Forum Nanarland.com

Le forum des mauvais films sympathiques
Nous sommes actuellement le 23 Oct 2017 5:17

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Le gang des pourris - Al Adamson - 1976
MessagePublié: 01 Déc 2016 2:36 
Hors-ligne
Maîtres es Nanar
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Déc 2011 20:36
Messages: 1116
Localisation: Quelque part entre les bornes et les limites
Catégorie : Ni chauds ni froids

Image

Le gang des pourris / Le gang des tueurs
d'Al Adamson
avec Timothy Brown, Russ Tamblyn, Jana Bellan, Regina Carrol, J. C. Wells, Al Richardson

Titre original : Black Heat, aka Murder Gang

Le polar d'action des années 70, c'était tout pareil que dans les années 80, sauf qu'à la place des mulettes, les mecs portaient des coupes afro, des rouflaquettes, des cols pelle-à-tarte et des pantalon pattes d'ef', et que quand un duo de flics durs à cuire se frittait avec des truands, c'est le blanc qui se faisait buter et le noir qui le vengeait, mode de la blaxploitation oblige. On a donc ici une enfilade de tous les poncifs du genre, avec son héros macho au nom qui claque (Kicks Carter !) joué par le monolithique Timothy Brown (dont le titre de gloire fut d'avoir joué dans deux films de Robert Altman, "M.A.S.H" et "Nashville", le reste de sa carrière étant constitué de séries TV et de séries Z) qui a droit à la traditionnelle scène de sexe jazzy avec sa gonzesse, une journaliste à volumineuse coupe afro qui filme notre flic de choc cool et son coéquipier blanc (un certain Geoffrey Land, moins charismatique qu'une planche à repasser) dans chacun de leurs exploits contre le CRIME.

Image

Entre un hold-up et une prise d'otage, nos deux super-flics sont sur la trace d'un certain Guido, gros bonnet du trafic de drogue, qui cherche à obtenir de la came auprès d'un terroriste-révolutionnaire sud-américain. Grand moment de nanardise quand le doubleur du terroriste se met à prendre un accent latino digne d'Honey Boy : "Yé bésoin d'ouné cargaison d'armes pour mon païsse. Notré révoloutione doit réoussir !" Pour se procurer les armes de la "révoloutione", Guido a d'abord besoin de trouver un max de blé pour les acheter (pourquoi ne se contente-t-il pas juste de trouver un max de blé qu'il garderait pour lui, au lieu de le dépenser en achat d'armes pour les échanger contre de la drogue dans le but final de se faire un max de blé ?? Il est complètement con ce parrain de la pègre !). C'est là qu'intervienne le truand minable Ziggy (Russ Tamblyn) et sa partenaire, la vicelarde et lesbienne Fay. Ensemble, ils dirigent un hôtel louche où il se passe des trucs pas clairs (prostitution ? salles de jeu clandestines ? Le spectateur ne saura jamais de quoi il s'agit au juste, alors que tous les personnages, flics et journaliste comme truands "ne sont pas nés de la dernière pluie" et savent bien ce qu'il s'y passe, y faisant allusion d'un air entendu). L'une de leurs habituées, une certaine Terry, addict aux jeux et pleine de dettes, travaille dans une banque et ils espèrent lui faire avouer ce qu'elle sait du prochain transport de fonds (effet spécial cheapo-burlesque quand notre gang des pourris coupe le faux bras-boudin du convoyeur de fonds pour s'emparer de la mallette de billets qu'il tenait menottée à son poignet).

C'est là que Tony le coéquipier de Kicks, et qui se trouve être le petit ami de Terry, fout son grain de sel et est assassiné par Ziggy au terme d'une poursuite en bagnoles. Son partenaire et meilleur pote Kicks et sa petite amie Terry semblent s'en contrefoutre royalement, du moins c'est ce dont on a l'impression tant les acteurs sont inexpressifs au possible. Le comportement des héros est en effet d'une désinvolture assez ahurissante. Ainsi, après une scène clichée et un peu hors-sujet où le héros échoue à sauver une jeune femme prise en otage par un dangereux maniaque (cet idiot fait involontairement exploser sa bombe artisanale en coinçant les fils dans une portière de voiture), notre héros plaisante nonchalamment à propos de l'évènement en demandant à sa meuf journaliste qui a tout filmé "Alors, t'es satisfaite de ton reportage mon cœur ?" et celle-ci qui répond, joyeuse, "C'est super ! Avec ça, j'aurai droit au prix Pulitzer et à une bonne promotion de la part de mon patron !", alors qu'une pauvre femme vient de trouver la mort en même temps que son kidnappeur parce que le héros n'a pas réussi son job !

Image


Hélas, tout ça pourrait être marrant si le rythme n'était pas si somnolant, la mise en scène si cotonneuse et le film si sage. Ça ressemble un peu à un épisode de Starsky et Hutch en plus cheap et plus bis. Certes, c'est pas trop radin en castagne, le montage des fusillades est confus à souhait, à base de champs/contrechamps foireux, le montage connait en outre quelques aléas avec des coupures brutales en plein milieu d'un dialogue pour passer d'un coup à la scène suivante (le genre de cafouillage qui fait son petit effet en Nuit Excentrique), on savoure la présence récurrente d'un ersatz cabotin d'Huggy-les-bons-tuyaux, on a du dégommage d'avion à l'arme de poing en guise de bouquet final et surtout le film bénéficie d'une musique funky à mort et super entrainante (perso j'adore), mais l'ensemble est bien trop mollasson et pas assez fou pour constituer un nanar même très mineur. Au mieux on regarde le film d'un œil distrait si on aime le genre, au pire on roupille au bout d'un quart d'heure si on est fatigué. En résumé, un petit bis fauché et routinier tendant par moments vers le navet et un Al Adamson en petite forme. Après, je dois dire que je n'étais pas très en forme moi non plus quand j'ai regardé ce film, mais je ne pense pas qu'il dépasserait une note de 0,5 ou 1/5.

Citer:
Un Al Adamson en petite forme. Polar d'action 70's tendance blaxploitation, ce film fauché mène mollement son enquête d'un cliché à un autre. Un peu plan-plan. On retiendra un montage un peu à la ramasse, un révolutionnaire à l'accent latino rigolo (quel dommage qu'il ne soit présent que durant les trois premières minutes !), un indic cabotin et une B.O funky entrainante.


Image

_________________
On ne peut tuer celui qui ne veut pas mourir...

Aux frontières du sexe et de la démence Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr