Forum Nanarland.com

Le forum des mauvais films sympathiques
Nous sommes actuellement le 06 Juil 2020 21:21

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Triangle - Christopher Smith (2009)
MessagePublié: 04 Oct 2014 12:26 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 09 Jan 2006 12:54
Messages: 4310
Localisation: Aux Studios MIRACLE :"Si C'est Un Bon Film,C'est Un MIRACLE!"
Image

Citer:
Un groupe d’amis part une journée à bord d’un voilier. Après avoir essuyé une tempête titanesque, le bateau est à la dérive. Ils trouvent alors refuge sur un navire où ils ne découvrent pas âme qui vive et où le temps s’est arrêté. Pourtant, ils réalisent très vite que quelque chose d’hostile les guette…


Image

Je suis décidément de plus en plus fan de Christopher Smith, ce sympathique anglais qui, mine de rien, fait sa route pépère dans l'univers du cinéma de genre, proposant des films solidement structurés et à la mise en scène bien carrée comme il faut sans tomber dans des excès tapageurs ou outrancier. Pour moi, c'est le gars dont les réalisateurs français devraient en priorité s'inspirer dans leurs tentatives d'imposer un nouveau cinéma de genre dans l'hexagone (J'aurais sans doute pu écrire "dans le cercle du cinéma de genre" histoire de filer la métaphore). Parce qu'on a affaire à un gars qui se fait avant tout plaisir et prend soin de bien raconter son histoire avec juste ce qu'il faut de renouvellement pour pas que l'on en ressorte avec l'impression de s'être fait labourer les côtes à longueur de film en mode "wink-wink-nudge-nudge t'as vu comment je me moque trop des clichés...".

Image

Parce que si les films de Christopher Smith fonctionnent, c'est avant tout par son mélange de respect et de contournement des règles des genres qu'il aborde. Qu'il s'agisse de cinéma d'horreur (Creep), de survival (Severance), de films de zombies (Black Death, pas encore vu) ou ici de surnaturel, l'originalité se loge dans l'élaboration de son script qui, s'il passe par les passages obligés de la narration-type de chaque genre, est relevé d'un bon cran avant tout par son travail sur les personnages. Certes, ils sont archétypiques (archétypaux?) mais plus creusés que les simples "étudiants délurés", "couple en crise" ou "perso associal vaguement schizo". Ils ne sont pas vraiment sympathiques mais suffisamment ancrés dans la réalité du monde d'aujourd'hui pour qu'on s'identifie ou qu'on ait envie de suivre leur périple/calvaire jusqu'au bout. Et ça permet au passage à Smith de placer ça et là une petite dose d'humour noir pas déplaisante et suffisamment subtile pour éviter une quelconque prostitution à la satisfaction de l'ego d'un spectateur prompt à rire de ce qui le fait sourire dans l'unique but de montrer aux autres personnes présentes qu'il a saisi un soit-disant détail qu'eux, misérables spectateurs de bas étage au cerveau mort-né, n'ont pas su déceler. Ca ne vire jamais au grand-guignol mais le grotesque est toujours là.

Image

Ainsi, l'héroïne de Creep est une starfuckeuse partie pour finir la nuit dans les bras de George Clooney mais qui se retrouve poursuivie par Gollum dans les tunnels sombres et glauques du métro londonien. Les héros de Severance se trouvent en plein séminaire d'entreprise type Team-building quand ils sont pris en chasse par d'inquiétants tueurs, ne sachant donc pas si ça fait partie d'un jeu ou non (jolie satire au passage du monde de l'entreprise...). Et dans Triangle, notre héroïne est une mère célibataire au bord de la crise de nerf, perdue entre son boulot de serveuse et les besoins de son fils autiste, la structure en circuit fermé de son calvaire se mettant en parallèle avec l'éternel recommencement de ses galères quotidiennes, avec ce fils qui a besoin chaque jour qu'elle refasse les mêmes actions, les mêmes gestes de la même façon...

Image

Aussi, si l'on commence un film de Christopher Smith avec le sentiment de regarder un petit film d'horreur de plus, on s'aperçoit d'abord de façon diffuse puis de plus en plus clairement qu'il y a vraiment quelque chose de plus, un côté plus creusé, plus travaillé. Il ne cherche jamais à en mettre plein la vue, à impressionner, à choquer, à renouveler le genre à l'image d'un REC ou d'un Saw. Chaque chose arrive en son temps et sert parfaitement le propos du film. Je pense notamment à ce moment de Triangle où un personnage féminin, pourchassée par le tueur, se retrouve dans un coin du bateau face à toutes les autres versions d'elle-même déjà mortes au même endroit. Une beauté macabre qui m'est apparu comme le penchant gore d'un film à la Franju, qui marque suffisamment l'esprit pour que, une fois le film fini, on ne laisse aucun espoir à notre héroïne. Car si le cycle de renouvellement du passage sur le bateau est de trois résurrections, une scène comme celle-ci (et celle du médaillon et du bout de papier) démontre que le cycle se perpétue à l'infini. Ainsi, si le titre renvoie au fameux Triangle des Bermudes (jamais nommé ni évoqué ni quoi que ce soit), il renvoie aussi à la structure en trois temps du périple du group ainsi qu'à son perpétuel recommencement.

Image

Vous l'aurez compris, Christopher Smith est à mon sens le réalisateur de film de genre le plus intéressant du moment, traçant sa route au gré de coproductions internationales mais avec un sens du rythme et de la mise en scène qui pallie bien des galères budgétaires. Je vais me mater Black Death dans les jours qui viennent, j'essaierai de me trouver une copie de sa minisérie en deux épisodes Labyrinth et j'attends de pied ferme son Get Santa, même s'il semble assez éloigné de ce qu'il a fait jusque là. En attendant, Triangle est sans doute ce qu'il a fait de plus abouti en matière de scénario (il a mis deux ans à l'écrire), se sortant parfaitement des pièges de la structure cyclique et composant ainsi un film qu'on a envie de revoir dès la fin de la séance, pour en saisir et en apprécier tous les rouages tout en espérant saisir une faille dans la machination laissant espérer un semblant de happy-end, faille scénaristique, volontaire ou non, qui ne vient jamais.

Image

Pour une fois, je ne met pas la bande-annonce, parce que c'est quand même mieux de découvrir le film sans trop savoir ce dont il s'agit.

_________________
Lawrence Woolsey, précédemment connu sous le pseudonyme de deathtripper21...

"Godfrey Ho a beau avoir trouvé des Kickboxeurs américains, le duel entre la mariée et la robe restera LA baston du film." Plissken


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Triangle - Christopher Smith (2009)
MessagePublié: 04 Oct 2014 13:51 
Hors-ligne
Grand Nanardeur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Août 2011 12:14
Messages: 889
Localisation: Un cachot humide
Je l'avais vu pas longtemps après sa sortie en galette.
Je ne connaissais pas du tout, je n'avais absolument aucune idée de l'histoire et je ne connaissais pas l'équipe derrière ce truc.

Et j'avais passé un excellent moment. Du début à la fin, on est curieux et on veut essayer de comprendre. C'est remarquablement ficelé et ça m'a un peu rappelé le Memento de Nolan. Un joli tour de force scénaristique et un truc finalement assez original.

Et c'est un film que l'on aimera redécouvrir et qu'on se dira "ah ok, à ce moment là, c'est pour ça qu'il se passe ça !"

_________________
ImageImage


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Triangle - Christopher Smith (2009)
MessagePublié: 04 Oct 2014 15:29 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 09 Jan 2006 12:54
Messages: 4310
Localisation: Aux Studios MIRACLE :"Si C'est Un Bon Film,C'est Un MIRACLE!"
Ce qui m'a surtout plu (alors que je connaissais déjà Creep et Severance) c'est qu'au début, j'ai franchement cru à du réchauffé du type "en fait le personnage est schizo et on va apprendre tout à la fin qu'en fait c'est elle la tueuse". Mais non seulement le premier twist (ou plutôt la première phase de compréhension) est annoncé assez tôt dans le film mais en plus, tout en commençant à comprendre ce qui se passe, on reste surpris par le déroulement de l'histoire, faisant sans cesse des recoupements avec ce qu'on a vu plus tôt, qu'on avait alors pris pour des trucs sans intérêt direct, ou ce qu'on avait mis sur le compte du passif du personnage ou qu'on avait tout simplement pas compris.

La meilleure fausse piste est sans doute la deuxième version de l'histoire où Smith nous laisse croire à une échappatoire quand le perso principal réalise qu'il eut changer le cours des choses. Mais finalement, c'est le troisième segment qui détermine le côté inéluctable du cauchemar que vivent les personnages. Car là où d'autres scénaristes auraient joué la carte du copié-collé, on voit dans ce film que tout a été réfléchi et que le film est maîtrisé de bout en bout aussi bien au niveau du scénario que dans la mise en scène (j'adore les quelques plans qui se révèlent plus tard être des P.O.V. d'un personnage futur). De ce point de vue, le rôle interprété par Melissa George est à rapprocher dans son interprétation de celui d'Olivia Williams dans Sixième Sens : une fois qu'on connaît toute l'histoire, on voit en elle un tout autre personnage et son interprétation est tout aussi juste.

Pour moi, comme je le disais dans mon premier post, ce qui fait la réussite des films de Christopher Smith, c'est justement son refus de l'originalité à tout prix, qui donne l'impression dans un premier temps qu'on est face à un produit calibré, une petite série B sans prétention, pour finalement s'imposer sur la durée, par une succession de petits détails qui prennent leur importance au fur et à mesure et qui font que le film nous reste en tête un bon moment après la séance. Par exemple, j'ai été marqué par la force et la simplicité de la scène de "chirurgie" dans Creep. Cette scène est terrible par son côté mimétique mettant en valeur l'inconscience totale du personnage, qui avant d'opérer, répète les mouvements du chirurgien sans comprendre que se passer les mains sous le robinet sans que de l'eau ne coule, c'est pas ce qu'il y a de plus hygiénique, pas plus qu'il ne saisit qu'une opération ne se fait pas pour le fun. Une scène très révélatrice de la mentalité et du passé du personnage mais également très flippante concernant l'héroïne et qui renvoie aux peurs du spectateur concernant la chirurgie (ah, ces gants crades...).

_________________
Lawrence Woolsey, précédemment connu sous le pseudonyme de deathtripper21...

"Godfrey Ho a beau avoir trouvé des Kickboxeurs américains, le duel entre la mariée et la robe restera LA baston du film." Plissken


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Triangle - Christopher Smith (2009)
MessagePublié: 21 Nov 2014 17:57 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 09 Jan 2006 12:54
Messages: 4310
Localisation: Aux Studios MIRACLE :"Si C'est Un Bon Film,C'est Un MIRACLE!"
Petit UP pour signaler la sortie en DVD dans deux semaines de Labyrinthe, série TV de 2012 en deux épisodes tournée en partie à Carcassonne par Christopher Smith.

http://www.imdb.com/title/tt1866570/?ref_=nm_flmg_dr_2

_________________
Lawrence Woolsey, précédemment connu sous le pseudonyme de deathtripper21...

"Godfrey Ho a beau avoir trouvé des Kickboxeurs américains, le duel entre la mariée et la robe restera LA baston du film." Plissken


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr