment satisfait de sa collaboration avec Pallardy, Williamson travaillera avec notre ami sur «Piège pour un tueur» (Foxtrap), médiocre polar réalisé par le grand Fred avec un coup de main de Pallardy pour les scènes se déroulant en France.

Image
Image

Malgré le relatif succès de White Fire, qui s’est bien vendu à l’international, Pallardy peine ensuite à monter ses projets suivants. Il tourne en Espagne, dans des conditions drastiques, «Overdose», avec Gordon Mitchell, Jess Hahn et, plus surprenant,Bruce Baron, star déchue de la série B asiatique. Selon une légende entretenue par Jean-Marie lui-même, une jeune inconnue nommée Sharon Stone aurait failli jouer le rôle principal…

Image

Les années 90 sont laborieuses pour Jean-Marie : le marché de la série B s’assèche en Europe. Il multiplie les contacts et les projets : un remake du Ricain, avec Michael Dudikoff ; une histoire d’amour en Yougoslavie, pour laquelle ses bailleurs de fonds croates se sont retirés au dernier moment ; un mélo en Italie avec la sculpturale Anna Falchi…Autant de projets tombés à l’eau.

En 2000, Pallardy achève difficilement le tournage de «The Donor», production américano-turque tournée à Istanbul. Ce mélodrame plutôt soigné bénéficie notamment de la présence de David Carradine en guest-star. C’est d’ailleurs le regain de notoriété de ce dernier, grâce à «Kill Bill », qui permettra au film de sortir en France, directement en DVD, sous le titre de «Femmes ou maîtresses».

Image

En conclusion , Jean-Marie Pallardy nous apparaît vraiment comme une figure à part dans le paysage cinématographique français.
Injustement méconnu, il n’a attendu personne pour réaliser des séries B plus « intrigantes » les unes que les autres et est l’auteur de quelque nanars incontournables, dont White fire qui fait figure de mètre étalon en la matière.

Image
Un caméo de Pallardy dans "Femmes ou maîtresses".

Contrairement à Joe D’Amato, célèbre réalisateur italien qui a lui aussi oscillé entre plusieurs genres cinématographiques, dont le porno et l’érotique, JMP n’aura pu profiter d’une industrie du bis typiquement française qui eût certainement permis à sa carrière de mieux prendre son envol.

Cette comparaison soulève cependant une interrogation : bien que, comme dit le proverbe, « Nul n’est prophète en son pays », pourquoi le célèbre réalisateur italien est-il plus connu en France que son homologue Français ?
Injustice que nous tentons, à Nanarland, de réparer.

La Broche & Nikita

Pour en savoir plus, une interview exhumée par le site Erotico 70 dans laquelle le réalisateur évoque ses premiers films.

Iconographie : www.vhs-survivors.com www.priceminister.com www.ebay.fr Merci à John Nada et au Rôdeur.

Filmographie :
2000 - Femmes ou maîtresses (The Donor)
1987 - Overdose
1987 - Foxtrap (acteur et co-réalisateur non crédité)
...aka Foxtrap, le piège
...aka Piège pour un tueur
1985 - Emmanuelle Goes to Cannes (Boris Pradlay)
1984 - Vivre pour survivre, White Fire, Le diamant
1982 - Bruce contre-attaque (acteur, co-réalisateur non-crédité ?)
...aka La Revanche du ninja
1980 - Trois filles dans le vent
1980 - Le Journal érotique d'une Thailandaise
... aka Carnet intime d'une Thailandaise (France : version classée X)
... aka Emmanuele 3
1979 - Pénétrations méditéranéennes (Boris Pradley)
1979 - Une femme spéciale
1978 - L'Amour chez les poids lourds
... aka Convoi spécial
1978 - Prends-moi de force (Boris Pradley)
1977 - Le Ricain (The man from Chicago)
1975 - La Donneuse
1974 - L'Amour aux trousses
1974 - Le Journal érotique d'un bûcheron
1974 - L'Arrière-train sifflera trois fois
...aka Lucky Lucky et les Daltine
1974 - Règlements de femmes à OQ Corral
1973 - Le Piège
1972 - Le Dossier érotique d'un notaire
...aka Le Journal érotique d'un notaire
1972- L'Insatisfaite

_________________
Image
"Ach ! Dans mon pays, on appelle ça... LA SOUPE AUX SCHULTZ ! HAHA !" (La Guerre des espions)
ImageImage


Dernière édition par Nikita le 15 Jan 2008 18:51, édité 30 fois au total.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 28 Nov 2004 12:26 
Hors-ligne
Croque-Mort
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Jan 2004 0:28
Messages: 1524
Localisation: Paris
Je n'aurai qu'un mot... ou plutôt qu'un smiley...

:worship: BRAVO !

_________________
http://www.cinecomedies.com/


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 28 Nov 2004 12:29 
Hors-ligne
Détecteur de plans nichons
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Oct 2003 20:16
Messages: 13165
Localisation: A bord d'un Messerschmitt en flammes
gerry a écrit:
Je n'aurai qu'un mot... ou plutôt qu'un smiley...

:worship: BRAVO !


Merci, mais ce n'est à 70% qu'un travail de copié-collé. (qui est un art délicat, ceci dit. :wink: )

_________________
Image
"Ach ! Dans mon pays, on appelle ça... LA SOUPE AUX SCHULTZ ! HAHA !" (La Guerre des espions)
ImageImage


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 28 Nov 2004 17:43 
Hors-ligne
"ok, je sors..."
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 28 Sep 2003 20:02
Messages: 9393
Localisation: Liège (Belgique) - j'fais mon putin de job à plein temps
bravo et même pas l'once d'une jaquette de white fire ?

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 28 Nov 2004 20:35 
Hors-ligne
en direct du Skywalker Ranch de Grenoble
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Sep 2003 20:48
Messages: 3667
Localisation: Lucas Valley, Marin County, California U.S.A.
Au fait, je sais toujours pas comment c'est The Donor...

_________________
Lantak a écrit:
Personne a une idée de scénario ? Je comprends pas mes rushes.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 28 Nov 2004 21:17 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 30 Sep 2003 13:19
Messages: 5375
Alcatel a écrit:
Au fait, je sais toujours pas comment c'est The Donor...


http://www.dgz15.net/raccoon/viewtopic.php?t=3481


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Bio Jean-Marie Pallardy reloaded
MessagePublié: 28 Nov 2004 21:40 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 26 Sep 2004 23:45
Messages: 6645
Localisation: planète zorglub 3 ; dans la galaxie du bluk-bluk zogotounga
Nikita a écrit:


1974 - L'Amour aux trousses
1974 - L'Arrière-train sifflera trois fois
...aka Lucky Lucky et les Daltine
1974 - Règlements de femmes à OQ Corral


Ah le bon vieux temps des films érotiques où il y avait encore un certain sens de la créativité et une recherche pour les titres et les histoires !

_________________
http://www.rotorfrance.com/
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 02 Déc 2004 1:38 
Hors-ligne
Max Thayer lui doit tout!
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Sep 2003 20:08
Messages: 6154
Localisation: New York. Année : 2037. Mission: Rétablir l'ordre.
Citer:
Au fait, je sais toujours pas comment c'est The Donor.


c'est un remake non-érotique de "la donneuse".


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 02 Déc 2004 13:26 
Hors-ligne
Nanardeur en progrès
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 18 Mars 2004 10:55
Messages: 344
Localisation: Paris plage
Citer:
après que ses parents se sont fait assassiner


se *soient* non? Bah oui c'est tout ce que j'avais à redire :-D


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 02 Déc 2004 13:33 
Hors-ligne
Détecteur de plans nichons
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Oct 2003 20:16
Messages: 13165
Localisation: A bord d'un Messerschmitt en flammes
Le G@SP a écrit:
Citer:
après que ses parents se sont fait assassiner


se *soient* non? Bah oui c'est tout ce que j'avais à redire :-D


Corrigé. Ca faisait partie du texte original de La Broche dont j'ai utilisé des bouts. :-D :-D

_________________
Image
"Ach ! Dans mon pays, on appelle ça... LA SOUPE AUX SCHULTZ ! HAHA !" (La Guerre des espions)
ImageImage


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 02 Déc 2004 13:42 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 30 Sep 2003 13:19
Messages: 5375
Nikita a écrit:
Le G@SP a écrit:
Citer:
après que ses parents se sont fait assassiner


se *soient* non? Bah oui c'est tout ce que j'avais à redire :-D


Corrigé. Ca faisait partie du texte original de La Broche dont j'ai utilisé des bouts. :-D :-D


C'est très mal de rejeter la faute sur ses petits camarades... :roll:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 02 Déc 2004 13:53 
Hors-ligne
Détecteur de plans nichons
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Oct 2003 20:16
Messages: 13165
Localisation: A bord d'un Messerschmitt en flammes
:-D

_________________
Image
"Ach ! Dans mon pays, on appelle ça... LA SOUPE AUX SCHULTZ ! HAHA !" (La Guerre des espions)
ImageImage


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 02 Déc 2004 14:05 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 22 Déc 2003 10:26
Messages: 1620
Localisation: Sur un cheval, la corde au cou
*Pointilleux Man descend du firmament*

La phrase était juste puisque la grammaire dit : après que + indicatif (il n'y a pas d'incertitude, le fait s'est réellement déroulé).

Par contre on a bien avant que + subjonctif (puisque le avant que suppose une incertitude).

Et en ce moment, le après que + subjonctif se fait de plus en plus commun, sans doute par extension de la construction du avant que. Mais il faut savoir que c'est grammaticalement faux, même si ça risque de devenir courant à force.

*Pointilleux Man repart vers de nouvelles aventures sous une pluie de légumes avariés*

_________________
Le Eli Wallach suisse écrit dans Daily Movies ! Daily Movies, le mag qui défenestre les lamantins. Approuvé par les sbires et les Ninja Varriors !
http://www.daily-movies.ch


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 02 Déc 2004 14:23 
Hors-ligne
Max Thayer lui doit tout!
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Sep 2003 20:08
Messages: 6154
Localisation: New York. Année : 2037. Mission: Rétablir l'ordre.
Nikita a écrit:
Le G@SP a écrit:
Citer:
après que ses parents se sont fait assassiner


se *soient* non? Bah oui c'est tout ce que j'avais à redire :-D


Corrigé. Ca faisait partie du texte original de La Broche dont j'ai utilisé des bouts. :-D :-D


NON !!!
misérables vandales du beau verbe !

C'est la Broche qui a raison : Derrière "après que" on met toujours l'indicatif . L'Académie Française ne cesse de le répéter en vain, les poètes et autres érudits montent régulièrement au créneau pour bannir cette pitoyable faute de grammaire du langage courant mais rien n'y fait. Les gens sont habitués à foutre du subjonctif partout dès qu'ils voient le mot "que". Ils ont tort. Ne cédez pas.

Longtemps après que les poètes ont disparu
leurs chansons courent encore dans les rues.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 02 Déc 2004 17:01 
Hors-ligne
Détecteur de plans nichons
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Oct 2003 20:16
Messages: 13165
Localisation: A bord d'un Messerschmitt en flammes
Retour à la situation initiale. :P

_________________
Image
"Ach ! Dans mon pays, on appelle ça... LA SOUPE AUX SCHULTZ ! HAHA !" (La Guerre des espions)
ImageImage


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 02 Déc 2004 18:17 
Hors-ligne
Nanardeur en progrès
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 18 Mars 2004 10:55
Messages: 344
Localisation: Paris plage
si c com sa jadopt l langaj sms


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 02 Déc 2004 18:42 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 30 Sep 2003 13:19
Messages: 5375
Et Nikita, après avoir vilainement accusé à tort son ami La Broche s'en sort en héros. Y a pas de justice pour les connistes.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 02 Déc 2004 19:49 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Sep 2003 16:09
Messages: 4806
Localisation: Ploumizolin
le rôdeur a écrit:
Nikita a écrit:
Le G@SP a écrit:
Citer:
après que ses parents se sont fait assassiner


se *soient* non? Bah oui c'est tout ce que j'avais à redire :-D


Corrigé. Ca faisait partie du texte original de La Broche dont j'ai utilisé des bouts. :-D :-D


NON !!!
misérables vandales du beau verbe !

C'est la Broche qui a raison : Derrière "après que" on met toujours l'indicatif . L'Académie Française ne cesse de le répéter en vain, les poètes et autres érudits montent régulièrement au créneau pour bannir cette pitoyable faute de grammaire du langage courant mais rien n'y fait. Les gens sont habitués à foutre du subjonctif partout dès qu'ils voient le mot "que". Ils ont tort. Ne cédez pas.

Longtemps après que les poètes ont disparu
leurs chansons courent encore dans les rues.


C'est moi que j'le savais quand j'ai écrit ma chronique 8) 8) 8) 8) 8)

Merci le Rôdeur !

_________________
"Heureusement pour l'harmonie du post-apo international, le casting termine dans une carrière abandonnée."
©Kobal


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 22 Nov 2005 17:33 
Hors-ligne
Nanardeur + que respectable
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 20 Juil 2005 12:02
Messages: 538
Localisation: impossible
au fait, quelqu'un a-t-il des nouvelles de JMP???

_________________
Pyss und Löv mit Verka Serduchka
http://www.dailymotion.com/relevance/search/verka/video/x1unih_clip-eurovision-ukraine-2007-verka


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 22 Nov 2005 21:56 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 30 Sep 2003 13:19
Messages: 5375
Les deux tueurs à gages lancés aux trousses de La Broche ont été mis en fuite la semaine dernière par Polpette (son chat psychopathe, dixit Rico). Depuis JMP aurait juré que sa vengeance sera terrible, mais on n'a encore rien vu venir.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 40 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivant

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Bing [Bot] et 3 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr