Forum Nanarland.com

Le forum des mauvais films sympathiques
Nous sommes actuellement le 21 Jan 2017 11:36

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 20 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Petit debriefing de la Nuit Nanarland, première du nom
MessagePublié: 04 Sep 2016 10:01 
Hors-ligne
Apprenti Nanardeur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 06 Jan 2006 12:01
Messages: 59
Localisation: Près de la cinémathèque
Bonjour à tous,

Tout d'abord, je suis bien content que cette formidable soirée ait rencontré un succès public on ne peut plus mérité : la file d'attente à l'extérieur du Grand Rex était assez impressionnante...

Ensuite, avant que j'oublie, je voudrais remercier chaleureusement l'équipe de Nanarland pour le travail remarquable effectué (comme chaque année, des cuts délirants, des animateurs de grande classe et un immense travail dont on voit le résultat) et également JFR alias Dieu vivant (presque à égalité avec la statue du Temple). L'épisode de la web série commanditée par Arte, diffusé en avant-première, restera dans ma mémoire et faisait parfaitement la transition avec Samourai Cop.

Pourtant deux petits bémols :
- le son des films était un peu faible à mon goût (j'étais au 1er balcon et dès qu'il y avait un peu de bruit, je n'entendais plus rien) ;
- ceux qui étaient en hauteur étaient "hors jeu".

Enfin, de gros moments :
- la présence de l'actrice principale de Devil's Story (c'était quand même bien émouvant) ;
- l'épisode 1 du nanaroscope (bravo encore et j'espère que le succès suivra, puisque l'on est sevrés de nanars depuis la fin de l'escale à Nanarland) ;
- les combats wtf de karaté contre Mafia et le masque rouge qui s'en prend plein la tête tout le film) ;
- Samourai Cop, son lion hideux (le type chargé des décors a un goût assez discutable) et ses répliques bien machos ;
- Commissaire X et son cousin Germain ;
- le dernier dragon et son humour ultra-ridicule ;
- des cuts magnifiques avec le Robocop du pauvre, des requins à plusieurs têtes, des combats délirants et des combats mollassons :
- la BA de Spermula :wall:
- la BA de Portés disparus 3 et des coups de pied dans le cul qui changent la face de la plus fameuse réplique de Chuck Norris.

Sinon, les choses ne changent guère car depuis la NE2, Amanda est toujours une salope...

_________________
"Carnaval, toi-même !" (copyright Capitaine Droit Devant - Comtesse Haschisch).
Nounours, un jour ; nounours, toujours... (ça, c'est de moi).


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Petit debriefing de la Nuit Nanarland, première du nom
MessagePublié: 04 Sep 2016 13:22 
Hors-ligne
Grand Nanardeur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Août 2011 12:14
Messages: 839
Localisation: Un cachot humide
Je ne vais pas répéter tout ce qu'a dit mon voisin du dessus, ce serait répété... et puis aussi, je viens d'arriver chez moi et je voudrais bien m'enquiller 16 heures de sommeil (pas trop dérangé par le son... parfois, je n'entendais pas [même étant RDC] avec des cris comme "FORCE ROUGE ! FORCE ROUGE!" ou "PERRUQUE !", mais disons que ça fait partie du jeu et du charme)

Chapeau pour la présence du réalisateur espagnol Ramon Saldias, qui a l'air totalement conscient du truc qu'il a pondu (là, tu me vois pas, je suis caché derrière ma main !) et qui prend notre sauvagerie bien à la rigolade. Juste sa prestation vaut une biographie du monsieur sur le site.
Ah, et aussi, une petite pensée pour tous les gens qui, comme moi, ont pris allemand en LV2 (ou une autre langue qui n'est pas l'espagnol) et qui ont dû tirer une tronche comme la mienne quand l'interprète disait : "Ouais bon là, vous avez compris ce qu'il a dit !"
J'ai failli chialer en voyant le ciré jaune arriver sur scène.

Et surtout... superbe idée que ce stand de vente de DVD, de VHS et d'affiches. J'ai pas fait beaucoup de Nuit Excentrique (BOUUUUUUUUUUUH !) et c'est la première fois que je vois ça. Je ne sais pas d'où vient cette initiative, mais j'ai regretté de ne pas être parti avec 150 sacs en poche pour tout prendre (je me suis rabattu sur les DVD en espérant revoir les affiches l'an prochain... et tant pis pour la soif qui m'a tiraillé toute la nuit !)

Bref, cette année, la barre a été mise très TRÈS haut. comme chaque année, je vais dire "eh bah les mecs, ça va être dur de faire mieux l'an prochain"... mais je sais qu'encore une fois, le 27 septembre 2017, je me dirai : "punaise, ils ont fait encore mieux"

_________________
ImageImage


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Petit debriefing de la Nuit Nanarland, première du nom
MessagePublié: 04 Sep 2016 17:28 
Hors-ligne
Maîtres es Nanar
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Déc 2011 20:36
Messages: 1064
Localisation: Quelque part entre les bornes et les limites
Oh putain oh putain oh putain ! Attends Plissken, t'as pas dit ce que je crois que tu viens de dire ? Dis-moi pas que c'est pas vrai qu'il y avait des stands entiers de DVD, de VHS et d'affiches à l'entrée et que je suis parti du Grand Rex sans même les avoir vu ??? AAaaaAAAaarrgh !!! :decap:

Bon sinon, excellentissime édition, dommage que mes horaires de train m'aient empêché de voir la fin du dernier film et de rencontrer les autres nanardeurs.
Cette année, un grand thème : les arts martiaux (de préférence mous) avec d'abord cette sublime tentative de chinoiserie ibérique touchante de maladresse (à ex-aequo avec "Mon curé chez les Thaïlandaise" dans le registre "J'ai une plaque minéralogique immatriculée HK alors je fais des gros zooms dessus dès qu'un perso prend sa bagnole, et j'ai un figurant aux yeux bridés alors je lui met un chapeau chinois sur la tête et je le montre dans toutes les scènes"), son héros à coupe au bol (la coupe des "Chinetoques", c'est bien connu !) le plus poseur du monde, son amoureuse complètement cruche, sa maitresse quasi-septuagénaire, son ROUGE ! bien entendu, ses filatures discrètes, sa légendaire tactique de ruse ancestrale du meuble à pousser, ses bastons chorégraphiées et filmées en dépit du bon sens, son remplissage désopilant avec sa musique géniale qui tente désespérément de dynamiser toute la non-action hypnotique, mais surtout pour ma part mon gros coup de cœur pour le Gland Maitle, celui-là même à qui les spectateurs hurlaient "TA GUEULE !" avec désespoir mais dont j'espérais secrètement qu'il continuerait encore davantage ses monologues sur le Chemin de la Sagesse en tremblotant des mains, en montrant les incisives et en plissant des yeux par intermittence. Mon film coup de cœur de la soirée perso. :worship: :worship: :worship:

Et après les samurai à la manque qu'on ne présente plus, cette drôle de pellicule teutonne qui commence comme un p'tit eurospy classique et un peu plan-plan (après il est vrai une intro bien abrupte) pour partir dans un délire nawak à partir de l'apparition de Germain et finir assez vite par se perdre dans les limbes d'une intrigue totalement incompréhensible (mais avec un âne, du motocross, du toboggan et des bourre-pifs entre culturistes). Faut dire qu'il fallait quand même être friand du genre et s'accrocher pour en arriver là, ce qui explique peut-être un peu que la salle se soit vidée de moitié pendant la projo (en même temps, il était quatre heures du mat').

Et enfin, les 80's dans toute leur splendeur avec les aventures de ce nigaud de Harlem tellement insipide qu'il en devient follement sympathique mais pas autant que le Shogun :worship: .

Autre grand thème : le machisme de beauf sidéral de nombreuses bandes-annonces, absolument grandioses et parfaitement raccord avec l'esprit du deuxième long-métrage.

Si je devais choisir le plus beau moment de la soirée (juste après la touchante apparition de Véronique Renaud bien sûr) ? La jeune fille violée par la tarentule géante amorphe. Un instant de poésie pur.

_________________
On ne peut tuer celui qui ne veut pas mourir...

Aux frontières du sexe et de la démence Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Petit debriefing de la Nuit Nanarland, première du nom
MessagePublié: 04 Sep 2016 18:11 
Hors-ligne
Nanardeur en progrès
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 22 Avr 2005 2:55
Messages: 473
Localisation: Across the 110th Street
Bravo à toute l'équipe de Nanarland et à tous les orgas pour cette délicieuse Nuit Excen... Nanarland qui m'aura permis de voir - enfin - après plus de 10 ans d'attente fébrile - ce chef d’œuvre qu'est Samurai Cop :worship:

Tout comme l'année dernière, c'est parti très très fort avec Karaté contre Mafia qui permet de constater que la France n'a pas le monopole de Chinois = Asiatique, Karaté = Asiatique donc Karaté = Chinois. Mention évidemment spéciale aux 2 sbires à cagoules bleue et ROUGE de Le Parrain dont l'abnégation dans la sbiritude malgré les constantes déculottés infligées par le gentil (look-alike du jeune Michel Sardou je trouve) devrait être un modèle pour nous tous. Séance d'autant plus magique qu'elle fut complétée par la présence de Ramón Saldías qui a pu rapidement évoquer ses souvenirs sur le film (et si j'ai bien compris, chapeau pour la trad' approximative car son accent espagnol avait l'air particulier). En tout cas, j'ai rarement vu de telles standing ovation. Respect.

A titre personnel, petit coup de mou durant Commissaire X : Halte au LSD, la faute à la fatigue et à un début de film assez classique. Heureusement pour nous autres qui avons été ostréiculteur au Tadjikistan, Germain sauve à lui seul le dernier acte du film par seule présence.

Du coup, le coup de fatigue s'est malheureusement poursuivi sur le Dernier Dragon, ce qui a nuit au bon visionnage du film. J'ai néanmoins eut - entre 2 torpeurs - des envies de baffer ce niais de "Bruce" Leroy et son costume (un des avatars les plus WTF - et tardif - de la Brucesploitation, il faut le signaler) et de vénérer le Shogun de Harlem qui a la classe internationale comme c'est pas permis.

Parmi tous les extraits diffusés, je garderai en mémoire ce rapide plan de la BA de Nanaroscope où l'on aperçoit une interview de JM. Pallardy himself. Là je dis chapeau et respect pour avoir réussi la quête du Graal :worship:

Bref, comme le disait si bien Ransom : BEEUUUUUUUUUUAAAAAAAAAAAAAAARRRRRRRRRRRRRRR ! et j'espère à l'année prochaine en compagnie de cette salope d'Amanda !

_________________
You Damn Right !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Petit debriefing de la Nuit Nanarland, première du nom
MessagePublié: 05 Sep 2016 12:51 
Hors-ligne
Apprenti Nanardeur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 28 Jan 2011 16:08
Messages: 62
Localisation: Chez Jacquie et Michel
WOH. C'ETAIT EXTRA ! C'était bien dur, mais ca en valait la peine.

Bref première NN et première nuit pour moi aussi, je ne suis pas déçu.
Bon déja bravo à tous : la team Nanarland, le Grand Rex, Tanzi, JFR, tout ça tout ça, il y a du travail accompli et ca se sent.

Sinon je vais essayer de faire vite :
CUTS & BA : Au niveau des BA, c'était top. De Spermula à 2 Cloches dans la Neige (avec Bouboule) en passant par la Travoltasploitation avec John's Fever et American Fever (un super film avec du super disco), La Reine du Karaté (le plus grand film de karaté réalisé à ce jour), le dyptique Caligula/Messaline ou Mondo Cannibale (Eurociné non?) et sa voix off offusquée ("ils la maaaaaaangent"), c'était de la balle. Gros coeur C'ETAIT EXTRA ! pour J'irai verser du Nuoc-Nam sur tes Tripes et Breaking Point, j'en étais tout ébaubi. La BA de Strike Commando en mode karaoké était aussi un grand moment. M'enfin, n'empêche que cette Amanda reste une belle salope.
Au niveau des cuts, montage au top mais sélection un poil décevante AMHA, à part bien sur DickShark :shock: et Dumbbells :-D. Un peu trop de requins à mon avis, pas assez de Cüneyt.
NANAROSCOPE : Alors ca a l'air juste parfait. La BA est super accrocheuse (une diffusion de cette dernière prévue sur le web avant la diffusion ?), j'ai failli faire une crise cardiaque en voyant JEAN-MARIE (oui parce que j'ai décidé de l'écrire en majuscule, C'ETAIT EXTRA ! comme ça, pour le fun). Et l'épisode révélé sur Samurai Cop confirme le trailer. C'est chiadé, très bien monté, décalé mais respectueux des oeuvres, et le Matt Hannon à l'air de quelqu'un de très bien ma foi. En tout cas, il a un recul sur le film qui est plutôt sain, et ca c'est cool (ça va pas être la même avec Uwe Boll, mais j'espère me tromper).
GROS COEUR aussi pour la visite de Véronique Renaud avec son ciré, je regrette un peu d'être parti aux toilettes à ce moment là :(

Maintenant le plat de résistance :
KARATE CONTRA MAFIA : Assurément LE gros morceau de la soirée. C'ETAIT EXTRA ! Un nanar strastophérique, aux milliers de détails nanars savoureux, que ce soit :
- le Maître Kao-Ky, sorte de mélange entre le Cardinal Richelieu et un Jean Rochefort lépreux, qui dit lire les journaux 30 secondes après avoir révélé sa cécité,
- LE figurant, toujours le même, qui traverse le film de part en part de façon ultra-random, qui devient instatanément culte,
- LE ROUGE LE ROUGE LE ROUGE
- Le bleu, l'oublions pas aussi,
- Et l'autre aussi, alors lui je me souviens pas sa couleur,
- Johnny AKA le flic le plus incompétent du monde, alors que visiblement on l'appelle (en faisant le 6) quand il y a du grabuge, qui est capable de rater ses filatures à base de "c'est la faute à pas de chance" ou de "oh bah j'avais faim, je suis allé manger un hot dog",
- Les photos du suspect numéro 1 (AKA le perso principal) en mode "Eau Sauvage, Dior",
- Le perso principal qui est C'ETAIT EXTRA ! capable d'ailleurs de raconter la scène 1 dans les scènes 2,3 et 4,
- La meilleure façon de se cacher : suffit de passer la main devant le visage et HOP,
- La meilleure façon de faire diversion : demander de déplacer un meuble (enfin une table Ikea) de 2 cm, et évidemment celui qui tombe dans le panneau... c'est Johnny,
- Le décollage le plus épique de l'histoire du monde,
- Les nombreuses fights qui arrivent n'importe comment, on a beau essayer de scruter le moment où elles vont arriver, et BAM ca te cueille par surprise à chaque fois,
- Le montage à l'ouest avec ses nombreux plans semblant durer 10 secondes trop,
et encore j'ai oublié des trucs je suis sûr. Et bordel, cette standing ovation pour C'ETAIT EXTRA ! Ràmon Saldìas (euh, excusez-moi, Sah-Di-A plutôt), c'était beau. En tout cas un très gros morceau.

SAMURAI COP : Alors celui-là, je suis un peu tiraillé.
Il y a des trucs que j'adore : la VF qui déballe de la punchline à la sulfateuse, LA PERRUQUE DE MATT HANNON (!!!), le perso du chef de la police qui est un vrai cliché sur pattes, LE LION LE LION LE LION, TOUTES (je dis bien TOUTES) les réactions face caméra du sidekick black sont proprement cultes, le sidekick qui lui-même fait à peu près tout le travail (parce bon il est beau le Matt, mais bon à part draguer les demoiselles il fait pas grand chose du film), C'ETAIT EXTRA ! le jeu monolithique de Robert fucking Z'DAR, le look ultra typé 80's du film (le duo Mullet - Columbo m'a fait ma soirée)...
Mais je sais pas là il est pas super bien passé... Peut-être fût-ce le fait de passer après Karate Contra Mafia qui était tellement over-the-top ou le film qui était un peu long (ou peut-être la fatigue qui commencait déja à se faire sentir tout simplement), mais je sais pas trop, je me suis un peu emmerdé vers la fin... Ce fut sympa tout de même.

COMMISSAIRE X : Alors là, ce fut calme plat.
Sans me tromper, je devais faire partie d'une des rares personnes à rester éveillé pendant tout le film j'imagine... Est-ce que c'est une bonne idée de passer cet eurospy qui met un bon 45 mn à démarrer pile en troisième position, soit le moment où la plupart des gens capitulent ? La question est C'ETAIT EXTRA ! posée, mais je pense que oui. Ceci dit moi bah je l'aime bien ce film. C'est sûr qu'on est loin des deux premiers films en taux de nanardise mais c'est pendant sa première partie un film de Bondsploitation honnête, classieux, avec une musique souvent sympa (mention spéciale au morceau du générique, j'avais oublié le côté sous-sous-Aznavour cet cet ôde à Istanbul).
MAIS ce qui rattrape le film au niveau de C'ETAIT EXTRA ! nanardise, c'est ces 25 dernières minutes de folie pure, comme si l'esprit de GERMAIN GERMAIN GERMAIN commencait à pervertir le film de l'intérieur, avec sa dernière scène complètement frappadingue (ca aide d'avoir êté champion de billard en Argentine... même quand on est un âne), suffit à justifier la programmation du film ce soir-là. En tout cas un film que j'ai moins aimé qu'a la première vision, mais que j'aime bien tout de même !

LE DERNIER DRAGON : Wow, ce fut dur. C'est que les fauteuils du Grand Rex C'ETAIT EXTRA ! paraissent super confortables au début... après 12 heures t'en peux déja plus.
En voilà un que j'attendais. Mais après avoir tenu les trois précédents films, c'est celui-là que j'ai choisi pour, du moins, essayer de dormir. Ce qui m'a un peu fait chier.
Parce que ce film à l'air juste top ! De Taimak en C'ETAIT EXTRA ! héros ultra-virginal (on critique on critique, mais n'empêche, ca fait du bien après s'être tapé du mâle alpha toute la nuit) aux deux bad-guys (le sous-Joe Pesci doublé par Piscou et SURTOUT SURTOUT SURTOUT le FUCKING SHOGUN de HARLEM, véritable machine à punchlines), en passant par aussi le look ultra 80's du film ou encore la BO grande classe concoctée par Berry Gordy, c'est un film qui est franchement très agréable. Du moins plus pour les autres que pour moi, j'aurais du dormir comme tout le monde pendant Commissaire X aha. Après on peut se poser la question de la C'ETAIT EXTRA ! programmation du film dans cette nuit... Est-ce qu'on peut appeller vraiment ce film un nanar ? Je suis pas vraiment convaincu. Gros plaisir coupable, sorte de bonbon 80's qui tache ? Assurément.
Et puis ce fut quand même amusant de passer de la fin du film, ultra-culcul la pral, aux BA de boulards allemands ("Collection Prestige, des vedettes du genre, de belles histoires, des sentiments et du sexe") à 8h30 du mat.

CECI DIT, comme tout ne peut pas être parfait, quelques petits couacs :
- Les problèmes de C'ETAIT EXTRA ! son (que ce soit des pellicules au son parfois trop bas, désolé Spermula, ou des micros)
- La droite de la salle, où j'étais, pendant les quizz ou le lancer de DVD, franchement on n'a pas été beaucoup été sollicités, l'année prochaine je me mets à gauche :-D

SINON BREF.
Ce fut une nuit franchement à la cool, je peux déja noter la date du 23 Septembre 2017 dans mon calendrier :wink:

Et une dernière fois...
LE ROUGE LE ROUGE LE ROUGE !











C'ETAIT EXTRA !

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Petit debriefing de la Nuit Nanarland, première du nom
MessagePublié: 06 Sep 2016 2:46 
Hors-ligne
Maîtres es Nanar
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Déc 2011 20:36
Messages: 1064
Localisation: Quelque part entre les bornes et les limites
Oui, c'est bien du Eurociné "Mondo Cannibal" (chroniqué sur le site) et la BA est sans doute une des plus nanardes qu'ait pondu la firme (je me disais bien que la voix-off du héros ferait sensation lors d'une Nuit :-D ).

Sinon, j'ai aussi été un peu déçu que l'ambiance n'ait pas été aussi délirante que je m'y attendais pendant la projection de "Samuraï cop". Alors que c'est un de mes nanars préférés, il a semblé presque mainstream à la suite de "Karaté contre mafia" (ou bien était-ce juste la qualité d'image stupéfiante qui lui donnait des allures de blockbuster ?). Par contre, pas sûr que diffuser un film plus dynamique que "Commissaire X" en troisième position ait été plus indiqué car aux alentours de trois heures du matin, moment du sommeil profond, l'esprit éveillé plonge dans une torpeur qui ne permet plus de réagir aux gags involontaires. Dans la baston d'intro bordélique, il y avait des trucs qui auraient fait s'esclaffer la salle une heure plus tôt mais qui là ne rencontraient que les ronflements et l'apathie des spectateurs. Donc, à mon humble avis, mieux vaut en fait passer un truc plus tranquille à ce moment-là que passer un truc complètement frappadingue qui ne pourrait pas être bien apprécié du public. Du moins, je pense. Mais c'est vrai que c'était un petit peu long à démarrer (même si personnellement je l'ai adoré).

Malgré ces petits bémols très relatifs, félicitations à la Team car l'évènement fut à la hauteur de l'affiche. Bon ben maintenant, je vais retourner chialer d'avoir loupé les BA de pornos allemands pré-petit dej'...

_________________
On ne peut tuer celui qui ne veut pas mourir...

Aux frontières du sexe et de la démence Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Petit debriefing de la Nuit Nanarland, première du nom
MessagePublié: 06 Sep 2016 11:52 
Hors-ligne
Grand Nanardeur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Août 2011 12:14
Messages: 839
Localisation: Un cachot humide
JACK TILLMAN a écrit:
Oh putain oh putain oh putain ! Attends Plissken, t'as pas dit ce que je crois que tu viens de dire ? Dis-moi pas que c'est pas vrai qu'il y avait des stands entiers de DVD, de VHS et d'affiches à l'entrée et que je suis parti du Grand Rex sans même les avoir vu ??? AAaaaAAAaarrgh !!! :decap:


J'ai failli le rater tellement il y avait de monde dans le hall pendant les pauses. C'était plus 3 petits stands style brocante. Et il n'était là qu'après le premier et second film (et peut-être même avant le premier film, j'ai pas fait attention, mais j'ai vu pas mal de gens se placer avec des DVD en main avant que la soirée commence).
Sur les affiches qui étaient dans le hall, il y en avait certaines avec des petits post-it genre "5 euros la petite affiche, 15 euros la grande, s'adresser au stand"... c'était un bel indice !

J'avoue que sur Samurai Cop, que je n'avais jamais pris le temps de regarder et dont j'attendais beaucoup (certainement trop), je n'ai pas été aussi enjoué qu'espéré. C'est sans doute l'effet de passer après "Karaté VS Mafia", mais j'étais moins dedans. Bien sûr que c'est drôle (le lion, le plongeon dans la piscine, le sidekick ou l'infirmière chaudasse), mais vu le statut de cultissime que se traîne le bouzin, j'ai pas trouvé ça aussi ultime qu'un "Ultime Mission" ou "Eaux Sauvages". Et finalement, même si le mini-doc est excellent, je crois que le spoil de la perruque, ça a retiré un certain charme.

_________________
ImageImage


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Petit debriefing de la Nuit Nanarland, première du nom
MessagePublié: 06 Sep 2016 17:04 
Hors-ligne
Apprenti Nanardeur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 28 Jan 2011 16:08
Messages: 62
Localisation: Chez Jacquie et Michel
Ouaip le stand était déja là au tout début de la soirée, j'ai pu me prendre une affiche de Bionic Ninja dès le début de la soirée (ce fut dur de chercher entre les TRES nombreuses affiches de Mon Curé des les Nudistes) ! Y'avait pas que du nanar d'ailleurs en DVD.

Excellente initiative par ailleurs évidemment, j'ai oublié de préciser !

Et au fait, j'ai quelques BA que j'ai filmées durant la soirée (quelquepeu parasitées par mes commentaires, désolay). Je vais peut-être faire un dossier que je vais partager via Wetransfer, si plusieurs sont intéréssés... !

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Petit debriefing de la Nuit Nanarland, première du nom
MessagePublié: 07 Sep 2016 16:30 
Hors-ligne
Plante vivace ornementale
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 11 Jan 2004 0:17
Messages: 7804
Localisation: Ici...là, juste à droite
J'en profite pour vous remercier d'avoir été là et d'avoir mis l'ambiance...Promis pour les quiz l'année prochaine, on visera à droite :) :puma:

_________________
Citer:
Nanaralnd et une bon site (je connaisais pas) mais il abuse defois, mettre the punisher ou armaggedon il peuvent aller ce pendre.

Forumeur anonyme, quand tu nous tiens....


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Petit debriefing de la Nuit Nanarland, première du nom
MessagePublié: 08 Sep 2016 7:35 
Hors-ligne
Maître des fakes(ulant)
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 30 Sep 2003 12:15
Messages: 5027
Image

_________________
http://www.script-o-film.com/


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Petit debriefing de la Nuit Nanarland, première du nom
MessagePublié: 08 Sep 2016 20:09 
Hors-ligne
Plante vivace ornementale
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 11 Jan 2004 0:17
Messages: 7804
Localisation: Ici...là, juste à droite
"like" :-D

_________________
Citer:
Nanaralnd et une bon site (je connaisais pas) mais il abuse defois, mettre the punisher ou armaggedon il peuvent aller ce pendre.

Forumeur anonyme, quand tu nous tiens....


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Petit debriefing de la Nuit Nanarland, première du nom
MessagePublié: 09 Sep 2016 11:57 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 09 Jan 2006 12:54
Messages: 4296
Localisation: Aux Studios MIRACLE :"Si C'est Un Bon Film,C'est Un MIRACLE!"
Si un jour j'écris un livre pour ados, je l'appellerai "Germain, le lion rouge puceau"...

Sinon je posterai un retour un peu plus conséquent sur la Nuit dans quelques jours #teasingdeouf

_________________
"Les amoureux de la pellicule" cherche son producteur: http://www.youtube.com/watch?v=tbJk1ySa_xA

"Godfrey Ho a beau avoir trouvé des Kickboxeurs américains, le duel entre la mariée et la robe restera LA baston du film." Plissken


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Petit debriefing de la Nuit Nanarland, première du nom
MessagePublié: 13 Sep 2016 11:41 
Hors-ligne
Maîtres es Nanar
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Déc 2011 20:36
Messages: 1064
Localisation: Quelque part entre les bornes et les limites
Plissken a écrit:
J'avoue que sur Samurai Cop, que je n'avais jamais pris le temps de regarder et dont j'attendais beaucoup (certainement trop), je n'ai pas été aussi enjoué qu'espéré. C'est sans doute l'effet de passer après "Karaté VS Mafia", mais j'étais moins dedans. Bien sûr que c'est drôle (le lion, le plongeon dans la piscine, le sidekick ou l'infirmière chaudasse), mais vu le statut de cultissime que se traîne le bouzin, j'ai pas trouvé ça aussi ultime qu'un "Ultime Mission" ou "Eaux Sauvages". Et finalement, même si le mini-doc est excellent, je crois que le spoil de la perruque, ça a retiré un certain charme.

Oui, je pense que ça doit être le fait d'avoir passé "Samurai cop" avec une qualité d'image somptueuse après le plus cradingue "Karate contre mafia" (n'empêche, une photographie pisseuse sur/sous-exposée, dans un nanar ça ajoute toujours un petit plus !) qui a peut-être fait un peu retomber la sauce, car je peux t'assurer qu'il est, à mon avis du moins, aussi ultime qu'un "Ultime combat" ou un "Eaux sauvages". C'est peut-être le fait de l'avoir découvert "à chaud" dans une copie DVD VHSrip sans rien savoir du film ni qu'il était chroniqué sur Nanarland, à une époque où je commençais juste à m'initier au nanar, qui lui a fait prendre une place si particulière dans mon cœur, mais pour l'avoir revu une dizaine de fois depuis, je suis entièrement d'accord avec sa réputation de "nanar parfait" car on pourrait prendre n'importe quelle scène pour faire des Cuts Excen... euh, Nanarland. Enfin, le lion, la porte-fenêtre et les jeux olympiques ont quand même produit leur petit effet... 8)

_________________
On ne peut tuer celui qui ne veut pas mourir...

Aux frontières du sexe et de la démence Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Petit debriefing de la Nuit Nanarland, première du nom
MessagePublié: 13 Sep 2016 23:13 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 09 Jan 2006 12:54
Messages: 4296
Localisation: Aux Studios MIRACLE :"Si C'est Un Bon Film,C'est Un MIRACLE!"
Encore une bien belle nuit passée sous les étoiles du Grand Rex… On a beau vanter le cachet inimitable des petites salles d’art et d’essai, tellement plus chaleureuses et propices au débat passionnés entre cinéphiles à colliers de barbe, voir des œuvres aussi improbables sur un écran géant entouré d’un milieu de fous-furieux chauffés à blanc, ça reste un moment inoubliable dans la vie d’un cinéphage déviant.

Commençons par l’après-midi réservisme, organisé pour la seconde fois dans les jardins du palais-Royal et qui, à cause du beau temps, s’est vite transformé en une sorte de variante des chaises musicales où le moindre bruit de raclement d’un pied de chaise sur le gravier à l’autre bout du parc faisait bondir trois réservistes prêts à en découdre avec deux vieilles et trois lycéens afin de ramener fièrement un nouveau siège au groupe. Sinon ça faisait plaisir de voir un peu tout le monde, de partager quelques mets improbables (les sempiternels grattons et autres trucs qui te retournent le cerveau rien qu’à l’odeur...) et de discuter de nanars ou des Visiteurs 3 (même combat ? Le temps nous le dira... Le temps nous le dira) en bonne compagnie. Et même quand on ne l’attend pas, l’improbable surgit à travers une bio de Luis Mariano préfacée par Jack Lang dégottée dans un bar à quelques minutes de la migration finale vers la file d’attente du Rex.

Concernant la soirée, chacun l’aura noté, le thème récurrent, Rohmérien en diable, était bien évidemment LA BAGARRE. Et ça tatanne sec dès le premier film. Après un générique en mode « asiatisation du produit ». Un premier « BASTON ! ! ! ! ! » se fait entendre dans la salle. On le croyait prématuré, on avait tort. Un plan plus tard, notre héros doit vendre chèrement son baluchon contre les assauts de LE ROUGE et de LE BLEU. Avant de fuir la police sur sa moto garée là en mode GTA. D’où, première interrogation : si le plan de les méchants était de récupérer des diams, pourquoi ne pas tout simplement garder les diamants et les récupérer à l’arrivée du bateau plutôt que de s’emmerder à les planquer dans le sac d’un gars, de surcroît champion de karaté ? C’est pas comme si y avait une douane à passer ou quoi que ce soit...

Enfin bref... Par la suite, le scénar se met en mode mouvement perpétuel, notre héros allant voir un nouveau perso pour lui raconter ce qui lui est arrivé précédemment. On voit se dessiner une vague intrigue à base d’élue du cœur du héros promise à un autre qui, heureusement pour le happy end, se révélera félon, on assiste à une enquête de police menée par des flics encore plus incompétents que ceux de Brigade antisex et Frankenstein 80 réunis et on a droit à des poursuites trépidantes à grands renforts de détails qui tuent et autre Mais quoi que pour :
- Le héros qui, sur une route sinueuse, coupe à travers la forêt pour faire un barrage aux méchants mais qui stoppe trop loin, du coup l’autre caisse passe tranquille derrière lui
- Le méchant poursuivi par personne qui part en voiture dont il récupère les clefs sous un pot de fleurs
- Le décollage d’avion en mode cinéma vérité
Le tout entrecoupé de séquences ou Johnny-la-déconne met l’ambiance en mode « comment va-t-il encore faire pour foirer la mission toute simple qu’on lui donne ? ». Déjà, moi, un gars qui est pas foutu de comprendre qu’il vaut mieux retirer son chapeau avant d’enlever la courroie de ses jumelles, j’hésite même à le mettre à la circulation…

A tout cela il faut ajouter des scènes de sesque avec vêtements et avec attouchements sur zones exclusivement non érogènes, à grand renfort de répliques en mode Dirty talk validé par Christine Boutin bourrée au Champomy, une tentative de reconstitution scrupuleuse de décors HK qui se limite à trois plaques d’immatriculation, deux voitures et une surexploitation de tout ce que les îles Canaries devaient compter de population asiatique, à grand renfort de stock shots, de figurants en chapeaux chinois... Enfin, c’était vraiment cool d’avoir ce bon vieux Ramon en invité Top Prestige (malgré le fait que je partage la malédiction de l’allemand LV1). Et puis l’anecdote sur l’actrice qui joue la prostituée, c’était juste parfait pour boucler la boucle de ce projet improbable qui ne peut naître que dans l’esprit déterminé d’un artisan dont la foi en la magie du cinéma dépasse les limites de l’inconscience.

Continuons avec le second film de la soirée, classique du site et première œuvre diffusée en nuit Excentrique et Nanarland que j’avais déjà vue avant : Samuraï Cop. Si, comme on l’a déjà dit plus haut, le public était moins en délire que pour Karaté contre Mafia, la projection a quand même connu quelques grands moments, entre les plans de coupe et les gros plans du sidekick noir de service et cette mise en valeur constante du subtil mauvais goût vestimentaire et décoratif typique de cette période de transition qu’est la fin des années 80/début des années 90 : on va vers une certaine forme de minimalisme, mais les fautes de goût restantes n’en sont que plus manifestes (dans un film des années 80, LE LION aurait été noyé dans le décor clinquant et n’aurait sans doute pas autant retenu l’attention alors que là, c’est juste LA star du film). Bref, un film qui te rappelle que ce qui paraît simple avec Shane Black au scénar et McT ou Richard Donner à la réalisation ne l’est pas forcément sans un vrai sens du rythme, de la mise en scène et de la punchline qui tue. Parce que bon, Gerald Okamura en slip, quand même...

Si, dans un premier temps, j’ai été un peu déçu par Commissaire X : halte au LSD, c’est à cause de ce titre mirifique qui me laissait espérer un croisement entre Blood Freak et Reefer Madness, genre un flic à la poliziotteschi qui va combattre des jeunes drogués à coup de bonnes baffes à la Papa des années 50 avant de lui-même expérimenter ce danger public qu’est le LSD à travers des séquences hallucinogènes qui auraient fait merveille en troisième partie de soirée. Mais non. Donc, je fus déception. Et puis, finalement, le charme a opéré, d’abord grâce à ce côté kitsch qui rappelle les films OSS117 des années 60, ce côté sous-James Bond sans Sean Connery où on arrête vite de se dire que notre héros est vraiment trop fort pour se contenter de penser que les méchants sont vraiment trop cons (désolé mais le coup du rasoir électrique et de l’aquarium, tu le vois venir gros comme une maison dans une montagne...).

Et puis, il y a Germain, personnage dont la cote nanarde atteint des sommets quand on sait qu’il est joué par le réalisateur du film (au fait, bravo pour cette présentation passionnante, passionnée et érudite du film !). Parce que là, les efforts pas du tout subtils du gars pour se valoriser sont juste énormes ! Et vas-y que je sauve toujours la mise au héros, et vas-y que j’ai toujours la soluce à tous les problèmes ! Et vas-y que je lance 30 ans en avance la mode des LOLcats en me filmant toujours avec des animaux mignons/sympas pour me manger un max de like de la part du public ! Et vas-y que pour une fois que c’est pas moi qui sauve le héros à la fin, eh ben en fait c’est une réincarnation de moi en âne ! Du Neil Breen avant l’heure ! Si j’apprenais que le réal en question avait retravaillé le script pour se mettre en valeur au détriment du sidekick classique du commissaire X (d’où cette segmentation étrange de l’intrigue, qui la rend difficilement compréhensible et à la limite du 2 en 1 par moment), j’en serai pas surpris.

Alors, si, effectivement, le film n’a pas remporté l’adhésion de tous, il avait pour moi sa place dans la soirée ne serait-ce que pour son extraordinaire séquence finale, une course poursuite délirante dans des décors naturels grandioses où motos (allez, on réessaye !) et jeeps s’affrontent, quand c’est pas le commissaire et les nervis des bad guys qui s’amusent à faire du toboggan sur les dunes, en mode YOLO ! C’est un peu le pendant Z de Mad Max Fury Road ou de la séquence de poursuite finale du film Le Bon, La Brute, Le Cinglé. Alors bon, j’irais pas défendre la place du film sur le site mais pour ma part, j’ai pensé que le délire final justifiait pleinement la diffusion du film à la N.N. En tout cas, je remercie les responsables de la prog de m’avoir fait découvrir ce film, dont je n’aurais peut-être jamais entendu parler sans ça. Et, histoire de finir sur une comparaison, le film m’a bien plus enthousiasmé que le Ilsa d’il y a 3 ou 4 ans.

Et la soirée s’est finie en beauté avec ce monument de délire ultrajouissif, ce modèle de feel-good movie semi-volontaire que fut Le Dernier Dragon, film dont je n’attendais en fait pas grand’chose, craignant que l’effet VF au fraises ne tienne pas sur la durée, surtout en fin de nuit. Mais ce fut juste extraordinaire. Parce qu’on ne parle pas que d’un film où on reconnaît la voix d’oncle Picsou, de Grosminet ou même (du moins le crois-je) de Sam le Pirate. Ce film c’est un pur produit des années 80 dans ce qu’elles avaient de plus démesuré, du Karaté Kid dont on aurait tellement exploité les dernières ressources qu’il ne restait d’exploitable que les pires aspects, sans se soucier de cohérence en mode « ça a marché pour les autres, je vois pas pourquoi ça marcherait pas pour nous ».

Ainsi, notre héros noble au cœur pur est juste d’une candeur à la limite de la débilité profonde, du genre à se constituer prisonnier quand il traverse en dehors des clous, qui n’a besoin de personne pour le vanner, vu qu’il s’en charge tout seul (« j’ai pas encore de poil au pinceau ») et qui reçoit des leçons de vie et d’éducation sexuelle par son petit frère de 8 ans. Ajoutez à ça qu’il se trimballe une fois sur deux avec un chapeau chinois qu’on croirait volé sur le tournage de Karaté contre Mafia et que sa love story se joue sur une succession de « oh ben ça ça tombe bien alors » et on tient le pendant parfait de ce monument de méchantitude nanarde qu’est Sauvage, charismatique, grimaçant, exhubérant, fort en gueule et aux goûts vestimentaires qui piquent les yeux. Bref, leur affrontement est la plus délirante représentation de l’antagonisme gentil/méchant selon les préceptes hitchcockiens.

Mais revenons sur le doublage. S’il n’est pas le seul élément nanar de l’œuvre, il n’en reste pas moins absolument fabuleux tant on sent que les comédiens de doublage, en bons professionnels, ont vu dans ce film barré le moyen de bien se marrer en en rajoutant parfois dans le graveleux (« arrête de chier dans la colle »), dans la blague potache à la con (« trouve-toi un tournevis... ... ... et prends la porte ! ») voire dans la bonne grosse punchline débile (je crois me souvenir d’un truc genre « Hasta la vistule théodule ! » par un des trois « disciples » de Fu Moa Pai). Ici, comme rarement dans l’univers du nanar, c’est la vraie maîtrise initiale du doublage qui apporte une plus-value nawak.

Ainsi, si chaque film avait son originalité tout en creusant le même sillon dit de « LA BAGARRE !!! », le reste de la nuit réserva son lot de trouvailles et de surprises énormes. Outre l’apparition de Ramon déjà citée, il faut aussi relever la belle surprise de voir débouler Véronique Renaud vêtue de son inimitable ciré jaune, visiblement émue lors de son entretien avec un Jean-François Rauger comme à son habitude irradiant l’assemblée d’un charisme bestial heureusement compensé par des choix de cravate soulignant avec une classe sachant se faire discrète certains des grands thèmes de la soirée (« USA, USA !!!!! »)

Encore une fois, les choix d’extraits étaient très bons (et je ne dis pas ça parce que certains venaient de ma réserve perso) et j’ai bien apprécié la maestria avec laquelle fut mise en avant la mode cent fois maudite du film de requins à travers ce montage endiablé de Shark Attacks en mode Hydre de Lerne. Par contre, je crois que je resterai traumatisé par la scène arachnophile de Dick Shark. Heureusement qu’on avait droit à du Cuneyt Arkin et à des bastons à base de tigre en peluche (qui rappelle quand même vachement une scène de Cinéman) pour compenser.

Sinon, on pouvait noter un certain renouveau dans les bandes zannonces chères à JFR avec cette mise en valeur des Films Jacques Leitienne, cette découverte du désormais mythique Bouboule, un comique comme on n’en fait plus depuis l’arrivée de la campagne Manger-bouger.fr et surtout, surtout, surtout, cette artiste martiale HK dont on peut dire sans risquer de tomber dans le graveleux qu’il n’y a que le métro qui ne lui est pas passé dessus. D’ailleurs, si quelqu’un peut me rappeler son nom...

Enfin, pas grand’chose à dire au niveau des points faibles, à part quelques problèmes de micro sans gravité et une ou deux réflexions déplacées de certains énergumènes du public (dont une contre Jean-François Rauger, ça franchement ça se fait pas, sérieux...). Mais bon, c’est la rançon du succès, j’imagine. Et oui, la prochaine fois, merci de ne pas oublier la droite de la salle lors de la salve de DVD. Nous aussi on a le droit d’expliquer à nos petits enfants qu’on a perdu un oeil en se prenant un DVD des Gaous dans la gueule ! Au passage, j’oubliais, bravo à Fric et Froc pour l’animation des jeux et aussi pour la qualité des jeux en eux-mêmes, c’est toujours du top niveau !

Bref, vivement la prochaine !

_________________
"Les amoureux de la pellicule" cherche son producteur: http://www.youtube.com/watch?v=tbJk1ySa_xA

"Godfrey Ho a beau avoir trouvé des Kickboxeurs américains, le duel entre la mariée et la robe restera LA baston du film." Plissken


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Petit debriefing de la Nuit Nanarland, première du nom
MessagePublié: 15 Sep 2016 10:23 
Hors-ligne
Maîtres es Nanar
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Déc 2011 20:36
Messages: 1064
Localisation: Quelque part entre les bornes et les limites
deathtripper21 a écrit:
Alors bon, j’irais pas défendre la place du film sur le site mais pour ma part, j’ai pensé que le délire final justifiait pleinement la diffusion du film à la N.N.

Oh ben sans aller jusqu'à lui mettre 5/5, je crois que sa présence ne serait pas usurpée sur le site, histoire d'étoffer un peu la catégorie "Espionnage" et de mettre à l'honneur tous les âne turcs ayant été champions de pétanque aux Philippines dans leur jeunesse. Beaucoup de films chroniqués ne partent pas aussi loin dans le délire. D'ailleurs selon la tradition ancestrale de l'Ordre nanarlandais, toute œuvre diffusée en Nuit doit se voir honorer d'une chro en bonne et due forme.

Vivement la prochaine bis !

_________________
On ne peut tuer celui qui ne veut pas mourir...

Aux frontières du sexe et de la démence Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Petit debriefing de la Nuit Nanarland, première du nom
MessagePublié: 16 Sep 2016 10:17 
Hors-ligne
Nanardeur en progrès
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 15 Jan 2004 14:49
Messages: 367
Localisation: au delà des étoiles hostiles...
Merci pour vos reviews! C'est quand même mieux que des commentaires sur facebook qui se perdent ensuite dans la masse ;-)

_________________
Je suis Dark Vador. Un extra-terrestre venu de la planète Vulcain.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Petit debriefing de la Nuit Nanarland, première du nom
MessagePublié: 19 Sep 2016 18:55 
Hors-ligne
Nanardeur en progrès
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 22 Avr 2005 2:55
Messages: 473
Localisation: Across the 110th Street
deathtripper21 a écrit:
cette artiste martiale HK dont on peut dire sans risquer de tomber dans le graveleux qu’il n’y a que le métro qui ne lui est pas passé dessus. D’ailleurs, si quelqu’un peut me rappeler son nom...


Au (demi) pif, je dirais Chin-Ju Hsieh, le film étant La Reine du Karaté (Queen of Fist aux USA) si ma mémoire est correcte (en tout cas, la fiche IMDB du film indique la présence de Wang Yu, que j'avais repéré durant la BA et les extraits trouvés sur Youtube semble concorder - même si je n'ai point vue de traces de pneux :D )

_________________
You Damn Right !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Petit debriefing de la Nuit Nanarland, première du nom
MessagePublié: 23 Sep 2016 11:49 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 09 Jan 2006 12:54
Messages: 4296
Localisation: Aux Studios MIRACLE :"Si C'est Un Bon Film,C'est Un MIRACLE!"
Merci pour l'info !

Sinon, petite question concernant le mirifique Commissaire X (sérieux, faut que je mette la main sur les autres films de la saga). Je viens de tilter sur le nom du perso joué par le réalisateur. Dans la version originale, il se nomme Almann, qui se rapproche quand même pas mal de Allemagne, soit le pays d'origine du film. C'est éloigné de Deutschland mais j'imagine que nombre de ses compatriotes savent que c'est ainsi que l'on nomme leur contrée par chez nous.

Du coup, je m'interroge : le réalisateur/scénariste/acteur/voix off animalière a-t-il fait exprès de se nommer ainsi (s'il avait été de chez nous, son perso se serait appelé Lefranc) pour ajouter quelques points de Troklass attitude à un perso qui n'en manque pas ou s'agit-il d'une coïncidence que la version française pointe du doigt en le renommant Germain (aka Germania/Germanie/Germany)?

Sinon ça peut peut-être aussi se comprendre älle mann (je suis une ouiche en allemand) soit Tout homme ou, j'imagine, l'homme ordinaire au sens "je suis proche de toi, public mon ami !".

_________________
"Les amoureux de la pellicule" cherche son producteur: http://www.youtube.com/watch?v=tbJk1ySa_xA

"Godfrey Ho a beau avoir trouvé des Kickboxeurs américains, le duel entre la mariée et la robe restera LA baston du film." Plissken


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Petit debriefing de la Nuit Nanarland, première du nom
MessagePublié: 15 Oct 2016 14:00 
Hors-ligne
Nanar un jour, nanar toujours
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 05 Déc 2006 12:36
Messages: 2608
Localisation: chez Dupont Vidéo, avec Adeline et ses copines
purée ça avait l'air bien... :|

j'en ai fait aucune au grand Rex en plus, j'espère que je serai libre pour la prochaine...

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Petit debriefing de la Nuit Nanarland, première du nom
MessagePublié: 22 Oct 2016 19:20 
Hors-ligne
Nanardeur fou ?
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 21 Déc 2007 15:33
Messages: 2189
Localisation: au Bayou du Diable
benoît a écrit:
purée ça avait l'air bien... :|

j'en ai fait aucune au grand Rex en plus, j'espère que je serai libre pour la prochaine...


Sans compter qu'on sera ravi de te voir !

_________________
Image

ImagePSN Gamercards


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 20 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr