Forum Nanarland.com

Le forum des mauvais films sympathiques
Nous sommes actuellement le 16 Juil 2018 11:46

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 27 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2
Auteur Message
 Sujet du message: Re: La Nuit Excentrique 2015 - Résumés !
MessagePublié: 15 Sep 2015 8:55 
Hors-ligne
Nanar un jour, nanar toujours
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 01 Août 2004 20:49
Messages: 3255
Localisation: En train d'organiser une réception qui aura du succès
Kobal a écrit:

Et puis n'oublions pas l'événement d'autant plus fou de la soirée qu'il était totalement impensable : la venue de Pallardy pour casser la tronche à Labroche qui se transforme en séance photos. Magique.

Est-ce que tu pourrais raconter? j'ai du partir avant pour cause d'exams (ca me fait bizarre de le dire).

_________________
c tro Fréé détr 1 vempir ! on é tro bo é en plus on peut étre Himmortel tte ça vi


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Nuit Excentrique 2015 - Résumés !
MessagePublié: 15 Sep 2015 10:44 
Hors-ligne
Nanardeur fou ?
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Mai 2005 19:55
Messages: 2419
Localisation: en train de sauver Hollywood
Pauvre John Mary, il faisait peine à voir, dans son grand imper blanc, il ressemblait à un de ces ères qui guettent les joggeuses dans le bois de Vincennes...
Bon, sinon, que puis-je dire de plus?

_________________
Comme un aveugle dans une orgie, j'allais devoir y aller avec mes mains...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Nuit Excentrique 2015 - Résumés !
MessagePublié: 26 Sep 2015 18:30 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 09 Jan 2006 12:54
Messages: 4296
Localisation: Aux Studios MIRACLE :"Si C'est Un Bon Film,C'est Un MIRACLE!"
Le moins que l'on puisse dire, c'est que la nuit fut magique. J'avoue que j'avais une petite appréhension, surtout en voyant que, le jour-même de l'événement, il restait encore des places à vendre (surtout quand on compare ça aux grands moments de tensions que constituaient les achats de places sur le site de la Cinémathèque Française les années précédentes) mais au final, le public a répondu présent et l'ambiance était excellente.

Déjà, j'ai été content de constater pendant la journée du 12 et par la suite sur le forum que, pour la première fois, les victuailles que j'ai amenées pour le traditionnel buffet pré-N.E. ont à leur façon marqué les esprits. En effet, les espèces de fruits confits bizarres achetés au supermarché chinois ont laissé les réservistes circonspects, la plupart du temps incapables de deviner quel fruit ils étaient en train d'ingurgiter. Une idée pour un futur quizz? D'ailleurs, la fête de la Lune, au cours de laquelle les chinois mangent traditionnellement ce type de fruits, eh ben c'est ce week end, figurez-vous. Une petite pensée pour eux... Au passage, séquence culture : http://www.chine-informations.com/guide/fete-de-la-lune_5.html.

Cela dit, le reste du buffet était au niveau avec tout un tas de trucs allemands qui donnent vachement envie de manger autre chose (la dégustation de jus de choucroute par un forumeur que je ne nommerais pas restera un temps fort de la journée...) mais également de bons produits du terroir bien de chez nous. Même la pluie n'a pas réussi à gâcher la journée et ce fut un plaisir de discuter un peu avec tout le monde, malheureusement sans toujours pouvoir mettre un visage sur un pseudo...

Ce fut ensuite la migration en métro vers Le Grand Rex. Une salle bien remplie, bien motivée dans une ambiance de folie furieuse savamment entretenue par nos deux animateurs vedettes et par un JFR aussi à l'aise dans le lancer de cravate que dans le dialogue avec un mannequin en mousse, tout aussi classe en costume cravate que sapé à la mode Floridienne. On sent que le monsieur se fait plaisir et qu'il sait comme personne mêler humour et érudition, notamment dans sa présentation des Nouveaux Barbares, rappelant que le nanar n'est pas l'apanage des tâcherons du 7e art mais que bon...

Comme d'habitude, très bon choix de cuts et de bandes-annonces (enfin de bandes-zannonces comme dit Jean-François). C'était cool de revoir les meilleures B.A. des années précédentes, de découvrir ENFIN celle de Métempsychose, de revoir la mirifique B.A. du Jumeau (car "Le jumeau est un film supaire, un film de Yves et de Robert, le jumeau est un film super bien, t'as deux Pierre Richard pour le prix d'un !") ainsi que la B.A. la plus longue du monde, qui tranche nettement avec celle du film de Russ Meyer... Très bonne idée aussi de proposer les cuts emblématiques du site, rien de tel pour fédérer une salle en début de séance, entre les "Philiiiiiippe", le dialogue abscons d'Eaux Sauvages, le plan machiavélique qu'on ne comprend pas même avec un powerpoint, le monologue "Elles mémééééééé"... Que du bonheur !

Concernant la programmation en elle-même, pour moi c'est vraiment du sans faute. Ca commence avec un Mad Foxes qui parvient à élever le remplissage au rang de running gag dont on ne se lasse pas, ce qui est vraiment très fort. Un film qui vous rappelle qu'un nanar, c'est avant tout un vrai miracle qui, comme un chef d'oeuvre, vous surprend constamment, même quand vous pensez avoir tout vu. Car Mad Foxes c'est un film qui redéfinit totalement le statut de héros cinématographique.

En effet, on connaissait le héros sans peur et sans reproche, le héros taciturne, l'anti-héros, le sociopathe, voire le sale con... Hal, c'est un peu tout ça à la fois, et plus encore : un gars qui saoule des jeunes filles à peine majeures tout en les draguant bien lourdement, qui fait échec et mat en un seul coup aux échecs, qui se tape sa nouvelle copine dans une baignoire où il est visiblement resté très très longtemps avec un fut de bière à proximité, qui tire sur des avions de ligne à la carabine pour déconner et surtout, qui laisse tout le monde faire le sale boulot à sa place et payer les conséquences de ses actes.

Mais ses antagonistes ne sont pas en reste. Outre ce curieux personnage qui met la misère en un seul film à toute la filmo de Romain Duris et Louis Garrel en terme de plans zboubs, il faut reconnaître qu'on aura rarement vu des nazis aussi pittoresques que dans Mad Foxes, avec leur repère limite indiqué dans le guide du routard, avec leurs brassards dont la croix gammée disparait à la lumière du jour, leur violence sans limite et un sens de la tragique coïncidence qui ne relève même plus du Deus ex-machina tant le film semble prendre plaisir à envoyer bouler toute tentative de cohérence scénaristique.

Et c'est cette redondance des "on passait par là, on a vu de la lumière" liée au remplissage du type "dîner en temps réel" qui fait tout le sel de l'oeuvre. Dans un film au tempo plus resserré, ces coïncidences auraient pu passer mais là, voir notre héros galoper en tenue de chasse à courre, se taper sa copine (à travers son jean) puis aller discuter avec papa-maman avant qu'enfin, on reprenne le fil de l'histoire avec l'irruption totalement incohérente des bikers suivie d'un délire gore bien gratuit comme il faut, ça devient juste surréaliste. ET puis cette fin, CETTE FIN ! ! ! J'avais beaucoup aimé le triple combo "roulage de pelle - clin d'oeil complice au spectateur - A SUIVRE" de Special Force l'an dernier mais là, ça confinait au chef d'oeuvre de grand n'importe quoi qui a laissé la salle dans un état d'incompréhension dont j'ai eu personnellement du mal à me remettre (tiens, aussi comme pour l'apparition de Bruce Le dans Le sadique à la tronçonneuse...).

Après une entrée en matière aussi dingue, je craignais que la suite ne soit pas vraiment au niveau. Mais si Mad Foxes restera comme LA découverte de la nuit, les autres films ont su chacun à sa façon, contribuer à la folle ambiance de la soirée. A commencer par Les Nouveaux Barbares, autant révélateur de la vitalité du cinéma italien de cette époque que de son lent et inexorable déclin. Ainsi, à la vraie maîtrise formelle de Castellari sur son oeuvre, dynamique et à la photo et au montage solides, viennent se greffer des extravagances pas toujours bienvenues, témoignant qu'à force de vouloir combler les failles scénaristiques et budgétaires d'un film par des trouvailles et des excentricités visuelles, on peut finir par porter préjudice au rendu final.

Que ça soit avec la voiture au tableau de bord tellement perfectionné qu'il y a à la fois un bouton pour ouvrir la porte et un autre pour l'éjecter au cas où des méchants colleraient une mine dessus, ou avec un Fred Williamson qui prend un tel plaisir d'esthète à choisir avec amour et doigté la tête de flèche adéquate pour sauver son pote de son calvaire qu'on se demande s'il ne souhaite pas le laisser crever, ou encore des gadgets juste débiles comme cet "hommage" au final de Pour une poignée de dollars avec gilet pare-balles en kevlar transparent, on sent le projet qui, dix ans plus tôt, aurait pu donner une bonne petite série B mais qui là, avec un budget de misère et un décor se limitant à une carrière, une étendue d'eau et une tente transparente, ne parvient pas à instaurer un climat véritablement propice à tous ces délires d'artisans.

De la même façon, si certains scénaristes et/ou réalisateurs transalpins parvenaient à leur apogée à caser des messages cachés anticonformistes dans leurs oeuvres, ici, il est assez difficile de comprendre le pourquoi de sous-entendus homo-érotiques dans un premier temps relativement sobres puis qui deviennent par la suite relativement explicites. Alors, volonté de contourner le diktat de la censure en ne montrant rien tout en suggérant tout par le montage couplé à une symbolique peu subtile? Ou encore une fois impossibilité à fondre tout ça dans un univers visuellement riche et obligation d'y aller franco, au risque de saborder en mode rien à branler tout le projet? Toujours est-il qu'on constate ici que le plus grand savoir-faire ne peut pas faire de miracle et qu'à trop tirer sur la corde de l'économie à tout prix, on obtient des films bâtards, divertissant à la fois volontairement et involontairement...

De toute la programmation, Troll 2 était sans doute le film que j'appréhendais le plus. Un peu comme tout le monde ici, j'avais peur qu'il ne soit pas à la hauteur de sa réputation ou que le rire des spectateurs soit un peu forcé voire bêtement moqueur. Si c'est sans doute le film qui m'a le moins enthousiasmé, il faut quand même reconnaître qu'il s'agit d'un bon petit nanar, certes pas à la hauteur de son statut de "best worst movie" mais qui recèle de jolies pépites de nawak, que ça soit par le jeu monolithico-halluciné de la maman ou celui de la sorcière, plus axé "une expression faciale par syllabe" (sérieux, il faudrait vérifier si elle fait toujours la même mimique chaque fois qu'elle prononce telle syllabe). En tout cas, la seule scène que ces deux comédiennes partagent représentent les deux extrêmes du jeu d'acteur à elle toute seule et ça, c'est beau.

Mais ce film contient également :
- la dégustation de sandwich au salami la plus héroïque de toute l'histoire du cinéma
- la réplique la plus malvenue quand on essaye de passer pour des gentils "on voulait juste lui faire goûter notre crème"
- la solution la plus débile pour ruiner un repas quand on a que trente secondes en mode arrêt-image de type VHS (oui, quand l'image bouge quand même...). Ca, même Jack Bauer n'aurait pas osé...
- Le goblin atteint de conjonctivite le plus charismatique du Monde

Et surtout, on sent que ce film, dans d'autres mains, aurait pu avoir un double sens de lecture intéressant : dans une version, il sauve sa famille des Goblins et dans l'autre, il fout le feu à une maison et tue la moitié du village de "Goblin-à-l'envers" (j'y ai pensé quand son grand-père imaginaire lui tend le cocktail molotov, un peu à la manière de ce DA : https://www.youtube.com/watch?v=QyXJfUPSQhM)

Enfin, Miami Connection était un choix idéal pour clore la soirée, en grand partie grâce à cette excellente idée de karaoké lors des passages chantés. Déjà parce que ça a bien réveillé la salle mais aussi parce que, comme le disait Kevo, les chansons sont suffisamment répétitives pour qu'on finisse, après quelques strophes laborieuses, à brailler tous en choeur "AGAINST THE NINJA" et "TAE KWON, TAE KWON, TAE KWON DO ! ! ! ! !"

Pour le film en lui-même, on sent le projet sincère et, même si notre héros ne se prive pas de faire montre toutes les deux minutes de ses talents d'artiste martial, c'est tout de même moins mégalo qu'un film à message de Steven "Aimez-vous les uns les autres mais pétez les bras des autres autres" Seagal ou Neil "Ne vous en faites pas, je m'occupe de tout" Breen. On voit que les comédiens s'amusent bien, on sent la naissance d'un auteur fétichiste de l'ouverture de courrier, le final en mode Berserk suivi d'un message de paix tombe bien à propos comme il faut et sans qu'on ait vu la nuit passer, on se retrouve à la rue, un café dans une main, trois croissants dans l'autre et un joli programme de la soirée entre les dents.

Y a eu du monde jusqu'au bout, JFR a explosé son budget cravate, un de mes cuts a eu son petit succès (Mission commando et le discours sur la dépression post traumatique), bref, la nuit fut belle et la Team a vraiment assuré. Vivement la prochaine !

_________________
"Les amoureux de la pellicule" cherche son producteur: http://www.youtube.com/watch?v=tbJk1ySa_xA

"Godfrey Ho a beau avoir trouvé des Kickboxeurs américains, le duel entre la mariée et la robe restera LA baston du film." Plissken


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Nuit Excentrique 2015 - Résumés !
MessagePublié: 01 Oct 2015 19:22 
Hors-ligne
Plante vivace ornementale
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 11 Jan 2004 0:17
Messages: 7805
Localisation: Ici...là, juste à droite
au fait, qui a reçu des DVD que j'ai lancé dans le public du coup ? :-D :puma:

_________________
Citer:
Nanaralnd et une bon site (je connaisais pas) mais il abuse defois, mettre the punisher ou armaggedon il peuvent aller ce pendre.

Forumeur anonyme, quand tu nous tiens....


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Nuit Excentrique 2015 - Résumés !
MessagePublié: 03 Oct 2015 9:24 
Hors-ligne
Nanardeur fou ?
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 21 Déc 2007 15:33
Messages: 2173
Localisation: au Bayou du Diable
Tu as tapé dans l'oeil de Painkiller ce soir là!

_________________
Image

ImagePSN Gamercards


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Nuit Excentrique 2015 - Résumés !
MessagePublié: 29 Oct 2015 18:02 
C'été drole de voir nanarland mal à l'aise.

Merci pour le rire! lol/ :worship:


Haut
  
 
 Sujet du message: Re: La Nuit Excentrique 2015 - Résumés !
MessagePublié: 30 Oct 2015 17:48 
Hors-ligne
Nanardeur fou ?
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 21 Déc 2007 15:33
Messages: 2173
Localisation: au Bayou du Diable
C'est aussi pour ce genre de message que le forum a été déserté.

_________________
Image

ImagePSN Gamercards


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 27 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr