Forum Nanarland.com

Le forum des mauvais films sympathiques
Nous sommes actuellement le 22 Juin 2018 8:38

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 15 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Le loup de Wall Street - Scorsese - 2013
MessagePublié: 19 Jan 2014 16:28 
Hors-ligne
Apprenti Nanardeur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 30 Sep 2011 22:35
Messages: 83
Alors, plus personne ne va voir Scorsese ?

Image


En y allant, j'avais un peu peur de voir une resucée, du genre "les affranchis à Wall Street" ; comme en plus c'est tiré d'une histoire vraie, le risque d'un biopic moralisant sur la finance sauvage était réel. Mais heureusement ce n'est pas le cas. Le film commence d'entrée par dire clairement, par l'intermédiaire des personnages : la finance c'est de l'arnaque. La question ainsi réglée, le délire peut commencer.
Le film se concentre ainsi sur des scènes totalement absurdes mettant en valeur des personnages tarés, et torche le plus vite possible les passages obligés des biopics sur l'ascension, la gloire et la chute du personnage principal. Au final le Loup de Wall Street est une comédie, qui alterne humour gras, burlesque et ton grinçant. On peut trouver ça hystérique, dire que les acteurs cabotinent. Mais voir Scorsese s'autoparodier est tout de même réjouissant.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le loup de Wall Street - Scorsese - 2013
MessagePublié: 20 Jan 2014 8:59 
Hors-ligne
Nanardeur + que respectable
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Août 2004 13:14
Messages: 567
Localisation: Puteaux
Ca contraint quand même le spectateur à observer les obscénités d'enfoirés beaufs pendant 3 HEURES. C'est un peu inutilement long.

Ce qui est amusant c'est la morale du film, visible au tout dernier plan : "ok vous nous trouvez grossiers, obscènes et malhonnêtes, mais en fait vous nous enviez à mort, et vous n'attendez qu'à grossir nos rangs." Et ça doit s'appliquer pour pas mal de spectateurs.

Techniquement impeccable sinon : mise en scène, jeu d'acteurs, etc. C'est le moins que l'on puisse attendre de Scorsese.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le loup de Wall Street - Scorsese - 2013
MessagePublié: 20 Jan 2014 15:46 
Hors-ligne
Apprenti Nanardeur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 08 Jan 2014 14:44
Messages: 2
J'aime beaucoup Scorsese (Taxi driver, Hugot Cabret, Les Affranchis) et j'hésite à aller voir ce nouvel opus... il fait très hollywoodien ! Une nouvelle fois, j'ai envie de dire, au lieu de me payer une place de ciné pour 10 euros, je préfère encore me retirer chez moi pour jouer au billard en ligne via le site Gameduell.fr sur mon PC...

_________________
Courant en pleine nuit après ses lapins qui se sont échappés de leurs clapiers, dont l'un deux, Pinouille se dirige vers le péripérique parisien. (Le Père Noel est une ordure)


Dernière édition par nanana le 24 Jan 2014 16:51, édité 2 fois au total.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le loup de Wall Street - Scorsese - 2013
MessagePublié: 20 Jan 2014 16:54 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 09 Jan 2006 12:54
Messages: 4296
Localisation: Aux Studios MIRACLE :"Si C'est Un Bon Film,C'est Un MIRACLE!"
Trois messages, trois placements produits.

Je crois qu'on a compris l'idée...

_________________
"Les amoureux de la pellicule" cherche son producteur: http://www.youtube.com/watch?v=tbJk1ySa_xA

"Godfrey Ho a beau avoir trouvé des Kickboxeurs américains, le duel entre la mariée et la robe restera LA baston du film." Plissken


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le loup de Wall Street - Scorsese - 2013
MessagePublié: 21 Jan 2014 15:09 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 22 Déc 2003 10:26
Messages: 1620
Localisation: Sur un cheval, la corde au cou
Rogojine a écrit:
En y allant, j'avais un peu peur de voir une resucée, du genre "les affranchis à Wall Street"


C'est quand même un peu complètement les Affranchis à Wall Street justement, le parallèle entre les deux films est assez évident. Début tout en bas de l'échelle, puis ascension, et chute (à cause de la drogue dans les deux cas d'ailleurs) ; le perso principal qui raconte à la caméra ou en voix off les arcanes de son monde ; les dialogues hilarants bourrés de gros mots et les fausses prises de tête (la partie où ils mettent le père en boîte rappellent les fausses disputes de Pesci)...
Mais c'est très bien quand même, je me suis pas ennuyé une seconde même si c'est parfois hystérique et très excessif.

_________________
Le Eli Wallach suisse écrit dans Daily Movies ! Daily Movies, le mag qui défenestre les lamantins. Approuvé par les sbires et les Ninja Varriors !
http://www.daily-movies.ch


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le loup de Wall Street - Scorsese - 2013
MessagePublié: 23 Jan 2014 21:05 
Hors-ligne
Apprenti Nanardeur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 30 Sep 2011 22:35
Messages: 83
Les affranchis est plutôt sérieux, la scène de fausse prise de tête avec Pesci montre que c'est un type qui peut devenir dangereux pour pas grand chose. Alors que le loup de Wall street est clairement comique et auto-parodique, ce qui m'a surpris (en bien).


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le loup de Wall Street - Scorsese - 2013
MessagePublié: 27 Jan 2014 21:48 
Hors-ligne
Nanardeur en progrès

Inscrit le: 19 Nov 2012 20:51
Messages: 314
Je n'aime pas Scorsese (c'est la raison pour laquelle je n'ai jamais vu aucun de ses films) malgré le fait que L. Dicaprio se bonifie avec l'âge je bloque.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le loup de Wall Street - Scorsese - 2013
MessagePublié: 28 Jan 2014 10:59 
Hors-ligne
Nanardeur en progrès
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 16 Oct 2006 16:31
Messages: 367
Elessar a écrit:
Je n'aime pas Scorsese (c'est la raison pour laquelle je n'ai jamais vu aucun de ses films).


Tu sais que c'est prodigieux, ce que tu as écrit ?

_________________
- Bless me, Father, for I have sinned. I did an original sin. I poked a badger with a spoon.
- Say five Hail Mary's and six Hello Dolly's!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le loup de Wall Street - Scorsese - 2013
MessagePublié: 28 Jan 2014 11:15 
Hors-ligne
Nanardeur en progrès

Inscrit le: 05 Nov 2009 18:09
Messages: 279
Le Bibliothécaire a écrit:
Elessar a écrit:
Je n'aime pas Scorsese (c'est la raison pour laquelle je n'ai jamais vu aucun de ses films).


Tu sais que c'est prodigieux, ce que tu as écrit ?


On pourrait cataloguer ce genre de truc dans les Bretonnades (en hommage a notre ami nanardiste breton mort au combat contre le grand complot)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le loup de Wall Street - Scorsese - 2013
MessagePublié: 28 Jan 2014 22:14 
Hors-ligne
Nanar un jour, nanar toujours
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 07 Avr 2007 0:13
Messages: 3333
Signature directe. Merci.

Bon, évidemment, je la garderai pas longtemps, juste une semaine, pour marquer le coup.

_________________
"But you say : Oh, when love is gone, where does it go ? And where do we go ?" (Arcade Fire - Afterlife)

Je n'aime pas Scorsese (c'est la raison pour laquelle je n'ai jamais vu aucun de ses films). (Elessar - sujet Le loup de wall street)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le loup de Wall Street - Scorsese - 2013
MessagePublié: 30 Jan 2014 20:29 
Hors-ligne
Apprenti Nanardeur

Inscrit le: 16 Oct 2006 9:47
Messages: 126
Pour défendre l'alsaco (même si sa citation pourfend le squeele), on peut connaître le décorum d'un réalisateur et ne pas y adhérer sans pour autant avoir vu ses films.

PS Cela marche aussi avec les humoristes


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le loup de Wall Street - Scorsese - 2013
MessagePublié: 08 Mars 2014 16:35 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 09 Jan 2006 12:54
Messages: 4296
Localisation: Aux Studios MIRACLE :"Si C'est Un Bon Film,C'est Un MIRACLE!"
Les Affranchis et Casino étant mes Scorsese préférés, j'ai vraiment beaucoup aimé ce film, qui est sans doute l'oeuvre du maître qui se rapproche le plus d'une comédie, avec After Hours. Di Caprio est absolument fabuleux de cabotinage contrôlé, il donne une vraie folie au rôle, sans laquelle le métrage aurait été raté. C'est simple, tout le film repose sur sa performance et sur la capacité des autres comédiens à le suivre dans son délire sans pour autant tenter de tirer la couverture à eux. De ce point de vue, ils sont tous géniaux, à commencer par un Jonah Hill dans son meilleur rôle, qui profite pleinement de la vie que lui offre Jordan mais qui, sans lui, ne serait rien qu'un petit homme effacé aux vices inavoués, réduit à fumer du crack aux chiottes. Matthew McConaughey, pourtant très peu présent à l'image, excelle dans le rôle du mentor, yuppie typique des années 80, le genre de gars qui a sans doute inspiré Brett Easton Ellis pour son Patrick Bateman et dont on comprend en une seule scène l'influence qu'il aura sur toute la vie de Jordan Belfort. Il y a dix ans et quelques, avant sa performance dans Le Règne du Feu, il était catalogué beau gosse de rom-com avec un je ne sais quoi dans le jeu qui le rendait un poil irritant, pas tout à fait dans le ton. Aujourd'hui c'est un grand comédien.

Pour l'intrigue, elle reprend effectivement la structure des grandes sagas scorsesiennes, suivant l'ascension et la chute de ces hommes qui, selon sa formule, "ont le monde à leur pied mais refusent de s'abaisser un tout petit peu pour le ramasser, et finissent par le perdre". Mais comparé aux autres Scorsese bâtis sur le même principe, on trouve ici une dimension sociale plus poussée, et une critique acerbe et efficace de la société américaine, parfaitement résumée dans le plan final. Et contrairement à Casino ou aux Affranchis, dont la structure nous fait d'abord envier le sort de leurs héros avant de jeter un froid en montrant une chute rapide qui fait tomber encore plus bas que là où on se trouvait au départ, ici, on n'est jamais vraiment du côté de DiCaprio tant le côté beauf du personnage saute aux yeux dès qu'il commence à s'élever. Dans les précédents films, on s'identifiait pour finalement se dire que ça ne valait pas le coût, dans Le Loup de Wall Street, on juge le personnage depuis le début, mais la scène finale nous rappelle que tout le monde veut être riche, et donc tout le monde peut devenir comme Jordan Belfort. Voir le premier couplet d'Un jour en France de Noir Désir...

Enfin, j'avoue que chaque fois que je regardais les autres grandes sagas scorsesiennes, je pensais malgré tout le respect que j'ai pour le monsieur, que je n'aurais plus jamais l'occasion de voir sur grand écran un nouveau film aussi techniquement parfait, au montage aussi maîtrisé. J'ai bien aimé Les Infiltrés, Hugo Cabret, Shutter Island etc. mais un film comme Casino, qui te donne l'impression que trois heures passent en dix minutes, où chaque scène est un morceau d'anthologie sur tous les plans de la création cinématographique, c'est vraiment d'un autre niveau pour moi, typiquement le genre de film qu'on doit avoir entièrement en tête avant de commencer le tournage, où chaque plan, chaque raccord est une évidence, où les scènes s'enchaînent logiquement en sans temps mort. Des films que seuls les grands, les immenses cinéastes sont capables de faire, qu'on ne peut pas réussir par hasard. Bref, je pensais que Scorsese ne ferait plus jamais un film pareil et je me suis trompé parce que non seulement il l'a fait, à plus de 70 ans, mais il a pris le risque d'ajouter à une structure rôdée la dimension over the top de son personnage là où d'autres se seraient contentés d'une mise en scène clinquante pour illustrer le point de vue d'un personnage interprété avec une relative sobriété.

Là où les interprétations de Liotta, De Niro, Pesci et consort étaient quand même sobres (ce qui rendait plus forts les débordements de violence) où la violence et la folie passaient par des regards, des subtilités de dialogue, des pauses, des trucs de montage, ici, on a des séquences techniquement hyper maîtrisées mais qui perdraient de leur impact sans l'incroyable performance des comédiens. Finalement, la séquence la plus classique est sans doute la rencontre sur le yacht entre DiCaprio et Kyle Chandler est un modèle de dialogues, de jeux de regards et d'intonations qui rendent palpable la tension qui monte derrière les amabilités jusqu'au pétage de plomb final. Une scène que je ne serais pas surpris de voir rejouée dans les cours de théâtre amateur, et étudiée en cours pros. En contrepoint, il y a cette séquence géniale, le morceau de bravoure du film, cette formidable scène de "paralysie cérébrale" qui ne pouvait fonctionner qu'en alliant le sens du cadrage, de la mise en scène et du montage de Scorsese avec le surjeu habitué et totalement décomplexé de DiCaprio. Il faut le voir privé de ses facultés motrices, incapable d'articuler, s'emmêler dans le fil du téléphone tout en gardant un regard exprimant parfaitement les pensées et objectifs de son personnage.

Martin Scorsese est juste le plus grand cinéaste de notre époque.

_________________
"Les amoureux de la pellicule" cherche son producteur: http://www.youtube.com/watch?v=tbJk1ySa_xA

"Godfrey Ho a beau avoir trouvé des Kickboxeurs américains, le duel entre la mariée et la robe restera LA baston du film." Plissken


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le loup de Wall Street - Scorsese - 2013
MessagePublié: 13 Juil 2015 20:47 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 11 Oct 2003 15:07
Messages: 10699
Localisation: Dans une bulle de confinement psychédélique
Un film à la structure classique (l’ascension du self-made man suivie de sa chute) mais bizarrement foutue, héritage d'une biographie a priori tout en anecdotes frappadingues. Et c'est sûr qu'on hallucine régulièrement devant les frasques du sieur Belfort, tant il se permet une prise de risques maximale dans sa recherche à jamais inassouvie de sensations fortes ; la séquence avec le yacht en pleine tempête est vraiment ouf. Mais c'est également là un des défauts du films qui fait un peu trop compilation d'orgies délirantes et de vulgarité tellement poussée que c'en devient factice (putes, drogue, putes, drogue...). Quant à la chute, elle se conclut en eau de boudin, malgré une boucle bouclée de vente de stylo, et ne permet au final pas trop de savoir que penser de tout ça, si ce n'est que les salopards fascinent.

A côté de cela, le Loup de Wolf Street est aussi un pur film d'acteurs, offrant de magnifiques prestations. Di Caprio est vraiment bon dans ce rôle de gourou exalté et décadent, parvenant à capter différents types de folies et d'excès comme s'il incarnait plusieurs rôles. Sa scène de défonce au Lemon est sublime de mime contorsionniste. Mais nul autre acteur ne dépareille, ne serait-ce que Jonah Hill qui est tout bonnement génial. Quant à Margot Robbie, elle est troublante de beauté d'une irréalité toute hollywodienne (sa scène de nue est outcha !).

_________________
Image

"On était si pauvres, que quand un cambrioleur s'est introduit chez nous, on l'a dévalisé."

"T'as vu, les œufs sont cuits à l'envers..."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le loup de Wall Street - Scorsese - 2013
MessagePublié: 06 Oct 2016 18:19 
Hors-ligne
Apprenti Nanardeur

Inscrit le: 06 Oct 2016 18:12
Messages: 1
Si l'on compare ces feuilletons http://filmstream.co/et de morts-vivants, quel est le mieux?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le loup de Wall Street - Scorsese - 2013
MessagePublié: 02 Nov 2016 20:19 
Hors-ligne
Grand Nanardeur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 05 Oct 2007 21:09
Messages: 828
Moi j'avais adoré Le loup de Wall Street ! DiCaprio était vraiment hallucinant !

-->
https://www.youtube.com/watch?v=rlJ1XzicKw0


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 15 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr