Forum Nanarland.com
https://forum.nanarland.com/

Django - Sergio Corbucci - 1966
https://forum.nanarland.com/viewtopic.php?f=29&t=13555
Page 2 sur 2

Auteur:  Spoon [ 23 Nov 2007 15:10 ]
Sujet du message: 

Troglodyte a écrit:
. . Qui pourrait m'aider ? Il me semble, il y a plusieurs années, avoir vu un Django qui commence avec Django tirant son cercueil en marchant dans la boue sous une pluie battante et de nuit, et qui ne laissait apparaitre le contenu du cercueil qu'à la toute fin du film, qui s'achevait avec une scène de massacre dans la rue. Ma mémoire défaille-t-elle ou bien s'agit-il d'un autre film de Django ?


D'apres ta description il s'agit bien du premier Django mais tu inverse les scènes. Sinon il y a bien une suite semi-officielle, une prequelle de Django 'Django, prépare ton cercueil' (Preparati la bara) en 1967 qui se termine en dévoilant la gatling à la fin mais dans un cimetierre et non dans une rue.

Auteur:  Buck Banzai [ 29 Mars 2020 17:27 ]
Sujet du message:  Re: Django - Sergio Corbucci - 1966

Image

Les films de Sergio Leone sont un peu à part car ce type était un génie. Ses westerns étaient pensés comme des oeuvres d'art. Leur mise en scène était millimétrée. Tout était réfléchi, sous-pesé. DJANGO est finalement plus représentatif du western italien dans sa globalité. Cette vision crasseuse de l'ouest américain est effectivement héritée de Leone, cette vision romantique aussi, mais, pour le reste, c'est techniquement bien moins ambitieux, moins arty, mais plus rock & roll. On reconnait bien la patte italienne avec cette violence outrancière qui caractérisera progressivement le cinéma populaire rital jusqu'aux années 80. Les deux coups de génie sont ce village boueux et détrempé semblant tout droit sorti d'un cauchemar, et cette image du héros solitaire trainant un cercueil, image qui donne une touche presque fantastique au film. Les dialogues sont plutôt cools avec une série de joutes verbales assez savoureuses. Dans le bonus du DVD, il est expliqué que Sergio Corbucci travaillait "à l'instinct" et improvisait beaucoup pendant le tournage en terme de mise en scène. Ce qui explique peut-être la rage de certaines séquences (la méga-fusillade à la mitrailleuse) et l'approximation d'autres (la fusillade après l'attaque du coffre de Jackson dont la "chorégraphie" laisse à désirer). Un puis un truc me fait délirer : c'est tout l'effort que fait le héros pour voler l'or du mexicain... pour que finalement le butin soit bêtement perdu à cause d'un coup de fusil qui part accidentellement ! :lol:

Page 2 sur 2 Heures au format UTC + 1 heure
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
http://www.phpbb.com/