Forum Nanarland.com

Le forum des mauvais films sympathiques
Nous sommes actuellement le 13 Juil 2020 22:28

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 16 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Sans pitié, ni pardon - Zale Dalen - 1995
MessagePublié: 08 Août 2010 17:08 
Hors-ligne
Nanardeur fou ?
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 09 Déc 2004 13:12
Messages: 2364
Localisation: Perdu dans les beaux yeux de Phoebe Dollar
Sans pitié, ni pardon
Année : 1995
Pays : Canada / Etats-Unis
Durée :1h30
Catégorie : Tatane
Genre : Sans maîtrise ni budget
Réalisateur : Zale Dalen
Producteur : Jalal Merhi
Avec : Billy Blanks, Jalal Merhi, Wolf Larson, Anthony De Longis, Laurie Holden, Michael Blanks… .

L’amateur de nanars est une belle ordure. Non, je n’ai pas viré ma cuti, mais tout de même : d’abord fan des post-apo miteux avant de les délaisser pour les « 2 en 1 », vénérant le cinéma turc pour ensuite le rabaisser face aux délires venus d’Inde ou du Pakistan, le cinéphile dépravé a toujours tendance à jouer les infidèles, allant jusqu’à brûler ses anciennes idoles (sauf Max Thayer qui est ignifugé en plus d’être immortel. Quel homme ce Max Thayer). De là rendons nous à l’évidence, les films involontairement amusants obéissent eux aussi à des effets de mode et si un temps, nous avons pu glorifier les métrages de tatane, ils ont depuis laissé leurs places à des genres plus dans l’air du temps. A première vue, il peut donc sembler difficile à ce « Sans pitié, ni pardon » d’avoir grâce aux yeux de certains nanardeurs qui sont déjà passés à autre chose. Dommage pour eux.

Image
Une affiche comme les ghanéens savent si bien les faire.

Rien qu’au titre, on devine que le scénario ne va pas briller par sa finesse. L'excuse des différentes échauffourées sera donc une série de meurtres orchestrée par Warbeck, directeur d’une étrange école d’arts martiaux. Mettant à profit la réalité virtuelle, il forme une armée secrète de tueurs à gages et propose les services de son commando à divers mafieux, le tout au nez et à la barbe de ses élèves et employés. Ayant déjà perdu un espion dans l’affaire, les deux enquêteurs sur le dossier envoient un nouvel homme sur place afin qu’il puisse rassembler des preuves sur les méfaits du groupe et par la même occasion, distribuer quelques mandales. Une mission qui s’annonce périlleuse malgré la présence d’Eric, instructeur sur les lieux mais surtout indic de nos limiers.

Image
Les agents chargés de l’enquête, alias « Les louzes brothers ».

Image
Warbeck et son bras droit jubilent devant l’ingéniosité de leur plan.

Image
Eric joué par le grand Jalal Merhi. Nous reviendrons sur lui plus tard.

Comme d’autres avant lui, « Sans pitié, ni pardon » obéit à tous les tics du DTV d’action. Explosions, l’intégralité des décors y passera, poursuites, fusillades, rien ne nous sera épargné dans cette orgie de testostérone. Les duels au corps à corps sont évidemment présents, mais ne dénotent pas dans cette course à l’excès, la faute aux responsables des bruitages pétant sa dernière durite pour nous infliger des sons et cris que l’on aurait cru entendre que dans un sketch des Inconnus. Cela dit, la vraie originalité du film se trouve bien dans la présence de l’outil informatique, les applications de l’ordinateur ayant une fois encore un rôle quasi magique. Prenez un programme, un casque de réalité virtuelle, tapez à toute vitesse sur votre clavier et vous voilà prêt à devenir le nouveau Bruce Lee. Bien sûr, cette naïveté est le lot commun d’un paquet de productions mais la force de « Sans pitié, ni pardon » c’est de nous en resservir jusqu’à plus soif. Privilégier l’audace aurait pu être payant mais quoiqu’on en dise, voir des acteurs mouliner dans le vide avec des lunettes de soleil en guises de combinaisons high-tech, ça fait toujours un peu minable surtout quand on doit faire avec le budget boisson d’un Matrix.

Image
Gilbert Montagné, roi du kung-fu.

ImageImage
L’arme ultime pour dominer le monde : le GPS.

Ces défauts se confirment une fois dans le monde qui sert d’arène à nos combattants. Si les décors y sont indignes d’un économiseur d’écran, nous sommes tout autant surpris par le parti pris graphique des différentes entités du logiciel. Un barbare, un clown, un samourai… aucun des avatars proposés n’échappent à des poncifs qu’on dirait sortie du cerveau d’un geek en phase terminale, programmant avec les pieds le dernier mod de son jeu favori. En soit, l’idée ne paraît pas si étonnante lorsqu’on prête attention à la période à laquelle le film fut tourné et qui correspond à l’éclosion médiatique de Street Fighter II et Mortal Kombat. Sauf qu’au lieu de passer trop de temps devant leurs consoles, les responsables du projet auraient mieux fait de créer un univers un peu plus cohérent. Puisque si nos personnages seraient déjà bien ridicules sur la borne d’arcade d’un troquet interlope, ils n’ont pour ainsi dire rien à faire dans une machine révolutionnaire visant à créer des assassins.

Image
Quelques trombines du programme. Autant crédibles en supers combattants que les charlots en acteurs bergmaniens.

Image
Embouteillage sur le tatami.

Image
Chic, il y a même un ninja !

De ce fait, on a du mal à croire en la réussite des projets de Warbeck joué par le chevelu Wolf Larson. Déjà rencontré dans « Picasso Trigger » ou « Piège Mortel à Hawaï », Wolf incarne un personnage regroupant toutes les caractéristiques du vilain comme on les aime. Despote dictant ses ordres à des sbires soumis, notre mégalo de service expose dans son repaire une décoration donnant dans le culte de la personnalité. Du bureau, aux couloirs en passant par le hall, toutes les pièces afficheront fièrement une représentation du bonhomme, tant et si bien qu’on se demande comment son personnel peut encore avoir des doutes sur ses penchants autocratiques. Devant un tel potentiel, on est donc forcément déçu que celui qui connu son petit quart d’heure de gloire en jouant l’un des deux flics de la série « Los Angeles Heat » se contente de maigres excès dans son jeu, là où d’autres auraient pu nous livrer des prestations d’anthologie. Ne soyons toutefois pas trop difficile, car à défaut d’être un histrion de la pire espèce, Wolfy semble s’amuser à jouer les salauds et son plaisir s’avère plutôt communicatif.

Image
Même pas capable de se faire une vraie mulette. T’as craqué, Wolf !

ImageImage
Egocentrique, vous dites ? Non, on ne remarque rien.

Mais qui dit tyran en goguette, dit héros de service pour lui apprendre le savoir-vivre à grands coups de pompes dans les valseuses. Ici, on retrouve donc le duo présent dans « TC 2000 » à savoir Jalal Mehri et Billy Blanks. Si on ne remet pas en cause une seconde les talents martiaux de Billy, qui fait le boulot comme à son habitude, le malheureux a parfois un peu de mal à assurer son statut de vedette, la faute à un costumier héroïnomane, nous rappelant que les années 90 ont aussi connu leurs modes vestimentaires pour le moins douteuses. Remarquons qu’il n’est pas le seul à avoir été maltraité et qu’outre certains accoutrements hasardeux, on retrouvera aussi quelques bonnes têtes de vainqueurs.

ImageImage
T’as le look coco !

Image
Une galerie de seconds rôles comme on en fait plus.

Image
Lazar Rockwood, déjà vu dans « L’œil du dragon ». Billy Drago devait être en vacances à la Baule, donc on l’a appelé.

Ces histoires de garde-robes restent pourtant le cadet de ses soucis, son travail de chorégraphe lui réservant bien d’autres embrouilles. Non pas qu’il soit lui-même en faute mais disons qu’il est toujours difficile de composer avec certains comédiens, surtout ceux n’étant pas à la base des ceintures noires de karaté. De ce fait, s’il n’a aucun problème avec des personnes comme son frangin ou Anthony De Longis, maître d’armes sur un bon nombre de films, la vraie difficulté se présente lorsque Billy doit faire croire que des figurants n’ayant jamais mis les pieds dans une salle de sports sont sensés être des guerriers endurcis. Même avec la meilleur volonté du monde, impossible alors d’être un tant soit peu crédible et les quelques entraînements, à force d’être fait n’importe comment, ressemblent dès lors à une séance de gym tonic pour déficients moteurs.

ImageImage
Pour les katas, c’est la cata.

Image
Michael Blanks, propre frère de Billy.

Image
Chez les Blanks, on sait comment laver son linge sale.

Pour Jalal Mehri, le cas du bonhomme vaut de nouveau qu’on s’y attarde et admettons que lorsque j’évoquais une paire de combattants pour en découdre avec Warbeck, je m’emballais un peu. Surnommé le « Steven Seagal de Beyrouth » notre ancien bijoutier mérite plus ce sobriquet pour son rôle de producteur sur de nombreux films de tabasse que pour ses aptitudes de lutteur. Une fois encore, Jalal a beau se donner un joli rôle, il n’est pas aidé par ses capacités au combat, expédiant la moindre escarmouche en quelques levés de jambes. Un moyen comme un autre de ne pas trop montrer que ses vaines gesticulations font pâle figure face aux cabrioles de ses collègues. La situation est ici d’autant plus cocasse qu’il interprète un instructeur d’arts martiaux et que ses élèves, joués par des acteurs autrement plus convaincants, pourraient de ce fait lui mettre la misère s’ils ne retenaient pas autant leurs coups. Evidemment, Jalal a de nouveau eu l’intelligence de partager l’affiche avec un expert pour éviter d’être trop grotesque, mais ses interventions nous montre une fois encore la différence qu’il peut y avoir entre faire le mariole devant sa glace et jouer les gros bras dans un film de savate. A noter par ailleurs que la version originale en rajouterait une couche pour définitivement ridiculiser le personnage, Jalal massacrant toutes ses répliques d’épouvantables intonations françaises. A moins que le témoin des faits ne confonde avec son véritable accent libanais, de toute façon pas beaucoup plus délicat.

Image
Jalal Merhi est… l’homme puma !

Image
Hey !Hey ! Dès qu’il s’agit de faire des vrais saltos, c’est la doublure qui s’y colle. On s’en doutait un peu.

Image
"Il y a là de quoi le mettre à l'ombre jusqu'à sa dixième réincarnation". Ah, c'est bon de savoir que même sans accents rigolos, on peut toujours compter sur nos doubleurs pour en remettre une couche à l'occasion.

Sentant bon la viande saoule et les dessous de bras, « Sans pitié, ni pardon » est le genre de divertissement qu’on apprécie une fois le cerveau débranché. Sans être un cador de sa catégorie, il montre cependant son originalité par des effets spéciaux déjà ringards au moment de sa sortie et la fameuse « Mehri touch » qui fait toujours son effet. Certes, il y a eu bien mieux dans le genre mais cela permet au moins de nous rappeler l’époque pas si lointaine où les exploits de Van Damme et Chuck Norris nous semblaient les références ultimes, nous autres qui attendons, avides, la dernière découverte au point d’en oublier tout ceux qui nous ont déjà fait rêver. Pauvres fous, qu’on nous pardonne.

Image
« Toi ! On avait dit que cette chronique c’était sans pitié ni pardon.
-Oh zut, mille excuses !
-Ouais, j’aime mieux ça ».

Wolfwood
1.5/5

Cote de rareté
Trouvable

Comme tout bon film de castagne des années 90, « Sans pitié, ni pardon » semble avoir connu le chemin habituelle des éditions VHS et DVD. Si la cassette de chez Delta Vidéo ne se trouvera plus que dans les brocantes, prenez garde à l’édition reprenant la charte graphique d’ « Une journée en enfer ». Celle-ci cache en fait « Les maîtres du pouvoir » un autre Billy Blanks, mais sans réalité virtuelle.

Image

Image
Le visuel de la version VHS. Dommage que la combinaison casque blanc/tuba ne soit finalement pas présente à l’écran.

En l’état, il semblerait donc judicieux se tourner vers deux éditions portant le titre de « Virtual Kickboxing », reprenant visuels et résumé du métrage qui nous intéresse. Pourtant, difficile d’être certain que l’une comme l’autre contiennent bien le film qu’elles nous vendent.

Image
Image

_________________
la-li-lu-le-lo


Dernière édition par Wolfwood le 09 Août 2010 22:47, édité 1 fois au total.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sans pitié, ni pardon - Zale Dalen - 1995
MessagePublié: 08 Août 2010 17:39 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 26 Sep 2004 23:45
Messages: 6644
Localisation: planète zorglub 3 ; dans la galaxie du bluk-bluk zogotounga
Joli retour aux sources !
C'est vrai qu'à vouloir chercher le graal on oublie parfois que c'est avec ces petits films d'actions tout con que s'est formé notre amour du nanar.
En tout cas celui là à l'air sympa, rien que pour les effets très spéciaux ça donne envie !


Par contre, cette phrase là elle sonne bizarre, un peu lourd.
Citer:
Puisque si nos personnages seraient déjà bien ridicules sur la borne d’arcade d’un troquet interlope, ils n’ont pour ainsi dire rien à faire dans une machine révolutionnaire visant à créer des assassins.


j'aurais plutôt formulé comme ça
Citer:
Parce que déjà bien ridicules sur la borne d’arcade d’un troquet interlope, ces personnages n’ont pour ainsi dire rien à faire dans une machine révolutionnaire visant à créer des assassins.

_________________
http://www.rotorfrance.com/
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sans pitié, ni pardon - Zale Dalen - 1995
MessagePublié: 08 Août 2010 20:06 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 11 Oct 2003 15:07
Messages: 10714
Localisation: Dans une bulle de confinement psychédélique
Tout comme ROTOR. J'ai des bons souvenirs de ma période Billy Blanks et de ses films où le scénario s'arrêtait à repomper Full Contact.

Une autre phrase chelou :

Citer:
Surnommé le « Steven Seagal de Beyrouth » notre ancien bijoutier tient davantage son sobriquet d’une réelle implication derrière la caméra que de ses aptitudes pour la tabasse.

Je vois pas le rapport entre Seagal et l'implication derrière la caméra ?

_________________
Image

"On était si pauvres, que quand un cambrioleur s'est introduit chez nous, on l'a dévalisé."

"T'as vu, les œufs sont cuits à l'envers..."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sans pitié, ni pardon - Zale Dalen - 1995
MessagePublié: 08 Août 2010 22:23 
Hors-ligne
Nanardeur fou ?
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 09 Déc 2004 13:12
Messages: 2364
Localisation: Perdu dans les beaux yeux de Phoebe Dollar
Kobal a écrit:
Une autre phrase chelou :

Citer:
Surnommé le « Steven Seagal de Beyrouth » notre ancien bijoutier tient davantage son sobriquet d’une réelle implication derrière la caméra que de ses aptitudes pour la tabasse.

Je vois pas le rapport entre Seagal et l'implication derrière la caméra ?


Son pseudo de "Steven Seagal de Beytrouth", il le mérite plus pour son boulot derrière les caméras que pour ses talents de combattant. Le cas de Jalal Mehri est par ailleurs assez interessant, il me semble que quelqu'un avait émis l'idée de lui consacrer une bio et ça serait en effet une excellente initiative.

_________________
la-li-lu-le-lo


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sans pitié, ni pardon - Zale Dalen - 1995
MessagePublié: 09 Août 2010 7:28 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 08 Mars 2006 20:29
Messages: 1977
Le pire, c'est qu'un jeu de baston inspiré du film a REELLEMENT existé.

_________________
Pile, je te tue. Face, je ne te tue pas. FACE ! Je ne te tuerai donc pas avant de t'enterrer.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sans pitié, ni pardon - Zale Dalen - 1995
MessagePublié: 16 Août 2010 10:20 
Hors-ligne
Nanar un jour, nanar toujours
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 07 Avr 2007 0:13
Messages: 3337
J'aimerais bien avoir un tel jeu vidéo.

Beaucoup aimé cette chronique. Les captures d'écran du programme d'entraînement m'ont tuées : je m'attendais à un film de baston basique, et paf, on tombe dans la quatrième dimension.

Mine de rien, il y aurait de quoi faire une entrée réalité virtuelle dans le glossaire. Je vais essayer de faire ça, mais j'ai un peu de mal à mener mes projets ces derniers temps, donc je promets rien.

Edit : le jeu vidéo a l'air fantastique :

http://www.youtube.com/watch?v=wo-uLRXJgKw&feature=player_embedded#!

_________________
"But you say : Oh, when love is gone, where does it go ? And where do we go ?" (Arcade Fire - Afterlife)

Je n'aime pas Scorsese (c'est la raison pour laquelle je n'ai jamais vu aucun de ses films). (Elessar - sujet Le loup de wall street)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sans pitié, ni pardon - Zale Dalen - 1995
MessagePublié: 16 Août 2010 14:29 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 11 Oct 2003 15:07
Messages: 10714
Localisation: Dans une bulle de confinement psychédélique
slater74 a écrit:
Le pire, c'est qu'un jeu de baston inspiré du film a REELLEMENT existé.

Tu as plus d'infos sur ce sujet ?

Kevo42, t'es sûr que c'est vraiment le jeu vidéo ? Non parce qu'on croirait quand même une parodie de Moral Kombat.

_________________
Image

"On était si pauvres, que quand un cambrioleur s'est introduit chez nous, on l'a dévalisé."

"T'as vu, les œufs sont cuits à l'envers..."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sans pitié, ni pardon - Zale Dalen - 1995
MessagePublié: 16 Août 2010 15:11 
Hors-ligne
Nanar un jour, nanar toujours
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 07 Avr 2007 0:13
Messages: 3337
Image

Date 1995, éditeur : Microforum

http://www.mobygames.com/game/win3x/expect-no-mercy/reviews/reviewerId,53558/

Image

Ca existe. Maintenant, pour le trouver, bonjour.

_________________
"But you say : Oh, when love is gone, where does it go ? And where do we go ?" (Arcade Fire - Afterlife)

Je n'aime pas Scorsese (c'est la raison pour laquelle je n'ai jamais vu aucun de ses films). (Elessar - sujet Le loup de wall street)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sans pitié, ni pardon - Zale Dalen - 1995
MessagePublié: 16 Août 2010 17:53 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 11 Oct 2003 15:07
Messages: 10714
Localisation: Dans une bulle de confinement psychédélique
:shock: :shock: :shock: :shock: :shock: :shock: :shock: :shock:
Non mais quoi que pour ?! La gueule du machin, on dirait un jeu vidéo nanar !

_________________
Image

"On était si pauvres, que quand un cambrioleur s'est introduit chez nous, on l'a dévalisé."

"T'as vu, les œufs sont cuits à l'envers..."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sans pitié, ni pardon - Zale Dalen - 1995
MessagePublié: 08 Oct 2010 9:27 
Hors-ligne
Apprenti Nanardeur

Inscrit le: 05 Fév 2009 23:15
Messages: 20
Je vois qu'il y'a la présence d'une actrice qui fera par la suite une belle carrière dans le fantastique (mais pas forcément dans le nanar). Il s'agit de Laurie Holden, qui a joué Marita Covarrubias dans X-FILES, un agent du FBI dans THE SHIELD . Au cinéma, elle a incarné la policière dans le film SILENT HILL et surtout a tourné sous la direction de Frank Darabont dans le très bon THE MIST. Elle sera bientôt dans la série TV THE WALKING DEAD. Il faut croire que le nanar mène à tout. D'ailleurs, pour l'info supplémentaire, Laurie Holden a tourné à peu près en même temps que SANS PITIE NI PARDON dans un thriller sorti directement en vidéo : PAST PERFECT (1996). Elle y a pour partenaire Eric Roberts.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sans pitié, ni pardon - Zale Dalen - 1995
MessagePublié: 09 Août 2011 23:53 
Hors-ligne
Nanarland lui doit beaucoup
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 01 Oct 2003 15:13
Messages: 5127
Localisation: Grenobyl
En ligne :

http://www.nanarland.com/Chroniques/Mai ... ienipardon

_________________
"Dans le monde de "Last Action Hero", j'suis à peu près persuadé que c'est Ralf Moeller qui joue dans "Un flic à la maternelle". (Plissken)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sans pitié, ni pardon - Zale Dalen - 1995
MessagePublié: 09 Sep 2011 1:09 
Hors-ligne
Apprenti Nanardeur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 26 Juil 2007 6:29
Messages: 23
Ne s'attendait pas à ce que MPIX passe se film ce soir (quoi qu'il passe des films d'actions canadiens de temps en temps) mais va sacrifier une soirée de Deus Ex: Human revolution pour le regarder

Jusqu'ici j'ai l'impression de regarder le chaînon manquant entre" Replikator" et "The Ultimate Weapon "


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sans pitié, ni pardon - Zale Dalen - 1995
MessagePublié: 02 Juil 2012 21:24 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 11 Oct 2003 15:07
Messages: 10714
Localisation: Dans une bulle de confinement psychédélique
De l'actioner DTV pour qui veut éviter de se griller trop de neurones, tout comme nous le vend la chronique de Wolfwood. Billy Blanks assure le show grâce, certes à ses bonnes compétences martiales, mais surtout à une coupe de cheveux qu'il a dû être le seul au monde à pouvoir porter avec classe. Et puis quelle subtilité dans ses méthodes d'infiltration de l'académie virtuelle : il se grime afin de se fondre dans la masse (il ouvre ses deux couches survêt' pour dévoiler ses pec'), passe d'emblée au niveau maximal lors du test d'entrée (et a donc logiquement terminé la formation pour laquelle il s'inscrit) puis file prendre contact avec son indic'... en plein milieu du couloir.
Un indic' interprété avec bogossitude par Mr Merhi qui casse les mots de passe informatique avec le brio typique des hackers des 90's (à savoir je tapote mon clavier en racontant n'importe quoi). En face de notre team, le grand méchant Warbeck est assez délectable dans sa mégalomanie qui trouve tout de même une vague justification finale mais que je préfère passer sous silence pour vous motiver à regarder le film... Parce qu'il le vaut bien ! Quantité honorable d'action (à la fin, Billy défonce des mecs des heures durant sans jamais trop se reposer ; y'a bien que son propre frangin pour lui opposer une réelle résistance) assortie d'une bonne rasade de débilité virtualoïde qui lui assure son statut de nanar sympa. Tout ce qui touche aux bastons numériques est d'un ridicule fini (putain, la boxe du clown ivre !!), sans parler des nombreux décors d'une laideur impensable (le ring dans l'espace, le Panthéon avec son réacteur chimique, etc.). C'est donc peu dire que le jeu vidéo tiré du film me fait rêver.

2.5/5

PS : pour info, j'ai le DVD Virtual Kickboxing avec le Billy et son tuba, et il contient bien Sans pitié ni pardon.

_________________
Image

"On était si pauvres, que quand un cambrioleur s'est introduit chez nous, on l'a dévalisé."

"T'as vu, les œufs sont cuits à l'envers..."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sans pitié, ni pardon - Zale Dalen - 1995
MessagePublié: 03 Juil 2012 7:52 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 11 Oct 2003 15:07
Messages: 10714
Localisation: Dans une bulle de confinement psychédélique
Ah, j'oubliais cette punchline sympa :
- "Tu me surprends mec. J'pensais pas que t'étais aussi bon !"
- "Tu me surprends mec. J'savais pas que tu pensais !"

_________________
Image

"On était si pauvres, que quand un cambrioleur s'est introduit chez nous, on l'a dévalisé."

"T'as vu, les œufs sont cuits à l'envers..."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sans pitié, ni pardon - Zale Dalen - 1995
MessagePublié: 17 Jan 2013 21:34 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 08 Mars 2007 9:48
Messages: 1749
Localisation: West from Germany
Ah oué les gars ils sont trop forts ils se battent à mort la nuit dans une usine désinfectée il leur faut des dizaines de patates dans la tronche pour tomber et puis la gentille elle montre son abdomen tout blanc elle est pendue dans le vide par les bras par une corde qui ne tient qu'à un fil tandis que le méchant barbu sadistique il vient avec son fouet pour lacérer le cul de Merhi qui essaye de la sauver par le toit tandis que Blank il se castagne avec le fils de Sarko alors que en même temps le compte à rebours de la bombe ultime s'achemine vers la finale explosion mais rassurez vous les élèves étaient déjà habillés dans leur dortoirs ils s'échapperont presque tous à temps sauf deux ou trois qui vont cramer.

_________________
Faut régler cette situation au plus vite, ce qui veut dire définitivement.
(Le boss dans Laser Force.)

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sans pitié, ni pardon - Zale Dalen - 1995
MessagePublié: 12 Fév 2020 13:32 
Hors-ligne
Nanardeur en progrès
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 09 Avr 2015 13:56
Messages: 272
Je l'ai regardé ce week-end et c'est du bon. Les situations s'enchaînent et arrivent toujours à dégoter un petit truc en plus qui va rajouter à la valeur nanar de l'ensemble. Billy assure pendant les combats et Jalal fait de son mieux... Mais on sent qu'il y croit le bonhomme et au final, même si le résultat est douteux, ça fait plaisir à voir.

Mention spéciale à la tenue de Billy en mode "j'ai perdu un pari" quand il vient la première fois à la Virtual School.

Et mine de rien, quelle nostalgie de revoir cette réalité virtuelle telle qu'on l'imaginait dans les années 90. Je parle dans le concept, car visuellement...

_________________
Je suis une souris qui se cache des faucons dans la maison d'un corbeau.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 16 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr