Forum Nanarland.com

Le forum des mauvais films sympathiques
Nous sommes actuellement le 23 Oct 2017 5:08

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Creepshow III (Ana Clavell/James Glenn Dudelson, 2006)
MessagePublié: 25 Sep 2016 13:06 
Hors-ligne
Apprenti Nanardeur

Inscrit le: 30 Déc 2015 15:21
Messages: 8
Image

Très Z, Creepshow 3 lorgne vers le nanar, y filtre à certains moments mais la plupart du temps stagne au statut de gros navet bien purulent.

Image



« It’s all about thefuture now… »



Réalisateurs: Ana Clavell et James Glenn Dudelson

Acteurs: A.J Bowen est Jerry,….Le reste du casting, n’en parlons même pas.

Pays d’origine: Etats-Unis

Genre: Horreur (ou plutôt : film horrible)

Date de sortie:21 novembre 2007 en Suède et aux états-unis (Direct-to-DVD), pas de sortie en France (pas de doublage ni de sous-titrage français officiel)

Durée: 110 minutes

Titre original: Creepshow III

Le film est composé de 5 sketchs reliés entre eux par certains personnages.

Alice : Alice se sert d’une télécommande qui fait changer sa famille d’ethnie et la fait évoluer vers sa « vraie forme ».
The Radio : Jerry achète une nouvelle radio qui lui parle et le persuade de commettre des crimes.
Call Girl : Rachel est une call-girl qui tue ses clients. Elle se rend chez Victor, un nouveau client.
The Professor’s Wife : Deux anciens étudiants du professeur Dayton lui rendent visite et rencontrent Kathy, sa fiancée. Ils suspectent rapidement que Kathy est un robot.
Haunted Dog : Le docteur Farwell se distingue par son comportement particulièrement cruel envers ses patients. Il cause involontairement la mort d’un sans-abri qui revient le hanter.



Image

Image (Mais comment cette suite opportuniste peut-elle se vendre avec les deux premiers (et très sympathiques volets ?)

Amateur de films à sketchs ou nostalgiques du film original, fuyez!

Sorti en 1982, « Creepshow », écrit par stephen King et réalisé par George A. Romero était une référence aux EC Comics, comics horrifiques datant des années 50 contenant souvent de l’humour noir et de la morale, fonctionnant bien souvent sur le principe de la loi du talion ou du « Tel est pris qui croyait prendre ». « Creepshow 2 » sorti cinq ans plus tard en héritage du premier opus, était un peu plus faible certes , sans être pour autant mauvais malgré de nombreuses critiques négatives, mais on y retrouvait au moins l’esprit de ces EC comics.

Parce que ici, on se demande vers quel terrain le film nous emmène. « Creepshow III » ne reflète aucunement l’ambiance des EC comics. Mais alors, si le film ne respecte déjà pas le matériau de base, ou, du moins est passé totalement à côté de son objectif, que reste-il du film ? Rien. Vraiment. Creepshow 3 n’a pas une once de qualité. c’est une anomalie du cinéma, une suite abjecte qui n’a même pas le mérite de ne pas exister.

Image

« Creepshow 3 » semble être né de mauvaises intentions et pour de mauvaises raisons.

Au commandes de ce film, on ne retrouve que de parfaits inconnus. Adieu King, Romero et Savini ! Le film aurait bien pu se titre autrement , il ne fait que profiter d’une licence. Enfin, « profiter »…Souiller semble être plus juste.

Le film débute sur une introduction façon BD très laide, et ne rendant pas du tout honneur au comics original. (ici, produite en CGI) Le film contient cinq histoires, très ordinaires. On en regarde une, deux, trois…et là, on comprend que le film sera pénible à terminer. »Creepshow 3″ est bourré de défauts. Dans l’écriture, dans le jeu d’acteurs, la bande-son (aucune, mis à part une musique de camionnette de glaces),…

Le problème d’un film à sketchs c’est qu’il y a de fortes chances qu’il soit inégal. Il y aura toujours un « sketch » qui va sortir du lot et un autre qui sera plus faible. Mais quand ils sont tous du même niveau, dans ce cas-ci extrêmement faiblards, ça pose forcément souci. « Creepshow III » ressemble plus à un brouillon qu’à un film.

Image

Survolons rapidement « Creepshow 3 ». Intéressons-nous donc aux cinq sketchs qui composent le métrage.

Dans le premier, une adolescente se dégote une télécommande qui fera changer d’apparence sa famille et impactera son évolution. Un film débute rarement aussi mal. Le segment est d’un banal sans nom, le surjeu des personnages est épouvantable, et au final…On se rend compte qu’il n’y a rien de réellement intéressant qui nous est raconté et à ce moment-là, on se demande quand le film va démarrer. Allez, il reste quatre segments.

Le second sketch est le plus réussi. Tout juste moyen, il raconte l’histoire d’un homme dont sa radio a pris le pouvoir sur lui en le persuadant de commettre des crimes. On y exploite un ghetto, des prostituées, mais de là à en voir une critique de l’Amérique et de certains tréfonds, n’exagérons pas.

Le troisième sketch n’a lui non plus rien de bien original. Un retournement de situation et voilà, c’est déjà fini.

Le quatrième tente de nous décrocher un sourire mais il est plus ridicule que drôle.

Et le cinquième et dernier exploite enfin un potentiel script d’EC comics. Une formule de vengeance inchangée depuis les comics des années 50 avec un fantôme SDF aux incrustations pathétiques.

« Creepshow III » c’est le degré zéro de la mise en scène, de la recherche du renouveau. C’est un film très fainéant, alors qu’au niveau du scénario, il y avait tant de possibilités. Mais alors, dans cet amas de négatif, qu’en est-il du positif ? Rien. Rien du tout comme déja dit plus haut. La seule bonne idée c’est cette tentative de narration à la « Pulp Fiction » car contrairement aux deux précédents films, il n’y a pas vraiment de transition entre les histoires, on passe vite du coq à l’âne et les personnages reviennent souvent dans une histoire postérieure. Le seul film d’horreur réussi à ce stade est « Trick ‘r’ treat » (2007) de Michael Dougherty. Et cette manière de traiter une telle narration est totalement raté dans ce cas-ci parce que le tout est lourd, les clins d’œils au film même et aux segments ultérieurs sont une belle connerie en soi et il est pénible de revoir ces acteurs aux surjeux constants tout le long.

Les effets spéciaux:

Image
Image

Les dialogues:

Image


L’humour noir, caractéristique de ces comics, passe ici à côté de la plaque. C’est ridicule et gênant. Mais au moins, ce côté second degré est assumé, c’est déjà ça. Heureusement que le film ne se prend pas au sérieux. Il est assez aberrant comme ça.

Le métrage ne vaut donc absolument pas le coup. Ce n’est même pas un nanar. Le mot le plus juste pour le décrire est : navet. L’esprit des deux premiers films est perdu, l’esthétique est dégueulasse, la bande-son absente, les acteurs sont en roue libre, c’est bancal, honteux, malhonnête, brouillon et terriblement fade. Et Bon dieu, que c’est ennuyeux ! Le film dure presque deux heures et n’est divertissant à aucun moment . Il n’y a donc rien de bon, tout est à jeter !

Creepshow 3 est un film consternant, irrespectueux de l’oeuvre de Romero et de King, une perte sèche de temps et un affront aux amoureux de comics horrifiques. Replongez-vous dans le premier Creepshow (et le deuxième à la limite) et si vous croisez un des Men In Black, demandez-lui de vous faire effacer la mémoire, votre vie n’en sera que bien plus belle après.


NOTE : 0/10 (1/10 sur Sens Critique car la politique du site ne permet pas de mettre une note inférieure à 1. Dommage...)


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr