Forum Nanarland.com

Le forum des mauvais films sympathiques
Nous sommes actuellement le 08 Juil 2020 2:29

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 69 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: Shutter Island -Scorsese - 2009
MessagePublié: 25 Juin 2009 10:25 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 22 Déc 2003 10:26
Messages: 1618
Localisation: Sur un cheval, la corde au cou
Image

Adapté d'un roman de Dennis Lehane (Mystic River et Gone Baby Gone) Scorsese revient au thriller après son sympa Les Nerfs à vif. Vu le cadre (un asile de fous à l'ancienne), il y aura sûrement une dimension épouvante.

Shutter Island nous emmène sur une île au large de Boston, au sein d’un hôpital psychiatrique où sont enfermés de dangereux criminels sous la supervision d’un praticien (Ben Kingsley) adeptes des traitements de choc. Teddy Daniels (Leonardo DiCaprio), U.S. Marshal de sa profession, se rend sur les lieux afin d’enquêter sur la disparition d’une patiente (Emily Mortimer). Très vite, il se heurte à l’hostilité du personnel médical, peu désireux de lui fournir accès aux dossiers de leurs pensionnaires. Profitant d’un ouragan qui exclut toute communication avec le monde extérieur, plusieurs malades s’échappent, tandis que Daniels accumule des indices qui commencent à lui faire douter de l’honnêteté de son partenaire (Mark Ruffalo) et le précipitent en plein cauchemar, au risque d’y perdre la raison, puis la vie… Un chouette casting auquel s'ajoutent Max Von Sydow, Jackie Earle Haley, Elias Koteas et Ted Levine.

La BA est trouvable partout sur le web et ça a l'air bien comme il faut !

_________________
Le Eli Wallach suisse écrit dans Daily Movies ! Daily Movies, le mag qui défenestre les lamantins. Approuvé par les sbires et les Ninja Varriors !
http://www.daily-movies.ch


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 25 Juin 2009 10:31 
Hors-ligne
Nanar un jour, nanar toujours
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 21 Nov 2005 21:25
Messages: 2534
Localisation: "dans une partouze à Troyes, en train de jeter du pop corn"
Le bouquin est très bon.

_________________
"rhaaa aaahaaa regardez qui est là, cette salope de Solange !"

( femmes en cage )


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 01 Juil 2009 13:31 
Hors-ligne
Nanardeur + que respectable
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 13 Mars 2009 14:25
Messages: 625
Localisation: Actuellement, dans une roulotte de la Caravane de l'Etrange...
Moi, quand je lis un article, j'aime avoir tout sous la main, alors :

Trailer : http://www.youtube.com/watch?v=RdumGs1qoXM

Moi, je suis chiant, je sais. :-D


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 27 Fév 2010 19:27 
Hors-ligne
Apprenti Nanardeur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 18 Sep 2006 18:11
Messages: 66
Vu cet après-midi. Très bien.

C'est un Scorsese péchu, bien mené. En plus, sur le fond, il tient bien son sujet de manière assez réaliste finalement.

Pour une fois un sujet difficile et pénible n'est pas traité juste pour faire du spectacle et des retournements de situation. Là, on a tout le même le droit à une réflexion sur les maladies mentales, leurs traitements. C'est bien sûr extrême mais il faut tenir compte de la période historique et de l'après-guerre. Il y a beaucoup de références à la présence de la violence dans la société et en l'être humain. On retrouve aussi ce personnages souvent représentés par Scorsese de types borderline, mais cette fois-ci abordé dans une veine plus brutale et directe, avec presque un accent "Lynchien" par moment (écoutez le son grave au début du film).


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 28 Fév 2010 11:12 
Hors-ligne
Nanardeur + que respectable
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 12 Août 2008 0:24
Messages: 699
Ce qui serait bien, ce serait qu'avant de faire votre critique de ce film, vous disiez déjà si vous avez aimé les trois collaborations "Scorcese - Leonardo Leptigro". Ca me permettrait de me faire un avis sur votre avis.

Ca a l'air très tentant comme film, mais j'ai peur d'être à nouveau déçu.

_________________
wallflowers a écrit:
bon les loosers, vous êtes gentils mais évitez de me parler comme des geeks ultimes, ça m'emmerde un peu.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 28 Fév 2010 17:47 
Hors-ligne
Apprenti Nanardeur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 18 Sep 2006 18:11
Messages: 66
Brokenail a écrit:
Ce qui serait bien, ce serait qu'avant de faire votre critique de ce film, vous disiez déjà si vous avez aimé les trois collaborations "Scorcese - Leonardo Leptigro". Ca me permettrait de me faire un avis sur votre avis.

Ca a l'air très tentant comme film, mais j'ai peur d'être à nouveau déçu.


C'est vrai, on est souvent déçus.

Pas facile de me situer par rapport à Di Caprio surtout:
Les infiltrés: je ne m'en souviens plus vraiment. Cela veut dire que je n'ai pas accroché au point d'en faire mon film fétiche.
Gangs of new york: j'étais resté un peu gêné avec ce film. Je l'avais trouvé trop extrême sur le plan de la violence représentée.
Aviator: j'avais bien aimé, mais sans plus.

En fait ce n'est avec Di Caprio que j'apprécie le plus Scorsese. Celui que j'aime le plus: taxi driver. After hours. Bringing out the deads, Les nerfs à vif, et puis ensuite, La dernière tentation du Christ, La valse des pantins. Mean streets.

Pour être franc, shutter island ne me semble pas entrer dans les chefs d'oeuvre absolus que je viens de citer. Mais il reste tout à fait recommandable.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 01 Mars 2010 20:13 
Hors-ligne
Agrégé en nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 31 Juil 2004 13:12
Messages: 1436
Localisation: Devant un ordinateur.
brunet a écrit:
Vu cet après-midi. Très bien.

C'est un Scorsese péchu, bien mené. En plus, sur le fond, il tient bien son sujet de manière assez réaliste finalement.

Pour une fois un sujet difficile et pénible n'est pas traité juste pour faire du spectacle et des retournements de situation. Là, on a tout le même le droit à une réflexion sur les maladies mentales, leurs traitements. C'est bien sûr extrême mais il faut tenir compte de la période historique et de l'après-guerre. Il y a beaucoup de références à la présence de la violence dans la société et en l'être humain. On retrouve aussi ce personnages souvent représentés par Scorsese de types borderline, mais cette fois-ci abordé dans une veine plus brutale et directe, avec presque un accent "Lynchien" par moment (écoutez le son grave au début du film).

Alors c'est lequel? Tu peux pas avoir les deux.

C'est certainement pas réaliste, et s'il y a du Lynch, c'est surtout dans la passion pour les films noirs. Autrement, y a un peu d'Hitchcock et du Aldrich, et d'autres séries B des 50s. Je l'ai aimé en tant que tel. Autrement, la photo est grandiose (merci le chef op de Tarantino!), et une grande partie du cast (dont 1/3 a été piqué à Zodiac) sont parfaits dans leurs rôles (pas tellement DiCaprio et Patricia Clarkson, par contre Ben Kingsley, Ted Levine, Jackie Earle Haley et Emily Mortimer sont super fun à regarder).

Pour ce qui est du twist... Permettez : SPOILER

Voilà c'est mieux.

Bah, j'avais des doutes depuis la bande-annonce, puis on m'a spoilé (merci commentateur anonyme de youtube! J'espère que tu crèveras dans les souffrances les plus abominables pour ton crime). Mais de toute façon tout ceux qui auront vu des trucs comme La Neuvième Configuration vont deviner super vite. En même temps ça reste relativement con : "Hey, j'ai une idée, si on mettait un de nos patients et qu'on le confortait dans son imagination, en employant tout le personnel de l'hôpital, en lui donnant accès à toute l'enceinte pour qu'il puisse courir partout. Ouais, ça l'aiderait à sortir de sa psychose."
Et puis Laeddis ça garde un air d'anagramme.


Sinon, ça reste sympa, plein de jolies images, avec des acteurs solides. C'est compétent. C'est Scorsese.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 01 Mars 2010 21:04 
Hors-ligne
Nanar un jour, nanar toujours
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 07 Avr 2007 0:13
Messages: 3337
Vu cet après-midi avec ma mère, qui a eu bien peur. On a attendu la rentrée des classes pour éviter les kikoos dans la salle, mais y en avait quand même un couple qui consultait le téléphone pendant le film. Ca m'énerve. En plus, un collègue de la bibliothèque où j'ai fait mon stage cet été m'avait crevé la fin, parce qu'il me racontait au fur et à mesure qu'il lisait.

Monde de merde.

Bon, en même temps, comme dit le Patron, le twist est grillé dès le premier quart d'heure, et puis de toute façon, comme tout le monde dit qu'il y a un twist, bah du coup tu sais ce qui va se passer, vu que y a pas trente mille twist possible.

Heureusement, le film repose pas vraiment dessus. C'est une bonne histoire bien racontée, les acteurs sont bons, la musique est bien, y a une bonne musique. C'est pas vraiment génial, y a des moments vraiment excellents, mais faut pas y aller en se disant : je vais voir un film de Scorsese, le plus grand réalisateur américain vivant. Juste se dire : je vais voir un bon thriller parano dans un asile glauque. Et là ça passe bien.

La fin est particulièrement bien racontée et prenante. La dernière scène est très émouvante.

Spoiler :


De toute façon, la fin c'est la même que memento.

Le déroulement m'a fait penser aux histoires du détective Ludo : l'histoire de la fille qui s'échappe était forcément bidon, puisqu'impossible. Donc à qui profite l'histoire de la disparition ? Voilà, Monsieur DiCaprio, je vous accuse d'avoir inventé cette histoire pour vous disculper.
J'aime bien le complot qui se met en place autour de lui au moment où on commence à comprendre qu'il est fou (encore que dès les premiers instants, Di Caprio en fait des caisses) : on se dit : est-ce qu'il est vraiment fou ou est-ce qu'on veut juste nous le faire croire ? Genre un twist dans un twist dans un twist.


Fin Spoiler

_________________
"But you say : Oh, when love is gone, where does it go ? And where do we go ?" (Arcade Fire - Afterlife)

Je n'aime pas Scorsese (c'est la raison pour laquelle je n'ai jamais vu aucun de ses films). (Elessar - sujet Le loup de wall street)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 01 Mars 2010 22:55 
Hors-ligne
Apprenti Nanardeur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 18 Sep 2006 18:11
Messages: 66
wilsonleyack a écrit:
brunet a écrit:
Vu cet après-midi. Très bien.

C'est un Scorsese péchu, bien mené. En plus, sur le fond, il tient bien son sujet de manière assez réaliste finalement.

Pour une fois un sujet difficile et pénible n'est pas traité juste pour faire du spectacle et des retournements de situation. Là, on a tout le même le droit à une réflexion sur les maladies mentales, leurs traitements. C'est bien sûr extrême mais il faut tenir compte de la période historique et de l'après-guerre. Il y a beaucoup de références à la présence de la violence dans la société et en l'être humain. On retrouve aussi ce personnages souvent représentés par Scorsese de types borderline, mais cette fois-ci abordé dans une veine plus brutale et directe, avec presque un accent "Lynchien" par moment (écoutez le son grave au début du film).

>>> Alors c'est lequel? Tu peux pas avoir les deux.

>>> C'est certainement pas réaliste, et s'il y a du Lynch, c'est surtout dans la passion pour les films noirs.


C'est sans doute cela qui est assez étonnant avec ce film: je trouve qu'il y a un peu les deux. On est à la fois au plus près du personnage avec une prise en compte de sa subjectivité et en même temps ce qui est raconté est très précis. C'est crédible sur le fond alors que le spectateur est assez chahuté d'une scène à l'autre. Quant à Lynch, je faisais référence surtout à l'impression au début, lourde.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 02 Mars 2010 1:08 
Hors-ligne
Nanar un jour, nanar toujours
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 07 Avr 2007 0:13
Messages: 3337
brunet a écrit:
wilsonleyack a écrit:
brunet a écrit:
Vu cet après-midi. Très bien.

C'est un Scorsese péchu, bien mené. En plus, sur le fond, il tient bien son sujet de manière assez réaliste finalement.

Pour une fois un sujet difficile et pénible n'est pas traité juste pour faire du spectacle et des retournements de situation. Là, on a tout le même le droit à une réflexion sur les maladies mentales, leurs traitements. C'est bien sûr extrême mais il faut tenir compte de la période historique et de l'après-guerre. Il y a beaucoup de références à la présence de la violence dans la société et en l'être humain. On retrouve aussi ce personnages souvent représentés par Scorsese de types borderline, mais cette fois-ci abordé dans une veine plus brutale et directe, avec presque un accent "Lynchien" par moment (écoutez le son grave au début du film).

>>> Alors c'est lequel? Tu peux pas avoir les deux.

>>> C'est certainement pas réaliste, et s'il y a du Lynch, c'est surtout dans la passion pour les films noirs.


C'est sans doute cela qui est assez étonnant avec ce film: je trouve qu'il y a un peu les deux. On est à la fois au plus près du personnage avec une prise en compte de sa subjectivité et en même temps ce qui est raconté est très précis. C'est crédible sur le fond alors que le spectateur est assez chahuté d'une scène à l'autre. Quant à Lynch, je faisais référence surtout à l'impression au début, lourde.



C'est marrant, le passage qui m'a fait le plus penser à Lynch, c'est

quand il parle avec la femme dans la grotte. Le montage sur les flammes est excellent.

_________________
"But you say : Oh, when love is gone, where does it go ? And where do we go ?" (Arcade Fire - Afterlife)

Je n'aime pas Scorsese (c'est la raison pour laquelle je n'ai jamais vu aucun de ses films). (Elessar - sujet Le loup de wall street)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 03 Mars 2010 2:20 
Hors-ligne
Agrégé en nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 14 Mai 2006 17:01
Messages: 1472
Personnellement, j'ai beaucoup aimé (bien que ne l'ayant vu qu'une fois pour l'instant). Ce n'est pas vraiment un Scorcese pour moi, mais un excellent thriller. Les scènes oniriques sont par contre assez chiantes.
Spoil
Citer:
Après, je préfère croire qu'il s'agit d'un complot mené contre Di Caprio par la guilde des médecins, parce que j'aime pas les médecins, et que je suis optimiste.

_________________
Image
Real men use hairspray


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 08 Mars 2010 10:54 
Hors-ligne
Apprenti Nanardeur

Inscrit le: 02 Sep 2009 11:25
Messages: 52
Je l'ai vu il y a deux jours... j'ai beaucoup aimé. Seul défaut, spoiler, ne lisez pas qu'il y a un twist, car vous allez le chercher et le trouver dans le moindre détail.

Sinon, j'ai bien aimé cette nouvelle association Di Caprio/Scorcese, autant "les infiltrés" m'avait un peu déçu (j'avais bien aimé Gangs of New York par contre), autant je trouve ce Shutter Island très bon : les acteurs sont tip-top, belle mise en scène, superbe photographie... y a pas à dire, Scorcese est un tout bon.

J'aime bien comme le film oscille entre folie et raison (mais quand est-ce l'une ou l'autre ?) sans trop en faire, c'est fait de manière assez subtile.

Spoiler : j'ai adoré quand il se retrouve tout seul, qu'il s'adresse au flic, qu'on pense que c'est sérieux, qu'il s'en va, et qu'on voit le flic qui rigole comme un taré. Le "c'est toi le chat" est très bon aussi. :-D

Bref, pour moi, un très bon moment de cinéma.

_________________
C'est quoi ça ?
Une lumière bleue.
Et ça fait quoi ?
Du bleu.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 09 Mars 2010 13:05 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 09 Jan 2007 14:39
Messages: 1737
Localisation: Derrière toi, un couteau nanar en plastique à la main...
En même temps c'est l'avis de BHL qui est capable de voir des nazis, des révisionnistes, et des charniers jusque dans Bambi quand il est en forme... :roll:

Si il y connaissait quelque chose en cinéma, ça se saurait, quand j'ai envie de rire je vais relire sa critique de Cineman!

_________________
Sbel a écrit:
le Mengeance est un film qui se voit froid (moi je l'ai vu cuit, parce que j'avais un peu bu)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 09 Mars 2010 13:42 
Hors-ligne
Nanar un jour, nanar toujours
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 07 Avr 2007 0:13
Messages: 3337
En voyant le film, je n'ai pas une seule seconde pensé à Guantanamo.
De même, je vois pas du tout ce qu'il y a de choquant à ce qu'un ancien soldat fasse des cauchemars liés aux camps de concentration. Qu'on en voit plus que dans les années 50, ça me paraît une vérité générale tant ce qui est acceptable aujourd'hui est différent de ce qui l'était à l'époque.

Bref. Je suis pas un énorme fan de ce film, mais pas pour ces raisons.

_________________
"But you say : Oh, when love is gone, where does it go ? And where do we go ?" (Arcade Fire - Afterlife)

Je n'aime pas Scorsese (c'est la raison pour laquelle je n'ai jamais vu aucun de ses films). (Elessar - sujet Le loup de wall street)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 09 Mars 2010 15:51 
Hors-ligne
Nanardeur + que respectable
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 13 Mars 2009 14:25
Messages: 625
Localisation: Actuellement, dans une roulotte de la Caravane de l'Etrange...
Greyhunter a écrit:
En même temps c'est l'avis de BHL qui est capable de voir des nazis, des révisionnistes, et des charniers jusque dans Bambi quand il est en forme... :roll:


Après tout, Nanarland n'est-il pas un site où se terrent les plus immondes fachos ?

Honnêtement, echobelly, prendre un article de BHL comme point de vue objectif pour décider de voir ou non un film, c'est du suicide intellectuel.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 09 Mars 2010 17:41 
Hors-ligne
Nanar un jour, nanar toujours
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 01 Août 2004 20:49
Messages: 3256
Localisation: En train d'organiser une réception qui aura du succès
KaosFactor a écrit:
Greyhunter a écrit:
En même temps c'est l'avis de BHL qui est capable de voir des nazis, des révisionnistes, et des charniers jusque dans Bambi quand il est en forme... :roll:


Après tout, Nanarland n'est-il pas un site où se terrent les plus immondes fachos ?


Non, non et non. Nanarland est un site de nains nazis, pas de fachos.

_________________
c tro Fréé détr 1 vempir ! on é tro bo é en plus on peut étre Himmortel tte ça vi


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 10 Mars 2010 11:19 
Hors-ligne
Nanardeur + que respectable
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 13 Mars 2009 14:25
Messages: 625
Localisation: Actuellement, dans une roulotte de la Caravane de l'Etrange...
echobelly a écrit:
Bon je résume, d'abord : "who killed Bamby?

ensuite, si il n'y a pas de référence à guantanamo, pourquoi fait-il le lien avec les camps de la mort, en pretextant que Scorsese fait du relativisme en esprit, est ce une simple vue de l'esprit de la part de BHL

je remarque aussi qu'il prétend qu'un américain moyennement instruit pourrait faire un rapprochement qu'une des propre vue de l'esprit de BHL a pondue, c'est donner beaucoup de valeur à l'américain moyen qui n'en peut mais

enfin il réclame une moralisation du cinéma, sa "nouvelle"nouvelle vague" dixit, ça ressemble à de la censure, et on se rappelle les problèmes en france lors de la sortie de "la dernière tentation du christ" de Scorsese...vraiment inquiétant cette manière de penser je trouve. :?


C'est un salmigondis de bêtise crasse. BHL ne sait voir le monde qu'à travers une vision dès plus étriquée.


Ambassadeur a écrit:
Non, non et non. Nanarland est un site de nains nazis, pas de fachos.


Ah, autant pour moi.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 10 Mars 2010 11:44 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 09 Jan 2007 14:39
Messages: 1737
Localisation: Derrière toi, un couteau nanar en plastique à la main...
Bon, j'ai en gros compris l'argumentation de BHL.

1) Scorcese confondrait Dachau et Auschwitz. Faux, "Arbeit macht frei" figurait bien à l'entrée des deux camps. Reste à voir si elle a le même aspect dans le film et la réalité mais c'est du pinaillage, d'autant plus que tout ça n'est vu qu'à travers les rêves du héros.

2) Il fait directement le lien entre Guantanamo et les camps de la mort, sans argumenter au-delà du fait que c'est un film qui se passe aux USA et qu'un des médecins est allemand (nazi ce n'est pas montré si je me souviens bien)

3) Il y a une douche dans l'hopital! Une douche -> chambre à gaz, fin de l'argumentaire, merci d'être venu.

Bref, (encore) une erreur historique de sa part, et des arguments qui ne tiennent pas la route. Comme d'habitude BHL enrobe ses phrases dans une chiée de mots compliqués et de références à d'autres films qui ne sont là que pour masquer le vide flagrant de son argumentaire. Et au fond, je ne comprends pas vraiment où il veut en venir. Que dans les films d'aujourd'hui on montre plus des images des camps qu'autrefois? Peut-être, mais je ne vois pas ce que tout ça a à voir avec du révisionnisme.


Par contre on pourrait dire que le personnage de Di Caprio identifie au moins partiellement l'hôpital à Dachau, ça pourrait être nettement plus crédible comme analyse, même si pour moi c'est lié à son sentiment de culpabilité et je n'en dirai pas plus sinon je vais spoiler.

_________________
Sbel a écrit:
le Mengeance est un film qui se voit froid (moi je l'ai vu cuit, parce que j'avais un peu bu)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 14 Mars 2010 11:32 
Hors-ligne
Nanardeur + que respectable
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Août 2004 13:14
Messages: 566
Localisation: Puteaux
Vu hier soir, le film est bien foutu, même si quelques effets de mise en scène m'apparaissaient maladroits, notamment des ellipses et des faux-raccords (mais ça devait être volontaire), mais globalement je n'ai pas aimé.

J'ai trouvé inutile le côté glauque et explicite dans la violence, mais ça à la limite ce sont mes goûts personnels ; par contre l'histoire ne tient pas debout du tout, tire en longueur et se répète beaucoup.
Attention mini spoiler
Au passage, la scène de la fusillade du camp est bien débile: elle dure quinze secondes au lieu de deux ; c'est la caméra qui mitraille ou les fusils?
Fin mini spoiler

Mais comme je n'avais pas non plus apprécié Raging Bull (sans dire qu'il est nul, loin de là), c'est peut-être tout simplement que je n'aime pas les films de Scorsese.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 14 Mars 2010 11:58 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 09 Jan 2006 12:54
Messages: 4310
Localisation: Aux Studios MIRACLE :"Si C'est Un Bon Film,C'est Un MIRACLE!"
Par curiosité, quelqu'un a lu le dernier numéro de Transfuge, dont un des titres de couverture est "Pourquoi Scorsese ne fait plus de bons films?"

Ce genre de titre me donne pas envie d'acheter le magazine mais, quelque part, je serai curieux de connaître leurs arguments...

_________________
Lawrence Woolsey, précédemment connu sous le pseudonyme de deathtripper21...

"Godfrey Ho a beau avoir trouvé des Kickboxeurs américains, le duel entre la mariée et la robe restera LA baston du film." Plissken


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 69 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivant

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr