Forum Nanarland.com

Le forum des mauvais films sympathiques
Nous sommes actuellement le 24 Jan 2021 21:43

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 284 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9 ... 15  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message:
MessagePublié: 17 Sep 2007 22:52 
Hors-ligne
Max Thayer lui doit tout!
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Sep 2003 20:08
Messages: 6155
Localisation: New York. Année : 2037. Mission: Rétablir l'ordre.
La Broche a écrit:
Je crois qu'une partie de la problèmatique qui nous interesse n'est paés directement liée à ce débat "film d'auteurs Vs gros films". C'est plutôt "pourquoi quand les français font un gros film, ils le font mal".
Pourquoi en france quand un film fantastique est lancé, il n'arrive pas à la cheville des récentes productions espagnoles, mexicaines ou anglaises. Pourquoi eux ils ont "Le labirynthe de Pan" et nous on se fade du Atomik Circus. Pourquoi nos comédies grand public nivellent par le bas avec un esprit beauf enervant, alors que les anglais ils ont Hot Fuzz, et les espagnols des gens comme Alex de la Iglesias... Pour moi, l'un des derniers bon films français grand public, dans le registre de la comédie, c'est OSS117.
Le pire c'est que par le passé, on a su faire des oeuvres grand public, de qualité et pas abrutissantes. Certains Bebel par exemple, ou certains Pierre Richard avec Depardieu.
C'est un peu vain d'opposer des petits auteurs aux grosses machines. Par contre, à budget equivalent et distribution aussi importante, il me semble qu'en ce moment on est nettement en dessous d'autres pays (angleterre, espagne, Corée...)


Et pourquoi est-ce que pour prendre le domaine du cinéma horrifique le cinéma américain actuel (ha, hem...) c'est "la colline a des yeux" "l'exorciste 20 ans après" "massacre à la tronçonneuse", "alien meets jason meets halloween 13 meets predator " soit la même chose depuis 30 ans avec les mêmes recettes lassantes et un niveau de créativité nulle alors que nous on fait "irreversible" "trouble every day" et "ponette"?

Du reste, le cinéma américain c'est de la merde et d'ailleurs, d'après wikipédia on le classer en deux catégories :
- les films de poursuite en bagnole et d'effets spéciaux débilitants qui s'adressent avant tout aux mômes de 14 ans et aux geeks
- les comédie pas drôles / vulgaires sentimentalo-sexualo-pudibondes pour trentenaires immatures ou adolescents attardés.


Je ne parle même pas du cinéma asiatique ou c'est soit :

- des films maniérés avec des histoires de tatane du sabre et des gunfights au ralenti
soit
- des drames contemplatifs d'une durée moyenne de trois heures cinquante-douze, chiants comme la mort, avec des fantômes à la con qui font de la danse contemporaine.

enfin tout ça pour signifier qu'il est facile de produire de bons gros clichés et de bons gros a priori bien globalisants qui ne veulent rien dire.

Le titre de ce thread est une honte.

Le cinéma français n'est ni pire ni meilleur qu'un autre : c'est de l'image et du son.


Dernière édition par le rôdeur le 17 Sep 2007 23:14, édité 1 fois au total.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 17 Sep 2007 23:14 
Hors-ligne
Nanardeur en progrès
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 22 Avr 2005 2:55
Messages: 473
Localisation: Across the 110th Street
Greyhunter a écrit:
(PS: moi c'est "haute tension" que je n'ai pas aimé, et pourtant il y avait la belge Cécile De France dedans...)


Et tu n'es pas le seul...

_________________
You Damn Right !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 18 Sep 2007 9:21 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 22 Déc 2003 10:26
Messages: 1615
Localisation: Sur un cheval, la corde au cou
le rôdeur a écrit:
enfin tout ça pour signifier qu'il est facile de produire de bons gros clichés et de bons gros a priori bien globalisants qui ne veulent rien dire.

Le titre de ce thread est une honte.

Le cinéma français n'est ni pire ni meilleur qu'un autre : c'est de l'image et du son.


Je ne te suis pas sur ton analyse cher Rôdeur, y'a du bon dans le ciné français, personne ne dit le contraire ici. La question c'est pourquoi on se surspécialise dans certains styles de film et que quand on essaie de sortir de ces schémas rabachés c'est la gaufre pitoyable 9 fois sur 10. Est-ce que tu trouves que la phrase précédent est un cliché, n'es-tu pas d'accord pour dire que, nonobstant la qualité des films (on sait faire de magnifiques drames), le cinéma français tourne un peu en rond sur les thématiques qu'il aborde ?

Prenons l'exemple du grand satan américain. Ok ils produisent énormément d'actioners décérébrés et de remakes foireux et inutiles, ok ils se sont signalés par de magnifiques comédies lourdingues pour teenagers. Mais à côté tu as Sundance qui a réussi à créer un buzz et à mettre en position enviable le cinéma d'auteur américain (parce que les producteurs se sont rendus compte que y'avait du flouze à faire là aussi évidemment). Tu as des documentaires engagés dont on pense ce qu'on veut mais qui existent, des films politiques, des thrillers, etc. Par contre je suis 100% d'accord pour dire que y'a une chose qu'ils savent plus faire c'est les films d'horreur/épouvante : ils se retrouvent soit à faire des remakes dispensables des vieux succès soit à repomper à leur sauce les films qui ont marché ailleurs (ring, grudge...).

J'aimerais faire ce constat pour la France, dire "on sait faire de tout et bien, c'est super !". Malheureusement les bons films hors comédie à la française et drame sentimentalo-intimiste ça reste une exception rarissime.

Le titre est un peu excessif, je te l'accorde, mais c'est un cri du coeur d'un gars qui sait que le potentiel est là (putain Aja, Siri, y'a de la relève !) mais que les ricains vont encore nous le piquer.

_________________
Le Eli Wallach suisse écrit dans Daily Movies ! Daily Movies, le mag qui défenestre les lamantins. Approuvé par les sbires et les Ninja Varriors !
http://www.daily-movies.ch


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 18 Sep 2007 9:35 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 30 Sep 2003 13:19
Messages: 5365
minsk a écrit:
Prenons l'exemple du grand satan américain. Ok ils produisent énormément d'actioners décérébrés et de remakes foireux et inutiles, ok ils se sont signalés par de magnifiques comédies lourdingues pour teenagers. Mais à côté tu as Sundance qui a réussi à créer un buzz et à mettre en position enviable le cinéma d'auteur américain (parce que les producteurs se sont rendus compte que y'avait du flouze à faire là aussi évidemment). Tu as des documentaires engagés dont on pense ce qu'on veut mais qui existent, des films politiques, des thrillers, etc. Par contre je suis 100% d'accord pour dire que y'a une chose qu'ils savent plus faire c'est les films d'horreur/épouvante : ils se retrouvent soit à faire des remakes dispensables des vieux succès soit à repomper à leur sauce les films qui ont marché ailleurs (ring, grudge...).


En parlant de ça est sorti récemment aux Etats-Unis "Hatchet" dont voici l'accorche :

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 18 Sep 2007 9:38 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 09 Jan 2007 14:39
Messages: 1737
Localisation: Derrière toi, un couteau nanar en plastique à la main...
Citer:
Le titre est un peu excessif, je te l'accorde, mais c'est un cri du coeur d'un gars qui sait que le potentiel est là (putain Aja, Siri, y'a de la relève !) mais que les ricains vont encore nous le piquer.

C'est assez normal qu'ils aillent bosser aux USA, si c'est là-bas qu'on leur propose du boulot. Si ils n'ont aucune proposition en France ou que les leurs y sont refusées, ils n'ont pas vraiment d'autre choix que le chômage ou s'expatrier.

En Belgique, on a un peu le même problème vis-à-vis de la France: on a quelques bons acteurs connus, mais la plupart viennent bosser en France, parce que la production cinématographique belge est quasi inexistante.

Citer:
En parlant de ça est sorti récemment aux Etats-Unis "Hatchet" dont voici l'accorche

Et ça est bien ou pas?

_________________
Sbel a écrit:
le Mengeance est un film qui se voit froid (moi je l'ai vu cuit, parce que j'avais un peu bu)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 18 Sep 2007 12:21 
Pour te répondre Greyhunter voilà, en France on est tellement complexé par la notion de "spectacle" entertainement comme l'entendent les anglo-saxon que le seul genre opérable en France, à savoir la comédie, grande tradition de chez nous, relègue systématiquement les acteurs à un standard, à savoir qu'iul ne seront pas considéré comme des gens biens, admissibles, réellement comédien tant qu'ils n'auront pas fait leur "preuve" dans un drame bien de chez nous. Un acteur qui se contente de la comédie -à l'exception peut-être de De Funes mais bon...- ne sera jamais prit en considération, d'où 354365 Césars pour Tchao Pantin, cette purge larmoyante alors que Coluche se montre autrement plus stupéfiant dans le Fou de Guerre -mais c'est un film rital, aha ça compte pas-. Par voie de conséquence tout film n'ayant prétention que de distraire -comme s'il s'agissait d'une insulte faite au cerveau français- se voit instamment taxé de panouille, film sans importance... etc. Un phénomène qui a tué les productions à la De Broca, assassiné les Audiards (qu'aujourd'hui le même intellectualisme facile reconnait comme un classique, toujours facile de faire entrer les morts au Panthéon) et globalement soumis le cinéma français à une réalité en l'état il ne s'exporte pas et ne peut même pas espérer le faire parce que les sujets qu'il aborde intéresse avant tout non pas les français dans leur ensemble, mais les par-is-iens (par exemple les atternoiments d'un quadra dans le 6ème) qui sont, comme tous les français le savent, le nombril doré de l'hexagone.

Et non le cinéma américain pas plus que le cinéma asiatique ne présentent les mêmes facilités, le même systématisme. Certes se sera la xème mouture d'Halloween mais Rob Zombie a visiblement sut en faire quelque chose, certe Hong Kong ou la Corée adorent les films de cap d'épée mais ils en profitent pour s'interroger sur leur passé et sur leur présent (Memories of Murder par exemple qui n'est pas un film de coup de tatane...), oui d'affreux gros gras film plein de flouze débarquent dans nos salles pour tout pomper le portefeuille et vider la tête, c'est un constat et j'en ai personnelement un peu marre de ne pas pouvoir aller voir un film sans que les affiches soient pleine de flingues mais dans sa globalité, que ce soit les films américains ou les films asiatiques ont une diversité et aucun complexe sur la coexistence dans cette diversité. Les mêmes producteurs vont nous chier un film d'action bourrin et Brokeback Mountain, là où nous petit pays frileux sortira des dizaines de films sur la sexualité des quadra en milieu urbain, ou le désespoir des jeunes de cité (autre grand thème du bourgeois "concerné") ou les doutes du trentenaire devant la paternité, la fidélité ou ta soeur sans laisser une seconde place à un cinéma moins chichiteux, moins prétentieux (moins cher, normalement aussi), un cinéma qui en utilisant parfois un genre (oh là là ! ) la science fiction ou le polard ou je ne sais quoi saura au mieux distraire (ça en France c'est mal) voir faire réfléchir (mais c'est impossible hein) sous le prétexte (argument des prod) que chez nous on ne sait pas faire ça. En effet on préfère s'en remettre au CV d'un Bustillo (forcément bon réal de genre puisque estampillé "Mad") et le laisser délirer en roue libre avec du faux sang sans borner sa "créativité" avec un brin de rigueur et si des Gans font un carton avec le Pacte, la grande discussion tournera autour du fait que Canal + s'est retrouvé en dépassement de budget. Autant dire qu'on préfère surtout ne pas sortir du cocon douillet de nos certitudes. Aucune notion de risque, aucun esprit d'aventure, un cinéma de bourge là où même à 65 millions de dollars les américains ou les coréens par exemple arrivent à rester des voyous dans les faits.

Et je ne parle même pas de la production audiovisuelle, il suffit de connaitre les commentaires de Desproges ou Gotlib en leur temps pour comprendre à quel point le niveau est affligeant. Mais encore une fois il ne s'agit pas seulement d'un problème professionel, Louis La Brocante, faramineux lourdaux ringard véhicule de valeurs limite giscardienne a récement éclaté l'audience de Prison Break... il n'y a pas de hasard. Pays de vieux ? Oui j'en ai peur.


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 18 Sep 2007 13:02 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 22 Déc 2003 10:26
Messages: 1615
Localisation: Sur un cheval, la corde au cou
pirate a écrit:
Les mêmes producteurs vont nous chier un film d'action bourrin et Brokeback Mountain, là où nous petit pays frileux sortira des dizaines de films sur la sexualité des quadra en milieu urbain, ou le désespoir des jeunes de cité (autre grand thème du bourgeois "concerné") ou les doutes du trentenaire devant la paternité, la fidélité ou ta soeur sans laisser une seconde place à un cinéma moins chichiteux, moins prétentieux (moins cher, normalement aussi), un cinéma qui en utilisant parfois un genre (oh là là ! ) la science fiction ou le polard ou je ne sais quoi saura au mieux distraire (ça en France c'est mal) voir faire réfléchir (mais c'est impossible hein) sous le prétexte (argument des prod) que chez nous on ne sait pas faire ça.


Je peux pas être plus d'accord !

_________________
Le Eli Wallach suisse écrit dans Daily Movies ! Daily Movies, le mag qui défenestre les lamantins. Approuvé par les sbires et les Ninja Varriors !
http://www.daily-movies.ch


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 18 Sep 2007 14:12 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 26 Sep 2004 23:45
Messages: 6644
Localisation: planète zorglub 3 ; dans la galaxie du bluk-bluk zogotounga
mouais, faut pas croire que le producteur américain a plus de couilles et est prêt à miser toute sa fortune sur le premier film de SF révolutionnaire venu. Là-bas, le cinéma est une industrie comme une autre, et le film un objet qui doit avant tout rapporter du fric (d'ailleurs il me semble que l'administration américaine ne considère pas le cinéma comme un objet culturel à part entière mais comme une simple industrie, ce qui permet à l'état d'aider à son exportation, et c'est pour faire du film un objet de consommation comme un autre que le gouvernement américain cherche à supprimer notre exception culturelle).
Donc faire du producteur américain un aventurier ça me fait un peu rire, parce que vu la situation du marché français par rapport au marché américain, c'est surtout le producteur français qui doit faire preuve de courage à chaque film.
Et puis faut pas oublier que le cinéma ce n'est pas que de la production, et si on doit taper sur les doigts de certains il ne faut pas non plus oublier les distributeurs et les exploitants, qui niveau courage ne sont pas non plus des modèles du genre.

_________________
http://www.rotorfrance.com/
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 18 Sep 2007 14:35 
Je ne prétend qu'ils sont plus courageux, en fait ils sont à ce sujet parfaitement anglo saxon c'est à dire pragmatique, un Brokeback Moutain n'est pas produit pour autre chose que l'international et le prestige tout comme l'est Tarantino. C'est un produit d'appel. En France nous faisons l'exact contraire, aucun produit d'appel pour l'international (ce qui est en revanche la politique de Besson) et des zillions de films sans grand intéret pour que Libération et Télérama puisse se pâmer devant Amalric (par exemple) bref nous ne considérons pas le cinéma comme une industrie (mon dieu c'est trop vulgaire) mais donc un Art avec un A majuscule de sept mètres de haut... bien entendu pas question de rediscuter l'avance sur recette ou de laisser les vilains ricains nous occulter l'exception culturelle (expression vide de sens d'ailleurs) et encore moins de se laisser à rêver d'un cinéma pas cher mais rentable parce que classé B. Non, le cinéma hein faut laisser ça aux Auteurs (on devrait dire Hauteur) l'argent c'est si vulgaire... du moins tant qu'il est dans la poche des autres. Bourgeois je vous dit.
Quand aux distributeurs croient bien qu'ils se laisseraient volontier tenter par un autre cinéma français (en rêvant imaginons une nouvelle vague faite de petit polard et petit film d'horreur comme on a parfaitement sut en faire entre 1930 et 1968...) ne serait ce que parce que sur la masse globale des films US il y a beaucoup de déchet qui arrive ici (Rogue par exemple) et ne font qu'occuper les salles dans le but de gratter le fond du tiroir sans rapporter ce que leur occupation massive devrait le laisser croire. A force de penser qu'il n'y a qu'un seul système de valable on fini tous par avaler une seule et même chose, de la merde.


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 18 Sep 2007 18:25 
Hors-ligne
Nanardeur en progrès
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 10 Juil 2006 19:14
Messages: 476
Localisation: Lugdunum
pirate a écrit:
et des zillions de films sans grand intéret pour que Libération et Télérama puisse se pâmer devant Amalric (par exemple)



:shock: Je ne vais pas répèter le message du rodeur mais les gros a priori à 2 balles comme quoi en france on fait que des films intello bourgeois chiants à mourir, on les garde pour soi.
Mais je ne vais pas laisser une attaque stupide contre Amalric qui est de loin mon acteur français favori. Le monsieur ne tourne pas dans des zillions de film sans intérêt au contraire de ta phrase stupide et totalement gratuite.

Si c'est pour remplir un topic de plus en plus de gros a prioris et qui ne fait que patiner sur les clichés depuis quelques pages, mieux vaut vous taire. Ca commence à devenir pathétique...


Filmo sélective de l'acteur aux zillions de films sans intérêt :

Les favoris de la lune de Otar Iosseliani(1984)
La chasse aux papillons de Otar Iosseliani (1992)
La sentinelle de Arnaud Desplechin (1992)
Comment je me suis disputé ... ma vie sexuelle de Arnaud Desplechin (1996)
Généalogie d'un crime de Raoul ruiz (1997)
Alice et martin de André Téchiné (1998)
Fin Août, début septembre de Olivier Assayas (1999)
Adieu plancher des vaches de Otar iosseliani (1999)
La fausse suivante de Benoït Jacquot (2000)
Un homme, un vrai de Jean marie larrieu (2003)
Rois et reines de Arnaud Desplechin (2004)
La moustache d'Emmanuel carrère (2005)
Munich de Steven Spielberg (2006)
Marie antoinette de Sofia Coppola (2006)
Quand j'étais chanteur de Xavier Giannoli (2006)
Le scaphandre et le papillon de Julian Schnabel (2007)
La question humaine de Nicolas Klotz (2007)

Matez au moins 5 films du monsieur pour vous faire une opinion construite à son sujet et vous verrez que si la presse se pâme devant le bonhomme, ce n'est peut-être pas pour rien.

_________________
http://www.spidart.com


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 18 Sep 2007 18:39 
Hors-ligne
Nanardeur en progrès
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 10 Juil 2006 19:14
Messages: 476
Localisation: Lugdunum
pirate a écrit:
Non, le cinéma hein faut laisser ça aux Auteurs (on devrait dire Hauteur) l'argent c'est si vulgaire... du moins tant qu'il est dans la poche des autres. Bourgeois je vous dit.


Là tu sors définitivement :lol: Les dits auteurs pensent baucoup plus à l'argent que tu le dis et ne l'ont pas en horreur puisque c'est leur condition sine qua non pour tourner leur prochain film. Ils pensent constamment à rentrer dans leur frais et à rentabiliser leurs budgets. Je t'accorde qu'ils savent qu'ils ne vont pas devenir millionnaires mais de là à dire qu'ils considèrent l'argent comme vulgaire parce qu'ils n'en ont pas c'est de la connerie, du cliché et de l'a priori de café du commerce.

Je rappelle ce qui précède:


Citer:
bref nous ne considérons pas le cinéma comme une industrie (mon dieu c'est trop vulgaire) mais donc un Art avec un A majuscule de sept mètres de haut... bien entendu pas question de rediscuter l'avance sur recette ou de laisser les vilains ricains nous occulter l'exception culturelle (expression vide de sens d'ailleurs) et encore moins de se laisser à rêver d'un cinéma pas cher mais rentable parce que classé B. Non, le cinéma hein faut laisser ça aux Auteurs


Pas mal de conneries. Le cinéma français est bien considéré comme une industrie par ecs acteurs. Les aspects financiers y sont primordiaux. Tu crois que les producteurs ont plaisir à faire des pertes. QUand tu vois comme un mec comme Brisseau en chie pour bâtir un budget et réunir les fonds pour son prochain film, sache qu'il est bien conscient lui que le cinéma est une industrie.

_________________
http://www.spidart.com


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 18 Sep 2007 20:01 
Hors-ligne
Une main de fer dans un gant...de fer
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Sep 2003 20:36
Messages: 3292
Localisation: dans un carton au bord de l'autoroute
Gallo, je comprend que tu prennes ce débat à coeur, mais du calme voyons, continuons de parler tranquillement et d'exposer nos avis avec serenité sans agresser les autres SVP.
( Ce n'est que de la bobine Merde!:wink: )
:D

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 18 Sep 2007 20:04 
Hors-ligne
Nanardeur en progrès
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 10 Juil 2006 19:14
Messages: 476
Localisation: Lugdunum
tante pony a écrit:
Gallo, je comprend que tu prennes ce débat à coeur, mais du calme voyons, continuons de parler tranquillement et d'exposer nos avis avec serenité sans agresser les autres SVP.
( Ce n'est que de la bobine Merde!:wink: )
:D


Ceux que je blesse, je m'en excuse :wink:

Bon je suis un peu sanguin en débat, le prenez pas mal :P

_________________
http://www.spidart.com


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 18 Sep 2007 20:49 
Hors-ligne
Une main de fer dans un gant...de fer
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Sep 2003 20:36
Messages: 3292
Localisation: dans un carton au bord de l'autoroute
Y'a pas de mal :wink:

Et almaric, il pue du troufignard.
Ca va je plaisante hein... :-D

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 18 Sep 2007 21:09 
Hors-ligne
Nanardeur en progrès
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 03 Jan 2005 18:22
Messages: 250
Localisation: Sur le carreau de la salle de montage de Cine Excel!
Je pense qu'on sous estime aussi pas mal l'effet loupe qui agit énormément sur le point de vue qu'on peut avoir sur le cinéma de tel ou tel pays. Imaginez un pays qui ne reçoit que Taxi, Haute tension, Nid de guèpes, Oss117, De battre mon coeur s'est arrêté, le convoyeur, les triplettes de belleville, la marche de l'empereur, être et avoir, on doit se dire quelle variété dans le cinéma français!! Je peux vous dire que pour un "la chute" ou "goodbye lenin", les cinés allemands sont eux aussi peuplés de comédies bas de plafond, proprement inexportables!! Et j'insiste sur la notion de comédies puisque je pense vraiment que cette notion de comédies beaufs est vraiment commune à tous les pays!

_________________
"Larry, Robert, Rose, Tous les recherchés d'Interpol sont dans cette cassette t'entends?"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 18 Sep 2007 22:54 
Hors-ligne
Max Thayer lui doit tout!
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Sep 2003 20:08
Messages: 6155
Localisation: New York. Année : 2037. Mission: Rétablir l'ordre.
mon post n'était pas une charge contre le cinéma US ou asiatique mais contre les clichés sur le cinéma français, en reprenant ironiquement les clichés sur le ciné US et asiatique que pourraient par exemple emmettre quelqu'un qui ne s'y intéresserait que de très loin, ou n'aimerait pas.

Qu'est ce qu'on dirait si quelqu'un ouvrait un fil de discussion intitulé "pourquoi le ciné américain fait pitié ?" en disant que c'est rien que du disneyland décérébré ou du sentimentalo-gnangnan en classant dans ces deux catégories tout et n'importe quoi ? (Cronenberg avec Catwoman et Cassavetes avec les navets de Sandra Bullock genre "28 jours en sursis")

Mais concernant le ciné français, ça ne gène pas.

le cinéma français c'est toujours pareil : du commercial pourri (avec quelques variantes qui vont du pseudo-hollywoodien au rabais au comique familial inepte) ou du nombrilisto intellectualo auteuro chiant (en gros, tout le reste, tout ce qui ne passe pas dans les multiplexes). Et pis c'est tout.

A l'arrivée, il y a autant de différences -pour prendre deux films à l'affiche - entre "astrée et céladon" et "la question humaine" qu'entre Marivaux et Houellebecq, mais c'est pas grave... On fout tout dans le même sac, on étiquette "intello nombriliste" et zou ! au vide-ordures !

Et puis entendre dire qu'en France on ne sait pas faire de films de genre en prenant l'exemple du polar, c'est dur, vraiment dur à entendre pour un fan de polar français comme moi.

Qu'on dise qu'il n'y pas tellement de western, de péplums, de gore ou de SF, je veux bien (encore que... pour la SF il y a quand même "immortel" et "la soupe au choux", les mecs, La Denrée, quoi, bordel !) mais pas de polars français, alors là... non, moi je dis STOP.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 18 Sep 2007 23:01 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Sep 2003 16:09
Messages: 4808
Localisation: Ploumizolin
le rôdeur a écrit:
La Broche a écrit:
Je crois qu'une partie de la problèmatique qui nous interesse n'est paés directement liée à ce débat "film d'auteurs Vs gros films". C'est plutôt "pourquoi quand les français font un gros film, ils le font mal".
Pourquoi en france quand un film fantastique est lancé, il n'arrive pas à la cheville des récentes productions espagnoles, mexicaines ou anglaises. Pourquoi eux ils ont "Le labirynthe de Pan" et nous on se fade du Atomik Circus. Pourquoi nos comédies grand public nivellent par le bas avec un esprit beauf enervant, alors que les anglais ils ont Hot Fuzz, et les espagnols des gens comme Alex de la Iglesias... Pour moi, l'un des derniers bon films français grand public, dans le registre de la comédie, c'est OSS117.
Le pire c'est que par le passé, on a su faire des oeuvres grand public, de qualité et pas abrutissantes. Certains Bebel par exemple, ou certains Pierre Richard avec Depardieu.
C'est un peu vain d'opposer des petits auteurs aux grosses machines. Par contre, à budget equivalent et distribution aussi importante, il me semble qu'en ce moment on est nettement en dessous d'autres pays (angleterre, espagne, Corée...)


Et pourquoi est-ce que pour prendre le domaine du cinéma horrifique le cinéma américain actuel (ha, hem...) c'est "la colline a des yeux" "l'exorciste 20 ans après" "massacre à la tronçonneuse", "alien meets jason meets halloween 13 meets predator " soit la même chose depuis 30 ans avec les mêmes recettes lassantes et un niveau de créativité nulle alors que nous on fait "irreversible" "trouble every day" et "ponette"?

Du reste, le cinéma américain c'est de la merde et d'ailleurs, d'après wikipédia on le classer en deux catégories :
- les films de poursuite en bagnole et d'effets spéciaux débilitants qui s'adressent avant tout aux mômes de 14 ans et aux geeks
- les comédie pas drôles / vulgaires sentimentalo-sexualo-pudibondes pour trentenaires immatures ou adolescents attardés.


Je ne parle même pas du cinéma asiatique ou c'est soit :

- des films maniérés avec des histoires de tatane du sabre et des gunfights au ralenti
soit
- des drames contemplatifs d'une durée moyenne de trois heures cinquante-douze, chiants comme la mort, avec des fantômes à la con qui font de la danse contemporaine.

enfin tout ça pour signifier qu'il est facile de produire de bons gros clichés et de bons gros a priori bien globalisants qui ne veulent rien dire.

Le titre de ce thread est une honte.

Le cinéma français n'est ni pire ni meilleur qu'un autre : c'est de l'image et du son.


Ben je suis désolé que tu le prennes sur ce ton... mais je persiste à penser qu'on a encore le droit de dire du mal du cinéma français. Je n'ai jamais dit qu'il ne produisait pas de bon film, mais simplement que dans certains registres il n'était pas bon (le fantastique, la SF et la comédie vraiment drôle et populaire en même temps).
J'y peut rien c'est l'impression que j'ai... L'année dernière j'ai pris principalement deux claques, "les fils de l'homme" et "le Labyrinthe de Pan". Et bien je n'imagine pas à l'heure actuelle que de tels films puissent être réalisés et produits par des français.
J'aimerais par exemple qu'on m'explique comment un téléfilm à peine sympathique comme "Ne le dit à personne" a pu avoir plusieurs Césars et passer pour un bon film de cinéma. Ce truc c'est même pas du cinoche !

[edit : tu as répondu entre temps]

_________________
"Heureusement pour l'harmonie du post-apo international, le casting termine dans une carrière abandonnée."
©Kobal


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 18 Sep 2007 23:15 
Hors-ligne
Nanardeur + que respectable
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 11 Déc 2004 15:26
Messages: 594
le rôdeur a écrit:
mon post n'était pas une charge contre le cinéma US ou asiatique mais contre les clichés sur le cinéma français, en reprenant ironiquement les clichés sur le ciné US et asiatique que pourraient par exemple emmettre quelqu'un qui ne s'y intéresserait que de très loin, ou n'aimerait pas.

Qu'est ce qu'on dirait si quelqu'un ouvrait un fil de discussion intitulé "pourquoi le ciné américain fait pitié ?" en disant que c'est rien que du disneyland décérébré ou du sentimentalo-gnangnan en classant dans ces deux catégories tout et n'importe quoi ? (Cronenberg avec Catwoman et Cassavetes avec les navets de Sandra Bullock genre "28 jours en sursis")

Mais concernant le ciné français, ça ne gène pas.

le cinéma français c'est toujours pareil : du commercial pourri (avec quelques variantes qui vont du pseudo-hollywoodien au rabais au comique familial inepte) ou du nombrilisto intellectualo auteuro chiant (en gros, tout le reste, tout ce qui ne passe pas dans les multiplexes). Et pis c'est tout.

A l'arrivée, il y a autant de différences -pour prendre deux films à l'affiche - entre "astrée et céladon" et "la question humaine" qu'entre Marivaux et Houellebecq, mais c'est pas grave... On fout tout dans le même sac, on étiquette "intello nombriliste" et zou ! au vide-ordures !

Et puis entendre dire qu'en France on ne sait pas faire de films de genre en prenant l'exemple du polar, c'est dur, vraiment dur à entendre pour un fan de polar français comme moi.

Qu'on dise qu'il n'y pas tellement de western, de péplums, de gore ou de SF, je veux bien (encore que... pour la SF il y a quand même "immortel" et "la soupe au choux", les mecs, La Denrée, quoi, bordel !) mais pas de polars français, alors là... non, moi je dis STOP.


Je pense aussi qu'il y a un effet qui consiste à voir sa propre culture de façon négative : au Japon par exemple, j'ai lu que pas mal de jeunes se foutaient de la production locale pour y preferer la nouvelle vague française :shock:
La production de notre pays nous étant la plus facile à voir, il est évident qu'on s'en lasse rapidement. Franchement, les comédies débiles chinoises, c'est pas mieux que notre Michael Youn national ( je parle pas de Stephen Show hein ! ).

Objectivement, des cinémas européens, on est quand même un des rares à accuser plutôt bien le coup non ? Les allemands c'est 5 films visibles à l'extérieur depuis 10 ans, les italiens pas beaucoup mieux, les allemands idem. Alors qu'un Noe, un Dumont, un Kassovitz ou une Claire Denis, on aime ou pas ( et certains je les déteste ) mais ça a une certaine ambition.

Par contre, le rôdeur, même si je suis sur le fond assez d'accord avec toi, tu vois un polar français depuis les années 70 ( donc on ne cite ni Corneau ni Melville ni Verneuil :twisted: ) rivalisant avec un Little Odessa, un Heat, un Collateral ou un King of New York ?
Ou, à Hong-Kong, avec les John Woo ( bon, OK c'est pas vraiment du polar ), les Johnnie To ou les classiques de l'âge d'or ?

_________________
Quand ce sera la fin de la musique, ramasse ton pistolet et essaye de me tuer.
Essaye.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 19 Sep 2007 0:25 
Hors-ligne
Max Thayer lui doit tout!
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Sep 2003 20:08
Messages: 6155
Localisation: New York. Année : 2037. Mission: Rétablir l'ordre.
Borislehachoir a écrit:
le rôdeur a écrit:
mon post n'était pas une charge contre le cinéma US ou asiatique mais contre les clichés sur le cinéma français, en reprenant ironiquement les clichés sur le ciné US et asiatique que pourraient par exemple emmettre quelqu'un qui ne s'y intéresserait que de très loin, ou n'aimerait pas.

Qu'est ce qu'on dirait si quelqu'un ouvrait un fil de discussion intitulé "pourquoi le ciné américain fait pitié ?" en disant que c'est rien que du disneyland décérébré ou du sentimentalo-gnangnan en classant dans ces deux catégories tout et n'importe quoi ? (Cronenberg avec Catwoman et Cassavetes avec les navets de Sandra Bullock genre "28 jours en sursis")

Mais concernant le ciné français, ça ne gène pas.

le cinéma français c'est toujours pareil : du commercial pourri (avec quelques variantes qui vont du pseudo-hollywoodien au rabais au comique familial inepte) ou du nombrilisto intellectualo auteuro chiant (en gros, tout le reste, tout ce qui ne passe pas dans les multiplexes). Et pis c'est tout.

A l'arrivée, il y a autant de différences -pour prendre deux films à l'affiche - entre "astrée et céladon" et "la question humaine" qu'entre Marivaux et Houellebecq, mais c'est pas grave... On fout tout dans le même sac, on étiquette "intello nombriliste" et zou ! au vide-ordures !

Et puis entendre dire qu'en France on ne sait pas faire de films de genre en prenant l'exemple du polar, c'est dur, vraiment dur à entendre pour un fan de polar français comme moi.

Qu'on dise qu'il n'y pas tellement de western, de péplums, de gore ou de SF, je veux bien (encore que... pour la SF il y a quand même "immortel" et "la soupe au choux", les mecs, La Denrée, quoi, bordel !) mais pas de polars français, alors là... non, moi je dis STOP.


Je pense aussi qu'il y a un effet qui consiste à voir sa propre culture de façon négative : au Japon par exemple, j'ai lu que pas mal de jeunes se foutaient de la production locale pour y preferer la nouvelle vague française :shock:
La production de notre pays nous étant la plus facile à voir, il est évident qu'on s'en lasse rapidement. Franchement, les comédies débiles chinoises, c'est pas mieux que notre Michael Youn national ( je parle pas de Stephen Show hein ! ).

Objectivement, des cinémas européens, on est quand même un des rares à accuser plutôt bien le coup non ? Les allemands c'est 5 films visibles à l'extérieur depuis 10 ans, les italiens pas beaucoup mieux, les allemands idem. Alors qu'un Noe, un Dumont, un Kassovitz ou une Claire Denis, on aime ou pas ( et certains je les déteste ) mais ça a une certaine ambition.

Par contre, le rôdeur, même si je suis sur le fond assez d'accord avec toi, tu vois un polar français depuis les années 70 ( donc on ne cite ni Corneau ni Melville ni Verneuil :twisted: ) rivalisant avec un Little Odessa, un Heat, un Collateral ou un King of New York ?
Ou, à Hong-Kong, avec les John Woo ( bon, OK c'est pas vraiment du polar ), les Johnnie To ou les classiques de l'âge d'or ?


Ben je trouve qu'on a une excellente tradition de polars et de films noirs. Elle s'est un peu interrompue au début des années 90 et redémarre lentement depuis quelques années mais même au delà des années 70, il y a eu de très bonnes choses. Un vrai genre à part entière avec un ton très spécifique (et même des zèderies afférentes ce qui est le signe d'un genre prospère).

Pour citer des titres, dans les années 80, j'aime beaucoup des films comme "le dossier 51" "le bar du téléphone" "extérieur nuit" "les mois d'avril sont meutriers" "poussière d'ange" "garde à vue" "un dimanche de flic" "un assassin qui passe" enfin, toute cette vague de polars tristes, ce qu'on a appellé "le polar métaphysique" parce qu'il y avait souvent un personnage central désabusé qui soliloquait. mais il n'y a pas que ça, il y a eu aussi pas mal de polars plus grand public que j'aime bien même s'ils sont moins réussis (comme "la crime" dont les dialogues de JP Manchette tuent) Et pis voilà, quoi, il y a aussi Chabrol, Tavernier, Serge Leroy, plein de trucs, y compris dans la production télévisuelle qui regorgeait de polars (ça l'a d'ailleurs un peu tué). j'aime moins les trucs plus "branchés" de l'époque (et aujourd'hui un peu ringue, comme "Urgence" ou "la balance" ou "la guerre des polices"), pas super fan des Delon/Belmondo non plus, les plus connus ne sont pas les meilleurs. et modérément des polars de la fin des années 80 qui tournaient à l'humour agressif comme "poulet au vinaigre" ou "sale destin", encore que j'aime bien les regarder.

C'est d'ailleurs assez marrant cette évolution dans les années 70/80 : des trucs froids à la mécanique implacable genre melville / corneau, puis des trucs de plus en plus désespérés et flous, puis carrément cyniques ou absurdes, puis gagnés par le fantastique (comme la série sueurs froides) pour aboutir au début des années 90 par des choses comme "délicatessen" ou "adrénaline" ou "baxter" qui ne sont plus des polars mais qui en dérivent presque logiquement.

Plus récemment j'ai vraiment été scotché par "sur mes lèvres" "à vendre" "l627" "scènes de crime". Enfin, je trouve qu'il y a beaucoup de polars français valables. Evidemment c'est d'un autre style que John Woo (c'est plus proche de Little Odessa), et, ceci dit, j'adore Michael Mann aussi !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 19 Sep 2007 7:48 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 12 Sep 2004 18:19
Messages: 3688
Localisation: Cherche sont beschrell
La Broche a écrit:
J'aimerais par exemple qu'on m'explique comment un téléfilm à peine sympathique comme "Ne le dit à personne" a pu avoir plusieurs Césars et passer pour un bon film de cinéma. Ce truc c'est même pas du cinoche !



Et moi, pourquoi Amélie Poulain a eu celui du meilleur décor alors qu'a coté il y avait le pacte des loups
j'ai rien contre Amélie Poulain, mais le décor c'est Paris et Montmartre donc niveau boulot ça me semble plus limité.

_________________
Image

Guilty Greg


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 284 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9 ... 15  Suivant

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr