Forum Nanarland.com

Le forum des mauvais films sympathiques
Nous sommes actuellement le 19 Juil 2018 20:13

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 36 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2
Auteur Message
 Sujet du message:
MessagePublié: 11 Déc 2009 10:13 
Hors-ligne
Nanardeur en progrès
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 28 Sep 2005 12:44
Messages: 463
Localisation: Dans ta tête
Mad_Ouaf a écrit:
Et en plus, on voit la kikounette des garçons.


Et aussi celle d'une fille, à moment donné...

_________________
Yoda-Ben², écrivain d'horreur du Côté Obscur de la Farce :
"- Vous parlez tout seul ?
- Oui, c'est le seul moyen d'avoir une conversation intelligente."
Black Adder


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Oz
MessagePublié: 17 Déc 2012 18:36 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 30 Oct 2006 10:57
Messages: 1577
Localisation: Rats - Notte di terrore
"Toi qui entre ici, abandonne tout espoir"

(Spoilers dans les derniers paragraphes)

Avec l'ambition d'améliorer la réinsertion sociale de détenus une fois sortis de prison, l'unité expérimentale appelée Emerald city dans le pénitencier, surnommé Oz, permet l'interaction entre prisonniers très différents. Ceux-ci s'autorégulent et circulent librement à l'intérieur de ce quartier. La série suit le quotidien de ces habitants, comprenant prisonniers et personnel de la prison, et possède deux atouts :

Elle ne cache rien. Le mode de vie en prison nous est décortiqué en détails. Le déroulement de chaque jour, les transferts de prisonniers en fonction de leurs actes et crimes, comment s’y passent différents évènements tels qu'une fouille, une visite, un rendez-vous, une séance de désintoxication, etc... Le fonctionnement d’un pénitencier est connu de façon précise par le spectateur. Il en est de même pour ses habitants. Dans ce système carcéral travaillent des gardiens et autres employés qui nous font profiter de leur travail, remises en questions et corruptions pour certains. Quant aux personnages, présentés d'abord par leurs crimes et peines, on suit leurs allées et venues, rencontres, travail, réflexions, sexualités et vies familiales.

Divisés en groupes idéologiques, sociales et ethniques, ceux-ci se livrent une guerre des gangs stratégique à plusieurs desseins, principalement le trafic de drogue qui promet le respect et le pouvoir au sein de la prison. L'idée de départ du quartier libre est un bon prétexte à pouvoir suivre les pires criminels confinés ensemble agir comme bon leur semble. Devoir tuer quelqu'un sans que le gang ennemi ne sache la culpabilité du gang ennemi. Stratégiquement, déterminer le lieu et le moment du meurtre, de quelle manière, en faisant croire que quelqu’un d’autre l'ait fait, dans un certain intérêt supplémentaire. Chaque gang a son temporaire leader charismatique, et entre tous ces membres interagissent les électrons libres. Ils ne font partis d'aucun groupe, cherchent le plus souvent à purger leur peine sans histoire. Alors que d'autres participent à diverses manigances, certains participent même activement à cette vie en manipulant avec un charisme certain. On suit chaque prisonnier monter leurs plans les uns après les autres sans forcément savoir qui va être victime, qui va jouer contre qui et surtout comment cela va se passer en pratique avec les imprévus probables qui peuvent renverser la situation en quelques secondes.

Dans ce mode de vie la surprise surgit mettant en doute tout ce qu'on attendait. Avec un bodycount impressionnant, les morts sont très surprenants de par leur non-préparation. Un coup de couteau incontrôlé suffit pour écarter définitivement un personnage, qu'il soit quelconque ou leader pour lequel tout va pour le mieux dans la plus banale des journées. La série tient ici sa première force principale : le fait que l'on ne peut prévoir ce qui arrivera. Un personnage arrive en prison, impossible de déterminer combien de saisons ou combien de minutes survivra-t-il dans Oz. Jamais personne n'est filmé comme futur mort, la mort surgit d'elle-même. Cette surprise s'avère toujours efficace car tout est temporaire. Les personnages subissent des évènements perturbateurs qui font varier leurs interactions, rapports de forces et places dans le groupe, sans que rien ne soit définitif. Rien n'est stable pour tout le monde, dans Oz comme à l'extérieur, même les familles ne sont pas épargnées.

Avec ses nombreux personnages, dont on ne pourrait en tirer un principal, et ses nombreuses actions, la violence n'est jamais suggérée et la nudité explicite. Pas question de se censurer ou de s'adapter à une autre sensibilité, tout est frontal, filmé comme le reste et finalement toute blessure, mort et arme paraît quotidien. Devoir éliminer ou tuer quelqu'un pour que les affaires prospèrent, ça fait partie de la même routine que de devoir se lever, manger, travailler, se coucher.

L'autre atout d'Oz est sa narration particulière. Installé dans sa cellule en verre, Augustus Hill, un prisonnier paraplégique, fait part aux spectateurs de sa réflexion au long de la série. En s'adressant aux spectateurs, ce sont les paroles d'un vrai taulard que l'on croirait entendre. En découvrant son point de vue, celui-ci nous fait partager son avis, ses réactions, son humour et son cynisme. Chaque épisode aborde un thème précis pour finir à une conclusion faisant le lien direct avec l'enceinte d'Oz. Ces monologues explicitent les métaphores régulièrement, ce qui approfondit considérablement ce qui s'y passe. Abordant un nombre important de thèmes nous touchant tous, l'identification aux personnages se fait de plus en plus complexe. Le message reste universel et intemporel, comme si l'on regardait une tragédie classique. Shakespeare est d'ailleurs cité en fin de série via la pièce de théâtre Macbeth où les prisonniers jouent leurs propres rôles dans cette mise en abyme.

Faisant la métaphore de la société américaine, avec un melting-pot prononcé, voire métaphore de la vie en société tout court, la série apporte encore plus au divertissement déjà excellent en tant que tel. Avec un peuple exhaustif, la prison a des airs de cage à rats où les scientifiques expérimentent des effets sociologiques. Une fois sa place bien installé dans cet environnement, l'individu est perturbé par des évènements où s'entrechoquent foi, communauté, origines, sexualité, et d'autres parmi les nombreux thèmes abordés. La place au sein d'un groupe (ou non) et même la mentalité des habitants se retrouvent également instable, conditionnés à un mode de vie particulier et dans des situations exceptionnelles. La série pose et explore plein de questions sur ces sujets sans dresser d'avis radical, c'est la complexité et le questionnement qui priment.

C'est alors que le spectateur s'identifie aux détenus qui sont humains, bien humains. Et c'est surtout lors de moments touchant à la famille que l'empathie surprend soudainement, quand un raciste sadique et antipathique retrouve ses fils perdus de vue, quand un détenu console son frère de cauchemars ou quand un leader violent se voit troublé par ses origines. L'approche du personnage en est radicalement changée. Le moment le plus positif reste cette collecte où tous les habitants d'Oz s’unissent et donnent de l'argent pour le petit-fils malade d'un détenu, comme si tous les conflits s'arrêtaient. La série fait également ressentir de la compassion pour des actes de criminels, lorsque qu'un leader se fait insulter car faisant honte à sa communauté par exemple, on se surprend aussi à être triste pour un despote déchu face à la chute de son empire. Et régulièrement cette société très active se suspend le temps d'un morceau de violoncelle, d'une fascination pour une star du basket, d'une berceuse qu'un détenu chante à son frère attardé, un baiser amoureux lors d'un coup de foudre … Les habitants d'Oz ont un traitement qui leur fait traverser une palette exhaustive d'émotions et de mentalités. Un individu est complexe voire ambigu, et malheureusement cela ne s'applique pas à tous les gardiens dont certains ne connaissent qu'une facette de personnalité et sont manichéens. C'est bien le défaut de la série, défaut qui ne dérange en rien car minime et très peu présent.

Plus particulièrement pour le domaine carcéral, celui-ci est fortement critiqué. Alors que le principe d'Em city est l'autogestion pour une vie normale en société, c'est la criminalité qui s'autorégule et même se (ré)génère comme un cercle vicieux. De plus, certaines situations soulèvent des absurdités et contradictions qui font douter du système en place, remettant en cause les notions de justice dans l'époque présentée. A l'image de Tobias Beecher qui est sans profil délinquant ni criminel. Celui-ci entre dans Oz dès le début de la série suite à un accident et est le fil conducteur identificateur pour le spectateur. Un personnage qui, conditionné à son nouveau mode de vie, devient criminel pour survivre, sinon mort, et perdra de plus en plus au cours de ses années de détention. Alors que les habitants d'Oz s'en remettent de plus en plus à la religion (il y a même une parenthèse mystique dans ce réalisme cru), la série, elle, frappe avec son profond nihilisme et le désespoir est le sentiment dominant. Pour aucun habitant la situation ne s'améliore. Il y a de rares moments d'espoir, mais qui s'avèrent tous faux. L'idéalisme de départ disparaîtra rapidement et des évènements malheureux tueront chaque bon pas. Voila ce dont on peut être certain dans Oz, une fois que l’on y est entré, on ne peut en sortir, sinon mort. Exceptionnellement un détenu en sortira vivant et pour de bon. Mais même pour lui, il y aura des séquelles irréversibles. La prison s'apparente à un enfer et si on surmonte la longueur et la dureté du système pénis, le système pénal reste le plus fort, malgré toutes les injustices qui s'y passent, et pervertissent les plus irréprochables des prisonniers. La mortalité soudaine est omniprésente à Oz mais ne peut toucher Oz lui-même et ses murs restent immortels. Ce n'est pourtant pas faute pour les détenus d'avoir essayé.

CHEF D'OEUVRE !!

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Oz
MessagePublié: 18 Déc 2012 11:56 
Hors-ligne
"ok, je sors..."
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 28 Sep 2003 20:02
Messages: 9400
Localisation: Liège (Belgique) - j'fais mon putin de job à plein temps
y a-t-il une fin intéressante à cette série ?

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Oz
MessagePublié: 18 Déc 2012 19:52 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 30 Oct 2006 10:57
Messages: 1577
Localisation: Rats - Notte di terrore
Moi j'aime bien l'hécatombe qu'est la saison 6.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Oz
MessagePublié: 19 Déc 2012 20:09 
Pas le souvenir d'une fin dans Oz.

De toutes façons y a eu quoi 2 saisons maxi ?

Le début était assez prenant mais j'ai souvenir d'un essoufflement par la suite.


Haut
  
 
 Sujet du message: Re: Oz
MessagePublié: 19 Déc 2012 21:39 
Hors-ligne
Nanardeur en progrès
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 16 Oct 2006 16:31
Messages: 367
NanardisteBreton a écrit:
Pas le souvenir d'une fin dans Oz.

De toutes façons y a eu quoi 2 saisons maxi ?


6.

_________________
- Bless me, Father, for I have sinned. I did an original sin. I poked a badger with a spoon.
- Say five Hail Mary's and six Hello Dolly's!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Oz
MessagePublié: 20 Déc 2012 14:24 
Ah oué quand même 6,

M'en souviens pas, j'ai le souvenir que la prison a changé au bout d'un moment, genre retiré les barreaux pour y mettre des vitres.

C'est une série que j'aimerais bien revoir cependant, elle passait sur M6 mais ils n'ont pas du tout diffuser, par ce que je me souviens vraiment pas que cela ait été si long.


Haut
  
 
 Sujet du message: Re: Oz
MessagePublié: 20 Déc 2012 15:16 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 09 Jan 2006 12:54
Messages: 4296
Localisation: Aux Studios MIRACLE :"Si C'est Un Bon Film,C'est Un MIRACLE!"
Après y a 8 épisodes par saison. 8x6 = 48, ce qui fait l'équivalent de 2 saisons de série mainstream. :wink:

_________________
"Les amoureux de la pellicule" cherche son producteur: http://www.youtube.com/watch?v=tbJk1ySa_xA

"Godfrey Ho a beau avoir trouvé des Kickboxeurs américains, le duel entre la mariée et la robe restera LA baston du film." Plissken


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Oz
MessagePublié: 20 Déc 2012 15:24 
deathtripper21 a écrit:
Après y a 8 épisodes par saison. 8x6 = 48, ce qui fait l'équivalent de 2 saisons de série mainstream. :wink:


Ah oui voilà, ceci expliquant cela, surement :D

Surtout si ils avaient déjà la manie de vouloir diffuser 3 épisodes à la suite, ça à dû allé assez vite,

en plus si il y a eu un gros décalage entre la diffusion US et française ils ont pu avoir plusieurs saisons d'un coup.


Haut
  
 
 Sujet du message: Re: Oz
MessagePublié: 20 Déc 2012 18:46 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 30 Oct 2006 10:57
Messages: 1577
Localisation: Rats - Notte di terrore
La saison 4 contient 16 épisodes, donc 56 en tout d'une heure chacun excepté le final qui fait 1h40.

Et les vitres à la place des barreaux, ça fait partie d'Em city qui est le principe de la série, c'est là dès le début.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Oz
MessagePublié: 20 Déc 2012 19:10 
Siry a écrit:
La saison 4 contient 16 épisodes, donc 56 en tout d'une heure chacun excepté le final qui fait 1h40.

Et les vitres à la place des barreaux, ça fait partie d'Em city qui est le principe de la série, c'est là dès le début.


Y a un moment ils ont changé quelque chose, le papier peint ou la peinture :D , la cour intérieure carré, peut être, celle où il y avait la table au milieu et toutes les cellules autour au dessus ?

Faudra que j'essaie de retrouver la série.


Haut
  
 
 Sujet du message: Re: Oz
MessagePublié: 21 Déc 2012 2:01 
J'ai retrouvé la série et commencer à la regarder de nouveau :D

C'est vrai y avait le quartier de Em city, c'est là qu'était les vitres et la petite cour en bas et le reste de la prison qui était "normale",


Haut
  
 
 Sujet du message: Re: Oz
MessagePublié: 21 Fév 2014 1:35 
Hors-ligne
Apprenti Nanardeur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 06 Fév 2014 22:38
Messages: 58
Localisation: bien planquée
en effet tout à fait d'accord quelle claque cette série , ou la mode était encore aux héros bien propres sur eux , d'un réalisme hallucinant avec si ma mémoire est bonne :? Christopher Méloni (le flic sympa de New York unité spéciale) dans un role à contre emploi , et toute une palette de sales gueules de la méme trempe , un tournant à mon avis , Prison Breack à coté c est une joyeuse colonie de vacances ( pourtant les 2 premières saisons m'ont bien accroché , ensuite j avoue j ai décroché devant une intrigue trop almabiquée :wall:

_________________
Pour survivre à la guerre ; il faut devenir la guerre


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Oz
MessagePublié: 19 Déc 2014 13:23 
Hors-ligne
Apprenti Nanardeur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Mai 2010 19:23
Messages: 63
Localisation: 21 Beaune
NanardisteBreton a écrit:
Pas le souvenir d'une fin dans Oz.

De toutes façons y a eu quoi 2 saisons maxi ?

Le début était assez prenant mais j'ai souvenir d'un essoufflement par la suite.



2 saisons ? LOL y'a eu effectivement que deux ou trois saisons de doublées mais y'a au moins six saisons dans cette série .
excellente série au passage.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Oz
MessagePublié: 11 Déc 2015 14:23 
Hors-ligne
Nanardeur en progrès
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 06 Déc 2008 19:00
Messages: 383
Pour avoir testé Oz, j'ai du mal à accrocher à l'actuelle série carcérale en vogue Orange Is The New Black que je trouve beaucoup trop glamour en comparaison (j'exagère mais à peine).

Après, soyons honnête, jamais autre série depuis Oz n'avait pas pu aller aussi souvent à chaque épisode dans la noirceur humaine (les viols entre détenus évidemment mais encore SPOILER les yeux crevés du maton, les mains mutilées du gamin envoyées par la poste etc..) quitte à mettre vraiment vous remuer à l'intérieur à la fin des épisodes.

En effet, Oz ne se contente pas qu'être un catalogue de cas glauques (kikoo Nip/Tuck après les 2 premières saisons), le travail de réflexion amené par Augustus sur la place des prisons agissant plus comme un symptôme qu'un remède à la violence de la société.

Il faut aussi remettre la série dans son contexte des années 1990, où avec X-Files, c'était vraiment la première fois qu'une série (ses personnages, son univers) pouvait RÉELLEMENT être plus intéressante qu'un film au lieu d'être un simple produit calibré, la copie de la copie de la formule déjà existante vec des acteurs et des budgets au rabais, le tout afin de distraire la ménagère à jeudi à 14h30 Là, où en France, ce mouvement de qualité vers le haut pour les séries n'a jamais eu lieu d'où les sempiternelles séries de flics.

_________________
Quiconque lisant cette signature va mourir dans une semaine !

http://vimeo.com/22189628


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Oz
MessagePublié: 23 Déc 2015 18:52 
Hors-ligne
Apprenti Nanardeur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 23 Déc 2015 17:06
Messages: 2
Très belle série en effet, que j'avais surkiffé lors de son premier passage sur le câble...ça me sonne envie de m'y retremper....miam miam :puma:


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 36 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Google [Bot] et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr