Forum Nanarland.com

Le forum des mauvais films sympathiques
Nous sommes actuellement le 22 Sep 2018 6:19

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 56 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2, 3  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message:
MessagePublié: 20 Sep 2007 14:57 
Hors-ligne
Nanar un jour, nanar toujours
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 21 Juil 2006 14:51
Messages: 2812
Localisation: Dans une jungle romaine en train de mettre le paquet
gallo31 a écrit:
Stirba a écrit:
La guerre n'est que la toile de fond dans Apocalypse Now. Ce n'est pas un film "de", "sur", "dans" "avec" ou "sans" la guerre.



Pour aller dans ton sens, il ne faut pas oublier qu'Apocalypse now est directement adapté du livre Au coeur des ténêbres de Robert Louis Stevenson (L'île au trésors).


Sauf que c'est une longue nouvelle/petit roman de Joseph Conrad (qui se passe effectivement en Afrique noire) :wink:

_________________
Image

IT'S AN INKY DINKY DOO DAAA MOOORNIIING !!!

Mon super twitter

TWO SLICES OF BREAD WITH ANYTHING BETWEEN = SANDWICH!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 20 Sep 2007 15:18 
Hors-ligne
Agrégé en nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Sep 2003 21:31
Messages: 1313
Localisation: en Belgique au fond à droite
+ 1 avec Greyhunter aussi ; j'avais déjà lu une interprétation similaire du film (dans un "dictionnaire du cinéma" je crois), où l'on expliquait que l'on glissait petit à petit de la guerre moderne, technologique (l'attaque des hélicos) au corps-à-corps sauvage avant de finir au stade ultime : la folie et la barbarie quasi primitive des hommes de Kurtz qui vivent au milieu de cadavres mutilés et attaque l'équipage à la sagaie. Tout ceci au fur et à mesure que le bateau s'enfonce de plus en plus dans la jungle ; symboliquement, il y a ces deux excellentes scènes où le bateau passe sous la queue d'un B-52 abattu et croise l'épave fumante d'un hélicoptère, avec un cadavre encore accroché à un arbre, comme pour signifier "ici s'arrête la civilisation et commence la folie"

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 20 Sep 2007 19:49 
Hors-ligne
Nanardeur en progrès
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 08 Jan 2006 12:54
Messages: 468
Mon premier DVD acheté! La scène d'intro avec la jungle se faisant napalmer sur fond des Doors est grandiose.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 21 Sep 2007 2:39 
Hors-ligne
Agrégé en nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Juil 2006 11:05
Messages: 1487
Localisation: Feu Cipango, now Montpellier
Grandiose, un des plus important films jamais fait. Au coeur des ténébres il y a la Guerre et la folie humaine qui en découle, à moins que ce soit l'inverse. La Guerre ce moment absurde ou les régles de la cité sont abolies, ou l'on vous encourage à tuer, crime ultime en temps de paix. La phrase de Kurtz sur le tas de petits bras d'enfants coupés nous donne la clé de son basculement dans la folie face à l'absurdité, l'horreur la vrai. Kurtz n'est pas plus fou que les généraux qui envoient Willard l'éliminer, mais lui il l'assume, il renvoit donc une image inacceptable car crue, nue, limpide de cette folie.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 21 Sep 2007 15:38 
Hors-ligne
Nanardeur + que respectable

Inscrit le: 19 Oct 2003 23:26
Messages: 671
Localisation: Panam, un peu partout....
Et pis vous oubliez un truc que nous dit ce film, pour reprendre la phrase de je ne sais plus quel militaire conscient d'ailleurs de ce qu'il disait : "Dieu que la guerre est belle."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 21 Sep 2007 15:53 
Hors-ligne
Nanardeur en progrès
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 10 Juil 2006 19:14
Messages: 476
Localisation: Lugdunum
Mr Meuh! a écrit:
Et pis vous oubliez un truc que nous dit ce film, pour reprendre la phrase de je ne sais plus quel militaire conscient d'ailleurs de ce qu'il disait : "Dieu que la guerre est belle."



Et la marmotte, elle prend le chocolat ...

Je ne crois vraiment pas qu'Apocalypse now soit l'idéal moyen pour convaincre le spectateur lambda de la beauté de la guerre :-D

_________________
http://www.spidart.com


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 21 Sep 2007 16:15 
Hors-ligne
Nanar un jour, nanar toujours
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 01 Juin 2006 13:52
Messages: 2835
Localisation: Mulligan's steack-house.
Chef d'oeuvre absolu... je suis resté scotché longtemps sur le générique de fin avec le temple qui se fait napalmer sur fond de The End des Doors ... le temps de me remettre de ce film !

ET PUIS Y'A NICK NICHOLSON BORDEL DE DIEU D'POMPE A B#TE !! :-D

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 21 Sep 2007 17:34 
Hors-ligne
Nanardeur + que respectable

Inscrit le: 19 Oct 2003 23:26
Messages: 671
Localisation: Panam, un peu partout....
Je vais renoncer à avoir toute discussion avec certains individu qui parte du principe qu'on dit n'importe parce que hein on dit n'importe quoi eux ils savent. Je sais pas peut-être qu'il faudrait lire le bouquin de Michael Herr pour comprendre à quel point Coppola s'est attaché à l'esthétique de la guerre dans ce film. Enfin bon la marmotte hein... :roll:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 21 Sep 2007 18:09 
Hors-ligne
Nanardeur en progrès
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 10 Juil 2006 19:14
Messages: 476
Localisation: Lugdunum
Mr Meuh! a écrit:
Je vais renoncer à avoir toute discussion avec certains individu qui parte du principe qu'on dit n'importe parce que hein on dit n'importe quoi eux ils savent. Je sais pas peut-être qu'il faudrait lire le bouquin de Michael Herr pour comprendre à quel point Coppola s'est attaché à l'esthétique de la guerre dans ce film. Enfin bon la marmotte hein... :roll:


Tout ça pour dire que le fait que Coppola s'attache à l'esthétique de la guerre (je suis tout à fait d'accord avec toi) ne signifie pas forcément selon moi "Dieu que la guerre est belle"( comme tu l'as dis ton post).


Ma remarque est tout à fait ancrée dans un raisonnement logique. Je ne me déclare pas omniscient, loin de là. Si tu te vexes à chaque fois qu'on expose une idée opposée à celles exposées dans tes posts, à quoi ça sert que tu débates dans ce forum :?:

_________________
http://www.spidart.com


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 21 Sep 2007 19:35 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 15 Mars 2005 17:33
Messages: 1671
Localisation: Au Nord, vers le canyon du Rio Bravo. Y'a pas de coin mieux choisi pour une embuscade.
+1
J'ai été bouleversé par ce film que je suis allé voir au ciné sans savoir grand chose dessus avant.

Sublime et intense.
:worship::worship::worship:

_________________
Cette émission était bien , mais les quelques interludes merdiques étaient nuls.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 21 Sep 2007 19:53 
Hors-ligne
Nanardeur + que respectable

Inscrit le: 19 Oct 2003 23:26
Messages: 671
Localisation: Panam, un peu partout....
Gallo c'est étonnant comme tu comprends ce que tu as envie de comprendre et surtout combien avec quel suffisance tu retourne systématiquement le problème.
Coppola magnifie tous les aspects de la guerre, par la musique, par la mise en image et nous montre ce que le Vietnam a été une guerre psychédélique, en ceci quel était faite par des gamins pour qui un trip sous acide était le nouveau truc qu'il fallait faire. C'est un véritable opéra rock que cette guerre là, du moins sous le regard de Coppola, et c'est une vision parfaitement juste si l'on considère effectivement les témoignages de l'époque la terminologie employé par les soldats ("Puff The Magic Dragon" pour un bombardier, en référence à une pratique de drogué) etc. Quand il montre la barbarie, ou du moins la folie dans laquelle a sombré Kurtz, à nouveau il la magnifie. Relisez Conrad, cette barbarie là n'est pas magnifié, elle est brute, suintante, elle respire la maladie, le désordre mentale, pendant que le Kurtz de Coppola est certe fou et l'endroit sent la mort lente (pour citer Martin Sheen) mais il vit dans un temple Khmer, c'est la décadence magnifique dans des ambiances de fumée violette et jaune.
Il existe assez de film de guerre pour ça pour se rendre compte qu'il occulte, opératise l'aspect le plus crue et cradde de la guerre (comme on peut le voir dans Croix de Fer ou requiem pour un massacre ou joli village joli flamme, les sentiers de la gloire... etc) que sa vision de la violence inspiré par le First Cav et sa Walkyrie (un opéra dis donc) ou les cadavres qui pendouillent dans les arbres du repaire de Kurtz sont très loin des témoignages qu'on peut lire sur la réalité monstrueuse de cette guerre.
Sachant que le scénar a été écrit par Coppola, Milius et Herr à savoir 3 mecs qui ont vécu les années 60, dont un sur place et un autre qui a toujours envisagé la chose martiale comme une valeur absolue, cela ne m'étonne ni ne me choque, c'est l'aspect paradoxal justement qui me séduit dans ce film, il nous parle de barbarie, mais ne peut s'empêcher d'être fasciné comme l'est Willard par Kurtz à mesure qu'il remonte le fleuve (ce qui n'est pas le cas dans la nouvelle de Conrad je le précise)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 22 Sep 2007 8:48 
Hors-ligne
Détecteur de plans nichons
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Oct 2003 20:16
Messages: 13165
Localisation: A bord d'un Messerschmitt en flammes
Hobbie a écrit:
+ 1 avec Greyhunter aussi ; j'avais déjà lu une interprétation similaire du film (dans un "dictionnaire du cinéma" je crois), où l'on expliquait que l'on glissait petit à petit de la guerre moderne, technologique (l'attaque des hélicos) au corps-à-corps sauvage avant de finir au stade ultime : la folie et la barbarie quasi primitive des hommes de Kurtz qui vivent au milieu de cadavres mutilés et attaque l'équipage à la sagaie. Tout ceci au fur et à mesure que le bateau s'enfonce de plus en plus dans la jungle ; symboliquement, il y a ces deux excellentes scènes où le bateau passe sous la queue d'un B-52 abattu et croise l'épave fumante d'un hélicoptère, avec un cadavre encore accroché à un arbre, comme pour signifier "ici s'arrête la civilisation et commence la folie"


C'est exactement le thème du roman de Joseph Conrad, que j'ai lu assez récemment. Dans le bouquin, Willard est l'employé d'une société occidentale qui fait du commerce (d'ivoire, notamment) en Afrique, et il est envoyé rencontrer Kurtz, qui est le responsable du bureau le plus productif de la compagnie, et travaille au fin fond du pays sans aucun contrôle. Il finit par découvrir que Kurtz, symbole même de l'efficacité occidentale en Afrique, a pêté un câble et qu'il est devenu, sans même se rendre vraiment compte de ce qu'il faisait, le chef d'une tribu africaine qui se livre sous ses ordres à divers pillages et atrocités, lesquelles contribuent à enrichir la compagnie pour laquelle il travaille. Willard finit par convaincre Kurtz, malade, de revenir à la civilisation et Kurtz meurt en revenant, comme rongé par ses expériences. Le sens du livre étant que la sauvagerie est au coeur de l'homme et que l'individu le plus civilisé ne demande qu'à basculer.

_________________
Image
"Ach ! Dans mon pays, on appelle ça... LA SOUPE AUX SCHULTZ ! HAHA !" (La Guerre des espions)
ImageImage


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 22 Sep 2007 9:35 
Hors-ligne
Nanardeur + que respectable
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Oct 2006 19:47
Messages: 615
Localisation: Dans un costume de gorille
Nikita a écrit:
Hobbie a écrit:
+ 1 avec Greyhunter aussi ; j'avais déjà lu une interprétation similaire du film (dans un "dictionnaire du cinéma" je crois), où l'on expliquait que l'on glissait petit à petit de la guerre moderne, technologique (l'attaque des hélicos) au corps-à-corps sauvage avant de finir au stade ultime : la folie et la barbarie quasi primitive des hommes de Kurtz qui vivent au milieu de cadavres mutilés et attaque l'équipage à la sagaie. Tout ceci au fur et à mesure que le bateau s'enfonce de plus en plus dans la jungle ; symboliquement, il y a ces deux excellentes scènes où le bateau passe sous la queue d'un B-52 abattu et croise l'épave fumante d'un hélicoptère, avec un cadavre encore accroché à un arbre, comme pour signifier "ici s'arrête la civilisation et commence la folie"


C'est exactement le thème du roman de Joseph Conrad, que j'ai lu assez récemment. Dans le bouquin, Willard est l'employé d'une société occidentale qui fait du commerce (d'ivoire, notamment) en Afrique, et il est envoyé rencontrer Kurtz, qui est le responsable du bureau le plus productif de la compagnie, et travaille au fin fond du pays sans aucun contrôle. Il finit par découvrir que Kurtz, symbole même de l'efficacité occidentale en Afrique, a pêté un câble et qu'il est devenu, sans même se rendre vraiment compte de ce qu'il faisait, le chef d'une tribu africaine qui se livre sous ses ordres à divers pillages et atrocités, lesquelles contribuent à enrichir la compagnie pour laquelle il travaille. Willard finit par convaincre Kurtz, malade, de revenir à la civilisation et Kurtz meurt en revenant, comme rongé par ses expériences. Le sens du livre étant que la sauvagerie est au coeur de l'homme et que l'individu le plus civilisé ne demande qu'à basculer.


Je n'ais pas lu le bouquin de Conrad mais cette histoire me fait penser à un épisode véridique: la mission Voulet-Chanoine, en 1899.
Il s'agit d'une colonne expéditionnaire qui était partie à la conquête de la Haute Volta (l'actuel Burkina-Faso) et du Tchad et qui s'était transformée en véritable massacre: l'armée détruisant les ville qui resistaient (ils ont, notamment, rasé Ouagadougou).
Petit à petit, Voulet et Chanoine sont devenu complètement fous, se déclarant "chef nègres" et refusant l'autorité de la France. L'armée dépêcha, pour les stopper, le colonel Klobb qui fut tué lors de sa confrontation avec les insurgés.
Voulet et Chanoine, quant à eux, furent probablement massacrés par leurs tirailleurs.

Je sais que ca sent le HS mais je viens de faire le lien entre cette histoire et ce film. Par contre, j'ignore de quand date le livre de Conrad, donc je ne sais pas s'il s'agit d'un parrallèle ou d'une coincidence.


P.S.: Sur le film en lui-même, je n'ai pas grand chose à dire: c'est une merveille, certes, mais je n'ai rien à ajouter à ce qui a été déjà écrit sur ce sujet.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 22 Sep 2007 14:44 
Hors-ligne
Nanardeur en progrès
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 22 Avr 2005 2:55
Messages: 473
Localisation: Across the 110th Street
Nikita a écrit:
C'est exactement le thème du roman de Joseph Conrad, que j'ai lu assez récemment.


Il en existe un téléfilm, plutôt pas mal, intitulé tout bêtement Au Coeur des Ténèbres (si je dis pas de bêtises), avec Tim Roth dans le rôle de Willard et je ne sais plus qui dans le rôle de Kurtz. Après, n'ayant toujours pas lu le bouquin (honte sur moi, je suis étudiant en Anglais ! :? ), je ne peu pas dire si c'est fidèle.

A noter que le texte original (publié en feuilleton en 1899, et en livre en 1902) est libre de droit et donc accessible sur le net :
http://en.wikisource.org/wiki/Heart_of_Darkness

_________________
You Damn Right !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 22 Sep 2007 21:14 
Hors-ligne
Nanardeur + que respectable

Inscrit le: 19 Oct 2003 23:26
Messages: 671
Localisation: Panam, un peu partout....
Euh t'es sûr que tu l'as lut récement, j'ai un doute, si je me souviens bien quand ... (Willard c'est pas le nom du personnage) arrive, Kurtz est mort ou à l'agonie. :?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 22 Sep 2007 23:36 
Hors-ligne
Détecteur de plans nichons
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Oct 2003 20:16
Messages: 13165
Localisation: A bord d'un Messerschmitt en flammes
**Fait un gros effort pour répondre poliment**

Effectivement, "Willard" s'appelle Marlow dans le roman original. Pour le reste, à savoir la maladie de Kurtz, c'est à peu de chose près ce que j'ai écrit ci-dessus.

_________________
Image
"Ach ! Dans mon pays, on appelle ça... LA SOUPE AUX SCHULTZ ! HAHA !" (La Guerre des espions)
ImageImage


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 23 Sep 2007 8:37 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 02 Oct 2003 9:05
Messages: 1698
Localisation: incertaine
back in saigon...shit


si vous parvenez à mettre la main sur cette petite merveille, vous ne le regretterez pas

Le petit livre de Apocalypse Now
de Peter Cowie raconte toute la saga d'un tournage proche de la folie furieuse. si tu as adoré le film, il te foooooooooooooooo absolument

http://www.difpop.com/web/catalogue/liv ... alypse+Now

_________________
"We have a portable potty"

"les hommes sont monogames, ils ne peuvent pas répondre au téléphone et faire autre chose en même temps" (sagesse populaire entendue dans un train)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 23 Sep 2007 12:00 
Hors-ligne
Génie du Mal
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Sep 2003 19:18
Messages: 3787
Localisation: dans un bar à tapas
Mr Meuh! a écrit:
Euh t'es sûr que tu l'as lut récement, j'ai un doute, si je me souviens bien quand ... (Willard c'est pas le nom du personnage) arrive, Kurtz est mort ou à l'agonie. :?


Il est malade, mais pas mort. Il y a rencontre entre Marlow et Kurtz.

Sinon le fait que Coppola esthétise la guerre n'a rien à voir avec le fait qu'il la magnifie ou la porte au pinacle. Cette espèce de fascination de la part de certains personnages qu'il montre n'implique en rien une quelconque thèse défendue de la beauté de la guerre.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 23 Sep 2007 12:58 
Hors-ligne
Nanardeur + que respectable
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Sep 2003 18:26
Messages: 639
Localisation: Transylvanie
john matrix a écrit:
Il est malade, mais pas mort. Il y a rencontre entre Marlow et Kurtz.
Exac'. Selon mes souvenirs, comme l'a dit Nikita, ils commencent à redescendre la rivière et Kurtz clamse.

john matrix a écrit:
Sinon le fait que Coppola esthétise la guerre n'a rien à voir avec le fait qu'il la magnifie ou la porte au pinacle. Cette espèce de fascination de la part de certains personnages qu'il montre n'implique en rien une quelconque thèse défendue de la beauté de la guerre.
Exac' là aussi : on a une mise en scène somptueuse, mais les actes commis n'en restent pas moins atroces ou imbéciles : attaque en force d'un village bien défendu par l'ennemi dans le seul but de faire du surf, massacre des occupants d'un bateau parce que certains membres de l'équipage sont à cran, assassinat délibéré et froid d'un ennemi blessé, bataille incessante et totalement désorganisée autour d'un pont qui est tantôt pris par l'un des deux camps, puis par l'autre ...

_________________
Votre soeur est un loup garou !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 23 Sep 2007 19:59 
Hors-ligne
Nanardeur + que respectable

Inscrit le: 19 Oct 2003 23:26
Messages: 671
Localisation: Panam, un peu partout....
Je ne dis pas que Coppola trouve que la guerre soit fun, ce qu'il montre de la gratuité et de l'obscénité de cette guerre là (qui se situe bien ailleurs que dans la simple attaque pour faire du surf) mais il l'a magnifie de toute les manières qui soit, c'est un trip ce film, le nombre de plan qui renvoit à des délires de drogues le prouvent. De plus vous oubliez quand même sérieusement l'apport de Milius et ce que dit Willard, il admire Kurtz parce qu'il va jusqu'au bout, comme il admire les combattants nord vietnamien parce qu'ils font la guerre et que pour eux ce n'est pas des vacances avec pétoires : "For Charlie his idea of a great R&R was a piece of rat meat and some cold rice. There was only one way home for him, death or victory". (cité de mémoire) C'est un film très martial, vu du point de vue d'un militaire engagé, force spécial qui rappel d'ailleurs beaucoup le point de vue de Ken Anderson dans "Sympathy for the Devil". Il est écoeuré par cette guerre qu'on fait faire par des iiresponsables de 17 ans "rock'n roller with one foot in their grave" autant que par la façon dont elle est conduite, car au fond il ne s'agit pas de vaincre, d'aller jusqu'au bout de son idée -Kurtz lui va jusqu'au bout et du reste il écrit dans son journal qu'il faut balancer une bombe atomique- Willard demeure tout du long dans son point de vue de soldat, il ne dénonce pas son métier, il dénonce (et Coppola à travers lui) la folie de tout ce cirque, de l'amérique de l'époque ( "they were aloud to kill but not to put "fuck" on their aeroplane") d'une guerre qu'on engage et qu'on prolonge mais qui au fond ne sert à rien puisque est une impasse en soit. Et il ne donne pas de réponse non plus, de solution, tout ça n'est rien de plus que de la folie homicide, à ce propos le choix de The End comme musique d'entrée et de fermeture est judicieux sur deux point, son titre, mais aussi le contenu de la chanson qui raconte la progression d'un tueur en série qui massacre sa propre famille, viole sa mère... etc.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 56 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2, 3  Suivant

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Google [Bot] et 7 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr