Forum Nanarland.com

Le forum des mauvais films sympathiques
Nous sommes actuellement le 19 Oct 2018 0:00

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Message à Garcia - George Marshall - 1936
MessagePublié: 25 Mars 2018 22:15 
Hors-ligne
Agrégé en nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Déc 2011 20:36
Messages: 1252
Localisation: Quelque part entre les bornes et les limites
MESSAGE A GARCIA

Image

Titre original : A message to Garcia

Réalisateur : George Marshall

Année : 1936

Pays : Etats-Unis

Genre : Aventures

Durée : 1h17

Acteurs principaux : Wallace Beery, Barbara Stanwyck, John Boles, Alan Hale


Image


"Message à Garcia" se déroule juste au commencement de la guerre hispano-américaine de 1898 et retrace l'aventure du Lieutenant Andrew Rowan, commissionné par le président des Etats-Unis McKinley afin de porter un message écrit de la plus haute importance au général Calixto Garcia, leader de la révolution cubaine contre l'occupant-oppresseur espagnol (guerre d'indépendance cubaine de 1895-1898). N'écoutant que son devoir, l'intrépide Lieutenant débarque clandestinement et de nuit à la Havane, sans savoir où se trouve exactement le général Garcia. Il sera aidé dans sa quête par la belle Raphaelita Maderos, fille d'un résistant fusillé par les Espagnols, et par le Sergent Dory, un déserteur américain vivotant dans l'ile. A l'issu d'un périple de trois semaines à travers la jungle au cours duquel il devra affronter, en plus des troupes espagnoles et des dangers de la jungle, un impitoyable mercenaire allemand sans scrupule, le Docteur Ivan Krug, notre espion américain finira comme vous vous en doutez par rejoindre le quartier général de Garcia et par lui remettre le message/Mac Guffin après un twist final et une charge des cavaliers cubains contre la garnison espagnole, avant de filer le parfait amour avec la belle révolutionnaire cubaine. The end.

Sauf que toute cette belle histoire vraie, pleine de péripéties et de suspense, c'est du bidon !


Le seul fait véridique est que le matin du 25 avril 1898, le lieutenant Andrew Rowan débarqua clandestinement sur la côte cubaine pour rallier la résistance locale, mais il n'y a en fait jamais eu de "message pour Garcia". La mission de cet agent secret était simplement d'informer le Département de la Guerre de la situation des forces rebelles sur place et de rester à Cuba pour accompagner les insurgés dans leur lutte. Son voyage à cheval à travers la jungle en compagnie de guides de la résistance dura huit jours et se passa sans aucun incident. Outrepassant les ordres qu'il avait reçu, Rowan prétendit être là afin de retourner aux Etats-Unis transmettre des informations sur les besoins de Garcia et ses troupes dans l'optique d'une invasion par l'armée américaine. Saisissant l'occasion, Garcia renvoya aussitôt Rowan aux Etats-Unis en compagnie de membres de son état-major pour conférer avec les autorités américaines. Le petit groupe voyagea clandestinement à bord d'un petit bateau jusqu'en Floride. Mais avant d'avoir débarqué à Cuba, lors d'une escale à la Jamaïque, le Lieutenant Andrew Rowan avait communiqué des informations top-secrètes sur sa mission à des journalistes américains, en se faisant passer pour un héros dont on avait estimé en haut lieu que lui seul pouvait accomplir cette mission absolument décisive pour l'issue du conflit. La presse publia un grand nombre d'articles sur la mission du Lieutenant Rowan qui en firent un héros ultra-populaire au sein de l'opinion américaine, ce qui lui évita de passer en cour martiale comme son chef, l'adjudant général Corbin, ulcéré par le comportement de l'agent secret le moins discret du monde, le souhaitait.

En 1899, l'écrivain anarchiste américain Elbert Hubbard publia un essai (écrit en une heure selon l'auteur, qui ne se faisait pas d'illusions sur la qualité littéraire de la chose) appelé "A message to Garcia" qui fit l'objet de deux adaptations cinématographiques, la première réalisée par Thomas Edison en 1916, et celle-ci. L'expression "A message to Garcia" désigne aux Etats-Unis l'esprit d'initiative de tout bon américain mâle et blanc de peau pour obéir sans se poser de question à un ordre donné par sa hiérarchie envers et contre toutes les embuches et l'exemple du Lieutenant Rowan a longtemps été exalté comme modèle d'héroïsme et de sens du devoir chez les scouts américains, ce qui ne peut que faire sourire quand on connait la réalité des faits...

Image


Pour en revenir au film de George Marshall, il s'agit d'un très sympathique film d'aventures 30's, pas une œuvre majeure certes, mais un petit classique de la série B hollywoodienne de l'époque, rythmé, à l'action soutenue et exotique à souhait. C'est bien entendu un film de propagande militariste, s'ouvrant sur l'hymne des Marines qui défile pendant le générique puis sur l'incident du USS Maine, navire qui explosa dans le port de la Havane, fournissant à Washington le prétexte d'une guerre contre l'Espagne pour mettre la main sur ses colonies.

Le si héroïque Lieutenant Rowan est joué par John Boles, qui assure bien son contrat de courageux et astucieux militaire à fine moustache, mais il faut bien dire que ce héros plutôt droit dans ses bottes se fait vite voler la vedette par le personnage fictif joué par Wallace Beery. Les distributeurs ne s'y sont pas trompé en le mettant très en avant sur l'affiche et c'est en fait à lui que s'intéresse le plus le scénariste et le réalisateur. Cet anti-héros très sympathique mais très ambigu, déserteur louche, baratineur et roublard à la réputation de salopard, dont on se demandera jusqu'à la fin s'il est un traitre avant de réaliser qu'il est réellement un bon gars devenu un paria à la recherche d'une rédemption, apporte un vrai plus original au film et la composition de Wally Beery est remarquable. Quant à la toute jeune Barbara Stanwyck, si elle n'est pas très crédible en résistante cubaine (en même temps c'était la règle à l'époque de faire jouer des Hispaniques/Indiens/Asiatiques/Arabes/métis par des acteurs blancs), elle apporte un charme et un sex-appeal évident dans son rôle de femme forte crapahutant en pantalon dans la jongle et faisant le coup de feu contre les Espagnols. Enfin, Alan Hale, habituel sidekick d'Errol Flynn, compose merveilleusement bien le personnage du cruel Docteur Krug. La scène dans laquelle il torture le héros pour lui faire avouer ou il a caché le message exploite bien la perversion de ce méchant mémorable.

Un bon classique à (re)découvrir.

_________________
Image Image Image

Aux frontières du sexe et de la démence Image Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 7 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr