Forum Nanarland.com

Le forum des mauvais films sympathiques
Nous sommes actuellement le 24 Fév 2020 11:47

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Les fusillés - Philippe Triboit (2015) Téléfilm
MessagePublié: 12 Nov 2015 10:52 
Hors-ligne
Agrégé en nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Déc 2011 20:36
Messages: 1400
Localisation: Quelque part entre les bornes et les limites
Les Fusillés
de Philippe Triboit
avec Grégoire Leprince-Ringuet, Michael Gregorio, Sara Giraudeau
Citer:
1914, Louis est mobilisé comme Bastien, son ami d'enfance et rival de toujours. C'est un réserviste de 27 ans, patriote convaincu. Bastien, lui vit la guerre comme le reste, en opportuniste. Une nuit, alors que leur section dort près du front, ils sont bombardés. Suivant le mouvement, Louis et ses compagnons se replient dans le plus grand désordre et dans la panique perdent leur régiment. Lorsqu'ils le retrouvent quelques heures plus tard, leur général les accuse de désertion. Il décide immédiatement d'appliquer la circulaire du Maréchal Joffre sur la discipline des armées. A l'aube, Louis, Bastien et quatre de leurs camarades doivent être fusillés pour l'exemple. Ils ne mourront pourtant pas tous...


Image

Avant, à chaque 11 novembre, on rediffusait l'excellent "Les Croix de Bois" de Raymond Bernard. Pourvu qu'on ne nous repasse pas tous les ans "Les Fusillés"...
Deux T dans Télérama, ça sent le copinage...

Bon. Abordons d'abord les bons points : pour commencer, la reconstitution historique est rigoureuse, on sent le film bien documenté, ce qui fait plaisir. Ils ne nous font pas le coup du poteau et du bandeau sur les yeux pour l'exécution, c'est toujours ça. Le film commence très bien, la représentation des soldats qui font n'importe quoi pour tromper l'ennui dans leur tranchée est très bien restitué. Les acteurs jouent juste, Michael Gregorio en tête, et on a plaisir à retrouver Lionel Astier en paysan fruste et bourru.

Hélas, c'est tout le reste qui ne suit pas. La mise en scène n'est pas des plus fameuses. Philippe Triboit se prend même pour Terrence Malick avec de longs gros plans sur la nature, mais quand on n'a pas le dixième du talent du cinéaste, mieux vaut s'abstenir. Le scénario est à la fois inexistant et très décousu. A force de vouloir tout mettre dans un seul film (le front, l'arrière, le monde paysan,...) sans se décider à mettre en valeur un sujet bien précis (en l’occurrence, le sort des fusillés pour l'exemple de la Grande Guerre), la trame est terriblement brouillonne, et le film n'est qu'une suite d'évènements plus ou moins vraisemblables et de situations téléphonées sans réel fil conducteur. Un récit digne de ce nom fait cruellement défaut à ce téléfilm et on peine à s'attacher vraiment aux personnages, à comprendre leurs motivations (le suicide du paysan est incompréhensible et arrive comme un cheveu sur la soupe).

Enfin, j'avoue que j'ai eu du mal à cerner la morale du film. Celui-ci prétend rendre hommage aux fusillés pour l'exemple victimes d'une justice militaire arbitraire, inique et absurde, mais jamais le film n'approfondira cette dénonciation de "la folie de la guerre". En effet, pas un cri de révolte de la part des condamnés survivants du peloton, les fusillés sont ici "de bons chrétiens" qui veulent juste "servir leur pays". Ce sont des héros innocents qui à peine rechapés du peloton s'empressent de retourner casser du boche avec sauvagerie mais avec honneur, pour "se rattraper", "saisir leur seconde chance". Le seul personnage a porter un regard lucide sur l'absurdité et l'horreur du carnage nous est décrit comme le salaud de la bande, le seul qui méritait vraiment d'être fusillé (et qui d'ailleurs le sera une deuxième et bonne fois pour toutes à la fin). Le film oppose la vertu (criminelle) de Louis à la filouterie de Bastien, mais on se demande où il veut en venir (surtout que toutes les sous-intriques n'aident pas à la compréhension du message).

En conclusion, "Les Fusillés", malgré quelques qualités indéniables, est un de ces téléfilms historiques produits en masse par France Télévision, parfois bien ficelés et ludiques, d'autres fois assez ampoulés et bâclés comme ici. Une œuvre impersonnelle, souvent lourdement démonstrative et pleine de bonnes intentions (jamais trop subversives, les bonnes intentions) qui est bien bien loin des "Sentiers de la gloire" ou de "Capitaine Conan". Sur le même thème, "Le Pantalon" d'Yves Boisset ou encore le mini-feuilleton "Ceux de 14" sorti l'an dernier étaient bien plus réussis.

_________________
Image Image Image
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr