Forum Nanarland.com

Le forum des mauvais films sympathiques
Nous sommes actuellement le 10 Déc 2019 12:46

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 19 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Alerte dans le cosmos - Georges McCowan - 1979
MessagePublié: 03 Déc 2007 16:27 
Hors-ligne
Nanardeur fou ?
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 09 Déc 2004 13:12
Messages: 2364
Localisation: Perdu dans les beaux yeux de Phoebe Dollar
Alerte dans le cosmos

Titre alternatif: Cosmos 2050
Titre original: The Shape of Things to Come
Catégorie: Space Opéra
Genre: La guerre des (tiers-)mondes
Durée: 1h34
Pays: Canada
Année: 1979
Réalisateur: Georges McCowan
Avec: Jack Palance, Barry Morse, Carol Lynley, Nicholas Campbell, Anne-Marie Martin, Mark Parr... .

La galaxie est peut-être immense, on doute qu'elle puisse réussir à contenir tout les space opéras du pauvre qui ont germé à la suite de Star Wars. D'horizons divers, ces sous produits ont peu à peu saturé le marché pour ensuite sombrer dans les trous noirs de l'oubli. "Alerte dans le cosmos" fait évidemment partie de ces films de SF qui, à vouloir trop briller au firmament, se sont retrouvés en orbite dans une galaxie de médiocrité.

ImageImage
Toute ressemblance avec une saga spatiale existante ou ayant existé, bla-bla-bla… .

Comme parfois, le film tente de s'accorder un peu de légitimité en se voulant l'adaptation d'une œuvre célèbre. Après Jules Verne pour "Mystérieuse Planète", c'est au tour d'un livre d'HG Wells, "La vie future", d'être sacrifié sur l'autel du cinéma de bazard. Tout du moins, c'est ce que prétend l'affiche. Car la réécriture aidant, l'histoire choisie a été manifestement vidée de son contenu pour nous livrer un scénario dans le fond assez commun. Il nous raconte les périples d'un groupe de colons lunaires après que ces derniers aient quitté la Terre, suite à une énième guerre contre les robots. Vivants à présent dans la capitale de New Washington, nos citoyens sont un jour menacés par les actes terroristes d'Omouss, souverain de la planète Delta 3 qui, pour pas changer, a décidé de devenir l'empereur de la galaxie. Afin de mettre son plan à exécution, il espère bien faire plier le gouvernement lunaire en le menaçant d'arrêter l'approvisionnement de leur planète en Radic-Q2, médicament qui permet aux sélénites de survivre aux radiations. Ni une, ni deux, un groupe de héros se forme pour aller botter le train de notre despote sur ses terres, malgré les réticences des autorités en place. Après tout, lorsque vous êtes menacés par un fou dangereux, rien ne sert de prendre des mesures d'urgences. Autant se laisser tuer sans réagir.
Image
Omouss (Jack Palance) vilain, mais ça se comprend. Avoir un nom de spécialité libanaise, c'est dur à porter… .

Le script exposé n'étant pas à blâmer, c'est plus du côté des moyens mis en œuvre que nous allons voir la première faille dans la réussite du projet. Il est en effet toujours aussi spectaculaire de se rendre compte, qu'après avoir enfin réussi à voyager dans la galaxie, on en soit retourné à l'âge de pierre en ce qui concerne l'informatique ou l'armement. Vrai festival de diodes clignotantes et de boutons qui font "sbuig" quand on appuie dessus, "Alerte dans le cosmos" nous surprend par la pauvreté de ses décors. Car passées quelques rares scènes filmées au dehors, se seront toujours les mêmes endroits que nous verrons inlassablement en boucle, l'imposante citadelle d'Omouss ne se résumant en fait qu'à un bureau éclairé à la lampe torche et un malheureux couloir. Une misère d'autant plus frappante lorsqu'on compare les pièces avec les représentations extérieures des bâtiments, suffisamment clinquantes pour qu'on en vienne à suspecter l'utilisation de stock-shot. Bien que ça ne soit pas le cas, nous ne pouvons qu'être consternés par cette différence flagrante qui ne fait que renforcer la misère des intérieurs.

Image
Une jolie maquette de vaisseau…
ImageImage
… mais dedans, ça le fait beaucoup moins.

Prenons maintenant le temps de parler des différents protagonistes. Les héros tout d'abord, sont au nombre de quatre. S'il y a peu de chose à dire sur le docteur Caball, sauf le fait qu'il joue le mec irradié comme s'il avait chopé la turista, les cas de Kim, Jason et du robot Sparc sont plus intéressants. La première tout d'abord, marquera les esprits lors de la première attaque kamikaze. Ainsi, alors que la menace est clairement identifiée, c'est avec stupeur que nous admirerons le flegme de notre scientifique qui attendra pas moins de cinq bonnes minutes avant d'enclencher l'alerte, jaune en plus, et les 75 dernières secondes pour lancer le plan d'évacuation. Je veux bien qu'on me parle de tension dramatique mais faut pas pousser. Vient ensuite le bon Jason qui se veut être l'intrépide du lot, l'homme d'action, celui qui va mettre la tannée à Omouss et à ses sbires. Seulement voilà, au bout de l'heure trente de film, pas une fois notre héros ne se sera montré utile à quoique se soit. C'est simple, il ne sert à rien, pas même à ouvrir une porte, et ferrait passer Miles O'Keefe pour un modèle de courage. Cherchant à s'éclipser discrètement lors d'un combat décisif, notre héros ne trouvera son moment de bravoure qu'en ceinturant un enfant déguisé en buisson. Un manque de volonté bien mit en valeur par l'interprète du rôle, Nicholas Campbell, qui traverse tout le film comme s'il était en visite guidée sur le plateau de tournage. Peut être avait on dans l'idée qu'il serve de chevalier servant à la jolie scientifique du groupe. Mais comme à la fin du film, il ne sera même pas fichu d'embrasser la demoiselle, ça en devient presque désespérant au point qu'il arrive à se faire piquer la vedette par le cousin blagueur de R2-D2. Sparc est en effet le sidekick du film, mais pas seulement, puisque conscient de l'incapacité de son acteur à faire quelques choses de ses dix doigts, le metteur en scène a eu la bonne d'idée d'offrir la scène de sauvetage du groupe à notre aspirateur sur pattes, celle-ci intervenant alors que ce couillon de Jason s'est fait kidnappé sans même avoir combattu.

Image
Le docteur Caball. Vague sosie de Patrice Laffont mais surtout chef de l'expédition.
Image
Cette inconsciente de Kim.
Image
Jason, le roi de la glandouille.
Image
L'acteur le plus convaincant du film (sans rire).

Pour les méchants, le bilan n'est pas moins calamiteux notamment à cause des soldats d'Omouss. Ces robots ont déjà pour eux d'être totalement ridicules, il apparaît en plus inconcevable qu'une personne normale puisse les craindre, le look donné à ces sbires les rendant finalement plus patauds qu'autre chose. Sans doute portés par des comédiens sans qu'on ait pris le temps de créer un espace pour leurs yeux, les quelques figurants sous ces costumes paraissent voyager constamment à l'aveuglette dans des accoutrements trop lourds pour eux. Avec une telle troupe d'endimanchés, on a donc peine à croire que le brave Omouss soit parvenu ne serait ce qu'à prendre d'assaut la cantine du complexe qu'il occupe. Alors vous pensez bien, réussir un coup d'état… . Parlons en d'ailleurs de notre tyran, car il est incarné par le grand Jack Palance, présenté en gros sur la jaquette mais qui doit apparaître dix minutes en tout à l'écran. Figure mythique du cinéma hollywoodien, sa carrière devait quelque peu marquer le pas, voyant le bon Jack aligner les panouilles et se compromettre dans quelques métrages indignes de sa stature, tel "Les bannis de Gor". Apparemment pris pour à peine une journée de tournage et jouant ses scènes toujours au même endroit, Palance semble prendre son rôle par dessus la jambe, faisant osciller son jeu entre la prestation syndicale et le cabotinage de rigueur. Pas vraiment mauvais, il n'est surtout pas aidé par un costume atrocement criard laissant croire qu'il a été rappelé à la rescousse sur le tournage en plein bal masqué. Et pour ne pas trop enfoncer le clou, je ne vous parlerais pas de l'ingéniosité de son plan B une fois ses espoirs de conquête tombés à l'eau. Parce que vraiment, niveau idée foireuse, ça se pose là.

Image
Amusé certes, n'empêche qu'on le sent un peu affligé sur le coup.
ImageImage
ImageImage
Allez Jack, Palance la sauce.

Devant cette somme de défauts, le metteur en scène fait ce qu'il peut pour masquer les différentes carences qui l'accablent. Malheureusement pour lui, ses maigres tentatives sont vite réduites à néant par des choix artistiques plutôt douteux, comme lorsque nos héros seront pris dans une tempête électromagnétique. Avec des moyens décents, cette scène aurait pu donner lieu à un passage épique mais pour le cas présent, c'est une autre histoire. Dans leurs cockpits, nos malheureux pilotes font bien ce qu'ils peuvent pour donner le change aux virevoltants mouvements de caméra de leur metteur en scène, en gesticulant dans tout les sens pour simuler des secousses ou mettre la tête en arrière pour faire croire à une vitesse accéléré. Néanmoins, le plus saugrenue de ces artifices interviendra juste après, quand deux de nos aventuriers se mettront à voyager au ralenti pour simuler l'altération du continuum espace temps, offrant à nos yeux un numéro de danse avant-gardiste. Dans le même registre, on notera aussi ce bref passage en jeep passé en accéléré. Une technique classique, qui fait néanmoins effet la faute à la vitesse de la bande, vraiment trop exagérée pour ne pas au moins esquisser un sourire. Enfin reste les combats, très rares mais c'est compréhensible, la nullité qui s'en dégage étant assez frappante entre robots lents comme des tortues malades d'arthrites et figurants tapants au petit bonheur la chance.

Image

ImageImage
Thunder disco from outer space.
Image
Un couvercle de poubelle et un bâton surmonté d'un pommeau de douche. Ou comment allier art du recyclage et lutte contre l'oppression.

Pourtant malgré ses qualités, "Alerte dans le cosmos" peine à convaincre totalement, la faute à des scènes de remplissage assez flagrantes. Néanmoins, ces instants de meublage peuvent aussi avoir un intérêt, comme lorsque l'un de nos aventuriers mettra cinq bonnes minutes à trouver un cadavre à bord d'une station spatiale. Sur ce point, il n'y aurait rien à redire, sauf si la base en question n'était en fait un abri de jardin absolument vide. Autre astuce connue pour gagner du temps, faire discuter ces comédiens. Il n'y a évidemment pas d'exception à la règle ici, mais là encore, on peut y trouver matière à réjouissances quant nos protagonistes se mettent à débiter des barbarismes scientifico-abstraits pour faire ambiance futuriste. Des tirades qui prennent une dimension comique supplémentaire lorsque les personnages se prêteront à quelques fantaisies, nommant par exemple le vaisseau des héros… Star Strek.

Image
"Dans ce vaste espace se trouve l'inconnu où toutes les possibilités existent. Le futur de l'homme n'est limité que par son imagination et sa vision des étoiles".
-Mais oui, papy. Allez, un petit bouillon et c'est l'heure du dodo... .

Distribué à sa sortie par Film Ventures International, à qui l'on devra les productions de "La mort au large" ou "Combat Final", "Alerte dans le cosmos" reste de faible facture comparé à des classiques du genre. Néanmoins, et bien que plombé par quelques passages à vide, il n'en reste pas moins plaisant à suivre grâce à ses décors cheap, ses dialogues sans queue ni tête et ses interprètes égarés, le tout orchestré par un réalisateur un peu à côté de son scaphandre. Pas de quoi crier au Saint Graal, mais tout de même suffisamment rigolo pour mériter d'être visionné.

Reste donc une petite étoile faiblarde dans la vaste constellation du nanar de SF, mais qui vous donnera sûrement l'envie de partir à la découverte de terres plus reculées. Et c'est sans doute là l'essentiel.

Wolfwood 2/5
--------------------------------------------
Cote de rareté:

3/Rare.

Sortie dans l'Hexagone chez South Pacific Vidéo, "Alerte dans le Cosmos" est également disponible sous le nom de "Cosmos 2050" chez fil à film.

Image
Une édition qui déconne sec en attribuant la réalisation du film à ce bon vieux H.G. Wells, bien que celui-ci soit tout ce qu'il y a de plus mort depuis 1946.
Image

Point de dvd pour nous, contrairement à nos amis américains avec l'édition de Blue Underground. Certes plutôt avare en bonus, cette petite galette à au moins pour elle de contenir… une version française en plus de l'anglaise. Aucun sous-titres à l'horizon, mais on ne peut pas tout avoir. Par contre, soyez prévenus, c'est du Zone 1.

Image

Liens utiles
Une scène de combat comme on les aime.

_________________
la-li-lu-le-lo


Dernière édition par Wolfwood le 01 Août 2010 11:34, édité 1 fois au total.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Alerte dans le cosmos - Georges McCowan - 1979
MessagePublié: 03 Déc 2007 17:24 
Hors-ligne
Nanar un jour, nanar toujours
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 01 Juin 2006 13:52
Messages: 2835
Localisation: Mulligan's steack-house.
Image

:applause: :applause: :applause: :applause: :applause: :applause:

Jolie chro Wolfwood ! Ca à l'air vraiment fauché de chez fauché, ça fait peine à voir !
La tronche de Jack Palance dans son costume ! :lol:

petite coquille :

Citer:
Jason s'est fait kidnappé sans même avoir combattu.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Alerte dans le cosmos - Georges McCowan - 1979
MessagePublié: 03 Déc 2007 18:58 
Hors-ligne
Détecteur de plans nichons
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Oct 2003 20:16
Messages: 13163
Localisation: A bord d'un Messerschmitt en flammes
Wolfwood a écrit:

Image


"Un film de H.G. Wells" ??? :shock: :shock: :shock:

_________________
Image
"Ach ! Dans mon pays, on appelle ça... LA SOUPE AUX SCHULTZ ! HAHA !" (La Guerre des espions)
ImageImage


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Alerte dans le cosmos - Georges McCowan - 1979
MessagePublié: 03 Déc 2007 21:13 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Juil 2005 10:55
Messages: 1637
Localisation: Secteur 326, zone 2, porte 4.
Wolfwood a écrit:

Image



Wooo la jolie fôte ... remarque côté grammaire c'est pas ca non plus.

_________________
Stuart me up !

"-Pas celui-là, abruti ! C'est une maison, pas un jeton !
- La couleur est pareille.
- Qu'est-ce-que cette petite maison fabrique sur la Compagnie d'Electricité ?
- C'est une centrale."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 03 Déc 2007 21:27 
Hors-ligne
Agrégé en nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 25 Juin 2005 16:32
Messages: 1307
Localisation: Se promène avec un style et une classe inimitable !!!
Mais, une petite question : entre tous les nanars spaciaux, ils font un concours des casques les plus pourris possibles ou quoi ????? :egghead: :banzai:

_________________
"et sinon à la porte.....et c'est pas la première fois qu'on fabrique une porte à la hâte pour virer un ptit trou de balle qui fait son malin !"
Perceval le Gallois, spécialiste en camouflage breton


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 03 Déc 2007 22:58 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 08 Mars 2007 9:48
Messages: 1749
Localisation: West from Germany
. . Merci Wolfwood, ça donne envie de le voir.
. . Je me suis permis de sortir le stylo rouge dans une intention pure.

Wolfwood a écrit:
D'horizons divers, ces sous-produits ont peu à peu saturé le marché pour ensuite sombrer dans les trous noirs de l'oubli.
Après Jules Verne pour "Mystérieuse Planète", c'est au tour d'un livre d'HG Wells, "La vie future", d'être sacrifié sur l'autel du cinéma de bazard.
Vivants à présent dans la capitale de New Washington, nos citoyens sont un jour menacés par les actes terroristes d'Omouss, souverain de la planète Delta 3 qui, pour pas changer, a décidé de devenir l'empereur de la galaxie.
Car passées quelques rares scènes filmées au dehors, se seront toujours les mêmes endroits que nous verrons inlassablement en boucle, l'imposante citadelle d'Omouss ne se résumant en fait qu'à un bureau éclairé à la lampe torche et un malheureux couloir.
Seulement voilà, au bout de l'heure trente de film, pas une fois notre héros ne se sera montré utile à quoique se soit. C'est simple, il ne sert à rien, pas même à ouvrir une porte, et ferrait passer Miles O'Keefe pour un modèle de courage.
Un manque de volonté bien mit en valeur par l'interprète du rôle, Nicholas Campbell, qui traverse tout le film comme s'il était en visite guidée sur le plateau de tournage.
Peut- être avait-on dans l'idée qu'il serve de chevalier servant à la jolie scientifique du groupe.
Sparc est en effet le sidekick du film, mais pas seulement, puisque conscient de l'incapacité de son acteur à faire quelques choses de ses dix doigts, le metteur en scène a eu la bonne d'idée d'offrir la scène de sauvetage du groupe à notre aspirateur sur pattes, celle-ci intervenant alors que ce couillon de Jason s'est fait kidnappé sans même avoir combattu.
Avec une telle troupe d'endimanchés, on a donc peine à croire que le brave Omouss soit parvenu ne serait-ce qu'à prendre d'assaut la cantine du complexe qu'il occupe.
Dans leurs cockpits, nos malheureux pilotes font bien ce qu'ils peuvent pour donner le change aux virevoltants mouvements de caméra de leur metteur en scène, en gesticulant dans tout les sens pour simuler des secousses ou mettre la tête en arrière pour faire croire à une vitesse accélérée. Néanmoins, le plus saugrenue de ces artifices interviendra juste après, quand deux de nos aventuriers se mettront à voyager au ralenti pour simuler l'altération du continuum espace temps, offrant à nos yeux un numéro de danse avant-gardiste.
Enfin reste les combats, très rares mais c'est compréhensible, la nullité qui s'en dégage étant assez frappante entre robots lents comme des tortues malades d'arthrites et figurants tapants au petit bonheur la chance.

_________________
Faut régler cette situation au plus vite, ce qui veut dire définitivement.
(Le boss dans Laser Force.)

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 04 Déc 2007 12:22 
Hors-ligne
Nanardeur + que respectable
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 19 Jan 2007 1:07
Messages: 547
Localisation: Mare aux canards
Image

Barry Morse aime ta chronique ! :-D
Il a l'air bien gratiné ce film...

Les pinces du robot ("L'acteur le plus convaincant du film") ne seraient elles pas des menottes dont la chaîne a été retirer ?

_________________
Image


Dernière édition par Crazy-Duck le 04 Déc 2007 13:56, édité 1 fois au total.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Alerte dans le cosmos - Georges McCowan - 1979
MessagePublié: 04 Déc 2007 13:14 
Hors-ligne
Nanardeur fou ?
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 09 Déc 2004 13:12
Messages: 2364
Localisation: Perdu dans les beaux yeux de Phoebe Dollar
Nikita a écrit:
Wolfwood a écrit:

Image


"Un film de H.G. Wells" ??? :shock: :shock: :shock:

J'avais même pas remarqué... . :shock: :oops:

Sbel a écrit:
Image

:applause: :applause: :applause: :applause: :applause: :applause:


Ravi que mon hommage discret à "Ça détourne" plaise.

Crazy-Duck a écrit:

Barry Morse aime t'a chronique ! :-D


Et là, bien sûr, personne ne vient dire qu'il y a une grosse faute. Ah, c'est du propre. Ces jeunes, j'vous jure... . :-D

Quoiqu'il en soit, merci pour toutes vos remarques. Ecrire une chronique, ça prend du temps et c'est agréable de voir que certains prennent un instant pour la lire et écrire des commentaires.

_________________
la-li-lu-le-lo


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Alerte dans le cosmos - Georges McCowan - 1979
MessagePublié: 04 Déc 2007 13:29 
Hors-ligne
Maîtres es Nanar
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 01 Juin 2005 3:16
Messages: 1180
Localisation: Trolleur Atitré de Nanarland
Nikita a écrit:
Wolfwood a écrit:

Image


"Un film de H.G. Wells" ??? :shock: :shock: :shock:


Revenu de par les morts pour tourner un nanar :rock:

_________________
" Si on supprimait tous ce qui nous rend dingue, toute la société y passerait: le mariage, la guerre, le métro, les abattoirs, les clapiers, les tables d'opérations, etc"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Alerte dans le cosmos - Georges McCowan - 1979
MessagePublié: 04 Déc 2007 13:58 
Hors-ligne
Nanardeur + que respectable
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 19 Jan 2007 1:07
Messages: 547
Localisation: Mare aux canards
Wolfwood a écrit:

Crazy-Duck a écrit:

Barry Morse aime t'a chronique ! :-D


Et là, bien sûr, personne ne vient dire qu'il y a une grosse faute. Ah, c'est du propre. Ces jeunes, j'vous jure... . :-D


Ma palme a dérapé... :oops:

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 05 Déc 2007 9:58 
Hors-ligne
Apprenti Nanardeur

Inscrit le: 10 Avr 2006 5:19
Messages: 20
Excellente chro, j'ai beaucoup aimé ce que Sbel a relevé, précédemment. L'hommage m'a bien fait marrer, ainsi qu'le reste. :)

Les couleurs criardes pour représenter le voyage espace-temps, c'est magique.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 07 Déc 2007 20:38 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 11 Oct 2003 15:07
Messages: 10710
Localisation: Dans une bulle de confinement psychédélique
Mouhahahaha, bien marrante cette chronique, plusieurs bons mots qui font mouche. :lol:
Le film a l'air un peu moins fun par contre, mais bon, quand j'aurai fini de mater mes kilos de nanars, je m'y attellerai peut-être.


Image
En plus de le faute nawak, je suis surtout intrigué par la première phrase : le temps est le demain d'après-demain ??? Là, je sèche...

_________________
Image

"On était si pauvres, que quand un cambrioleur s'est introduit chez nous, on l'a dévalisé."

"T'as vu, les œufs sont cuits à l'envers..."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 07 Déc 2007 21:54 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 12 Jan 2006 23:32
Messages: 1729
Localisation: quelque part dans les nuages, en train de chercher du sucre pour George Harrison
Image

ouééé le professeur Bergman! :-D

_________________
Au commencement, les denrées les plus utiles comme le minerai de beurre et de saucisse, les concentrés de casserole et de tire-bouchon étaient enfouies à des profondeurs considérables.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 07 Déc 2007 23:28 
Hors-ligne
Nanardeur Novice
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 12 Juin 2007 21:23
Messages: 176
Localisation: chez une copine
Apparemment pas un nanar de légende, mais c'est de la SF de MJC comme je l'aime. Et puis passer de Lastikman à ça en 2 clics de souris, quel pied! :D

En plus il est trouvable en DVD qu'aux States - mais avec une v.f!?! Voilà qui est rare et précieux. Rajouté sur ma liste de courses.

_________________
- On aurait dit un félon qui volait (aux pauvres) -


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 20 Déc 2007 18:45 
Hors-ligne
Apprenti Nanardeur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 19 Juin 2004 21:53
Messages: 33
Localisation: Québec
Dans la série de Nanars qui ont suivit Star Wars, celui-là est plutôt pénible, n'empêche, j'ai acheté la k7 quand je l'ai vu il y a des années !

_________________
Mario, webmestre du Club des Monstres


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 21 Déc 2007 10:40 
Hors-ligne
Apprenti Nanardeur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 15 Oct 2007 9:38
Messages: 123
Kobal a écrit:
Mouhahahaha, bien marrante cette chronique, plusieurs bons mots qui font mouche. :lol:
Le film a l'air un peu moins fun par contre, mais bon, quand j'aurai fini de mater mes kilos de nanars, je m'y attellerai peut-être.


Image
En plus de le faute nawak, je suis surtout intrigué par la première phrase : le temps est le demain d'après-demain ??? Là, je sèche...


On dirait que ça se passe dans 3 jours.

_________________
Tonight, we dine au Zaure !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Alerte dans le cosmos - Georges McCowan - 1979
MessagePublié: 21 Déc 2007 13:12 
Hors-ligne
Nanardeur + que respectable
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 08 Juil 2005 11:49
Messages: 572
Localisation: La face cachée de la Lune
Wolfwood a écrit:
Image
Omouss (Jack Palance) vilain, mais ça se comprend. Avoir un nom de spécialité libanaise, c'est dur à porter… .

C'est plutôt la classe monsieur Wolfwood, la grande classe! :evil:


Sympathique chro, ça donne envie de revoir tous ces acteurs qui ont bercé notre enfance (enfin la mienne) au mieux de leur forme... Et aussi de lire l'histoire originale pour apprécier le massacre! :-D

_________________
"-Je peux parfaitement être féminine et poutrer du zombie..."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Alerte dans le cosmos - Georges McCowan - 1979
MessagePublié: 02 Déc 2010 1:20 
Hors-ligne
Nanarland lui doit beaucoup
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 01 Oct 2003 15:13
Messages: 5126
Localisation: Grenobyl
Je le remets, car l'info s'est perdue dans le crash du forum : cette chronique est en ligne !

http://www.nanarland.com/Chroniques/Mai ... nslecosmos

_________________
"Dans le monde de "Last Action Hero", j'suis à peu près persuadé que c'est Ralf Moeller qui joue dans "Un flic à la maternelle". (Plissken)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Alerte dans le cosmos - Georges McCowan - 1979
MessagePublié: 05 Nov 2019 22:40 
Hors-ligne
Agrégé en nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Déc 2011 20:36
Messages: 1382
Localisation: Quelque part entre les bornes et les limites
Déterrage de topic...

Vu. Au début, le film a presque l'air d'un film de SF normal, grâce à ses jolies maquettes plutôt convaincantes, et puis assez vite, on part dans le n'importe quoi complet. Comme l'a dit Wolfwood, les robots sont bien nanars et le remplissage outrancier offre quelques bons moments de rigolade : toute la partie se déroulant sur la Terre avec les enfants-buissons ne sert strictement à rien et on ne sait même pas pourquoi les héros y font une halte d'autant que ça ne semble pas du tout être sur leur route vers la planète Delta 3. L'héroïne cruche qui part dans la nature sans prévenir personne, qui ne répond pas quand le héros l'appelle (alors que son portable galactique fonctionne) et qui part à des kilomètres sans aucune explication, l'histoire d'amour platonique entre elle et le R2D2 du pauvre (sans doute pour compenser l'absence de romance entre la blonde et le héros-qui-sert-à-rien), ce même gentil robot reprogrammé à distance par le vilain (sans qu'on sache comment il a fait) et qui reprend tout seul le contrôle de lui-même pour sauver les héros (là aussi on ignore comment), la planète Delta 3 qui explose à la fin et avec elle tout le Radic-Q2 mais le réalisateur essaye de nous faire croire à un happy end alors que logiquement tout le monde va mourir des radiations... Ce space opera est tellement bancal dans son scénario inconséquent qu'il en devient très bizarre, surtout si on y ajoute la tordante séquence spatiale psychédélique dont parle la chronique, laquelle survient de façon totalement abrupte et inexpliquée. A noter aussi que la redoutable armée de robots tueurs du méchant, en plus d'être grotesque, est au nombre de quatre (c'est d'autant plus pathétique quand on les voit patrouiller en groupe à deux à l'heure sur une planète qui ressemble beaucoup à la campagne de la France profonde). Un nanar mineur mais plutôt sympathique.

_________________
Image Image Image
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 19 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr