Forum Nanarland.com

Le forum des mauvais films sympathiques
Nous sommes actuellement le 10 Avr 2021 15:21

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Commando - Ian Sharp - 1982
MessagePublié: 13 Sep 2007 23:45 
Hors-ligne
LE PATRON
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Sep 2003 19:28
Messages: 7022
Localisation: au collège et a la plage
ma premiere vhs originale !

et un putain de bon film !

Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Commando - Ian Sharp - 1982
MessagePublié: 29 Mars 2021 23:58 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Déc 2011 20:36
Messages: 1555
Localisation: Quelque part entre les bornes et les limites
Déterrage dans la foulée de mon visionnage de la bête...

Image

Un actioner thatcherien, équivalent british des actioners reaganiens, donc une curiosité, les Anglais étant peu connus ici pour leurs films d'action de gros bourrins (à part les James Bond et la saga "Les oies sauvages", of course).

Je ne serai toutefois pas aussi dithyrambique que Peter Wonkley car, pour un film d'action commando, le film manque singulièrement d'action. La mise en scène est certes irréprochable, bien que sans génie particulier, et l'assaut final, expédié en moins de cinq minutes, a de la gueule. Pour le reste, le film, ultra-nationaliste, m'a beaucoup rappelé cette affiche de propagande des Républicains nationaux portant le slogan "Ce sont les soviets qui tirent les ficelles du Front populaire". C'est visiblement écrit par des vieux réacs* n'ayant qu'une idée très vague de leur sujet et on a droit à tous les pires poncifs anti-pacifistes : pêle-mêle, des quakers de pacotille, des hippies de carnaval, des punks d'opérette, des militants anti-nucléaire ultra-caricaturaux, toute la racaille gaucho-pacifiste qui manifeste dans nos rues en réclamant la fin de la course à l'armement nucléaire, mais qui n'est que la vitrine de terroristes sanguinaires et cons comme des chaises, eux-mêmes manipulés par un étranger basané dont on ne nous donne pas la nationalité mais dont l'accent et le discours laissent entendre qu'il vient d'un pays où on boit de la vodka et où on s'appelle tous "camarrrrade".

En face, un vrai héros patriote et tête brulée du SAS va leur botter le cul, mais d'abord il doit (loooonnnguement) infiltrer l'organisation terroriste hippie en se faisant passer pour un aspirant-terroriste. Sauf qu'il le fait avec une légèreté confondante et une finesse de char blindé Churchill, mais heureusement les terroristes sont comme je l'ai dit bêtes à bouffer du foin radioactif et même quand ils ont les rétines crevées par la duplicité évidente du héros qui a accumulé les bourdes tout au long de sa mission, ils continuent de lui manifester une relative confiance. Il faut aussi préciser que leur plan diabolique consiste à faire chanter les autorités britanniques au moyen d'une prise d'otages pour les obliger à faire péter une bombe H sur l'Ecosse pour sauver la paix dans le monde, c'est dire leur niveau de connerie...

Image

Bon, évidemment, quand on regarde un film de ce genre, on sait qu'on ne va pas mater du Ken Loach, mais je m'attendais vraiment à plus de baston, de chique et de mollard, mais là, que dalle. Après, j'ai rien contre les films d'espionnage jouant plus sur le suspense mais avec un scénario aussi con que ça, je préfère que ça canarde plutôt que ça bavarde. Niveau casting, Lewis Collins est, comme à son habitude, monolithique et inexistant en héros, et Richard Widmark, annoncé en vedette, vient juste faire de la quasi-figuration à la fin en diplomate ricain pris en otage dans son ambassade avec une bande de vieux ronds-de-cuir en smokings et de vieilles rombières en robes de soie (les gardiens du monde libre, avec le portrait de Thatcher en cyble numéro 1 des ennemis de la démocratie !). Seule Judy Davis crève littéralement l'écran en terroriste et parvient à donner un peu d'épaisseur à l'ensemble, avec la relation amoureuse et adultère que le héros père de famille entretient avec elle jusqu'au bout. Au final, je ne regrette pas de l'avoir vu, car ça reste une curiosité, mais je suis quand même un poil déçu. Les films de la Cannon sont clairement plus funs.

Image

* Le scénario est co-écrit par George Markstein, co-auteur de la série "Le prisonnier", qui devait vraiment être dans un jour sans.

_________________
Image Image Image
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Google [Bot] et 7 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr