Forum Nanarland.com

Le forum des mauvais films sympathiques
Nous sommes actuellement le 24 Fév 2020 14:02

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 66 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Django unchained - Quentin Tarantino - 2012
MessagePublié: 20 Jan 2013 21:07 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 09 Jan 2007 14:39
Messages: 1737
Localisation: Derrière toi, un couteau nanar en plastique à la main...
Vu, et j'ai adoré. Le casting est parfait, Jamie Foxx gagne en ampleur tout au long du film, Christophe Waltz est magistral et flamboyant jusqu'à ce que son personnage se dégonfle totalement quand il tombe face à un adversaire plus fort que lui, Di Caprio jubile dans ce rôle de salaud qui a pourtant la loi pour lui, et Samuel L. Jackson est bluffant!

On a la violence outrée et irréaliste habituelle de Tarantino mais aussi quelques scènes beaucoup plus dures et sans aucun humour, où on voit la vraie violence physique et psychologique qui était infligée aux esclaves. Je ne sais pas si un autre film avait déjà fait ça, mais c'est marquant.

Chapeau à la scène des cagoules qui semble tout droit sortie d'un sketch des Monty Pythons jusque dans la façon de prononcer les dialogues, et à cette scène finale où une personne abattue par Django est propulsée par le tir (tirée par un câble?) dans une autre pièce, selon un angle qui m'a semblé fort impossible. Sans aucun doute une référence mais j'ignore à quoi.

_________________
Sbel a écrit:
le Mengeance est un film qui se voit froid (moi je l'ai vu cuit, parce que j'avais un peu bu)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Django unchained - Quentin Tarantino - 2012
MessagePublié: 20 Jan 2013 21:44 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 09 Jan 2006 12:54
Messages: 4310
Localisation: Aux Studios MIRACLE :"Si C'est Un Bon Film,C'est Un MIRACLE!"
Oui j'ai aussi pensé aux Pythons dans la scène des cagoules. C'est pas nouveau chez Tarantino mais ça n'a jamais été poussé aussi loin dans l'absurde que dans cette scène. Pour moi, faut remonter à Pulp Fiction pour revoir dans sa filmo une scène aussi axée comédie avec cette scène où Jules et Vincent viennent de débarquer chez Jimmy avec une bagnole pleine de sang et un cadavre dans le coffre, Jules cherchant à noyer le poisson en s'extasiant sur la qualité du café que Jimmy leur sert...

Mais dans Django, c'est un peu tout le passage se déroulant chez Don Johnson/Big Daddy qui est traité de façon décalée, notamment avec le dialogue "Je le traite comme un blanc alors?" "Euh non, j'ai pas dit ça...". (et c'est aussi dans ce passage que la VF pèche le plus...)

Quoi dire d'autre? J'ai beaucoup aimé le caméo de Tarantino dont on ne comprend qu'à la toute fin pourquoi il a tenu à jouer lui-même ce personnage qui disparait de façon extrêmement fendarde.... Sinon comme toujours il demeure un des seuls cinéastes dont les films s'impriment éternellement dans la mémoire de leur spectateur (moi, en tout cas). Ben sûr, d'autres films me marquent mais c'est aujourd'hui l'un des seuls dont je sais dès ma sortie de la séance que son nouvel opus va occuper une place particulière dans ma vie de passionné de cinéma, qu'il ne me quittera jamais vraiment et que je me le rematerai régulièrement.

Parce que Tarantino, c'est avant tout un univers que l'on retrouve à chaque fois avec plaisir, qui s'appuie sur un jeu de références et d'auto-références dont on se délecte à chaque fois. Car à l'inverse de bien des cinéastes et comédiens qui surexploite une prétendue complicité avec leur public à grands coups de Wilhelm screams (même si QT le fait aussi) et de références lourdement appuyées à leurs précédents et autoproclamés succès impérissables, les renvois sont assez subtils et bien intégrés à une histoire solidement charpentée.

Par exemple, dans ce film, j'ai bien aimé cette petite phrase de Walton "Shane" Goggins qui propose à Django un règlement de comptes au clair de lune qui n'aura finalement pas lieu, dialogue et issue en tout point similaires à la confrontation entre Uma Thurman et Vivica Fox au début de Kill Bill volume 1. On retrouve également le thème du good guy qui joue un rôle de méchant comme s'il était au théâtre, à la façon de Tim Roth dans Reservoir Dogs. Il y a aussi, mais là c'est peut-être moi qui interprète, ce plan de dos de Samuel L. Jackson assis dans un fauteuil avec seulement son crâne qui dépasse, qui peut renvoyer à un plan similaire dans Jackie Brown. Dans ces deux moments, ce plan signifie la toute puissance du personnage qui a toutes les cartes en main et s'emploie à faire plier ceux qui se retrouvent face à lui.

Pour moi, le personnage de Stephen est le plus surprenant du film. Jackson est un des plus grands comédiens du monde mais j'avoue avoir été bluffé comme jamais par sa performance, dans son jeu à la fois cabotin, intériorisé et qui gagne en puissance et en pouvoir de nuisance au fur et à mesure que le film avance. C'est là que la maîtrise de la narration par Tarantino ainsi que son assurance sont incroyables, parce qu'il faut avoir sacrément confiance en soi pour faire disparaitre à trente minutes de la fin les deux personnages qui portaient jusque là l'histoire : si la relève n'était pas assurée, le film se vautrait. On assiste donc dans ces dernières scènes à un affadissement de King Schultz ainsi que de Calvin Candie (avec pour point culminant le moment où sa soeur lui fait fermer sa gueule et le renvoie à sa condition d'enfant gâté) alors que Stephen, par ses regards perçants et Django et Brunehilda, cherchant à dissimuler leur attachement réciproque, portent peu à peu toute la tension sur leurs épaules... De personnage un peu bouffon et fort en gueule, Stephen s'impose peu à peu comme le vrai méchant, l'incarnation du véritable mal de part sa condition d'esclave plus fourbe que ses maîtres. En ce sens, son monologue sur le sort qu'il réserve à Django dans les mines est un des grands moments de l'oeuvre de Tarantino et en fait un bad guy qui rivalise avec Hans Landa dans INglourious Basterds.

Bon, y aurait encore beaucoup à dire mais je vais m'arrêter là pour le moment... Ah oui dernier truc, ça fait plaisir de revoir Zoë Bell dans quelques plans...

_________________
Lawrence Woolsey, précédemment connu sous le pseudonyme de deathtripper21...

"Godfrey Ho a beau avoir trouvé des Kickboxeurs américains, le duel entre la mariée et la robe restera LA baston du film." Plissken


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Django unchained - Quentin Tarantino - 2012
MessagePublié: 21 Jan 2013 11:41 
Hors-ligne
Nanardeur + que respectable
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Mars 2009 14:20
Messages: 524
Localisation: Avec le Justicier, dans la ville
Greyhunter a écrit:
Vu, et j'ai adoré. Le casting est parfait, Jamie Foxx gagne en ampleur tout au long du film, Christophe Waltz est magistral et flamboyant jusqu'à ce que son personnage se dégonfle totalement quand il tombe face à un adversaire plus fort que lui, Di Caprio jubile dans ce rôle de salaud qui a pourtant la loi pour lui, et Samuel L. Jackson est bluffant!

On a la violence outrée et irréaliste habituelle de Tarantino mais aussi quelques scènes beaucoup plus dures et sans aucun humour, où on voit la vraie violence physique et psychologique qui était infligée aux esclaves. Je ne sais pas si un autre film avait déjà fait ça, mais c'est marquant.

Chapeau à la scène des cagoules qui semble tout droit sortie d'un sketch des Monty Pythons jusque dans la façon de prononcer les dialogues, et à cette scène finale où une personne abattue par Django est propulsée par le tir (tirée par un câble?) dans une autre pièce, selon un angle qui m'a semblé fort impossible. Sans aucun doute une référence mais j'ignore à quoi.


+ 1

Vraiment aimé. Et puis, c'est bien tourné (comme d'habitude), esthétique, avec des plans tout simplement sublimes et bourré de référence.
Et puis, la chanson d'entrée, tirée du film de Corbucci ! Merde quoi ! :worship:

_________________
« - J’aimerais bien que tu restes. On va manger des chips. »


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Django unchained - Quentin Tarantino - 2012
MessagePublié: 22 Jan 2013 11:51 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 08 Mars 2007 9:48
Messages: 1749
Localisation: West from Germany
Greyhunter a écrit:
Jamie Foxx gagne en ampleur tout au long du film
J'espère, car dans Miami vice il était insipide.

_________________
Faut régler cette situation au plus vite, ce qui veut dire définitivement.
(Le boss dans Laser Force.)

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Django unchained - Quentin Tarantino - 2012
MessagePublié: 26 Jan 2013 17:43 
Hors-ligne
Nanardeur en progrès

Inscrit le: 19 Nov 2012 20:51
Messages: 309
Troglodyte a écrit:
Greyhunter a écrit:
Jamie Foxx gagne en ampleur tout au long du film
J'espère, car dans Miami vice il était insipide.


Il faut dire aussi que pour "Miami Vice", Jamie Foxx ne pouvais pas se blairés Colin Farrell qui le lui rendait bien...donc minimum syndical niveaux jeu et une tronche de six pieds de long durant toute la durée du film.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Django unchained - Quentin Tarantino - 2012
MessagePublié: 27 Jan 2013 18:56 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Sep 2003 16:09
Messages: 4808
Localisation: Ploumizolin
Moi j'ai bien aimé, mais ce qui me gonfle, c'est que Tarantino, sous couvert d'explorer des genres semble surtout faire toujours le même film.
Je veux dire qu'après QT fait de la blaxploitation / QT fait du ciné asiat / QT fait du grindhouse (mal en plus !)/ QT fait de la nazisploitation (encore que les nazi ont été tellement méchants qu'il parait difficile de dire qu'ils ont été exploités - vieux forumers's private joke inside), là QT fait du western (qu'il avait partiellement exploré dans Kill Bill 2, il est vrai).
Du coup, j'ai quand même l'impression que c'est tout le temps les mêmes ficelles, et le même liant : ses références pointues et appuyées, et ses dialogues (excellents il faut le dire).
Du coup, c'est un vrai paradoxe pour moi : les films sont bons, mais je suis à chaque fois déçu de la démarche. Et puis, j'avoue que la horde de fan (dans la salle où je l'ai vu, les gens ont applaudis) qui dit amen à toutes ses proposition, ça me hérisse un peu. Ce qui me gonfle aussi, c'est que le fait qu'il explore des genres différents (mais avec les mêmes recettes) donnent l'impression à plein de gens, notamment sa horde de fans suscités, qu'il se réinvente perpétuellement. Pour moi, c'est tout l'inverse.
Alors je sais que Pulp Fiction était un film lui aussi très référentiel, mais pour moi c'est après ce chef d'oeuvre que Tarantino est rentré en mode répétitif. Ca fait des plutôt bons films, mais pas de chefs d'oeuvre à mon sens.

_________________
"Heureusement pour l'harmonie du post-apo international, le casting termine dans une carrière abandonnée."
©Kobal


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Django unchained - Quentin Tarantino - 2012
MessagePublié: 27 Jan 2013 20:19 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 08 Mars 2007 9:48
Messages: 1749
Localisation: West from Germany
J'en viens à me poser une grave question : la facilité avec laquelle homo internetus accède à l'information n'a-t-elle pas pour conséquence de lui saturer son cerveau d'oeuvres des autres, l'empêchant du coup de parvenir à trouver son moi créatif profond ?
Ceci expliquerait la référençomanie du sieur Tarantino, et il n'est pas le seul dans ce cas.

_________________
Faut régler cette situation au plus vite, ce qui veut dire définitivement.
(Le boss dans Laser Force.)

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Django unchained - Quentin Tarantino - 2012
MessagePublié: 27 Jan 2013 20:40 
Hors-ligne
Nanar un jour, nanar toujours
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 09 Oct 2004 0:34
Messages: 2804
Localisation: steak haché !
Bon film, avec pas mal d'humour. Les dialogues, les acteurs et les personnages sont excellents (tout particulièrement celui de Samuel Jackson). Django/Jamie Foxx est peut-être un ton en dessous des autres.
Le film aurait gagné à être plus court. Certaines scènes durent trop longtemps (le trajet jusqu'à Candyland, les négociations).
Je fais partie des fans de Tarantino, et je me suis fait à l'idée maintenant qu'il ne fera jamais aussi bien que Pulp Fiction.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Django unchained - Quentin Tarantino - 2012
MessagePublié: 27 Jan 2013 21:34 
Hors-ligne
Nanardeur fou ?
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 21 Déc 2007 15:33
Messages: 2172
Localisation: au Bayou du Diable
Je suis le seul à trouver que Samuel L Jackson avait la tête de l'Uncle Bens ? :oops: :oops:

_________________
Image

ImagePSN Gamercards


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Django unchained - Quentin Tarantino - 2012
MessagePublié: 27 Jan 2013 22:19 
Hors-ligne
Nanar un jour, nanar toujours
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 09 Oct 2004 0:34
Messages: 2804
Localisation: steak haché !
La créature du lac gris a écrit:
Je suis le seul à trouver que Samuel L Jackson avait la tête de l'Uncle Bens ? :oops: :oops:

Oui, mais c'est Bad Motha Fucka Uncle Bens ! :-D

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Django unchained - Quentin Tarantino - 2012
MessagePublié: 28 Jan 2013 9:43 
Hors-ligne
Nanar un jour, nanar toujours
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 21 Nov 2005 21:25
Messages: 2534
Localisation: "dans une partouze à Troyes, en train de jeter du pop corn"
Je copie-colle parce que je suis un flemmard.

C'est rythmé, la photo est superbe, on ne s'ennuie pas une seconde, Tarantino sait faire des films y a pas de doute (par contre il joue vraiment comme un cochon). Gros plaisir de revoir Don Johnson qui décidément aime les rôles de fermier nazillon. Mention spéciale à Di Caprio qui ne devrait jouer que des rôles d'enculé - il me fait vrailent penser à Ressel dans sabata - et à L Jackson qui personnifie magnifiquement la dialectique du maître et de l'esclave d'Hegel, le maître est perdu sans lui. Foxx se la pète bien mais j'accroche pas avec cet acteur, le gunfight a la John Woo est une insulte au genre, y a pas une gueule Leonienne crédible et prendre Goggins comme bad guy avec sa démarche de pédoque, ça mérite de visionner à nouveau les grands classiques Quentin. Demeure aussi que les dialogues sont moins fouillés que dans inglorious basterds...j'aime trop les westerns pour vraiment aimer celui-ci et faire référence à Peckinpah avec Hildy c'est bienvenu mais pas au niveau. J'ajoute par ailleurs que les auto-références de QT m'agacent, Zoe Felix, notamment qui sert à rien.

Ca confirme, depuis true grit, que faire des westerns de nos jours c'est compliqué, les gars ont plus le feu sacré, true grit m'avait déplu.
Je vais retourner voir le seul vrai western de la décennie, à savoir drive ;-)

_________________
"rhaaa aaahaaa regardez qui est là, cette salope de Solange !"

( femmes en cage )


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Django unchained - Quentin Tarantino - 2012
MessagePublié: 28 Jan 2013 12:24 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 02 Oct 2003 9:05
Messages: 1698
Localisation: incertaine
Ca fait vraiment longtemps que je n'avais pas ri comme un bossu au premier degré au cinéma. la scène des cagoules est effectivement un hommage direct et réussi aux Monty python.

et j'ai avalé goulument tout le reste :lol:
peu importe que ce soient des références à la pelle qui nourissent le film. L'image est belle, travaillée, il y a plein de surprises avec les personnages (on se demande vraiment comment va se dérouler le dernier acte apres la scène du repas), les acteurs s'amusent et nous avec.

Est ce que ce film est un western ? on s'en fout. pour moi, l'ironie (et ces dialogues de fous) qu'il dégage empêche de lui mettre cette étiquette et c'est pas plus mal au fond.

et mine de rien, ca tombe super bien dans le calendrier que ce film sorte avant la bio de lincoln.
car si bien sur on est dans un genre proche de l'exploitation par de nombreux aspects, le regard porté sur l'esclavage dans le film de de tarentino donne envie d'en savoir plus sur l'histoire des états unis et certaines scènes sont vraiment premier degré.

_________________
"We have a portable potty"

"les hommes sont monogames, ils ne peuvent pas répondre au téléphone et faire autre chose en même temps" (sagesse populaire entendue dans un train)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Django unchained - Quentin Tarantino - 2012
MessagePublié: 28 Jan 2013 18:59 
Hors-ligne
Apprenti Nanardeur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 07 Avr 2008 13:48
Messages: 117
Localisation: Somewhere, over the rainbow.
Greyhunter a écrit:
et à cette scène finale où une personne abattue par Django est propulsée par le tir (tirée par un câble?) dans une autre pièce, selon un angle qui m'a semblé fort impossible. Sans aucun doute une référence mais j'ignore à quoi.


Il y le même genre de scène dans "Le dernier rempart", Un fermier sur un tracteur se fait tirer dans la tronche et éjecter 10m plus loin. Je crois que c'est une référence à ces westerns où un tir de pistolet propulse le méchant comme si il avait été touché par un coup de canon. En fait, j'ai vu pas mal de similitude entre Django et Le dernier rempart, des scènes de fusillade improbable, des méchants méga méchants, un boss de fin coriace, un même héros solitaire, de jolie filles :-D


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Django unchained - Quentin Tarantino - 2012
MessagePublié: 30 Jan 2013 14:26 
Hors-ligne
"ok, je sors..."
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 28 Sep 2003 20:02
Messages: 9407
Localisation: Liège (Belgique) - j'fais mon putin de job à plein temps
La Broche a écrit:
Moi j'ai bien aimé, mais ce qui me gonfle, c'est que Tarantino, sous couvert d'explorer des genres semble surtout faire toujours le même film.
Je veux dire qu'après QT fait de la blaxploitation / QT fait du ciné asiat / QT fait du grindhouse (mal en plus !)/ QT fait de la nazisploitation (encore que les nazi ont été tellement méchants qu'il parait difficile de dire qu'ils ont été exploités - vieux forumers's private joke inside), là QT fait du western (qu'il avait partiellement exploré dans Kill Bill 2, il est vrai).
Du coup, j'ai quand même l'impression que c'est tout le temps les mêmes ficelles, et le même liant : ses références pointues et appuyées, et ses dialogues (excellents il faut le dire).
Du coup, c'est un vrai paradoxe pour moi : les films sont bons, mais je suis à chaque fois déçu de la démarche. Et puis, j'avoue que la horde de fan (dans la salle où je l'ai vu, les gens ont applaudis) qui dit amen à toutes ses proposition, ça me hérisse un peu. Ce qui me gonfle aussi, c'est que le fait qu'il explore des genres différents (mais avec les mêmes recettes) donnent l'impression à plein de gens, notamment sa horde de fans suscités, qu'il se réinvente perpétuellement. Pour moi, c'est tout l'inverse.
Alors je sais que Pulp Fiction était un film lui aussi très référentiel, mais pour moi c'est après ce chef d'oeuvre que Tarantino est rentré en mode répétitif. Ca fait des plutôt bons films, mais pas de chefs d'oeuvre à mon sens.



Je n'ai pas encore vu Django, je suis fan des films de Quentin mais Death Proof fut douloureux pour moi. Effectivement, il bosse souvent dans le ciné de références mais n'est-ce pas aussi pour cela qu'on l'aime ?

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Django unchained - Quentin Tarantino - 2012
MessagePublié: 31 Jan 2013 16:19 
Hors-ligne
Nanardeur en progrès
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 22 Fév 2006 22:40
Messages: 324
La Broche a écrit:
Moi j'ai bien aimé, mais ce qui me gonfle, c'est que Tarantino, sous couvert d'explorer des genres semble surtout faire toujours le même film.
Je veux dire qu'après QT fait de la blaxploitation / QT fait du ciné asiat / QT fait du grindhouse (mal en plus !)/ QT fait de la nazisploitation (encore que les nazi ont été tellement méchants qu'il parait difficile de dire qu'ils ont été exploités - vieux forumers's private joke inside), là QT fait du western (qu'il avait partiellement exploré dans Kill Bill 2, il est vrai).
Du coup, j'ai quand même l'impression que c'est tout le temps les mêmes ficelles, et le même liant : ses références pointues et appuyées, et ses dialogues (excellents il faut le dire).
Du coup, c'est un vrai paradoxe pour moi : les films sont bons, mais je suis à chaque fois déçu de la démarche. Et puis, j'avoue que la horde de fan (dans la salle où je l'ai vu, les gens ont applaudis) qui dit amen à toutes ses proposition, ça me hérisse un peu. Ce qui me gonfle aussi, c'est que le fait qu'il explore des genres différents (mais avec les mêmes recettes) donnent l'impression à plein de gens, notamment sa horde de fans suscités, qu'il se réinvente perpétuellement. Pour moi, c'est tout l'inverse.
Alors je sais que Pulp Fiction était un film lui aussi très référentiel, mais pour moi c'est après ce chef d'oeuvre que Tarantino est rentré en mode répétitif. Ca fait des plutôt bons films, mais pas de chefs d’œuvre à mon sens.


Je comprend ce sentiment, SPOILER ALERT
Ça m'a particulièrement marqué lors de la scène du diner chez Dicaprio, dans sa construction, la tension, les "joutes verbales", le final et le concept même de l'infiltration; j'ai eu l'impression de voir une nouvelle version de la scène du bar de Inglorious Basterds.
Mais sinon j'ai pris un pied total et putain la scène des masques :worship: :worship:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Django unchained - Quentin Tarantino - 2012
MessagePublié: 01 Fév 2013 9:40 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 22 Déc 2003 10:26
Messages: 1618
Localisation: Sur un cheval, la corde au cou
Chouette film, surtout pour les connaisseurs de western spaghetti, et en plus je lui ai trouvé une dimension critique de l'esclavage assez efficace. Parce que quand on regarde Amistad par exemple, on sait qu'on est dans un mélo, que le film est fait pour nous dire "l'esclavagisme c'est pas bien". Mais Django c'est un Tarantino, un divertissement avant tout. Et bien j'ai trouvé que les terribles scènes et le traitement infâme que subissent les esclaves n'en avaient que plus de portée : le combat à mort devant Di Caprio et Nero qui s'en amusent, le mec bouffé à mort par les chiens, les propos de Di Caprio qui soulignent tranquillement sa conviction que les noirs sont des meubles...
Spike Lee qui trouve ce film raciste ? A mourir de rire, il vieillit pas bien du tout l'ami Spike.

_________________
Le Eli Wallach suisse écrit dans Daily Movies ! Daily Movies, le mag qui défenestre les lamantins. Approuvé par les sbires et les Ninja Varriors !
http://www.daily-movies.ch


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Django unchained - Quentin Tarantino - 2012
MessagePublié: 02 Fév 2013 11:05 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 30 Oct 2006 10:57
Messages: 1576
Localisation: Rats - Notte di terrore
Alors moi j'ai un petit problème, et pas qu'avec ce film. Les décors, costumes et photographie sont nickels, j'ai vu le film sans poil de cul et sans souci. On sent que Tarantino a réussi à faire ce qu'il voulait, on a en images ce qu'il avait dans la tête. Le moindre chapeau, le moindre mur, la quelconque table et tout le reste n'ont AUCUN défaut. Pas abîmé, tout flambant neuf, pas une rayure, on sent que ça a coûté cher et l'argent est bien visible à l'écran, dans le bon sens du terme (relativement). Mais souci, je n'y crois pas une seule seconde. Tout ça sent trop le fabriqué, le toc, la fiction, je n'y crois pas !! Alors que dans des séries B ou autres westerns spagh italiens, je pense à Keoma, qui ont beaucoup moins de moyens, je trouve bien plus immersif et carrément crédible. Là je suis totalement dans l'univers, dans le film, sans aucun souci.

J'ai également eu le même souci avec Maniac et son image numérique qui pète de thunes. C'est trop clean, trop beau pour faire vrai. L'original avait dix fois moins de moyens et parait 485 fois plus réaliste et crédible.

Voila, fallait que ça sorte, et je n'arrive pas à comprendre quel est le hic là-dedans.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Django unchained - Quentin Tarantino - 2012
MessagePublié: 07 Fév 2013 13:35 
Hors-ligne
"ok, je sors..."
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 28 Sep 2003 20:02
Messages: 9407
Localisation: Liège (Belgique) - j'fais mon putin de job à plein temps
Pour ma part, vraiment bien aimé et arrêtez de me dire que ce film est violent bande de lopettes !

Mon mauvais Tarantino reste toujours Death Proof !

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Django unchained - Quentin Tarantino - 2012
MessagePublié: 10 Fév 2013 19:19 
Hors-ligne
Nanardeur + que respectable
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Août 2004 13:14
Messages: 566
Localisation: Puteaux
On n'est qu'en février mais je pense pouvoir affirmer avec sérénité que c'est un de mes tout meilleurs films de l'année : quel plaisir de voir un film où l'histoire n'est pas prévisible, où le scénar, les dialogues et la mise en scène sont mitonnés aux petits oignons, et où les scènes d'action ont un vrai sens cathartique !

Mon seul regret : que le film ne s'arrête pas au premier climax. La dernière demi-heure est sympa mais elle est moins stylée et un peu redondante vis-à-vis de l'histoire ; tout aurait pu être bouclé à l'occasion de la superbe pétarade filmée au ralenti.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Django unchained - Quentin Tarantino - 2012
MessagePublié: 15 Fév 2013 22:40 
Hors-ligne
Nanar un jour, nanar toujours
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 09 Oct 2004 0:34
Messages: 2804
Localisation: steak haché !
Image

Certainement qu'il va le falloir !!

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 66 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Google [Bot] et 11 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr