Forum Nanarland.com

Le forum des mauvais films sympathiques
Nous sommes actuellement le 08 Juil 2020 2:09

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 26 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Police federale Los Angeles - William Friedkin - 1985
MessagePublié: 11 Juin 2010 10:24 
Hors-ligne
Nanardeur + que respectable
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Août 2008 12:13
Messages: 636
Maintenant que tu parles de la musique du film, je me permets de rappeler qu'elle a été écrite par (Dieu ?) Wang Chung et qu'en effet, elle est vraiment très typée 80's.

Le thème du film : http://www.youtube.com/watch?v=vBVxvFxRClM

Le plus gros succès de Wang Chung, qu'on entend vers le milieu du film (quand Petersen va dans le bar topless) http://www.youtube.com/watch?v=xOxB55gIMgo

_________________
"Toi tu fermes ta gueule sinon je t'enfonce la tête dans ton cul et tu pourras plus causer que par ton trou de balle"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Police federale Los Angeles - William Friedkin - 1985
MessagePublié: 11 Juin 2010 11:07 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 02 Oct 2003 9:05
Messages: 1698
Localisation: incertaine
oui c'est bien celle là qu'on entend dans GTA vice city :)

_________________
"We have a portable potty"

"les hommes sont monogames, ils ne peuvent pas répondre au téléphone et faire autre chose en même temps" (sagesse populaire entendue dans un train)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Police federale Los Angeles - William Friedkin - 1985
MessagePublié: 21 Déc 2011 16:21 
Hors-ligne
Agrégé en nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Juin 2006 18:35
Messages: 1275
Localisation: Österreich, l'empire des Schnitzels, des Strudels, de la bière, du Sauerkraut et de Mozart.
Revu hier soir, la première fois depuis... plus de 20 ans !
N'a pas pris une ride. Marrant aussi de revoir Dafoe tout jeunot. Bravo à Petersen, absolument convainquant. Et puis ce final tellement inattendu ; j'adore quand on brise un peu les codes, moi. 8)

Ce film est tout simplement :worship: :worship: :worship: :worship: :worship: :worship: :worship: :worship: :worship: :worship: :worship: :worship: :worship: :worship: :worship: :worship: :worship: :worship: :worship: :worship: :worship:, etc.

Encore bravo, Friedkin !

_________________
Image
LINUX FOREVER!

MANISSA.WEEBLY


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Police federale Los Angeles - William Friedkin - 1985
MessagePublié: 26 Jan 2012 10:29 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 08 Mars 2007 9:48
Messages: 1749
Localisation: West from Germany
Je l'ai enfin vu cette nuit, et malgré l'heure avancée et la fatigue, je me suis accroché jusqu'au bout. Excellent, avec un montage très rapide, très efficace, des cadrages déprimants et la belle lumière dorée de L.A. (dans les bonus de Mulholland drive quelqu'un disait que la lumière de L.A. a la spécificité d'être dorée.) Mais également la belle lumière de L.A. by night, avec quelques vues comme dans Heat (quand de Niro est sur la terrasse avec sa chérie, et qu'il dit que la ville la nuit ressemble à l'océan avec ses milliers d'algues (ou de méduses je ne sais plus) phosphorescentes. On a même le bruit de la ville, qui est bien le même que dans Heat, cette ville donne l'impression d'avoir des caractéristiques uniques.

Spoiler : Il me semble que le personnage fanatique qui pète à la dynamite avant le générique de début est également interprété par Turturro !

Qui s'est inspiré de qui, entre Friedkin et Mann, je ne le sais, mais c'est clair qu'on est dans la même veine.

Spoiler : J'ai besoin d'aide pour comprendre un truc. Quand les "héros" s'emparent de l'asiatique pour lui piquer sa mallette contenant 50000 dollars, ils sont coursés par plein (trop ?) de sbires. Ces sbires sont-ils des malfrats ou bien des agents du FBI (puisque l'on apprend après que l'asiatique était du FBI) ?

Friedkin a ce don pour donner un aspect de documentaire à ce qu'il filme, c'est surpuissant. Et le truc le plus réaliste peut-être dans le film, c'est l'ignoble relation entre le "héros" et sa belle informatrice, c'est très très glauque.

_________________
Faut régler cette situation au plus vite, ce qui veut dire définitivement.
(Le boss dans Laser Force.)

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Police federale Los Angeles - William Friedkin - 1985
MessagePublié: 20 Sep 2012 11:30 
Hors-ligne
Agrégé en nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 05 Oct 2003 22:36
Messages: 1463
Localisation: Lutetia XVII ou Brigantia
Avis aux Parisiens

Il repasse au Grand Action Ecoles en ce moment, samedi 22 et mardi 25.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Police federale Los Angeles - William Friedkin - 1985
MessagePublié: 15 Juin 2014 19:20 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 09 Jan 2006 12:54
Messages: 4310
Localisation: Aux Studios MIRACLE :"Si C'est Un Bon Film,C'est Un MIRACLE!"
Un des plus grands polars jamais réalisés, tout simplement.

Un film qui démarre de façon relativement classique : un beau héros charismatique en relation fusionnelle avec une jeune fille magnifique, un méchant cinglé, un collègue flingué "à deux jours de la retraite", un nouveau coéquipier falot... Et pourtant, au fil du film, tout est totalement dynamité : la relation flic/copine de flic se révèle moins romantique que prévu puis totalement malsaine (ah, cette dernière scène de "sexe"... :| ), notre héros enfreint des lois au point d'en devenir en cours de métrage de plus en plus inquiétant. Et puis, comme il a souvent été dit dans ce topic, il y a cette manière unique qu'a Friedkin de donner à ses polars des allures de documentaire...

Pourtant le côté doc est moins marqué que dans French Connection, se mêlant admirablement avec une esthétique typiquement 80's qui devrait pourtant par sa nature même neutraliser d'emblée toute notion d'intentions réalistes. Mais ça passe. On a vraiment l'impression de voir les choses exactement comme elles se passent dans la vraie vie et petit à petit, on se retrouve face à un film dans lequel on sent que tout peut arriver, même le pire même si quelques notes d'humour désamorcent la tension comme par exemple cette poursuite dans l'aéroport où truand, flics en civil et flics en uniforme se retrouvent et s'entrebraquent jusqu'à l'arrivée d'un gars qui balance "moi, j'étais juste venu pisser". :-D

De ce point de vue, la fin est vraiment remarquable, allant très loin dans le refus du happy end tout en étant totalement pertinente par rapport au reste du film. Il y a bien sûr la mort de William Petersen, que non seulement on ne voit pas venir mais qui arrive brutalement, froidement, sans ralenti ni coéquipier désespéré qui hurle à la mort en tenant son pote dans ses bras. Et quand, au final, Willem Dafoe allonge John Pankow et pose une brassée de paille sur son corps afin de le faire brûler vif, on en est à se dire que le film pourrait très bien se finir comme ça, à la [célèbre western spaghetti] (évitons le spoil...). Mais, encore plus fort, quand on voit la scène finale, quand on comprend que Debra Feuer va vivre avec le coéquipier de Petersen le même cauchemar qu'avec ce dernier, on en vient presque à regretter que John Pankow n'ait pas été tué dans la scène finale.

A ça, il faut ajouter une des plus grandes scènes de poursuite en voiture de l'histoire du cinéma, qui n'est pour moi dépassée que par celle de French Connection et de Bullitt. On retrouve cette même construction, cette même montée de tension de plus en plus crispante au fur et à mesure. C'est pas juste un morceau de bravoure, une séquence à la gloire des cascadeurs mais une vraie scène dans laquelle le duo de flic franchit un cap, un point de non-retour, un moment où tout commence à devenir totalement dingue et où ils savent qu'ils sont prisonniers d'une histoire qui ne va pas les lâcher (sentiment confirmée par la révélation concernant le personnage enlevé et tué). Sinon, j'adore un des tous premiers plans de la poursuite, ce travelling latéral longeant le pont révélant successivement les flics dans une ruelle en contrebas puis leurs poursuivants sur le pont avant que les deux voitures se rejoignent au bout du pont. :worship:

_________________
Lawrence Woolsey, précédemment connu sous le pseudonyme de deathtripper21...

"Godfrey Ho a beau avoir trouvé des Kickboxeurs américains, le duel entre la mariée et la robe restera LA baston du film." Plissken


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 26 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr