Forum Nanarland.com

Le forum des mauvais films sympathiques
Nous sommes actuellement le 15 Oct 2018 21:58

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Dalton Trumbo - Jay Roach (2015)
MessagePublié: 02 Juin 2016 21:43 
Hors-ligne
Maîtres es Nanar
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Déc 2011 20:36
Messages: 1245
Localisation: Quelque part entre les bornes et les limites
Image

Dalton Trumbo de Jay Roach

Titre original : Trumbo

avec Bryan Cranston, Diane Lane, Helen Mirren, John Goodman, Michael Stuhlbarg, Louis C. K., Elle Fanning, David James Elliott

Citer:
Hollywood, la Guerre Froide bat son plein. Alors qu'il est au sommet de son art, le scénariste Dalton Trumbo est accusé d'être communiste. Avec d'autres artistes, il devient très vite infréquentable, puis il est emprisonné et placé sur la Liste Noire : il lui est désormais impossible de travailler. Grâce à son talent et au soutien inconditionnel de sa famille, il va contourner cette interdiction. En menant dans l'ombre un long combat vers sa réhabilitation, il forgera sa légende.

(source : Allociné)


Sorti dans les salles françaises le mois dernier, ce film est injustement passé inaperçu au milieu de tous les blockbusters super-héroïques du moment (on était quatre dans la salle). C'est pourtant un excellent biopic abordant avec une grande justesse la période sombre du maccarthysme et rendant hommage aux Dix de Hollywood, sujet très rarement traité à l'écran. Le réalisateur de la série "Mon beau-père et moi", que l'on n'attendait pas du tout dans ce registre (bien qu'on sentait déjà son esprit gauchiste dans les tribulations familiales de Ben Stiller), filme avec sobriété l'histoire d'un homme, de sa famille et de ses collègues scénaristes et techniciens persécutés pour leurs opinions (qui sont juste humaines et de bon sens) dans une Amérique fascisante, ultra-conservatrice et paranoïaque érigeant la délation au rang de vertu et se lavant les mains de sa propre Constitution tout en prétendant défendre la démocratie contre la "menace rouge". C'est aussi bien sûr un film sur le cinéma avec toutes les grandes figures du Hollywood de l'époque de la "chasse aux sorcières", dont l'ambiance est très bien restituée.

Dalton Trumbo est brillamment interprété par Bryan Cranston et nous est montré comme un artiste talentueux et un bourreau de travail écrivant ses scripts dans sa baignoire, capable de pondre un bon scénar dans un temps record lorsque les circonstances l'exigent, et qui ne renie jamais ses convictions quoi qu'on lui fasse subir, mais le film montre aussi ses faiblesses, son attitude parfois condescendante ou intransigeante, le surmenage et la précarité de sa situation le changeant à un moment en époux, en père et en collaborateur tyrannique. Son attitude sarcastique et roublarde et son combat rusé contre la redoutable machine à broyer de la Commission des Activités Anti-Américaines en font cependant un héros très sympathique. Helen Mirren incarne une excellente Hedda Hopper, la commère la plus mesquine du monde, épaulée par David James Elliott, qui physiquement ne ressemble pas trop à John Wayne mais dont la prestation est à la hauteur du Duke, géant du cinéma mais aussi un sacré gros bourrin dans la vraie vie. Michael Stuhlbarg est un Edward G. Robinson fébrile et émouvant dans son rôle de réprouvé poussé à la délation. John Goodman est comme toujours génial dans le rôle du producteur de série B Frank King, et Dean O'Gorman et Christian Berkel incarnent respectivement un Kirk Douglas et un Otto Preminger d'une ressemblance troublante. Diane Lane est également très juste dans le rôle de Cleo Trumbo et Adewale Akinnuoye-Agbaje compose un personnage très bien vu de détenu noir fan de John Wayne et approuvant le système politique américain, sans se rendre compte que ses opinions vont à l'encontre de son propre intérêt dans cette société où la ségrégation raciale est plus active que jamais. Sinon, j'ai eu un coup de foudre pour Elle Fanning qui joue la fille ainée de Trumbo, mais là c'est personnel...

Sans pouvoir réellement parler de chef-d’œuvre (l'ambiance musicale et le montage sont un petit peu convenus), "Dalton Trumbo" se situe dans le haut du panier des biopics hollywoodiens (c'est largement plus réussi que "Hitchcock" ou "J. Edgar", pour citer des exemples récents), est très bien documenté et, pour une fois, sans scènes imaginaires anachroniques ni lourdeurs démonstratives. On appréciera particulièrement les images d'actualité et les scènes de films mêlant images authentiques et images trafiquées, un procédé certes fort usité depuis "Citizen Kane" mais qui est ici très bien employé, avec un petit coté "clin d’œil" qui m'a bien plu.

Comme vous l'aurez compris, je vous recommande chaudement ce film passionnant.

_________________
Image Image Image

Aux frontières du sexe et de la démence Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Dalton Trumbo - Jay Roach (2015)
MessagePublié: 21 Juin 2016 13:04 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 09 Jan 2006 12:54
Messages: 4304
Localisation: Aux Studios MIRACLE :"Si C'est Un Bon Film,C'est Un MIRACLE!"
Beaucoup aimé aussi. Un film dont la sortie ciné m'avait complètement échappé et que j'ai découvert dans l'avion. S'il n'y avait pas eu Bryan W.W. Cranston au générique, je l'aurais peut-être complètement zappé (alors que je connaissais pas trop mal Trumbo et sa filmo).

Cranston est excellent dans son rôle, un peu dans le même registre que dans Breaking Bad, à savoir le gars ordinaire voire fragile (particulièrement dans la scène où il arrive en prison) mais qui peut se révéler über toxique pour son entourage dans ses accès de mégalomanie désespérée. J'étais aussi surpris de voir que Jay Roach pouvait faire un boulot aussi sobre et réussi, lui que je considérais un peu comme une sorte de Brett Ratner de la comédie US, le gars pas forcément mauvais mais qui tire ses sujets vers le bas à force de ne pas savoir donner de la rigueur et de la personnalité à des oeuvres qui en avaient besoin.

Enfin, la descente aux enfers de Trumbo est bien restituée dans un scénario qui n'oublie pas les zones d'ombre et les contradictions de son héros. Chaque personnage est un être humain et on n'a jamais l'impression de voir défiler une galerie de sosies juste là pour épater la galerie. Si Kirk Douglas est hyper ressemblant (sans qu'il y ait cabotinage à la simili-Joe Pesci dans Jersey Boys), John Wayne joue plus sur le charisme et sa confrontation avec Trumbo rend très bien l'aspect David contre Goliath : la bête de charisme athéltique hollywoodienne contre l'intello qui pourrait être balayé d'un éternuement.

Un film à voir.

_________________
"Les amoureux de la pellicule" cherche son producteur: http://www.youtube.com/watch?v=tbJk1ySa_xA

"Godfrey Ho a beau avoir trouvé des Kickboxeurs américains, le duel entre la mariée et la robe restera LA baston du film." Plissken


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr