Forum Nanarland.com

Le forum des mauvais films sympathiques
Nous sommes actuellement le 25 Sep 2021 8:10

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Opération Goldman (1966) Antonio Margheriti
MessagePublié: 13 Nov 2014 0:40 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Déc 2011 20:36
Messages: 1649
Localisation: Quelque part entre les bornes et les limites
Catégorie Kitschs et bis sympas

Image

Opération Goldman
d'Antonio Margheriti
avec Anthony Eisley, Wandisa Guida, Folco Lulli
Citer:
La bande-annonce fit sensation à la Nuit Excentrique mais cet eurospy 60's s'avère une très honnête bisserie. A priori, rien de neuf côté scénar (un mégalomane s'empare d'un rayon laser pour dominer le monde) mais la deuxième moitié du film est d'une fantaisie réjouissante. Un bon spectacle kitsch.


Image
Image

Grand souvenir de la BA qui nous apprenait à dire "Opération Goldman" dans quatre langues différentes lors de sa diffusion à la 9ème Nuit Excentrique. Bon, je me doutais qu'avec Margheriti à la barre, on tiendrait plus une bonne série B qu'un nanar, et ça n'a pas loupé. Après un démarrage un peu tranquille, le rythme va crescendo et le film finit par livrer un spectacle de bande-dessinée de plus en plus délirant et réjouissant. Le pitch est agréablement clichetonesque : un savant est kidnappé, et dans le même temps les fusées de la NAZA subissent des sabotages. Les services secrets font donc appel à leur meilleur agent, Harry Sennet, un super espion playboy qui tombe comme il se doit toutes les nénettes, à commencer par sa supérieure hiérarchique. Sauf que le scénario offre une originalité par rapport aux trouze milles autres jamesbonderies 60's... car notre héros ne se sert jamais d'armes, mais dispose d'un crédit illimité à la banque qu'il peut utiliser dès qu'il le juge utile pour mener à bien ses missions (à plusieurs reprises, on le voit proposer un chèque d'un million de dollars à un sbire le tenant en joue pour qu'il lui laisse la vie sauve, et ça marche !). Une sorte de MacGyver avant l'heure, mais en beaucoup plus onéreux pour les caisses de l'état. On le surnomme Goldman.

Image
Image

Goldman est joué par Anthony Eisley, héros de "The Mighty Gorga", célèbre à l'époque auprès du public américain pour avoir été l'une des vedettes de la série "Hawaiian Eye" qui passait alors sur ABC. Il était semble-t-il amusé par le recours au système D que déploya Antonio Margheriti pour reproduire James Bond avec dix fois moins de budget. A noter qu'il s'est teint en blond pour l'occasion. Cet acteur livre une très honorable prestation et confère une certaine épaisseur à son personnage, tout en la jouant décontracté, à l'image du reste du film qui ne se prend pas trop au sérieux.

Image
Image

Le film baigne en effet dans un joyeux délire à partir de mi-métrage, lorsque notre héros, progressant dans son enquête, est capturé par les sbires du méchant et conduit dans la base sous-marine top-secrète de ce dernier. Rehte, le mégalo de service, veut devenir "le seul et unique maitre de l'Univers" (mouhahaha !) et pour ce faire, il a mis au point un plan machiavélique : il oblige le savant kidnappé (mais si ! rappelez-vous, celui dont je vous ai parlé dans le premier paragraphe...) a fabriquer pour lui un rayon laser surpuissant qu'il compte installer sur la lune, d'où il aura la possibilité de "détruire et anéantir la surface de la terre". Ainsi, il tiendra à sa merci les gouvernements et pourra les faire chanter et exiger n'importe quelle rançon de leur part. C'est pour pouvoir installer tranquillement son laser lunaire sans être découvert qu'il détruisait les fusées de la NAZA, afin que ceux-ci ne puissent pas aller sur la lune et découvrir ainsi ses plans. Il est méchant, hein ? Et comme si ça ne suffisait pas, il cryogénise les scientifiques dont il a déjà utilisé les services afin de les garder en réserve pour plus tard, et il tente aussi de cryogéniser le héros. Mais évidemment celui-ci s'échappe et fait tout péter dans la base high tech du méchant avant que celui-ci ait pu s'enfuir à bord de sa fusée (celle qu'il comptait utiliser pour transporter le rayon laser sur la lune).

Image
Image
Le méchant, joué par Folco Lulli. Il faut reconnaitre que son QG a de la gueule.

Image
Image
Les otages avant...

Image
Image
... et après décryogénisation.



Antonio Margheriti nous offre une jolie profusion de maquettes, d'explosions et de bastons sur un rythme soutenu, et avec une générosité qui fait plaisir à voir. Il y a cependant une séquence authentiquement nanarde, qui mériterait amplement un cut pour une Nuit Excentrique : le héros vient d'apprendre que les méchants veulent faire exploser en vol une fusée qui doit être lancée depuis Cap Kennedy. Ni une ni deux, il décide de foncer à tout allure avec sa voiture de sport rouge sur la rampe de lancement pour empêcher le décollage, en faisant exploser la fusée au sol !!! :!: :?: :?: :gifgne: Non seulement, cette idée est d'une débilité et d'un non-sens totales mais il faut vraiment voir la façon dont la scène est filmée pour le croire. Dans un montage complètement bordélique, Margheriti mélange n'importe comment et en l'espace de dix secondes des stock-shots de la NAZA, des plans d'une voiture jouet balancé hors-champ sur une fusée jouet, des gros plans tourbillonnants du héros dans sa voiture, des "Paré à déclencher l'opération dans cinq secondes." déclamés par les sbires préparant leurs sale coup, et conclue cet instant de folie pure par un plan de la main du méchant faisant sauter le bouchon d'une bouteille de champagne. Car oui, durant les deux tiers du film, on ne voit que les mains du méchant pianotant de temps en temps sur le clavier de son ordinateur "high tech" et donnant des ordres hors-champ, histoire d'entretenir le suspense sur son identité.

Image
Une jolie surimpression à l'ancienne.

Image
Un attentat à la voiture jouet (c'est infiniment plus grotesque en mouvement). On passera sur le fait que le héros survive à l'explosion d'une fusée à réacteur atomique en pleine poire sans une égratignure.

Image
Image
De la sbirette à choucroute et du sbire encagoulé à la "Danger Diabolik".


Donc, au final, un sous-James Bond aux couleurs, décors et looks agréablement kitschs et bien sympatoche qui n'hésite jamais à donner dans le spectaculaire malgré ses carences budgétaires (qui ne se voient d'ailleurs pas tant que ça à l'écran, grâce au talent et au savoir-faire d'Antonio Margheriti). Du bon vieux cinéma bis au charme suranné à regarder avec de la nostalgie et un regard d'enfant.

Image
La capsule spatiale ressemble quand même un peu à un étron.

_________________
Image Image Image
Image Image Image


Dernière édition par JACK TILLMAN le 26 Avr 2016 2:03, édité 2 fois au total.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Opération Goldman (1966) Antonio Margheriti
MessagePublié: 05 Fév 2015 22:46 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 11 Oct 2003 15:07
Messages: 10731
Localisation: Dans une bulle de confinement psychédélique
Il va sortir en DVD chez Artus. Fan de l'ambiance surannée des eurospy, je risque de passer à la caisse !

Image

_________________
Image

"On était si pauvres, que quand un cambrioleur s'est introduit chez nous, on l'a dévalisé."

"T'as vu, les œufs sont cuits à l'envers..."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Opération Goldman (1966) Antonio Margheriti
MessagePublié: 06 Fév 2015 0:53 
Hors-ligne
Docteur es nanarologie
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Déc 2011 20:36
Messages: 1649
Localisation: Quelque part entre les bornes et les limites
Cool ! :D

_________________
Image Image Image
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Opération Goldman (1966) Antonio Margheriti
MessagePublié: 20 Mars 2021 14:12 
Hors-ligne
Apprenti Nanardeur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 23 Août 2018 17:37
Messages: 137
Localisation: 8e dimension
Image

Effectivement, OPERATION GOLDMAN est une série B super fun. Dommage que l'affiche est mensongère, le Capitaine Flanagan (qui est brune au passage) ne se battra à aucun moment malgré le fait qu'on la décrit comme une femme "redoutable" et "championne de karaté". Pire, elle est absente du dernier tiers du métrage se situant dans la base sous-marine ! Heureusement, Antonio Margheriti est un bon artisan et signe une spectacle coloré et généreux dont le rythme ne baisse jamais. On est vraiment dans un esprit bande-dessinée avec ces péripéties improbables, son action non-stop et cette tournure SF que prend le récit (le coup des scientifiques gardés en hibernation est délirant). Comme souligné, le seul élément nanar est cette séquence où le héros Harry Sennet tente de stopper le lancement d'une fusée avec sa voiture. Le réalisateur use et abuse des miniatures et maquettes quand bien même celles-ci sautent aux yeux. Le montage est un peu bizarroïde si bien qu'on ne comprend pas tout à la fin, mais c'est vrai que c'est drôle et c'est cette absence de gêne qui fait le charme du cinéma de Margheriti. Ce qui m'a marqué, c'est aussi le fait que l'histoire commence sur une présentation de Flanagan qui laisse à penser que ce sera elle la femme forte, l'héroïne. Et puis finalement, c'est son assistant Sennet qui s'avère être le vrai héros en ayant l'ascendant relationnel, physique et sexuel sur elle (alors qu'elle est censée être son supérieur hiérarchique). La lourdeur du type avec les femmes est d'ailleurs assez remarquable (le coup de la tape sur la fesse de sa chef ou son commentaire sur ses formes après l'avoir reluquée sous la douche sont quand même too much, James Bond peut aller se rhabiller sur ce coup-là).


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Opération Goldman (1966) Antonio Margheriti
MessagePublié: 28 Avr 2021 11:21 
Hors-ligne
Bon Pote de Godfrey Ho
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 11 Oct 2003 15:07
Messages: 10731
Localisation: Dans une bulle de confinement psychédélique
Je vois que tout le monde partage à peu près le même ressenti. Voici le mien, après avoir vu le film il y a peu.




Opération Goldman navigue dans les eaux bisseuses de l'eurospy et de tous ses clichés : Harry Sennet, la tête de gland en chef, se comporte avec toute femme qu'il croise comme s'il était dans un lupanar en open bar (certificat metoo ne passera jamais par moi) et sort son chéquier dès qu'il croise un adversaire pour tenter de le corrompre avec l'argent du contribuable (méthode officielle qui lui vaut le titre du film). Lancé à l'assaut de la base sous-marine d'un énième wanabee dirigeant mondial tremblez face à la puissance de mes lasers lunaires, il a la chance de n'affronter que des sbires grimés en sous-Diabolik (même quand ils portent un tablier et un casque de soudure) qui s'effondrent assommés au moindre pet de mouche.

Le plus fort, c'est que notre super espion n'est censé être que le lieutenant de la capitaine de sa section spéciale, Ursula Parker, une ébauche de girl power qui retombe aussi sec alors qu'on comprend qu'on ne verra jamais à l'écran ses mérites tant vantés d'agent de choc (elle aurait habilement cassé des têtes de Chinois, dixit l'état-major) ; la pauvre se résume rapidement à n'être que la jolie brune en détresse à qui on roule une galoche à peine sortie de la panade (voire souvent quand elle est encore dedans).

Antonio Margheriti se désintéresse de son scénario, auquel on ne bitte rien durant une bonne partie du film, au profit de sympathiques plans maquettes, dont la fameuse base sous-marine qu'il détruira à coups d'effluves de lave (en vrai, une sorte de purée de groseille bien trop liquide), donnant à Opération Goldman un aspect de naïveté enfantine rigolote. La scène de course-poursuite en voiture/voiturette selon les plans de raccord est hilarante, d'autant que Harry en fait des caisses en pilote survolté, grimaçant et tournant son volant dans tous les sens alors que le fond de défilement est bien entendu fixe. Faut également le voir voler un véhicule aux méchants pour s'écraser tout seul 10 mètres plus loin dans une pile de caisse de bières. De là à y voir un message caché sur les conditions de tournage...

La copie du DVD Artus fait un peu fatiguée mais rien qui choque trop pour ce genre de série B des 60's. L'interview de Alain Petit permet d'éclairer avec gourmandise la carrière éclectique mais sans grande gloire de Anthony Eisley.

_________________
Image

"On était si pauvres, que quand un cambrioleur s'est introduit chez nous, on l'a dévalisé."

"T'as vu, les œufs sont cuits à l'envers..."


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr