Forum Nanarland.com
http://forum.nanarland.com/

Le Grand Alligator - Sergio Martino (1979)
http://forum.nanarland.com/viewtopic.php?f=29&t=15755
Page 1 sur 1

Auteur:  Kobal [ 16 Août 2008 22:52 ]
Sujet du message:  Le Grand Alligator - Sergio Martino (1979)

Image

Du bis italien fauché Jaws-rip qui lorgne à plusieurs reprises ver le nanar, grâce à ses FX foireux et à un furtif figurant qui associe à la perfection big touffe, énormes stache et cabotinage d'arrière-plan. A retenir tout de même une tribu d'indigènes bien bâtards.

Sur le DVD de Néo, y'a un bonus interview où on assiste à une réunion de 3 anciens du ciné rital qui ergotent sur le fait de savoir si leurs films étaient des chefs d'œuvre d'originalité ou bien de vulgaires repompes des succès ricains. :-D

Auteur:  le rôdeur [ 16 Août 2008 23:04 ]
Sujet du message: 

Ecrasant navet avec une Barbara Bach nulle à chier, comme d'hab. Une enfilade de poncifs sans un poil d'originalité ou le scope carte postale sert de mise en scène et qui exhale un néo colonialisme puant qu'à côté "tintin au congo" c'est du Jean Rouch.

Aucune limite dans la touche avance rapide, pour ma part.

Auteur:  wallflowers [ 17 Août 2008 6:14 ]
Sujet du message: 

pareil que le rodeur. Pour moi c'est un film chiant qui n'a rien pour lui. Rien a se mettre sous la dent, meme pour un cut

Auteur:  Kobal [ 17 Août 2008 8:33 ]
Sujet du message: 

Vous êtes sévères quand même. Ça se laisse suivre sans trop de problème, la tuerie finale est bien bourrine, y'a une gamine tête à claques, les indigènes ont des jolis costumes et sont capables d'un retournement de veste assez violent (y compris lorsqu'ils redeviennent gentils) et les FX du crocodile/caiman/alligator valent le coup d'œil (surtout les plans de loin où on comprend que c'est son arthrose généralisée qui doit le rendre de mauvais poil).
C'est sûr qu'on est très loin du film du siècle, mais quand on sait ce qu'on va voir, on n'est pas déçu.

Et puis merde quoi, y'a lui, là :

Image

Auteur:  Lawrence Woolsey [ 26 Déc 2014 19:46 ]
Sujet du message:  Re: Le Grand Alligator - Sergio Martino (1979)

Un peu circonspect devant ce film, à la fois ambitieux et cheap, trop bien réalisé tout en étant quand même bien maladroit. Car même si Sergio Martino limite la casse en ne montrant que très peu son reptile vedette, le peu qu'on en voit transpire vraiment la misère, au point de rendre presque crédible le croco géant de Killer crocodile, qui ressemblait vachement moins à un bout de bois avec des dents. Ca n'est donc ni une petite série B sympa, ni même un nanar tout en n'étant pas non plus un navet mais un peu tout ça à la fois, chaque scène appartenant au choix à l'une de ces catégories, avant que la suivante ne le fasse basculer dans une autre, et ce jusqu'au générique de fin.

Ma grande déception vient tout de même du fait que le film est signé Martino, pourtant un maître dans l'art de dynamiser et de rendre crédible n'importe quel film de bas étage au scénario écrit en deux minutes (dont une et demie passée à chercher un stylo...). Là, on sent clairement que la production a poussé trop loin le concept du projet torché en cinq sec que l'on confie à un vieux routier du métier afin d'en faire un truc acceptable. Honnêtement, j'ai été plus agréablement surpris par L'avion de l'apocalypse ou par ZOmbie 3 que par ce film.

Et pourtant, il y avait là de quoi faire un sympathique nanar. Rien que le concept de base, que je pourrais jeter à la gueule du premier outrecuidant venant me dire que le projet de Parc Jurassique de John Hammond outrepassait si allègrement les règles les plus élémentaires en matière de sécurité et de viabilité économique de la création d'entreprise qu'il est tout simplement inconcevable que le même monsieur ait pu faire fortune. Parce que là on parle de types qui viennent s'installer sans prévenir chez des indigènes en leur détruisant leur forêt afin de créer une sorte de club méd où on a besoin de mettre des barrières anti-crocos pour pouvoir proposer un espace de baignade. Et on s'étonne que ça parte en sucette et que les gentils vacanciers se retrouvent pris entre deux feux, n'ayant pour seules options que la mort par ingestion de crocodile/alligator/caïman géant et la perforation par les armes archaïques des tribus locales.

Après, tout n'est pas à jeter dans ce film : il y a effectivement un bon gros massacre final où les 3/4 du casting y passe et on peut y voir aussi une sorte de satire de l'influence néfaste de l'homme "civilisé" sur les populations autochtones des régions reculées, le premier venant sans vergogne et pour son profit et son amusement piller les richesses et occuper les territoires qui ne lui appartiennent même pas. De ce point de vue, le massacre final a quelque chose de réjouissant, comme une version gore des Bronzés. Mais encore une fois, le film est un peu trop hybride pour que la sauce prenne.

Mais perso, je suis toujours content de retrouver Bobby Rhodes dans un film italien de série B.

Auteur:  Buck Banzai [ 07 Oct 2018 16:45 ]
Sujet du message:  Re: Le Grand Alligator - Sergio Martino (1979)

Ni navet, ni nanar. La narration est un brin nonchalante et le sujet en lui-même n'est pas très original mais il y a toujours cette touche italienne inimitable comme cette séquence au ralenti où il ne se passe rien (!!), cette description un poil condescendante des peuples indigènes (comme toujours esclaves de la superstition) ou encore ces personnages "incongrus", notamment la gamine et ses répliques sur la vie sentimentale de sa mère. L'ensemble se suit gentiment et ça s'agite vraiment dans le dernier acte avec le carnage perpétré à la fois par l'alligator glouton et les indigènes eux-mêmes. Techniquement, l'alligator est décevant avec ses yeux peints sur sa carcasse et, dans les plans larges sous-marins, on voit bien que c'est une maquette filmée dans un aquarium. Ca se laisse quand même regarder, le film étant plutôt court.

Et puis à propos du DVD de Neo Publishing, j'ai tiqué comme l'auteur de ce sujet sur l'interview où deux intervenants ne sont clairement pas d'accord sur le fait que leurs films avaient leur propre identité ou n'étaient que des copies opportunistes de succès US. Le passage est assez drôle.

Page 1 sur 1 Heures au format UTC + 1 heure
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
http://www.phpbb.com/