Forum Nanarland.com

Le forum des mauvais films sympathiques
Nous sommes actuellement le 20 Nov 2019 21:36

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Interstellar - Chris Nolan (2014)
MessagePublié: 14 Nov 2014 0:11 
Hors-ligne
Apprenti Nanardeur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 07 Avr 2008 13:48
Messages: 117
Localisation: Somewhere, over the rainbow.
Bigre, aucun avis sur le dernier Nolan ? Le déjà cultissime Interstellar.

Et bien, je m'y colle.

Attention spoiler, si vous n'avez pas vu le film, n'allez pas plus loin.

Ça commence par une scène de la vie rurale à l'américaine, l'humanité a fait bobo à la terre, épuisée les ressources naturelles, donc la terre se venge en détruisant récoltes après récoltes et en empoisonnant l'air, très Gaïa comme début, mais ça reste plus ou moins cohérent, les tempêtes de poussières ont déjà frappées dans le passé. Dans ce monde, tout le monde est devenu fermier, avec bien sur de grande ferme à l'américaine de centaines d'hectare de mono-culture, avec des tracteurs auto piloté par gps et des gros 4x4. Pourquoi pas, mais pour nourrir l'humanité, les insectes sont une bien meilleure solution. Bref, la terre est en train de faire mourir l'humanité à la vitesse grand V.
Des gentils ET ont décidé d'aider l'humanité, en construisant un trou de ver près de saturne. Ok, mais c'est pas terrible comme aide, déjà faut y aller autour de sature, l'ex Nasa envoie en cachette 12 sondes pilotées par 12 humains pour explorer 12 planètes qui ont été aperçues à travers le trou de ver, mais c'est un voyage sans retour, c'est déjà dur à avaler, mais logique, un trou de ver c'est une route à sens unique qui débouche sur un trou noir.
Quelques années plus tard, notre fermier ex-astronaute super papa se retrouve avec une équipe de pionniers pour aller récolter les données des sondes et les communiquer vers la terre, ce que je croyais impossible. Bref, décollage de fusée façon Saturne V (la fusée à deux étages, pas le genre navette moderne avec réservoir et booster), accostage à une station spatiale dans le genre 2001 et zou, en hyper-sommeil pour 2 ans vers Saturne.
Réveil et passage dans le trou de ver, qui serait soit dit en passant, super en 3D, puis sortie près d'un trou noir. Dommage, l'équipage n'a de carburant et surtout de temps que pour visiter trois planètes et récupérer les données scientifiques, pourquoi 3 planètes seulement ? Pas le temps d'expliquer, le temps presse.
Première planète, la navette se pose sur une surface immergée (oui, l'eau recouvre toute la terre sur une dizaine de centimètres), juste pour voir que la sonde est détruite et les débris sont éparpillés près du point d’amerrissage, et voila qu'une vague haute comme un immeuble de 10 étage leur tombe dessus, le même genre de vague qui a détruite la sonde, mais laissé les débris dans un rayon d'une dizaines de mètres, et zou, une jolie séance de surf sur la vague géante (mais qui serait encore mieux en 3D), pour finalement retrouver un bout terre plus ou moins ferme, moteur noyé, deux heures plus tard (soit 2mn de film environ), nouvelle vague et décollage en catastrophe vers l'espace.
Mais oui, cette même navette de la taille d'un bus, et qui a eu besoin d'une fusée à deux étages pour quitter la terre rejoint l'espace les doigts dans le nez façon faucon millénium, malgré une pesanteur plus forte que sur la terre (1,3g de mémoire).
Trop c'est trop, je débranche la partie logique de mon cerveau, j'oublie toutes les incohérences (dont les planètes en orbites autour d'un trou noir o_O), et je me concentre sur Anne Hattaway, toujours aussi jolie.
Le reste du film est du même tonneau, entre blabla ésotiro-scientifique, grosses ficelles à l'américaine et incohérences.Mais de toute façon, on sait qui sont les héros, donc qui va vivre et qui va mourir, et comme c'est un film à l'américaine, on sait déjà qu'il y aura un happy end, au moins pour quelques happy few, dont la famille du héros, revenu par miracle en orbite autour de Saturne.
Car oui, le film se termine sur une station spatiale géante près de Saturne, couper/coller du film Elysium. Et la terre ? aucune idée, ça fait déjà trois heures de film, pas le temps d'évoquer le sort de la terre, juste une fin biblique du héros qui part rejoindre sa Ève de l'autre coté du trou de ver, avec un x-wing et son fidèle R2D2, enfin un équivalent.
Car oui, grâce au héros, l'humanité a découvert le secret de la gravité et peut maintenant construire de super vaisseaux et conquérir la galaxie, même si ça nourrit pas son être humain.

C'est un film à voir, un blockbuster à l'américaine mais qui se veut intello, mais qui aurait été 100 fois mieux en 3D, tellement certaines scènes étaient faites pour. Et puis, y'a Anna Hattaway :icon_lovely:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Interstellar
MessagePublié: 14 Nov 2014 14:41 
Hors-ligne
Nanardeur Novice
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 22 Juin 2005 22:48
Messages: 236
Localisation: Paris
L'impression que j'ai eue, c'est celle d'un film qui aurait dû durer quatre heures, tellement il y a d'exposition dedans, et où Nolan s'est retrouvé contraint d'arracher quelques pages par-ci par-là sans forcément conserver les bouts qu'il faudrait.

Le coup des trois planètes, c'est qu'ils ont déjà envoyé dix chercheurs dans dix mondes correspondant à ce que le trou de ver leur renvoyait comme info (vu que c'est un sas à sens unique ou à double sens suivant les nécessités du scénario), et sans possibilité de retour.

Le dernier vol qu'ils tentent avec Notre Héros comme pilote, c'est de réutiliser une station spatiale polyvalente à ce moment en orbite autour de la Terre, partir avec un équipage de scientifiques et faire route vers la zone de l'autre galaxie où il y avait trois planètes potentiellement habitables et trois savants installés là-bas, celle qui présente les meilleures chances.

Trois planètes, trois candidats... mais une seule succèdera à la Terre pour abriter la vie humaine. Un jury impitoyable va questionner les ambassadeurs de chaque monde. Mais tout cela n'est pas si simple, car dans le jury, la fille en pince pour l'un des ambassadeurs. Sera-t-elle une juge impartiale ? Bonjour et bienvenue dans... Planète Academy.

L'hypothèse des trois planètes, retour, on ramène les autres milliards de Terriens capote pour deux raisons.
Déjà, le Dr Brand père n'y avait pas réfléchi sérieusement, parce que le plan A dont il parlait était un leurre pour convaincre l'équipage de s'embarquer. C'est pour ça aussi qu'il faisait croire qu'il était sur le point de résoudre l'équation alors que c'était déjà fait depuis 40 ans, ou du moins qu'il savait qu'il ne pourrait pas la résoudre totalement sans avoir les mesures d'un trou noir.
Ensuite, nos zélés z'héros n'ont plus assez de carburant après avoir été obligé d'en brûler pas mal pour redécoller de la planète Relou. A ce stade du film, ils peuvent donc faire soit deux mondes et retour sur Terre, soit trois mondes, et on reste dans le dernier.

Cette solution capote à son tour, parce qu'ils croyaient rencontrer le Dr Mann sur la deuxième planète, et qu'ils tombent à la place sur Mattdamon, le personnage de Team America Police du monde. Pour des raisons pas claires du tout (et parce qu'il fallait un personnage de méchant dans le film), Mattdamon expose longuement après une tirade sur l'amour filial un plan auquel je n'ai rien pigé, mais grosso modo, il doit tuer tout le monde et repartir sur la station spatiale pour... faire quelque chose ?
Le plan du cinglé loupe, les deux derniers survivants se retrouvent dans une station très endommagée, avec encore moins de carburant que prévu. La seule solution pour atteindre l'ultime monde (ils ne peuvent plus faire grand chose d'autre), ça serait de faire catapulte autour du trou noir (c'est cela oui, c'est cela...) pour regagner de la vitesse, mais pour cela, il faudra manipuler les vaisseaux d'appoint arrimés autour de la station (et il s'avère qu'il y en avait deux ou trois, ce que je n'avais absolument pas compris jusque là). Une des navettes devra se désarrimer et c'est un des robots qui va se charger de la piloter. La seconde est pilotée par Notre Héros, et, comme sa vision du monde est guidée par George Clooney dans Gravity, il a aussi besoin de se sacrifier. Parce que sinon, je sais pas trop, il n'y aurait peut-être plus eu assez de réserves alimentaires à bord, et ils auraient été obligés de bouffer les embryons congelés comme si c'était du caviar de luxe.

Mais quand le héros se sacrifie, il accède en fait à une représentation spatiale d'un monde en cinq dimensions où le temps est désormais une distance, et il comprend subitement le sens de la vie et, plus méritoire, tout ce que le scénario essaye d'expliquer. Du coup, il va jouer les Poltergeist auprès de sa fille qui est maintenant plus âgée que lui, parce que la seule vraie constante dans l'univers (vu que la gravité n'est même plus une constante), c'est l'amour filial. Grosso modo, il n'y avait pas d'extra terrestres, et c'était donc lui qui avait créé le paradoxe spatio-temporel (et le trou de ver, alors ????). Quand il renoue le lien avec sa fille via la montre, le robot balance les mesures faites au bord du trou noir en morse, et la rouquine peut donc compléter l'équation qui permet à l'espèce humaine de maîtriser la gravité, et de bâtir d'immenses stations spatiales qui pourront décoller de la Terre sans problème, histoire de coloniser à terme un autre monde.
Et il balance une bonne claque au fils, parce que c'était vraiment une sacrée tête de nœud celui-la.

Vu que c'est une scientifique géniale, Murph soupçonnait à quel moment précis son père émergerait du côté de Saturne (le jour près, après près d'un siècle d'écart causé par la relativité) et avait demandé à une équipe de tout récupérer.
La suite, en dehors du fait que Cooper peut et va repartir sur le troisième monde (maintenant que le carburant et la vitesse ne sont plus un problème) et se taper enfin Catwoman, qui n'a pas vieilli non plus, vu que les paradoxes spatio-temporels ne concernent pas les premiers rôles féminins et que son grand amour précédent à elle est maintenant mort et enterré.

_________________
Trust me, I know what I'm doing


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Interstellar
MessagePublié: 14 Nov 2014 18:20 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 21 Sep 2005 17:20
Messages: 1674
Film de l'année ! :worship:
EDIT ; j'essaierai d'être plus prolixe, mais je l'ai vu la semaine dernière dans un état d'esprit très particulier, et je n'en suis pas encore complètement revenu (de mon état d'esprit comme du film).

_________________
Image

Chroniques du Léviathan : blog comics, mangas, jeux vidéo


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Interstellar
MessagePublié: 14 Nov 2014 21:00 
Hors-ligne
Nanardeur en progrès

Inscrit le: 19 Nov 2012 20:51
Messages: 309
Perso j'en suis ressortit pas plus émoustillé que ça...

Ok niveau réalisation, le bonhomme n'as plus rien a prouvé mais bon Dieu ce que c'était long!

En fait, ce qui m'as le plus choqué dans l'histoire c'est la quasi déshumanisation des personnages.

Le casting est bien aussi mais pas de réel surprise (apparition de Matt Damon non crédité au générique en salaud de première).

C'est clair qu'il y as pas mal de clin d'oeil à "2001, l’odyssée de l'espace" mais après que faut-il retenir de tout ça ?

Bah pas grand chose que l'on ne sache pas déjà.

Beaucoup de monde nous on pondu LE film de l'année mais moi je n'y vois qu'un film bien réalisé.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Interstellar - Chris Nolan (2014)
MessagePublié: 19 Nov 2014 18:53 
Hors-ligne
Apprenti Nanardeur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 30 Sep 2011 22:35
Messages: 83
Moi j'ai beaucoup aimé.

Le scénario est certes bourré d'incohérences mais je tiens à rappeler que le film a l'ambition de faire de la SF grand public.
Par définition un film de SF contient des incohérences, surtout quand son scénario est basé sur des histoires de trou noir et de distorsions temporelles. Quant aux explications pseudo scientifiques qui ne tiennent pas debout, à mon avis elles sont là uniquement pour "donner le change" à la partie du public qui est venue pour voir du grand spectacle. Il aurait été scientifiquement plus adéquat de passer sous silence les trucs incohérents, mais on aurait alors eu un film très peu causant et moins accessible, ce qui aurait été trop dangereux commercialement. Autrement dit, les dialogues pseudo scientifiques sont là pour donner l'impression que les personnages n'agissent pas au hasard et que le scénario est parfaitement maitrisé, ce qui me semble plus acceptable pour les standards marketing que de livrer un film contemplatif avec une grande marge d'interprétation scénaristique aux spectateurs.

Et sinon, niveau référence, le film m'a fait penser au Raisins de la colère (le discours politique en moins évidemment).


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Interstellar - Chris Nolan (2014)
MessagePublié: 20 Nov 2014 16:05 
Hors-ligne
Nanardeur en progrès
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 16 Oct 2006 16:31
Messages: 364
Rogojine a écrit:
Le scénario est certes bourré d'incohérences mais je tiens à rappeler que le film a l'ambition de faire de la SF grand public.
Par définition un film de SF contient des incohérences, surtout quand son scénario est basé sur des histoires de trou noir et de distorsions temporelles.


Non.
Tu confonds cohérence et réalisme.

_________________
- Bless me, Father, for I have sinned. I did an original sin. I poked a badger with a spoon.
- Say five Hail Mary's and six Hello Dolly's!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Interstellar - Chris Nolan (2014)
MessagePublié: 20 Nov 2014 17:01 
Hors-ligne
Apprenti Nanardeur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 30 Sep 2011 22:35
Messages: 83
D'accord, mais l'irréalisme de la SF entraine souvent des incohérences.
Ce que je voulais dire, et je sais que je me fais l'avocat du diable, c'est qu'il faut considérer les errements de l'écriture comme un mal nécessaire dans ce genre de film. Enfin, je sais pas vous, mais à partir du moment où Cooper et Murph arrivent dans la base de la NASA et que ça commence à parler de trou noir et d'anomalies gravitationnelles, j'ai intégré que l'histoire risquait de déraper au niveau de la cohérence, et j'ai regardé le film en conséquence. Interstellar a d'autres arguments à faire valoir que les trous noirs catapulteurs.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Interstellar - Chris Nolan (2014)
MessagePublié: 21 Nov 2014 10:52 
Hors-ligne
Nanardeur en progrès
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 16 Oct 2006 16:31
Messages: 364
Rogojine a écrit:
D'accord, mais l'irréalisme de la SF entraine souvent des incohérences.
Ce que je voulais dire, et je sais que je me fais l'avocat du diable, c'est qu'il faut considérer les errements de l'écriture comme un mal nécessaire dans ce genre de film. Enfin, je sais pas vous, mais à partir du moment où Cooper et Murph arrivent dans la base de la NASA et que ça commence à parler de trou noir et d'anomalies gravitationnelles, j'ai intégré que l'histoire risquait de déraper au niveau de la cohérence, et j'ai regardé le film en conséquence. Interstellar a d'autres arguments à faire valoir que les trous noirs catapulteurs.


Là encore, c'est du réalisme qu'il s'agit...
Agad là : http://unodieuxconnard.com/2014/11/14/i ... ous-noirs/
C'est farci de mauvaise foi, mais il n'y dit pas que des couenneries (en plus, il cite Braddock, alors).

_________________
- Bless me, Father, for I have sinned. I did an original sin. I poked a badger with a spoon.
- Say five Hail Mary's and six Hello Dolly's!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Interstellar - Chris Nolan (2014)
MessagePublié: 26 Nov 2014 9:39 
Hors-ligne
Nanardeur + que respectable
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Mars 2009 14:20
Messages: 524
Localisation: Avec le Justicier, dans la ville
Ayant fait des études littéraires, je peux juste dire que j'ai beaucoup aimé. Certes, j'ai senti passer les longueurs et je n'ai pas compris beaucoup de choses aux "thèses" astrophysiques du film. En outre, comme le dit Le Fossoyeur des films dans sa chronique, le personnage de Matt Damon aurait pu être traité autrement (ah tiens, c'est Matt Damon, pas le Dr. Mann - plagiat)...

Bon à part ça, visuellement c'est BEAU et Anne Hathaway prouve qu'elle n'est pas une actrice que pour films légers.

Woilà !

_________________
« - J’aimerais bien que tu restes. On va manger des chips. »


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr