Forum Nanarland.com
https://forum.nanarland.com/

LES EXPERIENCES EROTIQUES DE FRANKENSTEIN
https://forum.nanarland.com/viewtopic.php?f=17&t=10324
Page 1 sur 1

Auteur:  Nikita [ 05 Juil 2006 9:56 ]
Sujet du message:  LES EXPERIENCES EROTIQUES DE FRANKENSTEIN

LES EXPERIENCES EROTIQUES DE FRANKENSTEIN

(La Malédiction de Frankenstein /La Maldicion de Frankenstein / The Erotic rites of Frankenstein / The Rites of Frankenstein / Les Exploits érotiques de Frankenstein)

Image

Jesus Franco est une sorte d’auteur, on veut bien l’admettre. L’activité foisonnante du bonhomme lui a permis d’enquiller un nombre impressionnant de films aux très grandes disparités qualitatives, dont le côté «expérimental » est l’un des points les plus récurrents. L’expérimental, justement, ça passe ou ça casse et ici, il faut bien dire que ça casse. Lancé comme un train fou dans son expérience de révision des grands classiques de l’épouvante (il venait de tourner «La Fille de Dracula » et «Dracula prisonnier de Frankenstein »), le bon Jesus nous sort un brouillon de film ni fait ni à faire, tellement audacieux qu’il expérimente sans rien trouver, tel un scientifique du CNRS.
Image


Filmé dans une belle frénésie auteurisante, «Les Expériences érotiques de Frankenstein » a pour particularité de nous présenter assez peu d’expériences, extrêmement peu érotiques, et quasiment pas de Frankenstein.

Image
Frankenstein (Dennis Price)
Image
Franco lui-même, dans le rôle du traditionnel assistant glauque.
Image
Image
Un laboratoire de haute technologie.

Le personnage du Docteur Frankenstein (interprété par l’ancien jeune premier Dennis Price, devenu has-been bouffi), occupé à ranimer sa nouvelle créature, est en effet assassiné au bout de trois minutes et demie de film par des mystérieux sbires, dont une sorte de femme-vampire aux mains griffues et couvertes de…de mousse ? Ha non, on me signale que les trucs verts sur ses mains, ce sont des plumes.

Image
La femme-oiseau (Anne Libert, actrice de films érotiques soft de l’époque)

La donzelle est en effet une femme-oiseau, du nom de Melissa, qui se trouve être au service du vrai grand méchant du film, Cagliostro ! Le célèbre mage (Howard Vernon, qui domine l’interprétation de la tête et des épaules en cabotinant comme un perdu), qui règne sur une secte glauque dans son sombre manoir, s’est en effet piqué de créer une race d’êtres humains parfaits, qu’il pense obtenir en faisant s’accoupler la créature de Frankenstein avec une pure jeune fille. On ne voit pas bien ce qu’il pense tirer des ébats du monstre, qui arbore la sale gueule qu’on lui voit traîner depuis Boris Karloff, agrémentée d’une peau bizarrement argentée, mais j’imagine qu’il ne faut pas trop discuter avec les magiciens fous.

Image
Image
Image
Howard Vernon n’en fait pas des tonnes.
Image
Un monstre en papier alu.

Surviennent ensuite d’autres protagonistes : le Docteur Seward (le gentil), qui enquête sur la mort de Frankenstein, et la fille de Frankenstein, Vera, qui ressuscite brièvement son père pour obtenir l’identité de son assassin. S’ensuivent moult péripéties aussi sanglantes que confuses : Vera s’introduit chez Cagliostro mais est capturée, Frankenstein ressuscite sous forme de zombie, Cagliostro décapite des femmes, une jeune fille (Lina Romay, future Mme Franco, dans son premier rôle) fait d’obscures prédictions incompréhensibles, Melissa la femme-oiseau parle en regardant dans le vide. Les péripéties s’enchaînent dans un désordre parfait, filmées de manière hasardeuse par Franco qui semble avoir trouvé deux solutions pour masquer sa misère budgétaire : le flou artistique et le gros plan sur les visages des acteurs, ne filmant parfois que des moitiés de visages, des yeux, voire des épaules.
Image
Ho, un flou !
Image
Ho, un autre !
Image
Beuaaaargh !
Image
Image
Anne Libert passe la moitié du film en gros plans.
Image
Décidément, ce film est complètement flou !

Car ce qui domine avant tout dans «Les Expériences érotiques de Frankenstein », ce n’est ni l’horreur ni l’érotisme, c’est avant tout la confusion : angles de vue biscornus, clair-obscurs mal maîtrisés, plans ouverts et fermés au flou, l’intégralité du film baigne dans une sorte de délire brumeux sentant fort le remplissage, qui enquille les scènes les unes après les autres dans une logique minimale, arrivant tant bien que mal au bout de la durée prévue.

Image
Encore un coup de Flou Manchu...
Image
Image
Image
Les sbires de Cagliostro.

Pour ajouter à la bizarrerie générale, on ajoutera que le film semble avoir subi des coupes franches et des versions alternatives selon les pays : la copie française était apparemment bien plus déshabillée que la version espagnole, où les scènes avec Lina Romay semblent avoir eu pour fonction de compenser l’absence dans le métrage des quelques séquences olé-olé.

Image
Cette grosse cochonne de Lina Romay, encore sage à l'époque.
Image
Image

Il serait injuste de ne pas citer l’attendrissant amateurisme des effets spéciaux, qui n’ont de spécial que leur quasi-absence : la scène où Cagliostro est censé tenir une tête coupée, les contrechamps nous montrant le visage de l’actrice filmée au ras du menton, n’est rien à côté de celle qui voit Frankenstein zombifié tenter d’étrangler le Docteur Seward pour être proprement décapité par un jet d’acide sulfurique effectué par le chef de la police. Stupéfiant.

Image
Notez le petit défaut de l’éclairage.
Image
Image
Image
Heureusement, l’acide sulfurique est toujours là en cas de besoin.
Image
Coupé net ! Cet acide est vraiment puissant, le Docteur Seward a du pot de n’en avoir pas reçu une goutte.

Bizarroïde du début à la fin, «Les Expériences érotiques de Frankenstein» sont une belle occasion de voir Franco, aux prises avec ce qui était probablement un travail de commande, se prendre les pieds dans des tentatives d’expérimentation et faire n’importe quoi dans un parfait enthousiasme.

Image
Image

On regrettera seulement un certain manque des zooms qui font partie intégrante du style Franquiste. Mais l’accumulation de délires est telle que le film fait oublier cette petite carence pour distiller une trouble séduction : malgré un rythme que l’on qualifiera poliment de nonchalant, l’étrangeté générale de l’œuvre, son mélange d’inventitivé et de ringardise avec des trouvailles comme la femme-oiseau, finit par emporter l’adhésion des amateurs de curiosités rescapées de l’époque obscure où les salles de cinéma accueillaient véritablement n’importe quoi. Ajoutons une scène finale totalement incompréhensible que je renonce pour ma part à décoder tant que je n'aurais pas lu le scénario original (s'il a jamais été couché sur le papier!). Cinglé, fascinant, parfois écoeurant de confusion, voilà un film qui constitue, malgré certains passages inertes, un véritable choc pour les neurones et les rétines.


LES EXPERIENCES EROTIQUES DE FRANKENSTEIN
Réalisateur : Jesus Franco
Genre : Mais vous êtes flou !?
Catégorie : Horreur
Année : 1972
Pays : Espagne / France
Durée : 1h20
Avec : Howard Vernon, Dennis Price, Alberto Dalbés, Anne Libert, Fernando Bilbao


Cote de rareté : 3/rare

En pays francophones, le film a connu pas moins de trois éditions VHS, toutes sous le titre « La Malédiction de Frankenstein » (ils avaient honte du titre original de la sortie en salles, ou quoi ??), deux chez Vidéobox, et une chez Video Budget (en tout cas, le budget, ce n’est pas dans la jaquette qu’il est passé !)
Image
Image
Image

Pour le DVD, il faut se tourner vers l’édition de Xploited Cinema, qui propose des pistes sonores anglaises, allemandes et espagnoles, mais hélas pas de VF.

Image

Nikita : 2,5

Auteur:  Feb [ 05 Juil 2006 10:01 ]
Sujet du message: 

Comme d'habitude bla bla tout mes voeux de bonheur....euh non pardon chouette chronique Nikita :-D
J'adore le Frankenstein en alu et j'ai l'impression qu'il faut mettre des culs de bouteille pour voir certaines scènes :roll:

Auteur:  Wolfwood [ 05 Juil 2006 10:13 ]
Sujet du message: 

Ouh, il a l'air relativement corsé celui-ci. Encore une chouette chro Nikita, bravo. Comme Zidane, tu avais dit que tu allais prendre du recul mais ça n'a pas duré bien longtemps et tu nous reviens plus fort que jamais.

Un très petit bémol: tu as oublié de mettre un "genre" et la catégorie, même si on la devine assez bien. :-D

**Edit Nikita** : corrigé. :wink:

Auteur:  gatman [ 05 Juil 2006 11:33 ]
Sujet du message: 

quel courage nikita !

jess franco, c'est comme jean rollin, c'est assez éprouvant dans la lenteur et la maladresse. c'est souvent plus proche du navet que du nanar à cause des bizarries
un jour, je vous causerai de Requiem pour un vampire de rollin

Auteur:  therangerwalker [ 05 Juil 2006 11:57 ]
Sujet du message: 

Très chouette chro' nikita!

Clair que c'est du lourd ce film! Le coup de l'acide sulfurique est monstrueux! Je vais plus jamais oser utiliser du destop moi! :-D

Auteur:  zord [ 05 Juil 2006 12:04 ]
Sujet du message: 

Je suis sur le cul... non pas pour la qualité de la chronique qui est excellente (mais ça, c'est juste habituel chez Nikita), mais parce que sur 28 captures d'écran...

































...Nikita n'a capsé aucun plan-nichon !!!!!!!!!! :shock: :shock: :shock: :shock:

Qu'est-ce qui se passe?
Tu es malade?
T'as de la fièvre?
T'es sous castration chimique?
Ta femme regarde par dessus ton épaule pendant que tu fais tes caps?
Ta belle-mère était présente dans la pièce à ce moment là?
Tu t'es converti au bouddhisme?

:?: :?: :?: :?: :?: :?: :?:

Auteur:  Jokari Joestar [ 05 Juil 2006 16:32 ]
Sujet du message: 

Quand j'ai lu le titre de cette chronique avec le mot "érotique" , je me suis dit qu'il ne pouvait s'agir que d'une nouvelle chronique de Nikita... hé bien oui ! :-D
Chouette chronique pour un film encore une fois bien étrange !

Auteur:  JACK TILLMAN [ 13 Oct 2021 0:31 ]
Sujet du message:  Re: LES EXPERIENCES EROTIQUES DE FRANKENSTEIN

Déterrage suite à ma découverte de la chose grâce au DVD d'Artus.

Un OFNI bien bizarroïde dont la nanardise vient beaucoup de la confusion ambiante et de la mise en scène expérimentale particulièrement maladroite de Franco, ce que la chronique de Nikita souligne bien. Le réalisateur s'est complètement lâché sur ce coup là, dans une frénésie de zooms, de plans biscornus, de flous et de caméra qui bouge dans tous les sens. De rares passages sont convaincants au premier degré ou parviennent à créer une atmosphère étrange aboutie, mais la plupart du temps c'est totalement fumeux, avec quelques pics de nawak. Si la scène de la tête coupée et celle du jet d'acide sont effectivement tordantes, on retiendra aussi la séquence psychédélique où la femme-oiseau dévore un prisonnier enchaîné, celle où la créature de Frankenstein, s'apprêtant à s'envoyer en l'air avec la "femme parfaite" sous le regard de toute la secte de craignos monsters, se révolte soudain et se met à attaquer dans un montage hystérique aux bruitages d'un autre monde, ou encore la scène finale avec Howard Vernon qui est complètement frappadingue et pas du tout crédible, sans oublier quelques grandes tirades nanardes de la femme-oiseau et d'Howard Vernon. Beaucoup trop Z à mon sens pour entrer dans la catégorie des "bons" Franco, le film est une expérience à vivre d'une traite du fait de son rythme languissant, plus hallucinatoire que véritablement hilarant.

Page 1 sur 1 Heures au format UTC + 1 heure
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
http://www.phpbb.com/